Archives de catégorie : Actualités

Colloque de lancement de JusticeInfo.net, 22-23 juin 2015

Colloque de lancement du site JusticeInfo.net, les 22 et 23 juin 2015, organisé par l’Oxford Transitional Justice Research (OTJR), et le Centre de criminologie de la Faculté de droit d’Oxford, en partenariat avec la Fondation Hirondelle et le soutien du Conseil de recherche économique et sociale, ayant pour thématique “Les médias innovants pour le changement, Enjeux et défis de la coopération des médias dans la justice transitionnelle”.

Programme détaillé sur : https://intranet.law.ox.ac.uk/ckfinder/userfiles/files/Innovative-Media-for-Change-Workshop-Programme-FINAL%2025%205.pdf (en anglais)

Coma bleu au Bauturm Theater, festival Africologne, Cologne – 18 juin 2015

Syvie Dyclo-PomosSyvie Dyclo-Pomos va présenter Coma bleu à Cologne au Bauturm Theater le 18 juin 2015 lors du festival Africologne, festival du théâtre africain, en Allemagne.

La Chaire d’excellence Gestion du conflit et de l’après-conflit revient sur son travail par une interview réalisée par Hélène Castagné le 4 mai 2015.

Sylvie Dyclo-Pomos

Comédienne, dramaturge, metteuse en scène, Sylvie Dyclo-Pomos est née à Brazzaville, en République du Congo où elle réside toujours. Elle s’intéresse au théâtre et à l’écriture dès son jeune âge car, bien avant le lycée, elle assiste à une multitude de spectacles de théâtre en compagnie de sa mère qui est comédienne au Théâtre National Congolais. Nourrie par des études de Lettres Modernes à l’Université Marien Ngouabi de Brazzaville, ses prédispositions d’auteure, de comédienne et de metteuse en scène se confirment peu à peu. En 2004, avec son collègue Ludovic Louppé, elle crée la compagnie LUDO-SYLVIE au sein de laquelle elle assure la direction artistique, signe des adaptations et des mises en scène. Ses textes sont aussi montés par d’autres metteurs en scène. Elle obtient une bourse d’encouragement à l’écriture du ministère de la Culture et de la Communication (France) en 2006 pour La Folie de Janus, publié par CulturesFrance, et présenté en lecture à Avignon en 2007. Ce texte est ensuite monté par la compagnie Mabel Octobre et joué au Théâtre Confluences à Paris en 2009. En 2010, la réalisatrice Annette Kouamba lui consacre un documentaire autour de deux de ses textes La Folie de Janus et Les Griots du boss.

En 2013, lors d’une première résidence d’écriture à la Maison des auteurs du festival des Francophonies en Limousin, elle écrit Coma bleu, qui est mis en lecture à Avignon dans la foulée et est enregistré par France Culture dans son programme Voix d’Afrique. Cette pièce jouée pour la première fois au festival Mantsina à Brazzaville.

Sylvie Dyclo-Pomos vient en France depuis 2003, pour jouer des spectacles ou en résidence d’écriture. Pour elle, il est fondamental de parler et surtout de se souvenir, « il faut inonder le monde de l’art ». Très croyante, elle écrit toujours contre l’injustice. En plus de ses propres pièces, elle met aussi en scène des pièces de Sony Labou Tansi.

Son nom ne « sonne » pas congolais, il ne s’agit pas d’un pseudonyme mais bien d’un nom de famille, dont elle ignore l’origine. Son père, qui est décédé quand elle était au lycée, lui avait dit : « si je t’ai donné ce nom, c’est pour que tu ne restes pas dans l’anonymat ».

Chaire GCAC : Qu’avez-vous voulu dire à travers La Folie de Janus (2005), traitant de l’affaire des disparus du Beach ?

 « La Folie de Janus a été publiée par CulturesFrance dans un ouvrage collectif en 2007.

L’action de l’œuvre se déroule durant la guerre civile de 1998 du Congo, qui oppose l’armée régulière et les partisans d’une milice d’un opposant au pouvoir. L’armée régulière pourchasse cette milice, qui s’enfuie en forêt. Le personnage principal, Zatou, quitte Brazzaville, se réfugie dans la forêt du Pool, puis dans un camp du Haut Commissariat pour les Réfugiés en République Démocratique du Congo. Suite à l’appel de son gouvernement quelques mois plus tard, il accoste en mai 1999 avec ses congénères au Beach de Brazzaville. Il se remémore ses années en forêt et les exactions dont a été victime sa famille. Mais les rapatriés sont « triés » : les hommes sont mis de côté et tués, ils sont brûlés, mis dans des sacs ou des containers jetés dans le fleuve. C’est un massacre de masse où 353 personnes disparaissent ou perdent la vie.

Afin d’écrire ce texte, j’ai recueilli les témoignages de nombreuses personnes, par exemple, le témoignage d’un colonel ayant vu son fils se faire tuer, actuellement en exil en France, et qui préside l’Association des disparus du Beach.

Cette affaire a connu un simulacre de procès, à l’issue duquel tous les accusés ont été acquittés. »

Chaire GCAC : Comment avez-vous conçu Coma bleu (2014), œuvre qui vient d’être représentée en Limousin ?

