Archives par mot-clé : vie à l’arrière

Conférence 1914-1918, le Limousin dans la guerre : la vie à l’arrière – 18 avril 2015

Les premières années qui suivent la fin de la Première Guerre mondiale sont le temps des bilans. Au sein des administrations, dans les établissements scolaires, quelques fois même sous la plume de chroniqueurs improvisés, émergent des récits sur les conséquences du temps révolu du conflit. Le Limousin n’échappe pas à la règle et nous disposons d’un certain nombre de textes qui prennent acte à la fois des continuités mais surtout des césures dans un monde essentiellement rural et secondairement urbain, celui du Limousin, fortement impacté par le conflit (10 941 morts pour le seul département de la Creuse).

Le Limousin a été par excellence une région de « l’arrière ». Aussi ce que l’on lit dans ces rapports et mémoires est à la fois une chronique de vies d’hommes et de femmes ayant dû s’adapter à des circonstances exceptionnelles dans une région, certes située loin du front mais qui n’en a pas moins subi les conséquences de ce qui fut un engagement total pour la victoire.

On y découvre le temps de la mobilisation, celui de l’accueil des réfugiés, nombreux, des transferts d’entreprises, celui des hôpitaux et des centres de secours improvisés jusque dans des bourgs éloignés. On y parle des femmes et d’une vie quotidienne qui les conduit à suppléer les hommes aussi bien dans les campagnes que dans les usines, mais aussi dans la famille, cellule dominée par la peur de la mort du père, du frère ou du fils au front, d’autant que les correspondances échangées, fortement contrôlées par la censure, ne sont guère à même de donner une image juste de la situation des soldats.

L’installation de la guerre, c’est aussi le rationnement et les restrictions alimentaires, les pénuries et le système D, de fortes perturbations dans le monde scolaire et celui de la culture, la nécessaire évolution des modes de travail en particulier dans les fermes pour faire face à l’absence des bras et conserver un semblant de normalité.

Ces récits traduisent aussi l’envers de la joie de l’armistice, le retour des Poilus et leur difficile réadaptation, la situation tragique des veuves et des orphelins, les pertes immenses dans chacune des communes et les innombrables blessés et gazés dont les tristes figures, comme les paysages portent les traces indélébiles de l’horreur de la guerre.

Conférence de Pascal Plas, Directeur de la Chaire d’excellence Gestion du conflit et de l’après-conflit, organisée par l’association Mémoire de Nieul et Alentours, samedi 18 avril 2015 à 18h, salle d’honneur du Château de Nieul, 87 510 Nieul.

Entrée libre

Pour tout renseignement, consultez le site de l’association Mémoire de Nieul et alentours : http://www.nieuletalentoursenlimousin.fr