Tous les articles par Pascal Plas

Exposition- Musée du Louvre

Sculptures antiques de Libye et de Syrie. Lutter contre le trafic illicite de biens culturels

Jusqu’au 13 décembre, le musée du Louvre présente quatre demi-statues funéraires de Cyrène, en Libye orientale, qui ont été saisies en France alors qu’elles allaient être exportées illégalement ainsi que deux reliefs à décor byzantin provenant vraisemblablement de Syrie. Ces œuvres sont temporairement présentées au Louvre afin d’alerter le public sur ces questions de patrimoine en danger.

FIL- INFO- JUIN 2021

2021 – Parution

Lors d’une conférence de presse du 19 mai 2021, Sophie de Closets, PDG de Fayard, a annoncé la parution du livre Historiciser le mal. Une édition critique de Mein kampf aux éditions Fayard, le 2 juin 2021, 864 p. réalisé par deux universitaires spécialistes de l’histoire du nazisme, Andreas Wirsching, professeur d’histoire moderne à l’université Lludwig-Maximilians de Munich et Florent Brayard, chercheur au CNRS (Centre de recherches historiques). Ce livre comprend le texte intégral de Mein Kampf ainsi qu’une critique scientifique de ce texte. L’annonce du projet a créé des débats autour de la question de la réédition d’une telle œuvre, mais pour la présidente de Fayard, cette republication est une «déconstruction ligne par ligne» de l’œuvre. Afin d’empêcher les achats par simple curiosité, celui-ci ne pourra s’obtenir que par commande et aura un prix dissuasif.

2021 – Lire

A signaler le livre d’Andrés Neuman Fracture paru aux Editions Buchet-Chastel, Paris, 2021, 518 p., retraçant la vie de Yoshie Watanabe, un survivant d’Hiroshima. Au travers les témoignages des quatre femmes qu’il a aimé, l’auteur retrace le parcours d’un homme « meurtri dans sa chair » faisant face à des évènements tragiques de la fin du XXème siècle. « Mais la beauté de ce roman délicat tient surtout à sa façon dont l’auteur offre à son personnage la possibilité de se réapproprier le drame originel qu’il a vécu. La honte du survivant, doublée de l’humiliation du peuple japonais vaincu, a contraint l’homme d’affaires à un silence mortifère, dont (il) rend compte en faisant parler les autres personnages à sa place » [Le Monde 28 mai 2021]. Un récit important d’autant que l’on manque de témoignages après le drame d’Hiroshima.

2021- Lire

Lire, le récit illustré de François Boucq et Yannick Haenel Janvier 2015 – Le procès paru aux Editions Les Echappés, Paris, 2021, 216 p. qui retrace les trois mois et demi d’audience du procès des attentats de Charlie Hebdo. Dans ce livre, se mêlent témoignages et plaidoiries que les auteurs ont capté « sur le vif » au procès de janvier 2015 dit procès de Charlie Hebdo, d’une policière de Montrouge et de l’Hyper Casher.

2021 – Exposition du 19 mai 2021 au 7 novembre 2021 – Archives

A signaler l’exposition à la Bnf des archives du cinéaste israélien Amos Gitai qui avait réuni plusieurs documents pour ses essais filmés sur le Premier ministre israélien Yitzhak Rabin mort assassiné en 1995. Ce n’est pas une première pour l’artiste israélien qui avait déjà fait don de matériaux à la Cinémathèque française, à la Cinémathèque suisse, à l’université de Stanford et à la  Bibliothèque nationale d’Israël. Une exposition détaillant le processus de création de ses œuvres avec 30 000 documents et 150 000 fichiers retraçant l’histoire de cet assassinat et ses implications.

MIII 10 ans du mandat de Catherine Marchi-Uhel

La magistrate française, Catherine Marchi-Uhel, est cheffe depuis mars 2011 du Mécanisme international, impartial et indépendant dit MIII. Cet organisme est chargé par l’ONU de faciliter les enquêtes sur les violations du droit international commises en Syrie. Dans une interview accordée au journal Le Monde, Catherine Marchi-Uhel précise que cet organisme est « un facilitateur de justice (…) nous ne sommes pas amenés à rendre nous-mêmes la justice ». Le MIII constitue un important corpus de documentation et établit des fichiers relatifs aux exactions commises en Syrie. C’est grâce à cette base de donnée qu’à pu se tenir il y a un an à la Haute Cour régionale de Coblence le procès d’Eyad Al-Gharib, ancien membre des services de renseignement syrien et d’Anwar Raslan, ex colonel tout deux jugés pour crimes contre l’humanité.

28 mai 2021 – l’Allemagne demande pardon à la Namibie et aux descendants des victimes

Il aura fallut près de six années de négociations diplomatiques pour que l’Allemagne qualifie de génocide le massacre des Herero et des Nama entre 1904 et 1908. Suite à l’engagement du gouvernement d’Angela Merkel, en 2016 de travailler sur le passé colonial du pays et suite aux restitutions par l’Allemagne de restes humains issus des massacres, les excuses officielles du gouvernement étaient une étape attendue. Ayant un « programme de reconstruction et de développement », le pays se refuse cependant à toute indemnisation qui est prévue par la convention pour la prévention et la répression du crime de génocide adoptée en 1948, cette dernière n’étant pas rétroactive. En Namibie, le grand quotidien The Namibian a qualifié d’ « insulte » pour les descendants des victimes cette position allemande duale.

2021 – Série-documentaire Les Voix du goulag 

A suivre la diffusion de la série documentaire Les Voix du goulag (6 épisodes, 52 minutes par épisodes) réalisée par Valérie Nivelon sur le site de RFI à partir du 9 juin. Ce documentaire revient sur les déportations  de milliers d’hommes, d’enfants et de femmes par le régime soviétique entre 1939 et 1950 et réuni des témoignages inédits d’anciens déportés. La réalisatrice a souhaité mettre l’accent sur une histoire « longtemps occultée » par les victoires sur le nazisme à la fin de la Seconde Guerre mondiale puis par la Guerre froide. Cette série documentaire est réalisée dans le cadre du projet « Archives sonores – Mémoires européenne du Goulag – CNRS/ RFI », archives constituées à l’issue d’une enquête considérable (13 chercheurs de 8 nationalités coordonnés par le CERCEC en collaboration avec RFI, 160 témoignages, 300 heures de son).

8 juin 2021 – Rejet de l’appel du « boucher de Bosnie » contre ses condamnations de 2017

Ce mardi 8 juin 2021,  le mécanisme résiduel international pour les tribunaux pénaux a confirmé les condamnations de 2017 à l’encontre de Ratko Mladic pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocide.  Condamné à la peine de prison à vie, il avait commis plusieurs crimes. Parmi eux, le massacre en juillet 1995 à Srebrenica de milliers d’hommes et de garçons musulmans et la « campagnes de nettoyage ethnique » en Bosnie-Herzégovine de 1992 à 1995.

10 juin 2021 – Publication du rapport Crimes contre l’histoire

La Fédération internationale des droits de l’homme a publié un document de 80 pages qui rend compte de toutes les attaques qu’ont subi différentes personnes travaillant sur la mémoire historique de la Russie. Une histoire officielle a été établie par le gouvernement russe qui condamne les historiens, universitaires, journalistes ou ONG ne partageant pas leur vision. C’est le cas d’Iouri Dmitriev qui a été condamné pour violences sexuelles après avoir révélé une liste de 40000 personnes exécutées et déportées pendant la terreur en Carélie. C’est dans cette optique de contrôle de l’histoire que sept lois mémorielles ont été adoptées depuis l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine.