« Le 4 mars 2012, une série d’explosions retentit à Brazzaville. Un dépôt d’armes, entre autres, saute dans le quartier Mpila dans le sixième arrondissement Talangaï, rasant littéralement l’ensemble du bâti urbain dans un rayon de plus de 500 mètres. L’explosion fut d’une telle violence qu’elle fut ressentie jusqu’à Kinshasa en RDC voisine. En plus des dégâts matériels, on dénombre près de 300 victimes, des milliers de mutilés et 15 à 20 000 sans-abris.

Ce jour-là, j’ai probablement échappé à la mort, car je devais traverser le quartier pour aller faire baptiser mon fils, mais il a retardé le taxi. En le changeant, j’ai entendu trois fortes explosions, un son incroyable. Mon fils s’est mis à trembler de terreur. Encore aujourd’hui, il a très peur des détonations, des feux d’artifice. Un décret au Congo a interdit la commercialisation des pistolets et pétards pour les enfants. Toutefois, ils arrivent parfois à s’en procurer, et l’explosion d’un simple pétard terrorise un village entier, marqué à vie par ces souvenirs traumatiques.

Une enquête a été ouverte, plus de 20 militaires ont été arrêtés et jugés au cours d’un simulacre de procès qui s’est terminé le 9 septembre 2013, procès à l’issue duquel il y eut des peines de travaux forcés, de réclusion, mais aussi de nombreux acquittements. Le « passage de la justice » ne s’est pas fait sans mal et pose toujours problème. Aujourd’hui, le quartier est en voie de reconstruction, mais la douleur demeure chez les proches des victimes.

À l’heure actuelle, aucune certitude n’existe sur ce qui s’est réellement passé : en effet, la piste d’un attentat n’est pas à négliger dans la mesure où ce matin-là, le Président devait passer dans ce camp.

Le lendemain des explosions, je me suis rendue sur place et j’ai pris des photos, alors que s’élevait une épaisse fumée et que tous les foyers n’étaient pas encore éteints.

Coma bleu est un monologue qui porte au théâtre l’histoire réelle de cette explosion tragique qui a effacé de la carte tout un quartier. Je donne la parole à une femme de 60 ans, personnage inspiré de ma propre mère, qui, après l’explosion, commence par chercher la dépouille de son fils pour lui rendre une sépulture décente. En effet, dans la culture bantoue, il est très important de pouvoir se recueillir devant la tombe des disparus, et il n’est pas concevable qu’un être humain puisse mourir sans sépulture. Même lorsque l’un d’entre eux meurt à l’étranger, on rapatrie le corps. Ainsi, lorsque leurs proches qui cherchent à traverser la méditerranée disparaissent en mer, le désarroi des parents et des familles est immense. Il est donc fondamental pour l’héroïne de Coma bleu de retrouver au moins une partie du corps de son fils, ne serait-ce pour commencer un travail de deuil. Cette femme décide ensuite au nom de toutes les victimes de porter plainte contre l’État pour assassinat. Un matin elle reçoit une convocation : « Plainte irrecevable. Trahison et offense à la République. L’État vous traduira en justice ». Coma bleu nous plonge dans le quotidien de cette femme qui risquera sa vie pour que justice soit rendue.

J’ai écrit cette œuvre lors d’une résidence d’écriture en 2013 à la Maison des auteurs des Francophonies en Limousin ; elle a été lue au festival d’Avignon avant d’être montée au Congo. »

Chaire GCAC : Quels sont vos projets à venir ?

« Actuellement, je suis à nouveau, en résidence d’écriture à la Maison des auteurs des Francophonies en Limousin jusqu’en juin 2015, et je compose une nouvelle pièce, intitulée Le Verso Recto. L’action se déroule dans un cimetière, où deux personnes mortes, un homme et une femme, sortent de leur tombe pour parler. Ainsi, toutes les générations de morts se connaissent. Ils se mettent à comploter contre les vivants, ils veulent agir, notamment contre ceux qui les ont envoyés au cimetière…

La 12ème édition du festival congolais Mantsina sur scène, présidé par Dieudonné Niangouna, artiste associé au festival d’Avignon en 2013, se tiendra du 10 au 30 décembre 2015 à Brazzaville et sera dédiée à l’écrivain Sony Labou Tansi pour marquer le vingtième anniversaire de sa disparition. Ce festival ne bénéficie d’aucune subvention du ministère de la Culture congolais, ni de la mairie. Les fonds pour le mettre en place viennent de l’étranger, de partenariats avec les Instituts français (IF Congo, IF de Paris). Il est également financé par certaines entreprises. »


Crédit photo : Abdon Koumbha

Colloque Les violences extrêmes : Penser les nouvelles formes d’inhumanité, 12 juin 2015

Les partenaires de la Chaire d’excellence Gestion du conflit et de l’après-conflit, l’Association francophone sur la justice transitionnelle, l’Institut universitaire Varenne et la Fondation Varenne ainsi que l’Institut des hautes études sur la justice,  organisent une journée d’étude intitulée Les violences extrêmes : Penser les nouvelles formes d’inhumanité, le 12 juin 2015 de 9h à 18h30 aux Salons de la Fondation Varenne.

