FIL- INFO- AVRIL 2021

2 avril 2021 – Documentaire « La guerre dans l’ombre : les défis de la lutte contre le terrorisme dans le Xinjiang »

Le 2 avril 2021, la Chine diffusait sur sa chaîne de télévision d’Etat « La guerre dans l’ombre : les défis de la lutte contre le terrorisme dans le Xinjiang », un documentaire justifiant la politique répressive et les condamnations à mort des Ouïgours. Ce documentaire fait le lien entre des organisations terroristes Internationales et certains responsables locaux. Il intervient à la suite des différentes sanctions prises par certains acteurs de la société Internationale à l’encontre de la Chine auxquels celle-ci a répondu en sanctionnant à son tour des personnalités politiques de ces pays. Les chaînes de télévision d’Etat ont mis en avant la propagation de « fake news » par les médias occidentaux, des confessions « de certains protagonistes comme l’ancien chef de police Shirzat Bawudun condamné pour terrorisme » ou encore « la divulgation de certains manuels scolaires incitant au terrorisme et au séparatisme ».

2 avril 2021 – Etats-Unis : révocation du décret sanctionnant certains membres de la CPI

Les Etats Unis ont révoqué le 2 avril 2021 le décret exécutif 13928 visant à sanctionner certains membres de la CPI. Une décision qui s’inscrit, selon la CPI, dans « un contexte d’amélioration » du système du Statut de Rome pour poursuivre les crimes les plus graves de portée internationale. La présidente de l’Assemblée des Etats salue cette décision considérant un engagement commun de lutte pour ces crimes. La Cour, dans un communiqué de presse du 3 avril 2021 se dit « prête à renouer avec les Etats-Unis dans le prolongement de cette tradition fondée sur le respect mutuel et engagement constructif ».

3 avril 2021 – Opération juridico-numérique sur la plateforme V (pour Verdict)

Une opération juridico-numérique a été lancé à l’encontre de l’enseigne Nike pour son travail avec le fournisseur Qingdao Taekwang Shoes Co. Ltd, responsable d’un transfert de 600 ouvrier Ouïgours. Cette opération fait appel à de nombreux influenceurs qui ont pour rôle d’inciter les personnes à venir déposer une plainte sur la plateforme française V pour former une action collective. Cette démarche permet de renforcer la plainte déposée contre Nike par l’association des Ouïgours de France (avocat Mourad Battikh). Cette affaire montre encore une fois le lien souvent délétère entre les firmes multinationales et certains Etats autoritaires, ici en particulier avec la Chine qui exploite les Ouïgours dans des camps usine réparties sur l’ensemble du territoire.

3 avril 2021 – Le travail de mémoire post conflit

La maison d’Izieu avait lancé un appel à témoins afin de rendre hommages aux personnes et collectivités s’étant mobilisées pour la première commémoration du 7 avril 1946, commémoration de la rafle des enfants juifs par la Gestapo de Lyon dirigée par Klaus Barbie en avril 1944. Suite à la découverte des clichés pris par un photographe, d’autres archives ont été retrouvées (dossier de la première commémoration dans la cave de la préfecture, photos diverses de particuliers) retraçant cette journée. Elles montrent la force des commémorations post conflictuelles qui ont été « très tôt associée(s) à la mémoire d’Izieu contrairement à l’idée qui s’était installée au moment du procès Barbie en 1987, à Lyon ».

7 avril 2021 – Déclaration de Fatou Bensouda sur la lutte contre la destruction du patrimoine

Lors d’une visite à Tombouctou, la procureure de la CPI, Fatou Bensouda, a participé à une cérémonie historique de réparation organisée par l’UNESCO. Celle-ci faisait écho à la condamnation de M. Ahmad Al Faqi Al Mahdi en 2016, reconnu coupable par la CPI de crimes de guerre concernant des bâtiments religieux et historiques. Cette visite a été l’occasion de rappeler l’importance que porte la Cour dans la lutte contre la destruction du patrimoine culturel en temps de guerre. Elle en a profité pour remercier l’UNESCO pour son aide dans la publication que la Cour vient de réaliser, le Projet de politique générale relative au patrimoine culturel, paru le 23 mars 2021.

Tribune du Monde 12 avril 2021 – Premières Nations : des stérilisations forcées au Canada ?