17 juin 2021 – Le retour en Côte d’Ivoire de Laurent Gbagbo

Acquitté conjointement avec Charles Blé Goudé par la CPI des accusations de crimes contre l’humanité, l’ancien chef d’Etat est rentré à Abidjan et a fait une apparition à son ancien siège de campagne dans l’après-midi du 17 juin 2021. Il était au pouvoir depuis 2000 et avait été, en 2011, transféré à la CPI. Malgré l’absence d’interdiction de rassemblement, la police a dispersé la foule à l’aide de gaz lacrymogène créant un climat de tension. Les médias ont largement couvert ce retour.

2021 – Patrimoine culture/ CPI

En mars 2021, le bureau du procureur de la CPI avait publié un Projet de politique générale relative au patrimoine culturel à des fins de consultations dans le but de recueillir les observations des Etats parties au Statut de Rome, de la société civile et de l’ensemble des organisations concernées. C’est désormais chose faite, les commentaires sont en voie de dépouillement. Cette initiative s’inscrit dans le cadre du plan stratégique du bureau du procureur qui « cherche à mettre l’accent sur les crimes visant ou touchant le patrimoine culturel », lequel procureur ajoute : « le patrimoine culturel est l’incarnation de la continuité de l’histoire humaine, une célébration de notre identité, de ce que nous avons en commun et de la richesse de notre diversité ».

Conférence- Cour de cassation (Grand’chambre)

Cycle annuel de conférences « La justice entre mémoire et oubli »
Conférence – Cour de cassation (Grand’chambre)

Lundi 21 juin 2021 / 17h – 18h30
« Le devoir de mémoire et son inscription dans l’espace public »
Monsieur Johann MICHEL
Professeur de science politique à l’université de Poitiers,
Membre du CEMS (CNRS-EHESS)

Association Française pour l’Histoire de la Justice-  Cour de cassation

FIl- INFO- MAI 2021

3 mai 2021 – Paris – Rwanda

Au début du mois de mai, le procureur de Paris, Rémy Heitz, signe un communiqué dans lequel il précise qu’il n’y a eu, de la part des forces militaires françaises, aucune aide ou assistance, aucune adhésion et aucune intention d’intervenir dans la commission du génocide des Tutsi. Ce communiqué est réalisé à la suite du réquisitoire de non-lieu du 28 avril 2021 (affaire Bisesero) par le parquet de Paris qui intervient quinze ans après la saisie de la justice par six parties civiles en 2005.

6 mai 2021 : CPI : Condamnation Dominic Ongwen

La Cour pénale Internationale a prononcé sa deuxième plus longue peine à l’encontre de Dominic Ongwen. Accusé de 61 crimes de guerre et contre l’humanité commis dans le nord de l’Ouganda entre 2002 et 2005, il a été condamné à 25 ans d’emprisonnement bien que des circonstances atténuantes lui aient été accordées. Cette peine peut faire l’objet d’un appel et le temps qu’il a passé en détention sera déduit de celle-ci.

Le mardi 11 mai 2021 – Le premier musée-mémorial du terrorisme à Suresnes

L’Elysée annonce la pose de la première pierre en mars 2022. L’inauguration est prévue pour 2027 selon Henry Rousso, historien et responsable du projet. Le musée va être installé à la place des locaux actuels de l’INSHEA (Institut National Supérieur de Formation et de Recherche pour l’Education des Jeunes Handicapés et les Enseignements Adaptés) qui est proche du Mémorial de la France combattante, monument en hommage aux français combattants, résistants et déportés de la Seconde Guerre mondiale. C’est un établissement qui rendra hommage aux victimes et survivants d’attentats terroristes. Il sera divisé en deux parties : la première sera un mémorial des victimes françaises du terrorisme depuis l’attentat du drugstore Publicis à Paris en 1974 jusqu’à aujourd’hui ; la deuxième partie correspondra à un musée. Selon Henry Rousseau, dans une interview donnée au Figaro en 2021, ce mémorial sera aussi un « lieu de transmission ».

10 mai 2021 – Génocide des Yézidis

L’équipe d’enquête des Nations Unies dirigée par Karim Khan a établi « des preuves claires et convaincantes que le génocide avait été commis par l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) contre les Yézidis en tant que groupe religieux ». Une enquête qui a pu progresser grâce au fond de preuve de l’UNITAD (United Nations Investigative Team to Promote Accountability for Crimes Committed by Da’esh/ISIL). Elle a révélé la responsabilité de l’EIIL pour la commission de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité et l’identification par les enquêteurs de 1444 auteurs présumés. Il s’est aussi exprimé sur d’autres enquêtes dont celle concernant le massacre du camp Speicher en 2014 qu’il qualifie de « génocide » et de « crime de guerre » ainsi que l’enquête sur le développement d’arme chimique confirmant la mise en place d’un programme en 2014. Les éléments de preuves réunis par ces enquête ont ouvert la voie à aux poursuites Internationales à l’encontre des membres de l’EIIL.

12 mai 2021 – Contribution de l’Irlande au fonds au profit des victimes de la Cour pénale internationale

L’Irlande a souhaité apporter son soutien aux « victimes des pires crimes » en s’engageant avec une contribution volontaire de 300 000 euros au FPV de la CPI. Cette contribution sera divisée en deux, une partie allant au mandat de réparation, l’autre au mandat d’assistance. L’augmentation de cette contribution par rapport à 2020 témoigne de l’importance que porte le pays à la justice réparatrice. L’ambassadeur d’Irlande au Pays-Bas, S.E. Kevin Kelly nous fait part de l’importance de « faire de la justice réparatrice une réalité et donner dignité et espoir aux victimes de crimes relevant de la compétence de la CPI ».

18 mai 2021 – Le Danemark rapatrie des femmes de djihadistes

Le ministre des Affaires étrangère du Danemark, Jeppe Kofod, a annoncé le rapatriement de trois mères et de leurs 14 enfants. En faisant cela, il revient sur la déclaration de début mars de la première ministre danoise, Mette Frederiksen, qui excluait un rapatriement des femmes de djihadistes. Cette décision fait suite à un rapport des services de renseignements (PET) mesurant les risques de laisser les familles dans les camps ; elle s’explique par une situation de détention qui n’a cessé d’empirer : les enfants souffrent de sous-alimentation et d’anxiété. Le rapatriement des enfants, accompagnés de leur mère a été souhaité par des médecins estimant qu’une séparation d’avec celle-ci pourrait « aggraver leur santé mentale ».

24 mai 2021 CPI : ouverture de l’audience de confirmation des charges dans l’affaire Le procureur c. Ali Muhammad Ali Abd-A-Rahman

Du 24 au 27 mai 2021 a eu lieu l’audience de confirmation des charges de l’affaire Le Procureur c. Ali Muhammad Ali Abd-Al-Rahman. Suspecté de 31 chefs de crimes de guerre et contre l’humanité, l’audience avait pour but de déterminer si l’intéressé avait commis ces crimes, crimes qui auraient été commis entre 2003 et 2004 au Darfour et au Soudan. S’ils sont avérés, l’affaire sera envoyée devant une chambre de première instance.

18 mai 2021 conflit israélo-palestinien

Un entretien intéressant réalisé par Louis Imbert est publié dans Le Monde du 18 mai sous le titre « le directeur de l’organisation israélienne de défense des droits humains Betselem dénonce des crimes de guerre ». L’interviewé Hagai El-Ad, directeur exécutif de l’organisation de défense des droits humains israélienne Betselem, estime que « dans l’escalade militaire en cours à Gaza depuis le 11 mai, Israël a tué des civils assiégés et détruit des infrastructures tandis que le Hamas tire des roquettes sur les villes israélienne » et que cela constitue « des crimes de guerres » dans les deux cas. Le journaliste lui pose alors la question suivante « la cour pénale internationale a ouvert une enquête dans les territoires palestiniens. Peut-elle s’étendre aux évènements actuels ? » Auquel il répond « Les évènements de 2014 et de 2018 à Gaza [la répression de la « marche du retour » aux frontières de l’enclave] sont déjà sur le bureau de la procureure. Il semble qu’elle aura plus de cas à examiner. Nous n’avons cessé de la répéter : l’impunité se paie dans le sang. Parce que aucune responsabilité n’a été prise en 2009, nous avons eu la guerre de 2014. Parce que aucun compte n’a été rendu en 2014, nous avons 2021. La responsabilité n’est pas qu’un concept de droit théorique. Elle ne sert pas seulement à ce que justice soit rendue aux victimes. Elle permet aussi que les crimes ne se répètent pas. ».