Bien qu’elles se déroulent sur des théâtres très éloignés, on est frappé par les  caractéristiques communes que présentent nombre de violences contemporaines : cruauté individuelle et assumée (alors que le crime de masse vise à industrialiser la mort), mises en scène des exécutions (là où le crime contre l’humanité cherche plutôt à les cacher), faible lien avec la politique (alors que le totalitarisme exacerbait la politique), confusion avec le crime de droit commun (alors que les régimes autoritaires exigent une obéissance absolue), ritualisation plutôt que professionnalisation, utilisation nouvelle de l’image et des réseaux sociaux qui à la fois hyperréalise et déréalise la violence, en même temps qu’elle nous la rend d’une inquiétante proximité, attentats contre la culture, etc. Ces différents traits autorisent-ils à ranger les violences de Boko Haram, de Daech, en Centrafrique ou encore au Mexique dans une même catégorie que l’on qualifierait, faute de mieux, de « violences extrêmes » pour les opposer à la fois à la violence guerrière classique et aux crimes de masse tels que le génocide ? Ces nouvelles formes ne mettent-elles pas en échec les différents instruments (opérations extérieures de l’armée, justice pénale internationale par exemple) mis au point pour combattre des formes de violences plus classiques ?

Programme
La journée se divisera en trois tables rondes :

9h-9h10 – Mot de bienvenue, par Daniel Pouzadoux, Président de la Fondation Varenne

9h10-9h40 – Allocution d’ouverture, par Jean-Pierre Massias, Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA) et Institut universitaire Varenne

9h45-12h45 – Table ronde 1 : Analyser – Quatre situations seront analysées : Boko Haram, RCA, Daech, Mexique

13h45-16h – Table ronde 2 : Comprendre – Présidée par Emmanuel Laurentin (France Culture), les intervenants tenteront de saisir les particularités de ce type de violences.

 16h30-18h – Table ronde 3 : Faire face – Cette table ronde essayera d’esquisser les réponses à élaborer et les pièges à éviter.

18h-18h30 – Synthèse, par Antoine Garapon, Secrétaire général de l’IHEJ

Parmi les intervenants confirmés :

Stéphane Audoin-Rouzeau, historien, EHESS ; Danièle Cohn, EHESS ; Sonia Le Gouriellec, IRSEM ; Olivier Mongin, Revue Esprit ; Marc-Antoine Pérouse de Montclos, IRD ; Xavier Philippe, Université Aix-Marseille ; Jean Rivelois, Université Paris 3, IRD ; Enoch Tompte-Tom, psychologue (RCA)

Lieu du colloque :
Salons de la Fondation Varenne – 79 avenue Raymond Poincaré – 75 116 Paris. Métro Victor Hugo (ligne 2) ou Métro Trocadéro ou Boissière (ligne 6)

Inscription :
par mail auprès de institut-varenne@fondationvarenne.com
tél : 06 87 13 33 00

Exposition Dessine-moi la guerre – 1914-2014, 26 mai-30 juin 2015

La Chaire d’excellence Gestion du conflit et de l’après-conflit (Fondation partenariale de l’Université de Limoges) et l’Université de Limoges dans le cadre de sa politique culturelle accueillent au Centre international de la caricature, du dessin de presse et d’humour de Saint-Just-le-Martel l’exposition « Dessine-moi la guerre – 1914-2014 : regards des dessinateurs de presse sur les guerres » du 26 mai au 30 juin 2015.

Chaque année, la Chaire organise une grande exposition en liaison avec ses thèmes de recherche et en étroite collaboration avec ses partenaires. Après l’exposition du plasticien Bruce Clarke en 2014 « Les Hommes debout », en hommage aux victimes du Rwanda, la Chaire accueille cette année en partenariat avec le Centre international de la caricature, du dessin de presse et d’humour de Saint-Just-le-Martel l’exposition « Dessine-moi la guerre – 1914-2014 : regards des dessinateurs de presse sur les guerres », présentée en avant-première en province après son inauguration à Paris en mars 2015.

Cette exposition est composée de 10 kakémonos déroulants, installés dans le hall du Centre international de la caricature, du dessin de presse et d’humour de Saint-Just-le-Martel.

La Grande Guerre marque une évolution du dessin de presse

Comment pensait-on avec son crayon en 1914 ? Et en 1918 ? « La Grande Guerre a indéniablement marqué une évolution du style des dessinateurs de presse », explique Bertrand Tillier, historien de l’art, « qui passent progressivement d’une composition lyrique, influencée par la formation à la peinture des dessinateurs du début du XXème siècle, à un style plus graphique.

Les dessins à caractère patriotique voir nationaliste laissent la place à un dessin caricatural, avec un traitement plus critique de la guerre. Une mutation accélérée par la création de journaux satiriques tel le Canard enchainé ou le Crapouillot, tous deux nés en 1915.

