FIL- INFO AOUT 2021

5 août 2021. Australie. Un dédommagement annoncé par le Gouvernement pour la « génération volée ».

Ce jeudi, le premier ministre Scott Morisson a annoncé une indemnisation pour les enfants « arrachés » à leurs familles entre les années 1910 et 1970 dans le cadre des politiques officielles d’assimilation. Ces enlèvements concernent des milliers d’enfants autochtones  et des peuples des îles du Détroit de Torrès. Des excuses officielles avaient déjà été prononcées en 2008 par le Premier ministre de l’époque, Kevin Rudd, pour les injustices subies par les Aborigènes au cours des deux derniers siècles, mais aucune réponse n’avait été apportée aux demandes d’indemnisations des survivants.

12 août 2021. Belgique. Restitution d’objets culturels au Congo.

Le secrétaire d’Etat belge, Thomas Dermine a annoncé la restitution d’objets de collections de l’Africa Museum de Tervuren au Congo. Cet acte s’inscrit dans une politique plus large de restitutions d’œuvres en provenance du Congo acquises de façon illégitime par pillage ou par la violence. Cette initiative survient après les excuses présentées par le chef d’Etat belge, le roi Philippe, à l’encontre des Africains victimes pendant la période coloniale de « souffrances et humiliations » mais aussi suite à la rénovation et la « décolonisation » progressive du musée de Tervuren.

12 août 2021. Soudan. Signature d’un accord de coopération avec la Cour pénale internationale.

La CPI va pouvoir entamer une enquête sur le territoire soudanais concernant les dossiers ouverts sur l’ancien dictateur Omar Al-Bachir, son ancien ministre de la Défense Abdelrahim Mohamed Hussein, l’ancien ministre de l’Intérieur Ahmed Haroun et l’ex commandant Abdallah Banda. Cette enquête concerne les crimes contre l’humanité et de génocide commis pendant la guerre opposant le régime militaire de l’ancien dictateur  à des groupes de rebelles. Cet accord pourrait constituer une première  étape dans la ratification du traité fondateur de l’institution par le pays.

15 août 2021. Pologne. Promulgation d’une loi concernant les spoliations de la Seconde Guerre mondiale.

Ce samedi, Varsovie a promulgué un nouveau texte de loi limitant les revendications sur les spoliations des biens juifs durant la Seconde Guerre mondiale. Cette loi a provoqué une discorde entre Israël et la Pologne impliquant le retrait de leurs ambassadeurs. Qualifiée d’ « antisémite » par le chef de la diplomatie israélienne Yaïr Lapid, cette loi impose un délai de prescription de 30 ans pour revendiquer des biens spoliés. Ce délai a eu pour conséquences immédiates le blocage de la plus grande partie des demandes de restitution.

Août 2021. Afghanistan. Menace sur le patrimoine culturel afghan.

L’arrivée au pouvoir des Talibans le 15 août apparaît préoccupante en ce qui concerne la préservation du patrimoine culturel afghan.  Le souvenir de la destruction en 2001 des bouddhas de Bamiyan à la dynamite  est encore très présent.  Le pays possède les vestiges des premières civilisations de Mésopotamie, un patrimoine matériel et immatériel  très riche  se rapportant à plus de 5000 ans d’histoire. Toutefois la décision prise par les Talibans de fermer le musée national de Kaboul afin  d’éviter des pillages  laisse à penser qu’une politique de préservation est possible.

25 aout 2021. L’attente des compensations pour les familles yézidies.

A Kocho, les équipes de l’Unitad (unité d’’enquêtes spéciales de l’ONU) poursuivent l’identification des corps découverts après le génocide des Yézidis. Des compensations   devaient être versées aux familles des victimes par l’Etat irakien mais elles n’ont jamais été versées,  les dossiers étant bloqués  en raison de l’absence d’un représentant du ministère pour les valider les dossiers de demandes. La loi votée au Parlement irakien pour les procédures de compensation prévues pour les survivantes yézidies rencontre les mêmes blocages.

26 Aout 2021. Décès de l’ex-dictateur Hissene Habré.

L’ex dictateur tchadien, Hissene Habré est décédé le mardi 24 aout dans une prison sénégalaise où il purgeait une peine de prison à perpétuité. En 2016 puis en 2017, il avait été condamné pour crimes contre l’humanité — organisation de sévices   dans le Tchad lors de sa dictature entre 1982 et 1990, année où il avait été renversé par des rebelles menés par Idriss Déby – par les Chambres extraordinaires africaines  au Sénégal.

30 aout 2021. Les membres d’une ONG luttant contre les exactions de guerre bloqués à Kaboul.

L’organisation Armanshashr, une ONG membre de la Fédération internationale pour les droits humains recueille des témoignages de victimes de crimes contre l’humanité, notamment commis par les groupes armés impliqués dans les conflits en Afghanistan. Ses travaux ont permis à la CPI d’autoriser l’ouverture d’une enquête sur les crimes contre l’humanité commis en Afghanistan. Les seize membres afghans de cette ONG sont aujourd’hui toujours bloqués dans le pays en raison des  restrictions de sortie établies par les Talibans.