Archives par mot-clé : Résistance

Goethe Institut Paris – mai-juin 2015

À signaler dans la programmation du Goethe Institut pour l’été 2015 :

Une rencontre en coopération avec la Fondation pour la mémoire de la Shoah le mardi 19 mai 2015 à 19h sur La littérature allemande et la Shoah, 1945-2014, en présence de Marie-Claire Hook Demarle et Guillaume Dreyfus, rencontre animée par Georges Bensoussan.

Le jeudi 28 mai 2015 à l’occasion de la parution d’un recueil de textes de Germaine Tillion, lecture à 19h en présence de Mechthild Gilzmer, traductrice et éditrice de l’ouvrage Die gestohlene Unschuld. Ein Leben zwischen Résistance und Ethnologie et de Tzvetan Todorov qui en a réalisé la préface.

Le lundi 8 juin 2015 à 19h, projection du film de Tania Rakhmanova, Quand la France occupait l’Allemagne. Documentaire intéressant pour  un aspect du post-conflit rarement évoqué, la présence de la France dans une petite zone d’occupation en 1945, confrontée au processus de dénazification, à la démocratisation et à l’insertion de ce qui va devenir l’Allemagne de l’ouest dans un ensemble européen à construire.

À signaler cette semaine : conférences et projection (Limoges – Tulle)

Notre partenaire, l’IHEDN organise en liaison avec la ligue des droits de l’Homme une conférence donnée par Michel C. Kiener, agrégé d’histoire, le mercredi 22 avril 2015 à 19h30 à l’Espace Cité-Musée de la Résistance, Limoges. Elle a pour thème « Centenaire des 4 fusillés de Flirey, Officiers et soldats face aux ordres en 1915« .

L’affaire des trois soldats et du caporal du 63e RI « fusillés pour l’exemple » le 20 avril 1915, et réhabilités en 1934 grâce à l’engagement obstiné de la Ligue des droits de l’Homme et de leurs officiers, est désormais bien connue.

Ce qui ne l’est pas, c’est son contexte, c’est le mois d’attaques suicidaires ordonnées au printemps 1915 par le haut commandement en Woëvre (Lorraine). Suicidaires au point d’amener des officiers de plusieurs régiments, des capitaines aux colonels, à affronter leurs supérieurs, se refusant en conscience à envoyer leurs hommes à une mort programmée. Les 4 de Flirey sont donc bien, pour cela, une affaire hors norme.

Plongeant dans les archives des régiments, brigades, division et corps d’armée concernés, et à l’aide d’un important corpus de documents privés inédits ou oubliés, Michel Kiener replace l’aberrante affaire de Flirey dans un moment de l’histoire de la Grande Guerre marqué par le doute et, souvent, l’improvisation. Une guerre que l’institution militaire elle-même n’avait pas imaginée, qui prend en étau les hommes et ceux qui les commandent.


Peuples et Culture Corrèze accueille le cinéaste Patrick Séraudie pour l’animation d’un débat à l’issue de la présentation de son film Au bout de la nuit, le mercredi 22 avril 2015 à 20h30 au cinéma le Palace – Tulle, tarif unique : 5€.

Mauthausen, un nom qui reste gravé dans la mémoire des hommes… Roger Gouffault n’a que 17 ans lorsqu’il s’engage, en septembre 1941, dans la résistance. Arrêté à la veille de Noël 1942, il est condamné à mort par la Gestapo, puis déporté au camp de Mauthausen et classé « Nuit et brouillard ». Un témoignage bouleversant et une extraordinaire leçon de vie.
« Ce qui étonne lorsqu’on rencontre Roger pour la première fois, c’est son optimisme sans faille. Il appartient à ces rares hommes qui irradient par leur humanité et leur générosité, à cette poignée d’individus capables aussi de transcender la souffrance la plus absolue. Depuis son retour, Roger raconte son expérience de la douleur comme une prévention à la folie humaine. Depuis 1945, il n’a jamais dérogé à cette règle. Il est aujourd’hui un des derniers résistants-déportés à pouvoir décrire avec précision son parcours. » Patrick Séraudie, réalisateur.
« Quand je suis sorti du camp, j’ai eu envie de transmettre la mémoire en replaçant la fraternité au cœur des relations entre les hommes, de dire aux gens : ne restez pas individualistes. Finalement, la religion, l’économie, tout cela reste très secondaire. Quand je vais dans les écoles pour raconter mon histoire, c’est le message que je tente de faire passer aux jeunes générations. La fraternité ! Ce film doit être une espérance, il doit donner envie de vivre. Malgré les horreurs que nous avons vécues, l’homme venait en aide à l’homme. » Roger Gouffault


La Section de la Haute-Vienne de la Société des membres de la Légion d’honneur et l’association des auditeurs de la région Limousin de l’Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale organisent une conférence, donnée le vendredi 24 avril 2015 à 18h30 à la Chambre de Commerce et d’Industrie, salle Vandermacq, 16 place Jourdan, Limoges, par M. Antoine Joseph Assaf, écrivain et philosophe, docteur d’Etat à la Sorbonne, auditeur de la 55ème session nationale de l’IHEDN, intitulée « Orient et Occident, la guerre de la coalition contre la république islamique de Daech« .