L’uruguay et le plan Condor

Les Journées d’études internationales L’Uruguay et le Plan Condor premières journées du réseau de recherches URUCONDOR, sont organisées par l’Université de Grenoble-Alpes du 25 au 27 novembre 2019.

Les archives du terrorisme d’Etat ont été déposées  à La Contemporaine après la négociation d’accord d’échanges entre l’INDH et La Contemporaine. Le réseau URUCONDOR a été créé autour des projets de recherche relatifs aux nouvelles perspectives d’études, nouvelles sources et technologies de préservation, conservation et interprétation des archives du Plan Condor.

Il se centre sur le cas de l’Uruguay et est engagé dans le processus de préservation, mais aussi de digitalisation et mise en accessibilité des archives aux chercheurs membres du réseau ainsi qu’aux victimes.

Dans une perspective interdisciplinaire et plus particulièrement transdisciplinaire, cette rencontre permettra de réunir les expériences et compétences afin de définir  des axes de travail innovants (du point de vue méthodologique, des sources, de la problématique) tout en veillant au respect du périmètre des projets de recherches présentés et envisagés.

Programme

Parution : Punir et réparer en justice

Punir et réparer en justice

Du XVe au XXIe siècle

  • : La documentation française
  • : Histoire de la justice
  • : 10/2019
  • : 978-2-11-145934-2
282 pages
Résumé

 

Punir et réparer sont au coeur de l’acte de juger. Mais combien le processus s’avère délicat quand la justice a mal jugé, voire a condamné à mort un innocent. Les différents cas, de Jeanne d’Arc à Patrick Dils et Loïc Sécher, en passant par le chevalier de La Barre, par Baudelaire se voyant amputé de six poèmes des Fleurs du Mal, et par Violette Nozière réhabilitée pour s’être rachetée comme prix de vertu, mettent en avant les défauts de la procédure, les failles humaines, l’opinion pesant à charge ou à décharge, la pression des puissants et des politiques. Ils montrent, avec l’affaire Jules Durand longuement évoquée, comment ont pu réagir les victimes de la justice, jusqu’à en perdre la raison. La Cour de cassation est la cheville ouvrière de cet ouvrage. Est-ce si facile pour elle de réhabiliter sans remettre en cause les juges que la Loi protège depuis le Moyen Âge ? La solution consiste à mieux penser la procédure, à exercer la justice en humaniste, comme l’a souhaité l’avocat général Raymond Lindon dont ce livre contribue à éclairer la pensée et l’action. Alors, le jugement peut prendre en compte à la fois la vérité des faits et l’honneur des hommes. Ouvrage réalisé sous la direction de Claude Gauvard. Préface de Denis Salas. Avec les contributions de : Michel Biard, Pierre Bourdon, Jean-Pierre Castelain, Andrée Chauleur, Didier Cholet, Philippe Contamine, François-Louis Coste, Anne-Emmanuelle Demartini, Aude Denizot, Pascale Deumier, Jean-Luc Dron, Jean-Numa Ducange, Jean-Claude Farcy, Claude Gauvard, Marc Hédrich, Jean-Paul Jean, Henri Leclerc, Sylvestre Meinzer, Antoine Meissonnier, Denis Salas.

 

Colloque international de la Chaire Unesco sur les crimes de génocide

« Le crime de génocide à la lumière de la jurisprudence des juridictions pénales internationales et nationales : du Tribunal Militaire International (TMI) de Nuremberg à la Cour Pénale Internationale (CPI) ».

Université Catholique de Lyon
Campus Saint-Paul | 10, place des archives – 69002 Lyon

Jeudi 6 et vendredi 7 novembre

La Chaire UNESCO organise les 7 et 8 novembre 2019 un colloque international qui conjuguera, évènement scientifique, devoir de mémoire et hommage à la profession judiciaire en s’appuyant sur le rôle déterminant de la ville de Lyon dans le développement de la justice pénale internationale, notamment par le procès historique de Klaus Barbie en 1987. Il aura pour thème « Le crime de génocide à la lumière de la jurisprudence des juridictions pénales internationales et nationales : du Tribunal militaire international (TMI) de Nuremberg à la Cour pénale internationale (CPI) », et comptera sur la présence d’une intervenante de premier ordre : Madame Fatou Bensouda, Procureure générale de la Cour Pénale Internationale (CPI).