Depuis 2017, des rapports ont constaté des violations des droits de la personne sur les Ouïghours, une communauté turcophone à majorité musulmane sunnite de la région du Xinjiang, par les autorités chinoises. Des sanctions ont été, en mars dernier, imposées à la Chine par le Canada ainsi que ses alliés Américains et Européens. La critique du Canada concernant les stérilisations contraintes des Ouïgoures en Chine a suscité de vives réactions de la part des femmes des premières Nations. Une avocate, Alisa Lombard, mène un combat judiciaire depuis 2017 dans le but d’obtenir la reconnaissance et la réparation de la part du gouvernement Canadien pour le traitement similaire qu’ont subi les communautés autochtones. Dans une lettre ouverte publiée le 12 mars 2021 dans Le devoir, elle qualifie cette pratique de « génocide ». Elle dénonce une pratique qui est toujours d’actualité et reproche au gouvernement de n’y avoir jamais mis fin. Ce débat a engendré une réaction aux sanctions contre la Chine par la porte parole du ministère des Affaires étrangères chinoise, Hua Chunying, qui rappelle au Canada son « bilan ignoble en matière de droits de la personne ».

12 avril 2021 Signature de contrat de restitution de deux tapisseries flamandes du XVIIème siècle spoliées par les nazis.

Rudolf Mosse, grand collectionneur éditeur de journaux a légué à sa mort (début du XXème siècle) ses titres de presse et sa collection d’œuvre d’art à ses enfants. Profitant de la fuite des héritiers de Mosse, le gouvernement nazi s’empara de tous leurs biens. Les œuvres furent éparpillées, vendues ou perdues. Deux œuvres furent données en 1971 par Isaac Wolfson au Tel Aviv Museum of Art. Elles vont y rester près de 50 ans avant que l’histoire de leur provenance soit repérée par la fondation Mosse Art Restitution en 2019. Le musée a racheté les œuvres auprès de la famille suite à une estimation juste et équitable. Cette restitution est une première pour le musée telavien.

18 avril 2021 – 75ème anniversaire de la Cour Internationale de Justice

A signaler, une initiative originale prise à l’occasion du 75ème anniversaire de la CIJ : l’invitation le 18 avril 2021 par la Cour de Simon Gronowski à un évènement/hommage au travail de la dite Cour. Simon Gronowski est un survivant de l’Holocauste – arrêté à Bruxelles par la Gestapo à l’âge de 11 ans, puis déporté avec sa mère et sa sœur — qui a expliqué comment « la vie est impossible sans musique » à l’UNRIC (le centre régional d’information des Nations Unies) ; il raconte comment celle-ci est un facteur d’équilibre et d’intégration sociale dans les périodes d’après guerre. Lors de cet évènement musical virtuel fut joué « Hymne des Nations », écrit en 1913 par le compositeur juif Charles Grelinger décédé à Auschwitz.

19 avril 2021 –Nouveau rapport sur le rôle de la France pendant le génocide des Tutsi

Alors que la France débat encore du rapport Duclert remis au président de la République le 26 mars 2021 (voir Fil ‘Info mars) Paul Kagame, dirigeant du Rwanda, vient de recevoir un rapport intitulé « Un génocide prévisible : le rôle de l’Etat français en lien avec le génocide contre les Tutsis au Rwanda ». Ce rapport a été commandé à un cabinet d’avocats de Washington, le cabinet Muse. Ce rapport s’appuie sur des documents provenant de différentes ONG ainsi que sur des témoignages, des sources directes (diplomatie) et indirectes (articles de presse). Après avoir montré combien ce génocide était prévisible, il insiste sur le fait « qu’au cours des 25 dernières années l’Etat français a mené une opération de camouflage afin d’enterrer son passé au Rwanda » fait d’autant plus grave selon les auteurs du rapport que « l’Etat français porte une lourde responsabilité pour avoir rendu possible un génocide prévisible (…) pendant de nombreuses années, l’Etat français a soutenu le régime corrompu et meurtrier du Président rwandais Juvénale à Habyarimana ». Ce rapport exclut ce qu’au Rwanda on appelait jusque là « une part active de la France dans la préparation et l’exécution du génocide » (commission Mucyo 2008). Cela permet un apaisement des relations entre les deux pays et selon la formule du Président Macron « une nouvelle étape qui permet de se projeter dans un avenir commun ».

