FIl- INFO- MAI 2021

3 mai 2021 – Paris – Rwanda

Au début du mois de mai, le procureur de Paris, Rémy Heitz, signe un communiqué dans lequel il précise qu’il n’y a eu, de la part des forces militaires françaises, aucune aide ou assistance, aucune adhésion et aucune intention d’intervenir dans la commission du génocide des Tutsi. Ce communiqué est réalisé à la suite du réquisitoire de non-lieu du 28 avril 2021 (affaire Bisesero) par le parquet de Paris qui intervient quinze ans après la saisie de la justice par six parties civiles en 2005.

6 mai 2021 : CPI : Condamnation Dominic Ongwen

La Cour pénale Internationale a prononcé sa deuxième plus longue peine à l’encontre de Dominic Ongwen. Accusé de 61 crimes de guerre et contre l’humanité commis dans le nord de l’Ouganda entre 2002 et 2005, il a été condamné à 25 ans d’emprisonnement bien que des circonstances atténuantes lui aient été accordées. Cette peine peut faire l’objet d’un appel et le temps qu’il a passé en détention sera déduit de celle-ci.

Le mardi 11 mai 2021 – Le premier musée-mémorial du terrorisme à Suresnes

L’Elysée annonce la pose de la première pierre en mars 2022. L’inauguration est prévue pour 2027 selon Henry Rousso, historien et responsable du projet. Le musée va être installé à la place des locaux actuels de l’INSHEA (Institut National Supérieur de Formation et de Recherche pour l’Education des Jeunes Handicapés et les Enseignements Adaptés) qui est proche du Mémorial de la France combattante, monument en hommage aux français combattants, résistants et déportés de la Seconde Guerre mondiale. C’est un établissement qui rendra hommage aux victimes et survivants d’attentats terroristes. Il sera divisé en deux parties : la première sera un mémorial des victimes françaises du terrorisme depuis l’attentat du drugstore Publicis à Paris en 1974 jusqu’à aujourd’hui ; la deuxième partie correspondra à un musée. Selon Henry Rousseau, dans une interview donnée au Figaro en 2021, ce mémorial sera aussi un « lieu de transmission ».

10 mai 2021 – Génocide des Yézidis

L’équipe d’enquête des Nations Unies dirigée par Karim Khan a établi « des preuves claires et convaincantes que le génocide avait été commis par l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) contre les Yézidis en tant que groupe religieux ». Une enquête qui a pu progresser grâce au fond de preuve de l’UNITAD (United Nations Investigative Team to Promote Accountability for Crimes Committed by Da’esh/ISIL). Elle a révélé la responsabilité de l’EIIL pour la commission de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité et l’identification par les enquêteurs de 1444 auteurs présumés. Il s’est aussi exprimé sur d’autres enquêtes dont celle concernant le massacre du camp Speicher en 2014 qu’il qualifie de « génocide » et de « crime de guerre » ainsi que l’enquête sur le développement d’arme chimique confirmant la mise en place d’un programme en 2014. Les éléments de preuves réunis par ces enquête ont ouvert la voie à aux poursuites Internationales à l’encontre des membres de l’EIIL.

12 mai 2021 – Contribution de l’Irlande au fonds au profit des victimes de la Cour pénale internationale

L’Irlande a souhaité apporter son soutien aux « victimes des pires crimes » en s’engageant avec une contribution volontaire de 300 000 euros au FPV de la CPI. Cette contribution sera divisée en deux, une partie allant au mandat de réparation, l’autre au mandat d’assistance. L’augmentation de cette contribution par rapport à 2020 témoigne de l’importance que porte le pays à la justice réparatrice. L’ambassadeur d’Irlande au Pays-Bas, S.E. Kevin Kelly nous fait part de l’importance de « faire de la justice réparatrice une réalité et donner dignité et espoir aux victimes de crimes relevant de la compétence de la CPI ».

18 mai 2021 – Le Danemark rapatrie des femmes de djihadistes

Le ministre des Affaires étrangère du Danemark, Jeppe Kofod, a annoncé le rapatriement de trois mères et de leurs 14 enfants. En faisant cela, il revient sur la déclaration de début mars de la première ministre danoise, Mette Frederiksen, qui excluait un rapatriement des femmes de djihadistes. Cette décision fait suite à un rapport des services de renseignements (PET) mesurant les risques de laisser les familles dans les camps ; elle s’explique par une situation de détention qui n’a cessé d’empirer : les enfants souffrent de sous-alimentation et d’anxiété. Le rapatriement des enfants, accompagnés de leur mère a été souhaité par des médecins estimant qu’une séparation d’avec celle-ci pourrait « aggraver leur santé mentale ».

