Fenosa à Oradour : un monument face à la mémoire, 25 avril 2016

Conférence Fenosa à Oradour :
un monument face à la mémoire, par Bertrand Tillier, Professeur d’histoire de l’art contemporain à l’Université de Bourgogne

« Dans les semaines qui suivent le massacre d’Oradour, le sculpteur barcelonais, républicain et réfugié en France, très lié à la famille Haviland et proche de Picasso depuis les années 1920, reçoit la commande d’un monument destiné à commémorer les terribles exactions commises par la division Das Reich, le 10 juin 1944. Durant les mois suivants, l’artiste élabore une œuvre représentant une femme nue et enceinte, le corps vrillé par les flammes, les bras tendus vers le ciel. Cette sculpture sera présentée au Salon des Surindépendants de 1945, mais sa réception sera entravée par les déclarations hostiles de l’Evêque de Limoges, Mgr Rastouil, qui n’y verra qu’une insulte aux martyrs, empêchant ainsi l’œuvre de devenir le monument commémoratif pour lequel Paul Eluard avait conçu des vers : “Des hommes firent à leur mère et à toutes les femmes la plus grave des injures : ils n’épargnèrent pas les enfants”.

C’est l’histoire de cette œuvre qu’on évoquera, de sa conception à sa fortune critique, en la replaçant dans le contexte d’un art engagé, après 1945, dans la commémoration des massacres et des destructions de la Guerre d’Espagne et de la Deuxième Guerre mondiale. »

Lundi 25 avril 2016, 19h, Espace Noriac, 12, rue Jules Noriac à Limoges



Citer ce billet
Pascal Plas (2016, 7 avril). Fenosa à Oradour : un monument face à la mémoire, 25 avril 2016. JUPIT-er # JUstice Patrimoine Institutions Territoire - études et recherches. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ql9j