Un changement porté aussi par l’humour, élément immuable du dessin de presse, qui prend de nouvelles teintes. D’une tonalité naïve et gentillette dans les journaux destinés à la propagande et diffusés sur le front, il devient cynique et tragique dans les dessins des journaux réalisés par les soldats dans les tranchées. Un humour grinçant, qualifié de “noir”, qui sera largement utilisé au cours du XXème siècle par des dessinateurs « fantassins » qui tentent, inlassablement, de repousser les frontières de l’intolérance et de la censure.

Des crayons toujours vigilants

Après la Première Guerre mondiale, le rôle des dessinateurs évolue, mais ils restent efficacement de fins observateurs des relations internationales et des porteurs d’alerte. Lors des conflits suivants, le dessin « change tant dans sa forme que sur le fond, la composition lyrique fait place au croquis et à une apparence plus graphique », indique Bertrand Tillier, qui ajoute « les auteurs sont plus facilement antimilitaristes et pacifistes et leurs centres d’intérêt varient… La technique guerrière capte de moins en moins l’attention, au profit des populations civiles », de plus en plus touchées par les conflits de la fin du XXème siècle.

Permanence de la guerre et du dessin de presse sur la guerre

En l’espace d’un siècle, jalonné de conflits qui se sont inexorablement succédés sur la planète, des dessinateurs de presse, de toutes nationalités, ont croqué la guerre au cours de leur carrière. L’exposition permet une mise en parallèle de leur travail et l’instauration d’un dialogue à travers les époques, ce qui permet d’engager, de façon ludique, une réflexion sur la Grande Guerre, mais aussi sur les guerres.

Un siècle sépare certains dessins de presse et pourtant de nombreux points communs les relient, les thématiques répertoriées sont en effet dramatiquement présentes dans chaque conflit : les femmes et les enfants dans la guerre, les armes chimiques, les exactions…

Ce phénomène de récurrence sert de fil conducteur à l’exposition et démontre que comprendre la guerre de 1914, c’est aussi comprendre les nombreux conflits qui ont éclaté en l’espace d’un siècle.

Les partenaires

  • Une exposition organisée par la Fondation partenariale de l’Université de Limoges (Chaire d’excellence Gestion du conflit et de l’après-conflit) et l’Université de Limoges.
  • Une exposition présentée au Centre international de la caricature, du dessin de presse et d’humour de Saint-Just-le-Martel, centre le plus important en Europe consacré à la caricature, au dessin satirique, au dessin d’humour. Il accueille un salon annuel, des expositions pour tous publics, des colloques, des rencontres, des animations. http://www.st-just-humour.fr
  • Une exposition proposée par l’association Cartooning for Peace, réseau international de dessinateurs de presse créé en 2006 à l’initiative de deux personnalités, Kofi Annan et Plantu. Les dessinateurs se sont engagés par le biais de la création de l’association à promouvoir une meilleure compréhension et un respect mutuel entre les populations de différentes cultures ou croyances, et l’association utilise le dessin de presse comme moyen d’expression d’un langage universel. Elle favorise les échanges sur la liberté d’expression ainsi que la reconnaissance du travail journalistique des dessinateurs de presse. http://www.cartooningforpeace.org
  • Une exposition qui s’inscrit dans le cadre des commémorations de la Première Guerre mondiale, labellisée par la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale, groupement d’intérêt public créé en 2012 et chargé de mettre en œuvre le programme commémoratif du centenaire de la Première Guerre mondiale. A ce titre, il mène une action pédagogique et culturelle spécifique visant à valoriser les initiatives publiques et privées. http://centenaire.org/fr
  • Une exposition soutenue par la Fondation Varenne, partenaire de la Chaire d’excellence Gestion du conflit et de l’après-conflit. La Fondation Varenne, reconnue d’utilité publique depuis 1988, œuvre à la promotion et au soutien de la presse et de la communication auprès des professionnels du journalisme, des milieux scolaires, des chercheurs, dans la continuité d’Alexandre Varenne, avocat, journaliste et homme politique majeur de l’histoire du XXème siècle. http://www.fondationvarenne.com

Centre international de la caricature, du dessin de presse et d’humour de Saint-Just-le-Martel, 7, route du Château-d’Eau, 87 590, Saint-Just-le-Martel. Ouverture du centre du lundi au vendredi : 9h-12h / 14h-17h30.

Contacts : Centre international de la caricature, du dessin de presse et d’humour de Saint-Just-le-Martel : 05 55 09 26 70 ; salon.humour@wanadoo.fr et Chaire d’excellence Gestion du conflit et de l’après-conflit : 05 55 14 92 34 ; chaire-gcac@unilim.fr

Colloque Énoncer le droit, représenter le droit, Journées d’histoire du droit, 4 & 5 juin 2015

À signaler lors des Journées d’histoire du droit des 4 et 5 juin 2015, qui se tiendront à la Faculté de droit et des sciences économiques de Limoges (site du Forum), l’intervention de Joël Hubrecht de l’Institut des Hautes Études de la Justice : La souris et le marteau : le tribunal, l’internet et la justice internationale.

Cliquez ici pour accéder au programme complet des Journées d’histoire du droit 2015

70ème anniversaire de la libération des camps

La revue de la Direction de la Mémoire, du Patrimoine et des Archives (DMPA – Ministère de la Défense) consacre dans son numéro 248 (février-mars 2015) un dossier spécial sur 1945 : l’horreur révélée.