 

Pour en savoir plus …

Colloque : Le droit international humanitaire confronté à de nouveaux défis ?

14e colloque international du C.R.D.H.

En association avec la délégation régionale du C.I.C.R. à Paris, le Centre de recherche sur les droits de l’homme et le droit humanitaire (C.R.D.H.) présentera les 7 et 8 novembre 2019 un colloque sur le thème :

70 ans après l’adoption des Conventions de Genève : le droit international humanitaire confronté à de nouveaux défis ? Réflexions sur les interactions normatives

Le C.R.D.H. saisit cette année l’occasion du 70ème anniversaire des Conventions de Genève du 12 août 1949 pour organiser un grand colloque international sur les nouveaux défis du droit international humanitaire (DIH). La fin du XXème siècle et le début du XXIème siècle ont en effet été marqués par des mutations de la conflictualité qui ont profondément affecté les conditions de mise en œuvre du « droit de la guerre ». Certes, aujourd’hui encore, la plupart des conflits se situent dans un cadre territorial et opposent les forces armées d’un État et un ou à plusieurs groupes armés relativement organisés et dotés d’un commandement responsable, incarnant le plus souvent la « branche armée » d’un mouvement politique. Mais à cette réalité relativement bien appréhendée par le droit est venue se juxtaposer un « hyper-terrorisme » transnational dont l’apparition culmine avec les attaques du 11 septembre. Dans ce contexte, on assiste à un double phénomène de dé-spatialisation et de dé-temporalisation des conflits : la guerre est « partout » et peut surgir sur le territoire de tout État considéré comme « ennemi » ; le conflit devient permanent et virtuellement sans fin, au fil des recompositions de groupes armés et cellules terroristes animés d’une même idéologie.

À ces nouvelles situations s’ajoutent des interventions croissantes de la part de multiples acteurs non-étatiques. Les organisations internationales, qu’il s’agisse de l’ONU ou des organisations régionales, deviennent ainsi des acteurs de premier plan soit du fait de leur participation directe aux affrontements, soit dans le cadre de missions de prévention ou encore de reconstruction et de transition post-conflit. Le rôle des acteurs privés est aussi mis en cause, qu’il s’agisse de l’explosion du phénomène des sociétés privées de sécurité, ou de l’implication des entreprises dans les conflits, comme l’a montré par exemple la récente mise en examen de Lafarge en lien avec ses activités en Syrie.

Cette complexité des conflits contemporains est encore renforcée par des mutations technologiques majeures, qui posent à nouveau frais la problématique de l’adaptation des principes généraux du droit international humanitaire. L’intelligence artificielle et les nanotechnologies, en particulier, ouvrent la voie au développement de nouvelles armes, posant le problème de leur réglementation, comme le montrent par exemple les discussions déjà vives autour des systèmes d’armes autonomes (« robots tueurs »). De même, le développement des réseaux informatiques a vu l’apparition d’un nouvel espace de conflit, le cyberespace, ouvrant la voie à une « cyber-guerre » dont les contours juridiques demeurent encore flous.

Le but du colloque sera de s’interroger sur l’ensemble de ces évolutions en mettant en avant un phénomène juridique particulier, à savoir celui des interactions entre les régimes juridiques et les ordres normatifs. Depuis sa création le DIH ne cesse en effet de s’adapter progressivement aux nouveaux enjeux, à partir des principes « intransgressibles » qui lui servent de fondement. Mais un fait marquant de ces dernières décennies réside dans le fait que cette adaptation s’opère aussi par le biais d’autres corpus normatif, comme le droit international des droits de l’Homme et le droit international pénal ; et qu’elle met à contribution les ordres juridiques et les institutions non seulement des États, mais aussi des organisations internationales. Il s’agira donc d’examiner l’apport de ces interactions dans le cadre de trois problématiques : l’évolution des situations dans lesquelles le droit international humanitaire est amené à s’appliquer et les difficultés qui en découlent, notamment en termes de qualifications et d’applicabilité des corpus normatif ; l’adaptation des normes face aux nouveaux enjeux et aux lacunes par la mise à contribution, la réinterprétation ou la transposition d’autres normes existantes ; l’établissement des responsabilités, l’infliction de sanctions ou l’octroi de réparations en cas de violations du droit international humanitaire.