2021 – Série Panda, la voix du Djihad

À suivre sur France Inter à partir du lundi 24 au jeudi 27 mai 2021 la série de 6 épisodes Panda, la voix du Djihad, une fiction de Vincent Hazard autour de Fabien Clain, alias Panda, qui est un recruteur pour Daesh en France. L’auteur retrace le parcours de ce Réunionnais, qui est un des responsables des attentats terroristes de 2015 à Paris et à Saint-Denis, de l’attentat manqué de Villejuif et du meurtre d’un couple de policier à Magnanville. La scénariste a déclaré vouloir être « le plus complet possible sur ces problématiques qui ont des sources sociales, économiques, intimes, religieuses et politiques, grâce à l’expertise de la journaliste d’investigation Claire Tesson ».

 Mai 2021- Documentaire

Diffusion du documentaire Les mémoires vives de la guerre d’Algérie. Ce que nos pères ont fait en Algérie de Somany NA et Alain LEWKOWICZ sur France culture du 3 mai au 6 mai 2021, 4 épisodes de 80 minutes (podcastable). Approche centrée sur le témoignage de ceux qui ont vécu la guerre d’Algérie dans différentes situations, point de vu d’autant plus intéressant que comme le signale l’auteur « la guerre d’Algérie est dans toutes les familles qu’elle soit maghrébine, gauloise, pieds noirs ou juives » et c’est « comme si chacun avait une souffrance qu’il ne voulait pas transmettre à l’autre », lacune que ce documentaire permet de réparer en partie.

2021 – Un droit d’asile accordé aux Afghans qui ont travaillé pour la France

La France permet à près d’une centaine d’Afghans ayant travaillé pour des ONG ou des institutions françaises en Afghanistan d’obtenir l’asile. Une opération qui concerne plus de six cents personnes et qui est contestée par plusieurs partenaires Européens et plusieurs ONG remettant en cause son bien-fondé, toutes les catégories de personnels étant considérées en danger dans le cadre d’une possible prise de Kaboul par les Talibans, les critères de sélections sont étendus. « L’administration du président américain, Joe Biden, a fait savoir qu’elle cherchait, pour sa part, le moyen d’offrir à certains un ticket pour les Etats-Unis, avant que son retrait ne soit définitif ».

2021 – L’école Bugeaud rebaptisé au nom d’Ahmed Litim

Au moment où les débats sur les débaptisassions de lieux et les déboulonnages de statut de « héros » controversés battent leur plein, le maire de Marseille Benoît Payan décide de débaptiser l’école Bugeaud située dans le troisième arrondissement de sa ville. Ce maréchal de France,  gouverneur général de l’Algérie dès 1840, resté dans les mémoires comme l’officier qui a soumis l’émir Abdel Kader  est aussi celui qui a mis à mort des milliers de civils par le procédé des enfumades soit l’asphyxie de colonisés dans des grottes obturées. Cette opération d’extermination avait déjà été dénoncée dans la première moitié du XIXème siècle à la Chambre des Pairs. L’établissement portera désormais le nom d’un tirailleur algérien Ahmed Litim, libérateur de la ville mort le 25 août 1944.

2021- Lire

A lire le beau livre de Patrick de Saint-Exupéry, La traversé. Une odyssée au cœur de l’Afrique, Paris, Les Arènes, Collection Reporters, 336 p. qui est une enquête se déroulant au Congo pays dans lequel s’enfuirent de nombreux responsables du génocide des Tutsi au Rwanda. L’auteur revient sur « le rapport du projet Mapping sur le Congo, publié en 2010 par le Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’homme, consacré aux atteintes aux droits de l’homme dans le pays entre 1993 et 2003. Ce rapport a examiné près de 600 « incidents violents » survenus au cours de cette période. Sur les allégations de crimes de génocide commis contre les Hutu en 1996 et 1997, le document utilise de façon répétée un conditionnel très prudent. Il s’abrite derrière la nécessité d’une véritable enquête judiciaire. Mais, en acceptant la simple hypothèse d’une intention systémique de détruire cette population spécifique, le rapport ouvre la voie à une symétrie, au renversement dialectique».

2021- Documentaire

Un documentaire à remarquer, celui d’Anne Poiret : Enfant de Daesh, les damnés de la Terre, France, 2021, 70 min sur les enfants perdus du Djihad, enfants de combattants et enfants soldats de l’Etat islamique en Irak et en Syrie. Une enquête qui rend compte de la situation de ces enfants de djihadistes « livrés à eux-mêmes », victimes indirectes de l’Etat islamique. Entassés dans des camps, l’Etat Irakien refuse encore à l’heure actuelle de leur donner une existence légale. Les seuls qui ont pu rentrer chez eux sont les Yézidis, communauté dont les garçons ont été embrigadés après que les djihadites aient tué les hommes et réduis les femmes et les filles en esclavage sexuel. «  Ils sont eux aussi victimes des terroristes et de la société » fait remarquer une intervenante qui ajoute « si rien n’est fait à la moindre occasion ils vont vouloir venger leur frère ou leur père ».

2021 – Lire

Parution un témoignage bouleversant sur l’enfer dans les camps ouïgours sur l’enfer au Xinjiang. Sayragul Sauytbay, kazakhe de 44 ans et auteure du livre Condamnée à l’exil parut en mai aux éditions Hugo Doc, témoigne de son expérience de formatrice en camp d’internement de novembre 2017 à mars 2018 ; elle avait pour rôle de « rééduquer » les individus internés. Elle fait part des mauvais traitements qu’ont pu subir les personnes qu’elle a pu rencontrer avant de s’échapper pour aller au Kazakhstan. Elle précise dans son témoignage que ces « centres » sont de plus en plus dissimulés, évoquant même des « camp souterrains » afin que la Chine reçoive des visites de délégations étrangères et puisse ainsi les dissimuler.

mai 2021 – Lire

A signaler le livre de l’historien et archéologue, Laurent Olivier, Ce qui est arrivé à Wounded Knee. L’enquête inédite sur le dernier massacre des indiens, Paris, Flammarion, 2021, 522 p. fruit de son enquête sur l’histoire du massacre de Wounded Knee en 1890. Il met en lumière l’histoire de ce massacre pour lequel deux versions s’affrontent ; celle des soldats de l’armée qui n’auraient fait que répliquer et celle des Sioux racontant la fusillade des hommes par les soldats puis le massacre du reste de la population au canon. Après avoir exploré ces archives, il a maintenant comme projet de faire des fouilles archéologiques sur le site du massacre afin d’apporter des preuves matérielles supplémentaires.

FIL- INFO- AVRIL 2021

2 avril 2021 – Documentaire « La guerre dans l’ombre : les défis de la lutte contre le terrorisme dans le Xinjiang »

Le 2 avril 2021, la Chine diffusait sur sa chaîne de télévision d’Etat « La guerre dans l’ombre : les défis de la lutte contre le terrorisme dans le Xinjiang », un documentaire justifiant la politique répressive et les condamnations à mort des Ouïgours. Ce documentaire fait le lien entre des organisations terroristes Internationales et certains responsables locaux. Il intervient à la suite des différentes sanctions prises par certains acteurs de la société Internationale à l’encontre de la Chine auxquels celle-ci a répondu en sanctionnant à son tour des personnalités politiques de ces pays. Les chaînes de télévision d’Etat ont mis en avant la propagation de « fake news » par les médias occidentaux, des confessions « de certains protagonistes comme l’ancien chef de police Shirzat Bawudun condamné pour terrorisme » ou encore « la divulgation de certains manuels scolaires incitant au terrorisme et au séparatisme ».