À lire l’article de Frédérique Neau-Dufour, directrice du Centre européen du résistant déporté sur Le camp de concentration de Natzweiler-Struthof, une communication de Thomas Fontaine, chercheur associé au Centre d’histoire sociale du XXème siècle (Université de Paris 1) sur la découverte de l’horreur des camps nazis en 1945 ainsi qu’un entretien avec Georges Loinger, un des cadres de l’OSE (Oeuvre de Secours aux Enfants) pendant la Seconde Guerre mondiale et une page sur Une terre de Justes, le village du Chambon-sur-Lignon.

Nombreuses correspondances dans les articles avec des sites internet complémentaires.

Voir http://www.cheminsdememoire.gouv.fr

Goethe Institut Paris – mai-juin 2015

À signaler dans la programmation du Goethe Institut pour l’été 2015 :

Une rencontre en coopération avec la Fondation pour la mémoire de la Shoah le mardi 19 mai 2015 à 19h sur La littérature allemande et la Shoah, 1945-2014, en présence de Marie-Claire Hook Demarle et Guillaume Dreyfus, rencontre animée par Georges Bensoussan.

Le jeudi 28 mai 2015 à l’occasion de la parution d’un recueil de textes de Germaine Tillion, lecture à 19h en présence de Mechthild Gilzmer, traductrice et éditrice de l’ouvrage Die gestohlene Unschuld. Ein Leben zwischen Résistance und Ethnologie et de Tzvetan Todorov qui en a réalisé la préface.

Le lundi 8 juin 2015 à 19h, projection du film de Tania Rakhmanova, Quand la France occupait l’Allemagne. Documentaire intéressant pour  un aspect du post-conflit rarement évoqué, la présence de la France dans une petite zone d’occupation en 1945, confrontée au processus de dénazification, à la démocratisation et à l’insertion de ce qui va devenir l’Allemagne de l’ouest dans un ensemble européen à construire.

Conférence : Le couple franco-allemand face à la crise ukrainienne – 30 mai 2015

La Maison de l’Europe en Limousin Centre, Europe Direct et l’Association Limousine Franco-Allemande organisent une conférence intitulée Le couple franco-allemand face à la crise ukrainienne, le samedi 30 mai 2015 à 18h.

Cette conférence est animée par Hans-Jürgen Zahorka, Ancien député du Parlement européen, Membre du TEAM EUROPE (Allemagne).

Conférence Le couple franco-allemand face à la crise ukrainienne,  samedi 30 mai 2015 à 18h, salle Blanqui 2, rue Louis Longequeue, Limoges. Contact : contact.mde@europe-limousin.eu


Crédit photo : Manifestation du Congrès des nationalistes ukrainiens à Kiev le 1er décembre 2013, Antanana, CC BY-SA 3.0.

À signaler cette semaine : conférences et projection (Limoges – Tulle)

Notre partenaire, l’IHEDN organise en liaison avec la ligue des droits de l’Homme une conférence donnée par Michel C. Kiener, agrégé d’histoire, le mercredi 22 avril 2015 à 19h30 à l’Espace Cité-Musée de la Résistance, Limoges. Elle a pour thème “Centenaire des 4 fusillés de Flirey, Officiers et soldats face aux ordres en 1915“.

L’affaire des trois soldats et du caporal du 63e RI « fusillés pour l’exemple » le 20 avril 1915, et réhabilités en 1934 grâce à l’engagement obstiné de la Ligue des droits de l’Homme et de leurs officiers, est désormais bien connue.

Ce qui ne l’est pas, c’est son contexte, c’est le mois d’attaques suicidaires ordonnées au printemps 1915 par le haut commandement en Woëvre (Lorraine). Suicidaires au point d’amener des officiers de plusieurs régiments, des capitaines aux colonels, à affronter leurs supérieurs, se refusant en conscience à envoyer leurs hommes à une mort programmée. Les 4 de Flirey sont donc bien, pour cela, une affaire hors norme.

Plongeant dans les archives des régiments, brigades, division et corps d’armée concernés, et à l’aide d’un important corpus de documents privés inédits ou oubliés, Michel Kiener replace l’aberrante affaire de Flirey dans un moment de l’histoire de la Grande Guerre marqué par le doute et, souvent, l’improvisation. Une guerre que l’institution militaire elle-même n’avait pas imaginée, qui prend en étau les hommes et ceux qui les commandent.


Peuples et Culture Corrèze accueille le cinéaste Patrick Séraudie pour l’animation d’un débat à l’issue de la présentation de son film Au bout de la nuit, le mercredi 22 avril 2015 à 20h30 au cinéma le Palace – Tulle, tarif unique : 5€.