24 mai 2021 CPI : ouverture de l’audience de confirmation des charges dans l’affaire Le procureur c. Ali Muhammad Ali Abd-A-Rahman

Du 24 au 27 mai 2021 a eu lieu l’audience de confirmation des charges de l’affaire Le Procureur c. Ali Muhammad Ali Abd-Al-Rahman. Suspecté de 31 chefs de crimes de guerre et contre l’humanité, l’audience avait pour but de déterminer si l’intéressé avait commis ces crimes, crimes qui auraient été commis entre 2003 et 2004 au Darfour et au Soudan. S’ils sont avérés, l’affaire sera envoyée devant une chambre de première instance.

18 mai 2021 conflit israélo-palestinien

Un entretien intéressant réalisé par Louis Imbert est publié dans Le Monde du 18 mai sous le titre « le directeur de l’organisation israélienne de défense des droits humains Betselem dénonce des crimes de guerre ». L’interviewé Hagai El-Ad, directeur exécutif de l’organisation de défense des droits humains israélienne Betselem, estime que « dans l’escalade militaire en cours à Gaza depuis le 11 mai, Israël a tué des civils assiégés et détruit des infrastructures tandis que le Hamas tire des roquettes sur les villes israélienne » et que cela constitue « des crimes de guerres » dans les deux cas. Le journaliste lui pose alors la question suivante « la cour pénale internationale a ouvert une enquête dans les territoires palestiniens. Peut-elle s’étendre aux évènements actuels ? » Auquel il répond « Les évènements de 2014 et de 2018 à Gaza [la répression de la « marche du retour » aux frontières de l’enclave] sont déjà sur le bureau de la procureure. Il semble qu’elle aura plus de cas à examiner. Nous n’avons cessé de la répéter : l’impunité se paie dans le sang. Parce que aucune responsabilité n’a été prise en 2009, nous avons eu la guerre de 2014. Parce que aucun compte n’a été rendu en 2014, nous avons 2021. La responsabilité n’est pas qu’un concept de droit théorique. Elle ne sert pas seulement à ce que justice soit rendue aux victimes. Elle permet aussi que les crimes ne se répètent pas. ».

2021 – Série Panda, la voix du Djihad

À suivre sur France Inter à partir du lundi 24 au jeudi 27 mai 2021 la série de 6 épisodes Panda, la voix du Djihad, une fiction de Vincent Hazard autour de Fabien Clain, alias Panda, qui est un recruteur pour Daesh en France. L’auteur retrace le parcours de ce Réunionnais, qui est un des responsables des attentats terroristes de 2015 à Paris et à Saint-Denis, de l’attentat manqué de Villejuif et du meurtre d’un couple de policier à Magnanville. La scénariste a déclaré vouloir être « le plus complet possible sur ces problématiques qui ont des sources sociales, économiques, intimes, religieuses et politiques, grâce à l’expertise de la journaliste d’investigation Claire Tesson ».

 Mai 2021- Documentaire

Diffusion du documentaire Les mémoires vives de la guerre d’Algérie. Ce que nos pères ont fait en Algérie de Somany NA et Alain LEWKOWICZ sur France culture du 3 mai au 6 mai 2021, 4 épisodes de 80 minutes (podcastable). Approche centrée sur le témoignage de ceux qui ont vécu la guerre d’Algérie dans différentes situations, point de vu d’autant plus intéressant que comme le signale l’auteur « la guerre d’Algérie est dans toutes les familles qu’elle soit maghrébine, gauloise, pieds noirs ou juives » et c’est « comme si chacun avait une souffrance qu’il ne voulait pas transmettre à l’autre », lacune que ce documentaire permet de réparer en partie.

2021 – Un droit d’asile accordé aux Afghans qui ont travaillé pour la France

La France permet à près d’une centaine d’Afghans ayant travaillé pour des ONG ou des institutions françaises en Afghanistan d’obtenir l’asile. Une opération qui concerne plus de six cents personnes et qui est contestée par plusieurs partenaires Européens et plusieurs ONG remettant en cause son bien-fondé, toutes les catégories de personnels étant considérées en danger dans le cadre d’une possible prise de Kaboul par les Talibans, les critères de sélections sont étendus. « L’administration du président américain, Joe Biden, a fait savoir qu’elle cherchait, pour sa part, le moyen d’offrir à certains un ticket pour les Etats-Unis, avant que son retrait ne soit définitif ».