2 avril 2021 – Etats-Unis : révocation du décret sanctionnant certains membres de la CPI

Les Etats Unis ont révoqué le 2 avril 2021 le décret exécutif 13928 visant à sanctionner certains membres de la CPI. Une décision qui s’inscrit, selon la CPI, dans « un contexte d’amélioration » du système du Statut de Rome pour poursuivre les crimes les plus graves de portée internationale. La présidente de l’Assemblée des Etats salue cette décision considérant un engagement commun de lutte pour ces crimes. La Cour, dans un communiqué de presse du 3 avril 2021 se dit « prête à renouer avec les Etats-Unis dans le prolongement de cette tradition fondée sur le respect mutuel et engagement constructif ».

3 avril 2021 – Opération juridico-numérique sur la plateforme V (pour Verdict)

Une opération juridico-numérique a été lancé à l’encontre de l’enseigne Nike pour son travail avec le fournisseur Qingdao Taekwang Shoes Co. Ltd, responsable d’un transfert de 600 ouvrier Ouïgours. Cette opération fait appel à de nombreux influenceurs qui ont pour rôle d’inciter les personnes à venir déposer une plainte sur la plateforme française V pour former une action collective. Cette démarche permet de renforcer la plainte déposée contre Nike par l’association des Ouïgours de France (avocat Mourad Battikh). Cette affaire montre encore une fois le lien souvent délétère entre les firmes multinationales et certains Etats autoritaires, ici en particulier avec la Chine qui exploite les Ouïgours dans des camps usine réparties sur l’ensemble du territoire.

3 avril 2021 – Le travail de mémoire post conflit

La maison d’Izieu avait lancé un appel à témoins afin de rendre hommages aux personnes et collectivités s’étant mobilisées pour la première commémoration du 7 avril 1946, commémoration de la rafle des enfants juifs par la Gestapo de Lyon dirigée par Klaus Barbie en avril 1944. Suite à la découverte des clichés pris par un photographe, d’autres archives ont été retrouvées (dossier de la première commémoration dans la cave de la préfecture, photos diverses de particuliers) retraçant cette journée. Elles montrent la force des commémorations post conflictuelles qui ont été « très tôt associée(s) à la mémoire d’Izieu contrairement à l’idée qui s’était installée au moment du procès Barbie en 1987, à Lyon ».

7 avril 2021 – Déclaration de Fatou Bensouda sur la lutte contre la destruction du patrimoine

Lors d’une visite à Tombouctou, la procureure de la CPI, Fatou Bensouda, a participé à une cérémonie historique de réparation organisée par l’UNESCO. Celle-ci faisait écho à la condamnation de M. Ahmad Al Faqi Al Mahdi en 2016, reconnu coupable par la CPI de crimes de guerre concernant des bâtiments religieux et historiques. Cette visite a été l’occasion de rappeler l’importance que porte la Cour dans la lutte contre la destruction du patrimoine culturel en temps de guerre. Elle en a profité pour remercier l’UNESCO pour son aide dans la publication que la Cour vient de réaliser, le Projet de politique générale relative au patrimoine culturel, paru le 23 mars 2021.

Tribune du Monde 12 avril 2021 – Premières Nations : des stérilisations forcées au Canada ?

Depuis 2017, des rapports ont constaté des violations des droits de la personne sur les Ouïghours, une communauté turcophone à majorité musulmane sunnite de la région du Xinjiang, par les autorités chinoises. Des sanctions ont été, en mars dernier, imposées à la Chine par le Canada ainsi que ses alliés Américains et Européens. La critique du Canada concernant les stérilisations contraintes des Ouïgoures en Chine a suscité de vives réactions de la part des femmes des premières Nations. Une avocate, Alisa Lombard, mène un combat judiciaire depuis 2017 dans le but d’obtenir la reconnaissance et la réparation de la part du gouvernement Canadien pour le traitement similaire qu’ont subi les communautés autochtones. Dans une lettre ouverte publiée le 12 mars 2021 dans Le devoir, elle qualifie cette pratique de « génocide ». Elle dénonce une pratique qui est toujours d’actualité et reproche au gouvernement de n’y avoir jamais mis fin. Ce débat a engendré une réaction aux sanctions contre la Chine par la porte parole du ministère des Affaires étrangères chinoise, Hua Chunying, qui rappelle au Canada son « bilan ignoble en matière de droits de la personne ».

12 avril 2021 Signature de contrat de restitution de deux tapisseries flamandes du XVIIème siècle spoliées par les nazis.

Rudolf Mosse, grand collectionneur éditeur de journaux a légué à sa mort (début du XXème siècle) ses titres de presse et sa collection d’œuvre d’art à ses enfants. Profitant de la fuite des héritiers de Mosse, le gouvernement nazi s’empara de tous leurs biens. Les œuvres furent éparpillées, vendues ou perdues. Deux œuvres furent données en 1971 par Isaac Wolfson au Tel Aviv Museum of Art. Elles vont y rester près de 50 ans avant que l’histoire de leur provenance soit repérée par la fondation Mosse Art Restitution en 2019. Le musée a racheté les œuvres auprès de la famille suite à une estimation juste et équitable. Cette restitution est une première pour le musée telavien.

18 avril 2021 – 75ème anniversaire de la Cour Internationale de Justice

A signaler, une initiative originale prise à l’occasion du 75ème anniversaire de la CIJ : l’invitation le 18 avril 2021 par la Cour de Simon Gronowski à un évènement/hommage au travail de la dite Cour. Simon Gronowski est un survivant de l’Holocauste – arrêté à Bruxelles par la Gestapo à l’âge de 11 ans, puis déporté avec sa mère et sa sœur — qui a expliqué comment « la vie est impossible sans musique » à l’UNRIC (le centre régional d’information des Nations Unies) ; il raconte comment celle-ci est un facteur d’équilibre et d’intégration sociale dans les périodes d’après guerre. Lors de cet évènement musical virtuel fut joué « Hymne des Nations », écrit en 1913 par le compositeur juif Charles Grelinger décédé à Auschwitz.

19 avril 2021 –Nouveau rapport sur le rôle de la France pendant le génocide des Tutsi

Alors que la France débat encore du rapport Duclert remis au président de la République le 26 mars 2021 (voir Fil ‘Info mars) Paul Kagame, dirigeant du Rwanda, vient de recevoir un rapport intitulé « Un génocide prévisible : le rôle de l’Etat français en lien avec le génocide contre les Tutsis au Rwanda ». Ce rapport a été commandé à un cabinet d’avocats de Washington, le cabinet Muse. Ce rapport s’appuie sur des documents provenant de différentes ONG ainsi que sur des témoignages, des sources directes (diplomatie) et indirectes (articles de presse). Après avoir montré combien ce génocide était prévisible, il insiste sur le fait « qu’au cours des 25 dernières années l’Etat français a mené une opération de camouflage afin d’enterrer son passé au Rwanda » fait d’autant plus grave selon les auteurs du rapport que « l’Etat français porte une lourde responsabilité pour avoir rendu possible un génocide prévisible (…) pendant de nombreuses années, l’Etat français a soutenu le régime corrompu et meurtrier du Président rwandais Juvénale à Habyarimana ». Ce rapport exclut ce qu’au Rwanda on appelait jusque là « une part active de la France dans la préparation et l’exécution du génocide » (commission Mucyo 2008). Cela permet un apaisement des relations entre les deux pays et selon la formule du Président Macron « une nouvelle étape qui permet de se projeter dans un avenir commun ».