Mauthausen, un nom qui reste gravé dans la mémoire des hommes… Roger Gouffault n’a que 17 ans lorsqu’il s’engage, en septembre 1941, dans la résistance. Arrêté à la veille de Noël 1942, il est condamné à mort par la Gestapo, puis déporté au camp de Mauthausen et classé « Nuit et brouillard ». Un témoignage bouleversant et une extraordinaire leçon de vie.
« Ce qui étonne lorsqu’on rencontre Roger pour la première fois, c’est son optimisme sans faille. Il appartient à ces rares hommes qui irradient par leur humanité et leur générosité, à cette poignée d’individus capables aussi de transcender la souffrance la plus absolue. Depuis son retour, Roger raconte son expérience de la douleur comme une prévention à la folie humaine. Depuis 1945, il n’a jamais dérogé à cette règle. Il est aujourd’hui un des derniers résistants-déportés à pouvoir décrire avec précision son parcours. » Patrick Séraudie, réalisateur.
« Quand je suis sorti du camp, j’ai eu envie de transmettre la mémoire en replaçant la fraternité au cœur des relations entre les hommes, de dire aux gens : ne restez pas individualistes. Finalement, la religion, l’économie, tout cela reste très secondaire. Quand je vais dans les écoles pour raconter mon histoire, c’est le message que je tente de faire passer aux jeunes générations. La fraternité ! Ce film doit être une espérance, il doit donner envie de vivre. Malgré les horreurs que nous avons vécues, l’homme venait en aide à l’homme. » Roger Gouffault


La Section de la Haute-Vienne de la Société des membres de la Légion d’honneur et l’association des auditeurs de la région Limousin de l’Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale organisent une conférence, donnée le vendredi 24 avril 2015 à 18h30 à la Chambre de Commerce et d’Industrie, salle Vandermacq, 16 place Jourdan, Limoges, par M. Antoine Joseph Assaf, écrivain et philosophe, docteur d’Etat à la Sorbonne, auditeur de la 55ème session nationale de l’IHEDN, intitulée “Orient et Occident, la guerre de la coalition contre la république islamique de Daech“.

Rendez-vous de l’IiRCO – Autour du corps : Corps, droit et mémoire

La Chaire d’excellence Gestion du conflit et de l’après-conflit (Fondation de l’Université de Limoges) et l’OMIJ (Observatoire des Mutations Institutionnelles et Juridiques) organisent les premiers Rendez-vous de l’IiRCO (Institut International de Recherche sur la Conflictualité) :

« Autour du corps : Corps, droit et mémoire ».

Ces Rendez-vous regroupent des juristes, des historiens, des psychanalystes, des sociologues et des artistes pour parler du corps mort, du corps vivant, du corps inclus dans les processus mémoriels et du corps porteur de mémoire.

Ils auront lieu le mardi 21 avril 2015 de 9h à 17h à la Faculté de droit et des sciences économiques, site Turgot, Hôtel de la Bastide, 32 rue Turgot, Limoges, Amphi Treilhard.

L’entrée est libre et gratuite.

Conférence 1914-1918, le Limousin dans la guerre : la vie à l’arrière – 18 avril 2015

Les premières années qui suivent la fin de la Première Guerre mondiale sont le temps des bilans. Au sein des administrations, dans les établissements scolaires, quelques fois même sous la plume de chroniqueurs improvisés, émergent des récits sur les conséquences du temps révolu du conflit. Le Limousin n’échappe pas à la règle et nous disposons d’un certain nombre de textes qui prennent acte à la fois des continuités mais surtout des césures dans un monde essentiellement rural et secondairement urbain, celui du Limousin, fortement impacté par le conflit (10 941 morts pour le seul département de la Creuse).

Le Limousin a été par excellence une région de « l’arrière ». Aussi ce que l’on lit dans ces rapports et mémoires est à la fois une chronique de vies d’hommes et de femmes ayant dû s’adapter à des circonstances exceptionnelles dans une région, certes située loin du front mais qui n’en a pas moins subi les conséquences de ce qui fut un engagement total pour la victoire.

On y découvre le temps de la mobilisation, celui de l’accueil des réfugiés, nombreux, des transferts d’entreprises, celui des hôpitaux et des centres de secours improvisés jusque dans des bourgs éloignés. On y parle des femmes et d’une vie quotidienne qui les conduit à suppléer les hommes aussi bien dans les campagnes que dans les usines, mais aussi dans la famille, cellule dominée par la peur de la mort du père, du frère ou du fils au front, d’autant que les correspondances échangées, fortement contrôlées par la censure, ne sont guère à même de donner une image juste de la situation des soldats.

L’installation de la guerre, c’est aussi le rationnement et les restrictions alimentaires, les pénuries et le système D, de fortes perturbations dans le monde scolaire et celui de la culture, la nécessaire évolution des modes de travail en particulier dans les fermes pour faire face à l’absence des bras et conserver un semblant de normalité.

Ces récits traduisent aussi l’envers de la joie de l’armistice, le retour des Poilus et leur difficile réadaptation, la situation tragique des veuves et des orphelins, les pertes immenses dans chacune des communes et les innombrables blessés et gazés dont les tristes figures, comme les paysages portent les traces indélébiles de l’horreur de la guerre.

Conférence de Pascal Plas, Directeur de la Chaire d’excellence Gestion du conflit et de l’après-conflit, organisée par l’association Mémoire de Nieul et Alentours, samedi 18 avril 2015 à 18h, salle d’honneur du Château de Nieul, 87 510 Nieul.