Consulter Icône PDF le programme (786.86 ko)

> Inscription obligatoire avant le 27 octobre

 

Tirailleurs sénégalais. Frères d’armes, frères de sang

Tirailleurs Sénégalais :
Frères d’armes, frères de sang,
Regards Croisés

Pascal PLAS

174 pages ; 24 x 16 cm ; broché
ISBN 978-2-7025-1675-1
EAN 9782702516751
Éditeur : Éditions Lavauzelle
Prix de vente au public  : 27 €

Lors des conquêtes coloniales, la France a recruté des soldats dans les populations soumises ; une ordonnance royale du 7 décembre 1841 consacre l’existence des « troupes indigènes » et les organise en les dotant d’un statut comme pour les autres corps d’armée. Bien souvent ces troupes ont été désignées sous l’appellation « tirailleurs sénégalais », abstraction faite de la diversité de leurs origines. Les tirailleurs sont longtemps restés dans les marges de l’histoire et de la littérature, leur engagement dans plusieurs conflits du XXème siècle et leur souffrance à l’issue de ces derniers, après le retour sur le sol natal, sont mal connus ; leur mémoire commence juste à reémerger, dans le cinéma, les romans, les expositions et hommages diverses. Léopold Sédar Senghor qui fut un tirailleur sénégalais (Seconde guerre mondiale) et qui avait connu leur destin tant au front qu’à l’arrière, est un des premiers à avoir laissé de très belles pages à la mémoire des tirailleurs sénégalais, notamment dans son recueil de poèmes Hosties noires, d’où est tiré le titre de cet ouvrage qui est aussi une forme d’hommage qui lui est rendu. Les textes de cette publication se situent donc au carrefour de l’histoire et de la littérature, auxquelles s’ajoutent des approches juridiques et artistiques, avec la présentation d’un ensemble de photographies, redonnant un visage à ces soldats de l’ombre. Les diverses communications présentées dans ce volume contribuent à l’écriture d’une histoire dépassionnée en ne faisant abstraction d’aucun des débats et tensions encore en vigueur (affaire de Thiaroye), histoire partagée du fait de la présence d’universitaires français et sénégalais, tous oeuvrant pour s’approcher au plus près de la vérité.

Date de parution
13/05/2019

AUTOUR DU CORPS. CORPS DROIT ET MEMOIRES

Autour du corps. Corps, droit et mémoires.
Pascal Plas (dir.)
Editions Lavauzelle, 2018, 129 pages
ISBN : 9782702516737

 

 

 

Les Rendez-Vous de l’Iirco (Institut international de recherche sur la conflictualité), manifestation annuelle qui se tient à la Faculté de droit et des sciences économiques de Limoges, permettent des  confrontations improbables  d’universitaires, d’experts, d’artistes autour d’une thématique spécifique. Les Rendez-Vous de l’Iirco qui ont été consacrés à la notion de corps, de droit et de mémoires abordée aussi bien par des juristes que par des historiens, des psychanalystes, ainsi que des sociologues ont permis de mettre en valeur les travaux de chercheurs qui s’articulent autour de deux approches différentes mais complémentaires. Une partie des communications contenues dans ce volume se rapporte aux corps morts et aux cadavres, de l’Ancien Régime à nos jours (preuve, sanction, tentatives de destruction et dissimulation, exhumations, inhumation) ; une seconde partie ouvre le débat sur des aspects particuliers du corps et du droit, en revenant sur des processus mémoriels spécifiques (à travers l’art et la résilience, le souvenir gravé sur la peau, et l’écriture du corps vu par la psychanalyse).