24 avril 2021 – Etats-Unis : Reconnaissance du génocide arménien

Joe Biden a admis la qualification de génocide pour les massacres et déportations commis par les Ottomans à partir de 1915. La reconnaissance politique de ce génocide est encore sujette à controverse du fait de la négation de celui-ci par certains pays et en particulier par la Turquie (il est reconnu par une trentaine d’Etats). En décembre 2019, le génocide avait été reconnu par le congrès américain, mais l’ancien président, Donald Trump, l’avait simplement qualifié d’ « une des pires atrocités de masse du XXème siècle ». La Turquie « rejette entièrement » cette reconnaissance par les Etats-Unis.

Avril 2021 – De l’utilité de la justice plus d’un demi-siècle après les conflits

L’arrestation puis l’inculpation par le parquet de Neuruppin dans le land de Brandebourg en février 2021 d’un gardien du camp de concentration d’Oranienburg-Sachsenhausen accusé de complicité dans plus de 3500 meurtres de détenus a permis de redonner de l’espoir au Collectif Saint-Jean à Marseille. Celui-ci milite en effet depuis des années pour la reconnaissance d’une « rafle oubliée », celle de 20000 personnes le 24 janvier 1943, françaises, grecques, arméniennes, italiennes du quartier Saint-Jean près du vieux port. Même si cet homme âgé de plus de cent ans ne sera probablement jamais jugé, ce passage tardif de la justice aura permis le réveil d’une mémoire commune de cette journée jusque là cantonnée aux histoires intra familiales.

Avril 2021 – Menace du patrimoine culturel arménien

Menace sur le patrimoine culturel arménien dans le Haut-Karabagh à la suite du conflit qui a opposé l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Selon les arméniens, 1456 monuments dont 161 monastères et églises 345 pierres tombales historiques et 591 khatchkar (stèles en pierre en forme de croix) serait en passe d’être livré à une démolition systématique par l’Azerbaïdjan qui voudrait ainsi effacer toute trace des arméniens dans la région. L’Azerbaïdjan proteste et accuse l’Arménie d’avoir détruit des dizaines de mosquées et des centaines de musées au Haut-Karabagh dans les 30 dernières années. L’UNESCO précise qu’elle reçoit tous les jours des plaintes venant des deux camps et qu’elle propose d’envoyer une mission d’expertise pour faire un inventaire des biens à protéger, mission qui s’avère pour l’instant impossible à mettre en place.

Avril 2021- Mise en place du programme Caucasus Heritage Watch

Aux États-Unis, des chercheurs de l’université Cornell (New-York), archéologues, ont lancé le programme Caucasus Heritage Watch qui tente de documenter les descriptions à partir d’images satellites. Les dossiers ainsi constitués seront autant d’archives à utiliser en cas d’enquête internationale.

2021- Les procès du Tribunal pénal international

A signaler la rediffusion du documentaire de Lucio Mollica Ex-Yougoslavie, Les procès du Tribunal pénal international (Allemagne, 2021, 2×55 min) sur la chaîne Arte relatant les causes de la création du Tribunal pénal international pour l’Ex-Yougoslavie après une série de conflits en Ex-Yougoslavie de 1991 à 2001. Ce documentaire mêle différentes archives, témoignages de juges, bourreaux et victimes. Parmi eux, celui de Bijlana Plavsic, présidente de la République de Bosnie et Esad Landzo, ancien tortionnaire du camp de Celebeci.

29 avril 2021 Parution : La guerre de vingt ans. Djihadisme et contre-terrorisme au XXIe siècle de Marc Hecker et Elie Tenenbaum, Paris, Editions Robert Laffont, 272 p.

Ouvrage retraçant l’évolution du djihadisme ainsi que sa poursuite par les pays occidentaux et leurs alliés. L’auteur se questionne sur ce qui a réellement été réalisé dans ce domaine en vingt ans. « Décryptant les dynamiques stratégiques de cet affrontement, les auteurs expliquent pourquoi il est si difficile de casser la spirale de la violence et tirent de ces deux décennies de lutte des leçons essentielles pour l’avenir ».







FIL- INFO – MARS 2021

1 mars 2021 – Nomination du greffier, du président et du vice-président du Tribunal spécial pour le Liban

De nouveaux juges pour un mandat de dix-huit mois à la chambre d’appel du Tribunal spécial pour le Liban : la juge Ivana Hrdličková (République tchèque) au poste de présidente, M. le juge Ralph Riachi (Liban) au poste de vice-président. Un nouveau greffier, David Tolbert, a également été nommé. En mars, le TSL va présenter son douzième rapport annuel au Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies et au gouvernement libanais. Ce rapport décrit les activités et les étapes importantes du tribunal entre le premier mars 2020 et le 28 février 2021 y compris le prononcé du jugement de première instance dans l’affaire Ayyash.

10 mars 2021 – Six nouveaux juges ont prêté serment à la CPI

Au cours d’une cérémonie tenue au siège de la Cour à La Haye (Pays-Bas), six nouveaux juges à la CPI ont prêté serment. Cette cérémonie a aussi marqué le départ de six juges sortants dont le mandat arrivait à terme. Les juges ont été élus pour un mandat de neuf ans par l’Assemblée des Etats Parties au Statut de Rome en décembre 2020. Les juges qui sont rentrés en fonctions sont Mme Joanna Korner (Royaume-Uni), M. Gocha Lordkipanidze (Géorgie), Mme María del Socorro Flores Liera (Mexique), M. Sergio Gerardo Ugalde Godinez (Costa Rica), Mme Miatta Maria Samba (Sierra Leone), et Mme Althea Violet Alexis-Windsor (Trinidad et Tobago).

11 mars 2021- Les nouveaux membres de la présidence de la CPI élus pour 2021-2024

En séance plénière, les juges de la Cour pénale internationale (CPI) ont élu les nouveaux membres de la présidence pour l’année 2021 à 2024. Pour des raisons liées à la pandémie de COVID-19, la séance était à distance. M. le juge Piotr Hofmański a été élu Président de la Cour, Mme la juge Luzdel Carmen Ibáñez Carranza première vice-présidente et M. le juge Antoine Kesia-MbeMindua second vice-président. Elle prend en charge l’administration, les affaires juridiques et judiciaire ainsi que les relations extérieures.

15 mars 2021 – Spoliation/ Restitution

Le 15 mars 2021 à l’occasion d’une conférence de presse, Roselyne Bachelot a annoncé l’élaboration d’un projet de loi afin de restituer le tableau « Rosiers sous les arbres » de Klimt, tableau issu d’une spoliation. « Rosiers sous les arbres » avait été acheté par un industriel juif Marc Zuckerland au début du XXème siècle. En possession par la suite de sa nièce, Nora Stiasny, il fut vendu pendant la guerre à un sympathisant nazi autrichien pour une somme ridicule avant qu’elle ne soit déportée avec toute sa famille en 1942. Bien plus tard, le tableau se trouva à la galerie Peter Nathan à Zurich puis fut acquis par le musée d’Orsay en 1980. C’est en 2018 et grâce aux recherches menées par Ruth Pleyer que la vente du tableau par Nora Stiasny  sous la contrainte fut établie. Malgré l’achat en toute légalité de cette œuvre, la restitution aura bien lieu, Roselyne Bachelot estimant que cet acte fait partie de « notre honneur et l’accomplissement de notre devoir face à l’histoire ».