Entrée libre

Pour tout renseignement, consultez le site de l’association Mémoire de Nieul et alentours : http://www.nieuletalentoursenlimousin.fr

Cycle de conférences Violence politique & Justice transitionnelle

Bayonne – Pau , 8-14 avril 2015

Nos partenaires, l’Institut Universitaire Varenne et l’Association Francophone de Justice Transitionnelle, organisent à l’Université de Pau-Pays de l’Adour un cycle de conférences consacré à Violence politique & Justice transitionnelle, et un colloque Torture, Génocide & Procès pénal : Juger le mal ?.

Le cycle de conférences qui se tient sur le site de Bayonne comprend la projection du film de Margarethe Von Trotta Hannah Arendt (mercredi 8 avril à 17h30) suivi d’un débat, un séminaire (jeudi et vendredi 9 et 10 avril) consacré à La construction et à La déconstruction de l’impunité et un forum (samedi 11 avril) constitué de deux conférences, la première se rapportant à Espagne : ONG, mémoire et vérité, la seconde à Torture : les victimes face à l’impunité.

Le colloque se tient lui à Pau les lundi 13 et mardi 14 avril et prend la forme de tables rondes, la première sur Le procès des violations graves des droits de l’Homme, la seconde sur Les auteurs des violations graves des droits de l’Homme, la troisième sur Les victimes des violations graves des droits de l’Homme.

Un programme particulièrement riche dans lequel on signalera la présence de Buscarita Roa, une représentante de l’Association des Mères de la Place de Mai, au même moment où la Chaire d’excellence Gestion du conflit et de l’après-conflit accueille elle aussi pour une grande conférence publique Nora Cortinas, membre de la même association.

Cliquez ici pour accéder à l’intégralité du programme

Cliquez ici pour accéder à l’affiche des Rencontres avec Nora Cortinas à Limoges

Rencontres avec Nora Cortinas, Mère de la Place de Mai

Conférence le mercredi 8 avril à 19h, à la BFM du centre-ville de Limoges, 2 place Aimé Césaire, Limoges.

Conférence-débat thématique : Pouvoirs politiques et droits de l’Homme en Amérique Latine le jeudi 9 avril à 14h, à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Limoges, Amphi 3, 9E rue Camille-Guérin, Limoges.

Ces manifestations ouvrent le programme de collecte d’archives des victimes des exactions commises par les dictatures en Amérique Latine mené par l’Institut International de Recherche sur la Conflictualité (IiRCO).

Cliquez ici pour accéder à l’affiche des Rencontres avec Nora Cortinas

Semaine de la langue française et de la Francophonie

Corrélativement à la Journée internationale de la Francophonie et à la Semaine de la langue française et de la Francophonie, Les Francophonies en Limousin organisent les Rencontres Littéraires “Nouvelles Zébrures” du mercredi 18 mars au vendredi 27 mars 2015.

On retiendra dans le programme très riche de cette dixième édition la pièce de Sylvie Dyclo-Pomos Coma bleu présentée à Brive le lundi 23 mars à 20h30 à la Cité scolaire d’Arsonval. L’auteur conduit avant la lecture de Coma bleu des ateliers d’écriture avec l’association Solidar’elles, qui feront l’objet d’une mise en espace par le Bottom Théâtre.

Comédienne, dramaturge, metteuse en scène, Sylvie Dyclo-Pomos est née à Brazzaville, en République du Congo où elle réside toujours. Elle s’intéresse au théâtre et à l’écriture dès son jeune âge car, bien avant le lycée, elle assiste à une multitude de spectacles de théâtre en compagnie de sa mère qui est comédienne au Théâtre National Congolais. Nourrie par des études de Lettres Modernes à l’Université Marien Ngouabi de Brazzaville, ses prédispositions d’auteure, de comédienne et de metteuse en scène se confirment peu à peu. En 2004, avec son collègue Ludovic Louppé, elle crée la compagnie LUDO-SYLVIE au sein de laquelle elle assure la direction artistique, signe des adaptations et des mises en scène. Ses textes sont aussi montés par d’autres metteurs en scène. Elle obtient une bourse d’encouragement à l’écriture du ministère de la Culture et de la Communication (France) en 2006 pour La Folie de Janus, publié par CulturesFrance, et présenté en lecture à Avignon en 2007. Ce texte est ensuite monté par la compagnie Mabel Octobre et présenté au Théâtre Confluences à Paris en 2009. En 2010, la réalisatrice Annette Kouamba lui consacre un documentaire autour de deux de ses textes La Folie de Janus et Les Griots du boss.

En 2013, lors d’une première résidence d’écriture à la Maison des auteurs du festival des Francophonies, elle écrit Coma bleu, qui sera mis en lecture à Avignon dans la foulée et enregistré par France Culture dans son programme Voix d’Afrique. Cette pièce sera créée au festival Mantsina à Brazzaville.

Coma bleu

Le 4 mars 2012, une série d’explosions retentit à Brazzaville. Un dépôt d’armes entre autres saute dans le quartier Mpila dans le sixième arrondissement Talangaï, rasant littéralement l’ensemble du bâti urbain dans un rayon de plus de 500 mètres. L’explosion fut d’une telle violence qu’elle fut ressentie jusqu’à Kinshasa en RDC voisine. En plus des dégâts matériels, on dénombre près de 300 victimes, des milliers de mutilés et 15 à 20 000 sans-abris.