24 avril 2021 – Etats-Unis : Reconnaissance du génocide arménien

Joe Biden a admis la qualification de génocide pour les massacres et déportations commis par les Ottomans à partir de 1915. La reconnaissance politique de ce génocide est encore sujette à controverse du fait de la négation de celui-ci par certains pays et en particulier par la Turquie (il est reconnu par une trentaine d’Etats). En décembre 2019, le génocide avait été reconnu par le congrès américain, mais l’ancien président, Donald Trump, l’avait simplement qualifié d’ « une des pires atrocités de masse du XXème siècle ». La Turquie « rejette entièrement » cette reconnaissance par les Etats-Unis.

Avril 2021 – De l’utilité de la justice plus d’un demi-siècle après les conflits

L’arrestation puis l’inculpation par le parquet de Neuruppin dans le land de Brandebourg en février 2021 d’un gardien du camp de concentration d’Oranienburg-Sachsenhausen accusé de complicité dans plus de 3500 meurtres de détenus a permis de redonner de l’espoir au Collectif Saint-Jean à Marseille. Celui-ci milite en effet depuis des années pour la reconnaissance d’une « rafle oubliée », celle de 20000 personnes le 24 janvier 1943, françaises, grecques, arméniennes, italiennes du quartier Saint-Jean près du vieux port. Même si cet homme âgé de plus de cent ans ne sera probablement jamais jugé, ce passage tardif de la justice aura permis le réveil d’une mémoire commune de cette journée jusque là cantonnée aux histoires intra familiales.

Avril 2021 – Menace du patrimoine culturel arménien

Menace sur le patrimoine culturel arménien dans le Haut-Karabagh à la suite du conflit qui a opposé l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Selon les arméniens, 1456 monuments dont 161 monastères et églises 345 pierres tombales historiques et 591 khatchkar (stèles en pierre en forme de croix) serait en passe d’être livré à une démolition systématique par l’Azerbaïdjan qui voudrait ainsi effacer toute trace des arméniens dans la région. L’Azerbaïdjan proteste et accuse l’Arménie d’avoir détruit des dizaines de mosquées et des centaines de musées au Haut-Karabagh dans les 30 dernières années. L’UNESCO précise qu’elle reçoit tous les jours des plaintes venant des deux camps et qu’elle propose d’envoyer une mission d’expertise pour faire un inventaire des biens à protéger, mission qui s’avère pour l’instant impossible à mettre en place.

Avril 2021- Mise en place du programme Caucasus Heritage Watch

Aux États-Unis, des chercheurs de l’université Cornell (New-York), archéologues, ont lancé le programme Caucasus Heritage Watch qui tente de documenter les descriptions à partir d’images satellites. Les dossiers ainsi constitués seront autant d’archives à utiliser en cas d’enquête internationale.

2021- Les procès du Tribunal pénal international

A signaler la rediffusion du documentaire de Lucio Mollica Ex-Yougoslavie, Les procès du Tribunal pénal international (Allemagne, 2021, 2×55 min) sur la chaîne Arte relatant les causes de la création du Tribunal pénal international pour l’Ex-Yougoslavie après une série de conflits en Ex-Yougoslavie de 1991 à 2001. Ce documentaire mêle différentes archives, témoignages de juges, bourreaux et victimes. Parmi eux, celui de Bijlana Plavsic, présidente de la République de Bosnie et Esad Landzo, ancien tortionnaire du camp de Celebeci.

29 avril 2021 Parution : La guerre de vingt ans. Djihadisme et contre-terrorisme au XXIe siècle de Marc Hecker et Elie Tenenbaum, Paris, Editions Robert Laffont, 272 p.

Ouvrage retraçant l’évolution du djihadisme ainsi que sa poursuite par les pays occidentaux et leurs alliés. L’auteur se questionne sur ce qui a réellement été réalisé dans ce domaine en vingt ans. « Décryptant les dynamiques stratégiques de cet affrontement, les auteurs expliquent pourquoi il est si difficile de casser la spirale de la violence et tirent de ces deux décennies de lutte des leçons essentielles pour l’avenir ».