17 mars 2021 – Le tabou des viols pendant la guerre d’Algérie

À signaler la tribune de Florence Beaugé dans Le Monde du 17 mars 2021 sur les lacunes concernant le travail de la mémoire sur les tortures et les agressions sexuelles commises par des soldats français lors de la guerre d’Algérie. L’un des plus gros traumatismes de cette guerre d’indépendance concernait la question des viols. Les violences subies par les femmes comme les hommes était tenue secrètes, engendrant un déshonneur pour celles qui en parlaient. L’une des premières à avoir témoigné fut Louisette Ighilahriz dans le journal Le Monde, où elle dénonçait les sévices qu’elle avait subit en 1957 à Alger. Une historienne qui enquête sur ces viols précise au journal que « ce silence, ce tabou se disent quand même à bas bruit, il faut savoir les écouter ».

24 mars 2021 – Ecosse : restitution d’une tête d’Oba au Nigéria

La restitution d’une tête d’Oba en bronze, œuvre nigériane acquise en 1957, va être faite au Nigéria par l’Université écossaise d’Aberdeen. Suite à une intervention militaire en février 1897, la ville de Benin city autrefois appelée Edo, est pillée et ravagée par un corps expéditionnaire britannique avec à sa tête l’amiral Harry Rawson. Des milliers d’œuvres sont pillées et ramenées à Londres pour être soit exposées dans les musées de Grande Bretagne, soit revendues. La décision du retour de cette tête en bronze s’inscrit dans l’idée d’une restitution progressive des œuvres nigériennes à l’Edo Muséum of West African Art par plusieurs pays d’Europe. Elle a commencé par l’accord de prêt passé entre le Benin Dialogue Groupe en 2018 et les musées Européen détenteurs de ces œuvres.

26 mars 2021- Rwanda : la commission Duclert conclut à une faillite militaire et politique de la France de 1990 à 1994

La commission, présidée par Vincent Duclert, historien spécialiste des génocides et chercheur titulaire de l’Ehess, a rendu son rapport final le 26 mars 2021. Celui-ci, commandé par Emmanuel Macron le 05 avril 2019, avait pour but de rechercher la part de responsabilité de l’Etat français dans le génocide rwandais. Il conclut à ‘’un ensemble de responsabilités lourdes et accablantes’’ ainsi qu’un ‘’aveuglement’’ idéologique de la politique militaire de Mitterrand et de ses conseillers. Leur analyse s’appuie sur les archives de la période 1990 à 1994, partant de l’opération Noroît jusqu’aux termes de l’opération Turquoise. 2 ans de travaux de recherches accrues et un accès non équivoque à des archives sensibles ont servi à l’analyse de la commission d’historiens, condensée dans près de 1200 pages de rapport. Cette rédaction a suscité de multiples réactions en France et au Rwanda.

30 mars 2021 – Affaire Ntaganda : Confirmation de condamnation par la Chambre d’appel de la CPI

Le 8 juillet 2019, l’ancien général de l’armée de la République démocratique du Congo, Bosco  Ntaganda, avait été déclaré coupable par la chambre de première instance de la CPI de 18 chefs de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité. Ce jugement portait sur des faits commis dans la province de l’Ituri en RDC entre 2002 et 2003 où il faisait partie de la milice hema de l’UPC. Il rejetait toutes ces accusations en se définissant comme un « soldat, pas un criminel ».  Le 30 mars 2021, la Chambre d’appel de la CPI a confirmé la décision de première instance et la condamnation à une peine de 30 ans d’emprisonnement.

31 mars 2021 – Confirmation par la Chambre d’appel de l’acquittement de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé

La chambre d’appel a confirmé, à la majorité la décision de la chambre de première instance du 15 janvier 2019, qui avait acquitté l’ex-président Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé de toutes les charges de crimes contre l’humanité prétendument perpétrés en Côte d’Ivoire en 2010 et 2011. L’arrêt a été prononcé en audience partiellement virtuelle. Leur acquittement est définitif. La Chambre a révoqué les conditions sur la mise en liberté des requérants  et a chargé le greffier de la CPI de leur transfert en toute sécurité vers un Etat d’accueil. Cette décision n’a pas fait l’unanimité, les juges Ibáñez et Bossa lui reprochant d’être entachée de graves erreurs.

Mars 2021 : Poursuite de l’Affaire Ayyash

« L’affaire Ayyash et autres est actuellement en phase d’appel. Le 11 décembre 2020, la Chambre de première instance du TSL a prononcé son Jugement portant condamnation et a condamné Salim Jamil Ayyash à cinq peines confondues d’emprisonnement à vie. Le 24 février 2021, la Chambre d’appel a rejeté l’Acte d’appel déposé par les Représentants légaux des victimes. Le 29 mars 2021, elle a déclaré que la Défense de Salim Ayyash n’a pas qualité pour interjeter appel de sa condamnation par défaut. La phase d’appel  concerne maintenant l’appel formé par l’Accusation contre les acquittements de MM. Hassan Habib Merhi et Hussein Hassan Oneissi. L’affaire Ayyash est actuellement en phase de mise en état. Le Juge de la mise en état a fixé la date provisoire d’ouverture du procès au 16 juin 2021 » Source Tribunal spécial pour le Liban.

 

FIL- INFO – Février 2021

1er février 2021 – CPI : mise en liberté provisoire de l’avocat Kenyan Paul Gicheru

Maître Gicheru, avait été accusé par le bureau du procureur d’avoir suborné les témoins  du procès de l’actuel vice-président kényan William Ruto à la CPI (qui avait bénéficié d’un non-lieu en 2016 après avoir été accusé des crimes contre l’humanité commis lors des violences post-électorales de 2007 et 2008). Après s’être livré à la CPI en novembre 2020, Paul Gicheru a souhaité être remis en liberté provisoire au Kenya. La chambre préliminaire de la CPI a finalement accepté, car elle a reconnu que les risques de fuite étaient réduits. Toutefois, elle a fixé certaines conditions à sa liberté. Selon la Chambre préliminaire de la CPI, « l’avocat kényan devra déposer une caution de 10 000 dollars, se rendre à la Cour à tout moment si elle le demande, s’abstenir de toute déclaration sur l’affaire et être joignable 24h/24. Par ailleurs, Paul Gicheru n’aura pas le droit de contacter les témoins ou victimes liées à son affaire et ses voyages à l’étranger seront limités ».

4 février 2021 – Dominique Ongwen déclaré coupable de crimes de guerre et contre l’humanité par la CPI

Dominique Ongwen est un ancien enfant-soldat devenu commandant de la brigade Sinia au sein de l’Armée de résistance du seigneur. Ce groupe de rebelle ougandais, a massacré plus de 100 000 personnes et enlevé 60 000 enfants dans quatre pays africains : le Nord de l’Ouganda, le Soudan du sud, la République démocratique du Congo et la Centrafrique. Il a été déclaré coupable de 61 chefs de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité commis entre le 1er juillet 2002 et le 31 décembre 2005 en Ouganda par la Chambre de première instance de la Cour pénale internationale.

5 février 2021 – La compétence territoriale de la CPI pour la Palestine

Après avoir conclu que « tous les critères étaient remplis », Fatou Bensouda, procureur de la CPI, a saisi la chambre de la Cour afin qu’elle se prononce « sur la portée de la compétence territoriale de la Cour concernant la situation dans l’État de Palestine ». En effet, la Palestine étant un Etat partie au statut du Rome, la compétence territoriale de la cour s’étend aux territoires occupés par Israël depuis 1967, à savoir Gaza, la Cisjordanie, et Jérusalem-Est. Toutefois, la Chambre préliminaire a rappelé que la compétence de la CPI ne concernait pas la reconnaisse de l’Etat d’Israël.

