Fil-Info – Janvier 2021

2 janvier 2020 – Paris – L’ancien général Congolais Lumbala mis en examen à Paris

R. Lumbala est soupçonné de nombreux crimes par les Nations Unies. Depuis 2016 il avait été signalé par le pôle crime contre l’humanité du TGI de Paris pour des faits commis dans l’Ituri et le Haut-Uélé entre 2000 et 2003 au cours de la deuxième guerre du Congo. Pendant cette période, le général Lumbala commandait un mouvement rebelle qui avait participé à l’intervention « Effacer le tableau » (nom donné à l’opération visant à l’extermination des pigmées Bambuti) en octobre 2002. Après cette guerre, l’ancien général avait exercé la fonction de ministre du Commerce extérieur qu’il avait du quitter suite à des affaires de corruptions. Plus récemment, il avait repris une activité politique à Kinshasa afin de bénéficier de certaines immunités. Mais, surveillé par les enquêteurs de l’Office centrale de lutte contre les crimes contre l’humanité (OCLCH), il a été arrêté à son retour à Paris en décembre 2020.

4 janvier 2021 – Mahamat Said Abdel Kani sera jugé à la CPI

Grâce à la coopération des autorités centrafricaines, Mahamat Said Abdel Kani a été remis à la Cour pénale Internationale suite à un mandat d’arrêt déposé à son encontre en janvier 2019, à la suite d’une enquête menée depuis 2014 sur la situation en République centrafricaine par la procureure de la CPI Fatou Bensouda. M. Saïd est suspecté par la Cour d’être le responsable direct ou indirect, par sa fonction de commandant de la Séléka, dans la commission de crimes de guerres et contre l’humanité à Bangui. A l’occasion de cette arrestation, la procureure a rappelé l’importance que porte la Cour dans la poursuite des responsables des crimes en République centrafricaine.

18 janvier 2021 – Centrafrique – la MINUSCA empêtrée dans le processus électoral post-conflictuel ?

La réélection du président centrafricain Faustin-Archange Touadé le lundi 18 janvier 2021 s’est faite à la suite d’une promotion par la MINUSCA de la démocratie élective. Cette élection a eu pour conséquence  de vives réactions de la part de groupes armés amenant l’ONU à collaborer avec des troupes privées Russes ainsi que des soldats Rwandais. Elle a aussi posé la question concernant l’utilité de telles élections dans un pays en situation de guerre civile quasi permanente. Dans cette situation se pose la question de la neutralité de l’ONU concernant la réorganisation de système politique dans un pays alors même qu’il n’y a pas de paix réelle.

20 janvier 2021 – Remise du rapport Stora – Les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie 

Le 24 juillet 2020, le président Macron avait commandé à Benjamin Stora, ancien professeur à l’Université Paris-XII un rapport sur les mémoires conflictuelles de la France et de l’Algérie. Ce conflit de mémoires est ancien et à déjà donné lieu à de multiples initiatives ; en 2003, le président Jacques Chirac avait prononcé un discours à Alger où il précisait l’importance de cette question, cependant, le rêve d’un règlement conjoint ne put jamais se réaliser. Après qu’Emmanuel Macron ait qualifié la colonisation de crime contre l’humanité, le débat a refait surface et donné lieu à la commande de ce rapport. En France le rapport a été plutôt bien accepté, par contre à Alger, il y a des divergences d’opinions sur sa signification.

22 janvier 2021- Peuples autochtone/ CPI

Le vendredi 22 janvier a été déposé une plainte devant la Cour pénale Internationale à La Haye par le cacique Raoni Metuktire à l’encontre du chef d’Etat Brésilien Jair Bolsonaro. Il demande, avec l’appui unanime des 14 villages kayapo et trumaï, l’ouverture d’une enquête pour « des crimes commis par l’actuel chef d’Etat brésilien ». Sa plainte est composée d’un document de 65 pages à quoi s’ajoute plusieurs témoignages, rapports et analyses. Il reproche au chef d’Etat sa politique et notamment une loi de février 2020 présentée au congrès qui permet l’exploitation des territoires indigènes en échange d’une compensation financière. Une enquête peut être envisagée du fait de la ratification du traité de la CPI par le Brésil en 2002, cependant, son ouverture doit encore être acceptée par la procureure de la CPI Fatou Bensouda.

Mercredi 27 janvier 2021 – Journée mondiale de la mémoire des victimes de l’Holocauste

Le mercredi 27 janvier, l’Organisation des Nations Unies s’est associée à l’UNESCO afin de  commémorer la journée Internationale de la mémoire des victimes de l’Holocauste. Lors de cette journée (retransmise virtuellement), les thèmes de la reconstruction des individus, de la société et la question du déni ont été abordé. Une commémoration en présence de la chancelière Angela Merkel et d’Irène Butter, une survivante de l’Holocauste. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU, de rappelé la nécessité d’une action pour contrer la montée de l’antisémitisme et de la xénophobie pendant la pandémie de la Covid 19.

28 janvier 2021 – Mise en accusation d’anciens commandants des FARC par la juridiction spéciale pour la paix

Huit anciens commandants guérilleros des Forces armées révolutionnaire de Colombie (FARC) ont été mis en accusation par la JEP pour « crimes de guerre et crimes contre l’humanité ». Les faits concerneraient des séquestrations commises entre 1990 et 2016. Après l’examen de centaines de documents et témoignages, le tribunal a invoqué la responsabilité effective de commandement de ces gradés. Ils ont 30 jours pour choisir une reconnaissance de responsabilité pouvant réduire leur peine ou plaider non-coupable et risquer une condamnation de 15 à 20 ans de prison.

Janvier 2021 Parution : Par une espèce de miracle de Justine Augier, Editions Actes Sud, 231 pages

L’auteure retrace sa rencontre avec Yassin Al-Haj Saleh, intellectuel syrien dissident du régime de Bachar el-Assad.  Elle arpente avec lui « son trajet de lecteur, étroitement lié à l’expérience carcérale, et sa rencontre par les livres avec la pensée et les écrivains européens de l’après-guerre, au premier dans desquels Hannah Arendt et Walter Benjamin ». Elle pose la question de la possibilité d’une justice en Europe pour tous les persécutés ayant pu échapper au conflit Syrien.

Janvier 2021 Parution : Rescapée du goulag chinois de Gulbahar Haitiwaji, Editions des Equateurs, 220 pages

L’auteure a été arrêtée par les autorités chinoises en 2016 et condamnée en 2018 à sept ans de détention, mais elle sera libérée suite à des pressions exercées par la France. Rescapée des camps Ouïghours, Gulbahar Haitiwaji témoigne dans cet ouvrage de son expérience. Elle raconte les raisons de son arrestation à son retour en Chine en  2016, qui eurent pour conséquence un internement de deux ans dans les camps pour Ouïgours et autres minorités musulmanes du Xinjiang. Elle explique la politique d’endoctrinement de ces camps et les différents traitements qu’elle subit. Un des premiers témoignages important sur la détention des Ouïgours en Chine.