Commémorer la Grande Guerre : bilan et perspectives de recherche


La direction des Fonds des Archives nationales organise le 27 juin 2019 une demi journée d’études dans le cadre des rendez-vous du PSCE qui propose de dresser un bilan des commémorations de la Première Guerre mondiale.
Il sera question tout d’abord de la diversification des sources disponibles et exploitables en particulier l’enrichissement des fonds par la collecte d’archives publiques et privées, les campagnes de numérisation, les mises en ligne.
Sera évoqué ensuite le renouvellement des clés d’accès aux fonds d’archives : guides de recherche et inventaires, indexations collaboratives, éditions électroniques de documents avant de terminer par la valorisation des archives de la Grande Guerre : expositions, offre pédagogique et formation des enseignants, fonds remarquables, bilan des colloques et journées d’étude.

Archives nationales – Site de Pierrefitte-sur-Seine  de 14h30 à 17h à l’auditorium

Film en avant première : Hier les cendres

Hier les cendres

Un film de Stéphane Roland

Saint-Junien (Haute-Vienne), 6 juin, 19h.

La guerre étend son empreinte à tous les paysages, jusqu’aux plus intimes. Un jour la question survient : comment et pourquoi raconter la guerre ? A l’heure où les témoins disparaissent, un nouveau champ de bataille apparaît, celui du récit et de sa transmission. Les lieux de mémoire, de plus en plus innovants et accessibles à tous, remettent en scène ce passé pour, dit-on, éviter les conflits du futur. A travers eux se révèle une véritable « génération mémorielle », composée d’anonymes passionnés et engagés qui, faisant face à l’oubli, au déni et à leurs différences d’opinions, affrontent les traumatismes de notre histoire pour mieux la léguer.

 

Exposition, Picasso et la guerre

Jusqu’au 28 juillet, Paris, Musée de l’armée, hôtel des Invalides.

Les conflits armés ont ponctué l’existence de celui qui, Espagnol résidant en France de 1901 à son décès en 1973, n’a paradoxalement jamais participé activement à une guerre. Libéré de l’obligation de service militaire et jamais engagé en tant que soldat dans un conflit, l’artiste a vécu les guerres du XXe siècle en tant que civil.

Picasso a sans cesse affirmé que la création était son « journal », un journal personnel et secret qui relève de l’intimité. Au cours de ce XXe siècle marqué par les deux conflits mondiaux et le totalitarisme, il y aborde le tragique contemporain et la guerre. Si les motifs guerriers sont présents dans les œuvres de jeunesse de Picasso, la Première Guerre mondiale, qui débute alors qu’il est âgé de 33 ans, est très peu présente dans son œuvre, même si elle touche ses plus proches amis comme Apollinaire, Cocteau ou Braque partis au front.

Rencontres cinématographiques de Veyrac

L’IiRCO et la commune de Veyrac (Haute-Vienne) lance, cette année, la première édition des Rencontres cinématographiques de Veyrac qui auront pour thèmes Après la guerre – La justice et la mémoire. Elle se tiendront à Veyrac, à proximité d’Oradour, au Mas Martin le samedi 6 avril 2019. Entrée libre pour tous les films.

Programme

Samedi 6 avril 2019

  • 14h. 30 – Ouverture
  • 15h. – Projection de Alsace-Veyrac témoignages de Phgilippe Mazière, suivie d’un débat
  • 17h. – Projection de L’Héritage retrouvé de Pierre Goetschel, suivie d’un débat
  • 18h. 30 – Moment convivial. Inauguration des expositions suivie d’un coktail
  • 20h. – Projection Le silence et la douleur de Patrick Séraudie suivie d’un débat

Conférence débat : Une vie avec Oradour

Dans le cadre du séminaire de l’IiRCO, Conflit, Droit Mémoire, L’IiRCO en partenariat avec l’UTA, organise une conférence débat autour de la projection du film de Patrick Séraudie, réalisateur, Une vie avec Oradour, le jeudi 4 avril 2019 à 17h 15, à la Faculté de Droit et des Sciences économiques de Limoges, forum A (amphi 400C). La projection de ce film ouvre les premières rencontres cinématographiques de Veyrac : Après la guerre – la justice et la mémoire qui se tiendront à Veyrac (Haute-Vienne), le samedi 6 avril 2019 de 14h à 22h.