8 février 2021 – Ouverture du procès des « Colston 4 »

Le 7 juin dernier, lors d’une manifestation Black Lives Matter, la statue d’Edward Colston avait été déboulonnée de son socle puis jetée dans les eaux du port de Bristol. Cette statue, datant du XIXème siècle, avait été érigée en hommage à un homme considéré comme un bienfaiteur se trouvant également être un marchand d’esclave notoire. Ce 8 février 2021 marque la date de la comparution des quatre jeunes tenus pour responsable de cet incident poursuivis pour « dommages criminels » devant la Cour royale de Bristol. De nombreuses personnes affichent leur soutien aux « Colston 4 », certains reprochant l’individualité de l’acte, d’autres évoquant des réparations d’un passé troublé par le colonialisme et l’esclavagisme.

12 février 2021 – Karim Khan est élu procureur de la CPI

Karim Khan est élu procureur de la CPI le 12 février 2021 succédant ainsi à la gambienne Fatou Bensouda. Ancien avocat spécialisé dans les droits humains, il avait été choisi par l’ONU pour diriger une enquête sur les crimes de l’organisation Etat islamique (EI) en Irak. Troisième procureur de la CPI, il rentrera en fonction en juin 2021 où il devra se pencher sur des enquêtes ouvertes dans 13 pays dont l’Afghanistan et la Palestine. Le procureur est particulièrement attendu sur ses capacités diplomatiques alors qu’il intègre « une institution qui souffre de problème de gouvernance ».  

16 février 2021 – Ouverture du procès Yekatom et Ngaïssona devant la CPI

Ouverture du procès de deux ex-leaders supposés anti-Balaka, l’ancien caporal-chef des Forces armées centrafricaines, Alfred Yekatom et l’ancien ministre et homme d’affaires, Patrice-Edouard Ngaïssona. Les anti-Balaka sont des milices d’auto-défense mises en place par des paysans en 2013 contre les Sélékas lors de la troisième guerre civile centrafricaine. Ces milices sont responsables de massacres commis à l’encontre de civils musulmans.  Jugés conjointement, Alfred Yekatom et Patrice-Edouard Ngaïssona sont accusés de crimes de guerre et crimes contre l’humanité prétendument commis dans divers lieux de la République centrafricaine, entre 2013 et 2014.

18 février 2021 – Premier rapport rendu par la juridiction spéciale pour la paix en Colombie

En 2016, une juridiction spéciale pour la paix a été créee dans le cadre d’un accord de paix entre le gouvernement et la guérilla des FARC en Colombie. Elle a rendu un rapport le 18 février 2021 concernant les personnes «illégitimement présentées comme tuées au combat par des agents de l’Etat ». Ce document recense 6401 assassinats de civils par les forces armées colombiennes. Ces meurtres, qualifié de « phénomène macrocriminel » par la JEP conduise le général Eduardo Zapateiro à réagir violemment sur twitter où il déclare « Nous ne nous laisserons pas vaincre par les vipères vénéneuses et perverses qui veulent nous attaquer… ».

24 février 2021 – ONU : un génocide des Ouïgours ?

Le mercredi 24 février 2021, la question sur les camps d’internement pour les Ouïgours et autres minorités a été évoquée au Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères de la République française, s’appuyant sur des témoignages et des documents a dénoncé « un système de surveillance et de répression institutionnalisé à grande échelle ». Le Royaume-Uni et le Canada ont été dans le même sens, l’un dénonçant « des abus extrêmes et étendus » l’autre associant le traitement qui leur est réservé à « un génocide ». Plusieurs enquêtes d’ONG et de chercheurs ont déjà fait état de mauvais traitements subis par 1 à 3 millions de Ouïgours dans ces « centre de formations professionnelles » (dixit la Chine). En réaction  à ces accusations, la Chine a fait part  de sa volonté d’accueillir le Haut commissaire des droits de l’Homme Michèle Bachelet dans la région du Xinjiang sous certaines conditions.

Février 2021 Parution : Une guerre sans fin  de Jean-Pierre Perrin, Editions Rivages, 305 p.

Un ouvrage de fiction qui met en scène un diplomate-espion, un mercenaire à la recherche d’une américaine disparue lors d’une mission humanitaire et un jeune écrivain relâché par des djihadistes et qui nous replonge au sein d’une guerre qui n’est rien d’autre que la guerre qui se déroule en Syrie depuis une décennie. Retour par le roman sur un conflit que l’auteur connait bien été reporter de guerre pour Libération et ayant déjà livré plusieurs ouvrages sur ce thème.

Journée d’hommage à Pierre Truche, « Un magistrat-citoyen »

 

Lyon, Musée des confluences

samedi 5 juin | de 10h à 12h et de 14h à 18h

Rencontres à suivre en direct sur YouTube, disponibles ensuite en replay

Procureur général puis premier président de la Cour de cassation, Pierre Truche (1929-2020) est une figure emblématique de la justice et de la défense des droits humains. Magistrat visionnaire, il poursuit toute sa vie un idéal de justice humaniste en tentant de le faire comprendre et accepter au plus grand nombre. Grand intellectuel à l’infinie curiosité, il s’intéressa très tôt au musée des Confluences, dont il présida le conseil scientifique international. Cette journée a pour ambition de lui rendre hommage et dessiner un portrait de l’homme aussi fidèle et sensible que possible.

10h Ouverture du colloque
Ouverture par Hélène Lafont-Couturier, directrice du musée des Confluences

Entretiens vidéo de Robert Badinter, garde des Sceaux, ministre de la Justice (1981-1986), président du Conseil constitutionnel (1986-1995), et de Mireille Delmas-Marty, juriste, professeur émérite au Collège de France.

10h30 – 11h30 Table ronde 1 : La culture d’un magistrat humaniste
Avec : Bruno Cotte, président honoraire de la chambre criminelle de la Cour de cassation, ancien juge à la Cour pénale internationale
Robert Guillaumond, avocat au Barreau de Paris
François Molins, procureur général près la Cour de cassation
Animée par Denis Salas, président de l’AFHJ

14h – 14h45 Représentation théâtrale : Casério de Claire Truche
Distribution :
François Rey, Casério
Jean-Philippe Salério, le juge
Claire Semet, la chanteuse de rue
Claire Truche, lecture
Patrick Najean, musique

15h – 16h Table ronde 2 – Pédagogie, jeunesse, droits de l’enfant : la part de la transmission
Avec : Philippe Meirieu, professeur émérite à l’Université Lumière-Lyon-II
Pierre-Jérôme Biscarat, historien, ancien directeur pédagogique de la Maison d’Izieu
Jean-Louis Nadal, ancien procureur général honoraire près la Cour de cassation
Liliane Daligand, professeur émérite de médecine légale et de droit de la santé à l’Université Lyon I, psychiatre des hôpitaux au CHU de Lyon
Animée par Sylvie Humbert, secrétaire générale de l’AFHJ, professeur d’histoire du droit et de la justice – Université Catholique de Lille

16h – 17h Table ronde 3 – Pierre Truche et les cultures : le partage du sensible
Avec : Jean-Philippe Aubanel, artiste peintre
Isabelle Doré-Rivé, directrice du CHRD-Centre d’histoire de la résistance et de la déportation
Nicolas Bonnal, conseiller à la chambre criminelle de la Cour de cassation
Animée par Myriam Picot, avocate honoraire, ancienne bâtonnière du Barreau de Lyon, vice-présidente du musée des Confluences

17h Conclusion et clôture, Hélène Lafont-Couturier, directrice du musée des Confluences

Fil-Info – Janvier 2021

2 janvier 2020 – Paris – L’ancien général Congolais Lumbala mis en examen à Paris

R. Lumbala est soupçonné de nombreux crimes par les Nations Unies. Depuis 2016 il avait été signalé par le pôle crime contre l’humanité du TGI de Paris pour des faits commis dans l’Ituri et le Haut-Uélé entre 2000 et 2003 au cours de la deuxième guerre du Congo. Pendant cette période, le général Lumbala commandait un mouvement rebelle qui avait participé à l’intervention « Effacer le tableau » (nom donné à l’opération visant à l’extermination des pigmées Bambuti) en octobre 2002. Après cette guerre, l’ancien général avait exercé la fonction de ministre du Commerce extérieur qu’il avait du quitter suite à des affaires de corruptions. Plus récemment, il avait repris une activité politique à Kinshasa afin de bénéficier de certaines immunités. Mais, surveillé par les enquêteurs de l’Office centrale de lutte contre les crimes contre l’humanité (OCLCH), il a été arrêté à son retour à Paris en décembre 2020.