2021 – L’école Bugeaud rebaptisé au nom d’Ahmed Litim

Au moment où les débats sur les débaptisassions de lieux et les déboulonnages de statut de « héros » controversés battent leur plein, le maire de Marseille Benoît Payan décide de débaptiser l’école Bugeaud située dans le troisième arrondissement de sa ville. Ce maréchal de France,  gouverneur général de l’Algérie dès 1840, resté dans les mémoires comme l’officier qui a soumis l’émir Abdel Kader  est aussi celui qui a mis à mort des milliers de civils par le procédé des enfumades soit l’asphyxie de colonisés dans des grottes obturées. Cette opération d’extermination avait déjà été dénoncée dans la première moitié du XIXème siècle à la Chambre des Pairs. L’établissement portera désormais le nom d’un tirailleur algérien Ahmed Litim, libérateur de la ville mort le 25 août 1944.

2021- Lire

A lire le beau livre de Patrick de Saint-Exupéry, La traversé. Une odyssée au cœur de l’Afrique, Paris, Les Arènes, Collection Reporters, 336 p. qui est une enquête se déroulant au Congo pays dans lequel s’enfuirent de nombreux responsables du génocide des Tutsi au Rwanda. L’auteur revient sur « le rapport du projet Mapping sur le Congo, publié en 2010 par le Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’homme, consacré aux atteintes aux droits de l’homme dans le pays entre 1993 et 2003. Ce rapport a examiné près de 600 « incidents violents » survenus au cours de cette période. Sur les allégations de crimes de génocide commis contre les Hutu en 1996 et 1997, le document utilise de façon répétée un conditionnel très prudent. Il s’abrite derrière la nécessité d’une véritable enquête judiciaire. Mais, en acceptant la simple hypothèse d’une intention systémique de détruire cette population spécifique, le rapport ouvre la voie à une symétrie, au renversement dialectique».

2021- Documentaire

Un documentaire à remarquer, celui d’Anne Poiret : Enfant de Daesh, les damnés de la Terre, France, 2021, 70 min sur les enfants perdus du Djihad, enfants de combattants et enfants soldats de l’Etat islamique en Irak et en Syrie. Une enquête qui rend compte de la situation de ces enfants de djihadistes « livrés à eux-mêmes », victimes indirectes de l’Etat islamique. Entassés dans des camps, l’Etat Irakien refuse encore à l’heure actuelle de leur donner une existence légale. Les seuls qui ont pu rentrer chez eux sont les Yézidis, communauté dont les garçons ont été embrigadés après que les djihadites aient tué les hommes et réduis les femmes et les filles en esclavage sexuel. «  Ils sont eux aussi victimes des terroristes et de la société » fait remarquer une intervenante qui ajoute « si rien n’est fait à la moindre occasion ils vont vouloir venger leur frère ou leur père ».

2021 – Lire

Parution un témoignage bouleversant sur l’enfer dans les camps ouïgours sur l’enfer au Xinjiang. Sayragul Sauytbay, kazakhe de 44 ans et auteure du livre Condamnée à l’exil parut en mai aux éditions Hugo Doc, témoigne de son expérience de formatrice en camp d’internement de novembre 2017 à mars 2018 ; elle avait pour rôle de « rééduquer » les individus internés. Elle fait part des mauvais traitements qu’ont pu subir les personnes qu’elle a pu rencontrer avant de s’échapper pour aller au Kazakhstan. Elle précise dans son témoignage que ces « centres » sont de plus en plus dissimulés, évoquant même des « camp souterrains » afin que la Chine reçoive des visites de délégations étrangères et puisse ainsi les dissimuler.

mai 2021 – Lire

A signaler le livre de l’historien et archéologue, Laurent Olivier, Ce qui est arrivé à Wounded Knee. L’enquête inédite sur le dernier massacre des indiens, Paris, Flammarion, 2021, 522 p. fruit de son enquête sur l’histoire du massacre de Wounded Knee en 1890. Il met en lumière l’histoire de ce massacre pour lequel deux versions s’affrontent ; celle des soldats de l’armée qui n’auraient fait que répliquer et celle des Sioux racontant la fusillade des hommes par les soldats puis le massacre du reste de la population au canon. Après avoir exploré ces archives, il a maintenant comme projet de faire des fouilles archéologiques sur le site du massacre afin d’apporter des preuves matérielles supplémentaires.