Conférence : la justice du cadi

Dans le cadre du séminaire de l’IiRCO et de l’IAJ, Claude Bontems, professeur émérite d’histoire du droit de l’Université de Paris-Sud, donnera une conférence sur La justice du cadi, le mercredi 3 avril 2019, à 16h. à la Faculté de Droit et des Sciences économiques de Limoges, site du forum (amphi Claude Lombois). Entrée libre et gratuite.

L’internement des Nomades, une histoire française (1940-1946)

Exposition jusqu’au dimanche 17 mars 2019 au Mémorial de la Shoah, Paris

D’octobre 1940 à mai 1946, près de 6 700 personnes, en majorité françaises, dont un grand nombre d’enfants, sont internées dans plus d’une trentaine de camps pour Nomades situés sur l’ensemble du territoire métropolitain.

Assignés à résidence, enfermés dans des conditions indignes, les Nomades sont spoliés, sous-alimentés, empêchés de travailler ou contraints aux travaux forcés. Certains décèdent dans ces camps. Des déportations ont lieu à partir de 1943.

Ces répressions, à l’encontre de ceux que la loi française dénomme Nomades, diffèrent de la politique allemande menée dans le Reich envers les Zigeuner (Tsiganes) et s’insèrent dans une histoire plus longue des persécutions de la République à l’égard de ce groupe exclu de la communauté nationale.

L’internement continue après la Libération, le dernier camp ferme seulement en mai 1946.

Documents d’archives, témoignages et photos

4e journées de la justice pénale internationale

Le Centre Thucydide et le C.R.D.H. organisent les 4ème journées de la Justice pénale internationale les 31 janvier et 1er février 2019. Au programme cette année : l’exercice nationale de la justice pénale internationale avec un focus sur le rôle du Pôle « Crimes contre l’humanité, crimes et délits de guerre » du TGI de Paris, les défis renouvelés de la Cour pénale internationale, et l’actualité de justice pénale internationale, des tribunaux hybrides à la justice transitionnelle.

 

Pour en savoir plus : programme

 

Le statut de la CPI a 20 ans. Colloque international

Juillet 1998,Rome. Des plénipotentiaires des 185 États membres des Nations Unies adoptent, après 3 années de négociations, une convention visant à créer une cour criminelle internationale permanente.20 ans plus tard, un bilan s’impose. Si plusieurs y voyaient là une construction théorique vouée à l’échec, les deux dernières décennies semblent,sur papier du moins, donner tort aux sceptiques. Aujourd’hui, la Cour pénale internationale compte 123 États Parties et près de900 employés ; 10 situations sont sous examen préliminaire parle Bureau du Procureur et 11 enquêtes sont ouvertes.26 personnes ont été accusées de génocide, de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre. Autrement dit, la Cour fonctionne, mais, pour plusieurs,elle fonctionne lentement – seuls 5 procès ont abouti :3 condamnations et 2 acquittements – et mal – sur les26 accusés, 15 sont toujours en fuite. Elle n’est ainsi pas exempte de critiques qui se révèlent multiples, interdisciplinaires, polymorphes et souvent contradictoires.

 critiques auxquelles se dédie le colloque international « Le Statut de la CPI a 20 ans : Approches critiques et interdisciplinaires » qui se tiendra à l’ULB les 3 et 4 décembre prochains. Près d’une trentaine d’expert.e.s – professionnel.le.s et académiques – seront réuni.e.s autour d’un objectif : dévoiler et questionner une série de critiques fondamentales adressées à la Cour. L’événement se tiendra sous la forme de six tables rondes abordant chacune un thème autour duquel gravitent ces critiques. Les discussions porteront notamment sur la quête de légitimité de la Cour, les stratégies qui s’y mettent et qu’elle met en place, la manière dont elle est perçue et ses activités reçues, ainsi que les représentations que l’on en fait.

JUPIT-er est le Carnet de recherche de la Chaire d'excellence Gestion du conflit et de l'après-conflit. Il rend compte de l'actualité liée aux thématiques de recherche de la Chaire et de l'IiRCO (Institut International de Recherche sur la Conflictualité) et présente les billets des chercheurs associés.