4 janvier 2021 – Mahamat Said Abdel Kani sera jugé à la CPI

Grâce à la coopération des autorités centrafricaines, Mahamat Said Abdel Kani a été remis à la Cour pénale Internationale suite à un mandat d’arrêt déposé à son encontre en janvier 2019, à la suite d’une enquête menée depuis 2014 sur la situation en République centrafricaine par la procureure de la CPI Fatou Bensouda. M. Saïd est suspecté par la Cour d’être le responsable direct ou indirect, par sa fonction de commandant de la Séléka, dans la commission de crimes de guerres et contre l’humanité à Bangui. A l’occasion de cette arrestation, la procureure a rappelé l’importance que porte la Cour dans la poursuite des responsables des crimes en République centrafricaine.

18 janvier 2021 – Centrafrique – la MINUSCA empêtrée dans le processus électoral post-conflictuel ?

La réélection du président centrafricain Faustin-Archange Touadé le lundi 18 janvier 2021 s’est faite à la suite d’une promotion par la MINUSCA de la démocratie élective. Cette élection a eu pour conséquence  de vives réactions de la part de groupes armés amenant l’ONU à collaborer avec des troupes privées Russes ainsi que des soldats Rwandais. Elle a aussi posé la question concernant l’utilité de telles élections dans un pays en situation de guerre civile quasi permanente. Dans cette situation se pose la question de la neutralité de l’ONU concernant la réorganisation de système politique dans un pays alors même qu’il n’y a pas de paix réelle.

20 janvier 2021 – Remise du rapport Stora – Les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie 

Le 24 juillet 2020, le président Macron avait commandé à Benjamin Stora, ancien professeur à l’Université Paris-XII un rapport sur les mémoires conflictuelles de la France et de l’Algérie. Ce conflit de mémoires est ancien et à déjà donné lieu à de multiples initiatives ; en 2003, le président Jacques Chirac avait prononcé un discours à Alger où il précisait l’importance de cette question, cependant, le rêve d’un règlement conjoint ne put jamais se réaliser. Après qu’Emmanuel Macron ait qualifié la colonisation de crime contre l’humanité, le débat a refait surface et donné lieu à la commande de ce rapport. En France le rapport a été plutôt bien accepté, par contre à Alger, il y a des divergences d’opinions sur sa signification.

22 janvier 2021- Peuples autochtone/ CPI

Le vendredi 22 janvier a été déposé une plainte devant la Cour pénale Internationale à La Haye par le cacique Raoni Metuktire à l’encontre du chef d’Etat Brésilien Jair Bolsonaro. Il demande, avec l’appui unanime des 14 villages kayapo et trumaï, l’ouverture d’une enquête pour « des crimes commis par l’actuel chef d’Etat brésilien ». Sa plainte est composée d’un document de 65 pages à quoi s’ajoute plusieurs témoignages, rapports et analyses. Il reproche au chef d’Etat sa politique et notamment une loi de février 2020 présentée au congrès qui permet l’exploitation des territoires indigènes en échange d’une compensation financière. Une enquête peut être envisagée du fait de la ratification du traité de la CPI par le Brésil en 2002, cependant, son ouverture doit encore être acceptée par la procureure de la CPI Fatou Bensouda.

Mercredi 27 janvier 2021 – Journée mondiale de la mémoire des victimes de l’Holocauste

Le mercredi 27 janvier, l’Organisation des Nations Unies s’est associée à l’UNESCO afin de  commémorer la journée Internationale de la mémoire des victimes de l’Holocauste. Lors de cette journée (retransmise virtuellement), les thèmes de la reconstruction des individus, de la société et la question du déni ont été abordé. Une commémoration en présence de la chancelière Angela Merkel et d’Irène Butter, une survivante de l’Holocauste. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU, de rappelé la nécessité d’une action pour contrer la montée de l’antisémitisme et de la xénophobie pendant la pandémie de la Covid 19.

28 janvier 2021 – Mise en accusation d’anciens commandants des FARC par la juridiction spéciale pour la paix

Huit anciens commandants guérilleros des Forces armées révolutionnaire de Colombie (FARC) ont été mis en accusation par la JEP pour « crimes de guerre et crimes contre l’humanité ». Les faits concerneraient des séquestrations commises entre 1990 et 2016. Après l’examen de centaines de documents et témoignages, le tribunal a invoqué la responsabilité effective de commandement de ces gradés. Ils ont 30 jours pour choisir une reconnaissance de responsabilité pouvant réduire leur peine ou plaider non-coupable et risquer une condamnation de 15 à 20 ans de prison.

Janvier 2021 Parution : Par une espèce de miracle de Justine Augier, Editions Actes Sud, 231 pages

L’auteure retrace sa rencontre avec Yassin Al-Haj Saleh, intellectuel syrien dissident du régime de Bachar el-Assad.  Elle arpente avec lui « son trajet de lecteur, étroitement lié à l’expérience carcérale, et sa rencontre par les livres avec la pensée et les écrivains européens de l’après-guerre, au premier dans desquels Hannah Arendt et Walter Benjamin ». Elle pose la question de la possibilité d’une justice en Europe pour tous les persécutés ayant pu échapper au conflit Syrien.

Janvier 2021 Parution : Rescapée du goulag chinois de Gulbahar Haitiwaji, Editions des Equateurs, 220 pages

L’auteure a été arrêtée par les autorités chinoises en 2016 et condamnée en 2018 à sept ans de détention, mais elle sera libérée suite à des pressions exercées par la France. Rescapée des camps Ouïghours, Gulbahar Haitiwaji témoigne dans cet ouvrage de son expérience. Elle raconte les raisons de son arrestation à son retour en Chine en  2016, qui eurent pour conséquence un internement de deux ans dans les camps pour Ouïgours et autres minorités musulmanes du Xinjiang. Elle explique la politique d’endoctrinement de ces camps et les différents traitements qu’elle subit. Un des premiers témoignages important sur la détention des Ouïgours en Chine.

Transition from violence

TRANSITION FROM VIOLENCE: LESSONS FROM THE MENA REGION

8 live conversations | Every Tuesday from May 18 to June 29, 2021

Violence and the widespread public desire to transition from violence has been a major concern in the Middle East North Africa (MENA) region for many Years. More recently, the pandemic has increased the level of misery and dislocation in the MENA region amid fears that desperate current circumstances may trigger more violence. At the same time, the pandemic crisis may also present new opportunities for a more peaceful future in the MENA region and even a more hopeful model for the rest of the world.

  • Table ronde/débat

18 Mai 2021 –29 Juin 2021

Pour en savoir plus

Séminaire Archives/traces -V-

Peuples autochtones et justice transtionnelle

Observatoire Pharos et IFJD

Interventions de :

  • Laetitia Branonnier-Moreno. Coordinatrice du pôle Bogota de l’Institut des Amériques : Les peuples autochtones et l’accord de paix en Colombie.
  • Catherine Savard, coordinatrice du partenariat canadien pour la Justice internationale : La décolonisation de la justice transitionnelle dans le contexte canadien.

Webinaire IFJD-Livestorm, 3 mai 2021.