Quoique ces explosions n’aient rien à voir avec une guerre civile ni même un attentat, elles traduisent d’importants dysfonctionnements organisationnels d’un pays extrêmement militarisé, disposant de casernes et de dépôts de munitions au coeur du milieu urbain.

Une enquête a été ouverte, plus de 20 militaires ont été arrêtés et jugés au cours d’un procès qui s’est terminé le 9 septembre 2013, procès à l’issue duquel il y eut des peines de travaux forcés, de réclusion, mais aussi de nombreux acquittements. Le “passage de la justice” ne se fit pas sans mal et pose toujours problème. Aujourd’hui, le quartier est en voie de reconstruction, mais la douleur demeure chez les proches des victimes.

Coma bleu est un monologue qui porte au théâtre l’histoire réelle de cette explosion tragique qui a effacé de la carte tout un quartier. Ce texte donne la parole à une femme de 60 ans qui, après l’explosion, décide au nom de toutes les victimes, de porter plainte contre l’État pour assassinat. Un matin elle reçoit une convocation : “Plainte irrecevable. Trahison et offense à la République. L’État vous traduira en justice”. Coma bleu nous plonge dans le quotidien de cette femme qui risquera sa vie pour que justice soit rendue.

Extrait de Coma bleu

« Suzanne n’a pas retrouvé le corps de son fils. Son fils nouvellement recrue, logé dans le camp régiment blindé. Suzanne est une femme bantoue. Les bantous ont la tradition de cultes aux morts. Se recueillir devant la tombe d’un proche c’est ancré dans les us et coutumes du bantou. Suzanne a procédé à une fouille méthodique, ruelle par ruelle, au cas où les projectiles auraient propulsé si loin le corps de son fils. Retrouver ne fut-ce qu’un pied, une tête, une main, un orteil… Elle commence sa fouille à mille deux cents mètres de l’épicentre : rue Bouzala, rue Campement, rue Kintélé, rue Balloys, rue Konda, rue Bordeaux, rue Mpouya, rue Dolisie, rue Mossaka, rue Sainte-Anne bis, rue Sainte-Anne, rue Mouila, avenue des Trois Martyrs, rue Moundjombo, rue Ngabé, rue Mayama, rue Gamboma, rue Franceville, rue Dongou, rue Bangangoulou, Lycée de la Révolution, rue Champs de tirs, Collège Gampo Olilou, rue Mvouti, rue Mbokos, rue des Martyrs, dépôt, Sans fil, camp régiment blindé, l’épicentre des explosions. RIEN… Aucune trace de son fils sous les décombres… RIEN. Deuxième choc pour Suzanne. Résignée, elle a pris le sable noir dans le camp, en se disant que le feu a consumé son enfant sur ce sable, elle a mis le sable dans une bouteille qu’elle a placée dans sa chambre. Elle a érigé un autel, a placé la bouteille au centre, chaque matin, elle se recueillait devant l’autel. Six mois après, ses nerfs n’ont pas résisté, elle a grossit le nombre de fous dans les rues de la capitale. Troisième choc pour Suzanne. L’absence de sépulture. Le bantou n’a pas la culture d’incinérer les morts… »

Sylvie Dyclo-Pomos sera accueillie en résidence d’écriture à Limoges en mai et juin 2015. Nous aurons l’occasion de découvrir son travail et la vie au Congo Brazzaville lors d’une rencontre organisée par la Chaire d’excellence Gestion du conflit et de l’après-conflit.

Cliquez ici pour accéder au programme complet de la 10ème édition de Nouvelles Zébrures

Conférence : L’Union européenne et la paix sur le continent européen

Conférence organisée par la Chaire d’excellence Gestion du conflit et de l’après-conflit (Fondation de l’Université de Limoges) et l’OMIJ (Observatoire des Mutations Institutionnelles et Juridiques), en partenariat avec le Trinôme académique du Limousin.

Cliquez ici pour accéder au texte intégral de la première conférence en partenariat avec le Trinôme académique du Limousin, intitulée “Les chefs d’Etat sont-ils intouchables ?”, par Rémy Prouvèze, maître de conférences en droit public à l’Université de Franche-Comté et ayant eu lieu le 22 janvier 2015 à la Faculté de droit et des sciences économiques de Limoges.

L’auteur de la conférence, Emilie Chevalier, est maître de conférences en droit public à l’Université de Poitiers. Elle a soutenu une thèse intitulée “Bonne administration et Union européenne : contribution à l’étude de l’espace administratif européen”, sous la direction du professeur Olivier Dubos.

Cette manifestation se tiendra le jeudi 26 mars 2015 à 18h dans l’amphi 250 à la Faculté de droit et des sciences économiques de Limoges, 5 rue Félix Eboué, 87 031 Limoges.

Entrée libre et gratuite

Cliquez ici pour accéder à l’affiche de la conférence L’Union européenne et la paix sur le continent européen