Archives de catégorie : Actualités

Cycle de conférences Violence politique & Justice transitionnelle

Bayonne – Pau , 8-14 avril 2015

Nos partenaires, l’Institut Universitaire Varenne et l’Association Francophone de Justice Transitionnelle, organisent à l’Université de Pau-Pays de l’Adour un cycle de conférences consacré à Violence politique & Justice transitionnelle, et un colloque Torture, Génocide & Procès pénal : Juger le mal ?.

Le cycle de conférences qui se tient sur le site de Bayonne comprend la projection du film de Margarethe Von Trotta Hannah Arendt (mercredi 8 avril à 17h30) suivi d’un débat, un séminaire (jeudi et vendredi 9 et 10 avril) consacré à La construction et à La déconstruction de l’impunité et un forum (samedi 11 avril) constitué de deux conférences, la première se rapportant à Espagne : ONG, mémoire et vérité, la seconde à Torture : les victimes face à l’impunité.

Le colloque se tient lui à Pau les lundi 13 et mardi 14 avril et prend la forme de tables rondes, la première sur Le procès des violations graves des droits de l’Homme, la seconde sur Les auteurs des violations graves des droits de l’Homme, la troisième sur Les victimes des violations graves des droits de l’Homme.

Un programme particulièrement riche dans lequel on signalera la présence de Buscarita Roa, une représentante de l’Association des Mères de la Place de Mai, au même moment où la Chaire d’excellence Gestion du conflit et de l’après-conflit accueille elle aussi pour une grande conférence publique Nora Cortinas, membre de la même association.

Cliquez ici pour accéder à l’intégralité du programme

Cliquez ici pour accéder à l’affiche des Rencontres avec Nora Cortinas à Limoges

Rencontres avec Nora Cortinas, Mère de la Place de Mai

Conférence le mercredi 8 avril à 19h, à la BFM du centre-ville de Limoges, 2 place Aimé Césaire, Limoges.

Conférence-débat thématique : Pouvoirs politiques et droits de l’Homme en Amérique Latine le jeudi 9 avril à 14h, à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Limoges, Amphi 3, 9E rue Camille-Guérin, Limoges.

Ces manifestations ouvrent le programme de collecte d’archives des victimes des exactions commises par les dictatures en Amérique Latine mené par l’Institut International de Recherche sur la Conflictualité (IiRCO).

Cliquez ici pour accéder à l’affiche des Rencontres avec Nora Cortinas

Semaine de la langue française et de la Francophonie

Corrélativement à la Journée internationale de la Francophonie et à la Semaine de la langue française et de la Francophonie, Les Francophonies en Limousin organisent les Rencontres Littéraires “Nouvelles Zébrures” du mercredi 18 mars au vendredi 27 mars 2015.

On retiendra dans le programme très riche de cette dixième édition la pièce de Sylvie Dyclo-Pomos Coma bleu présentée à Brive le lundi 23 mars à 20h30 à la Cité scolaire d’Arsonval. L’auteur conduit avant la lecture de Coma bleu des ateliers d’écriture avec l’association Solidar’elles, qui feront l’objet d’une mise en espace par le Bottom Théâtre.

Comédienne, dramaturge, metteuse en scène, Sylvie Dyclo-Pomos est née à Brazzaville, en République du Congo où elle réside toujours. Elle s’intéresse au théâtre et à l’écriture dès son jeune âge car, bien avant le lycée, elle assiste à une multitude de spectacles de théâtre en compagnie de sa mère qui est comédienne au Théâtre National Congolais. Nourrie par des études de Lettres Modernes à l’Université Marien Ngouabi de Brazzaville, ses prédispositions d’auteure, de comédienne et de metteuse en scène se confirment peu à peu. En 2004, avec son collègue Ludovic Louppé, elle crée la compagnie LUDO-SYLVIE au sein de laquelle elle assure la direction artistique, signe des adaptations et des mises en scène. Ses textes sont aussi montés par d’autres metteurs en scène. Elle obtient une bourse d’encouragement à l’écriture du ministère de la Culture et de la Communication (France) en 2006 pour La Folie de Janus, publié par CulturesFrance, et présenté en lecture à Avignon en 2007. Ce texte est ensuite monté par la compagnie Mabel Octobre et présenté au Théâtre Confluences à Paris en 2009. En 2010, la réalisatrice Annette Kouamba lui consacre un documentaire autour de deux de ses textes La Folie de Janus et Les Griots du boss.

En 2013, lors d’une première résidence d’écriture à la Maison des auteurs du festival des Francophonies, elle écrit Coma bleu, qui sera mis en lecture à Avignon dans la foulée et enregistré par France Culture dans son programme Voix d’Afrique. Cette pièce sera créée au festival Mantsina à Brazzaville.

Coma bleu

Le 4 mars 2012, une série d’explosions retentit à Brazzaville. Un dépôt d’armes entre autres saute dans le quartier Mpila dans le sixième arrondissement Talangaï, rasant littéralement l’ensemble du bâti urbain dans un rayon de plus de 500 mètres. L’explosion fut d’une telle violence qu’elle fut ressentie jusqu’à Kinshasa en RDC voisine. En plus des dégâts matériels, on dénombre près de 300 victimes, des milliers de mutilés et 15 à 20 000 sans-abris.

Quoique ces explosions n’aient rien à voir avec une guerre civile ni même un attentat, elles traduisent d’importants dysfonctionnements organisationnels d’un pays extrêmement militarisé, disposant de casernes et de dépôts de munitions au coeur du milieu urbain.

Une enquête a été ouverte, plus de 20 militaires ont été arrêtés et jugés au cours d’un procès qui s’est terminé le 9 septembre 2013, procès à l’issue duquel il y eut des peines de travaux forcés, de réclusion, mais aussi de nombreux acquittements. Le “passage de la justice” ne se fit pas sans mal et pose toujours problème. Aujourd’hui, le quartier est en voie de reconstruction, mais la douleur demeure chez les proches des victimes.

Coma bleu est un monologue qui porte au théâtre l’histoire réelle de cette explosion tragique qui a effacé de la carte tout un quartier. Ce texte donne la parole à une femme de 60 ans qui, après l’explosion, décide au nom de toutes les victimes, de porter plainte contre l’État pour assassinat. Un matin elle reçoit une convocation : “Plainte irrecevable. Trahison et offense à la République. L’État vous traduira en justice”. Coma bleu nous plonge dans le quotidien de cette femme qui risquera sa vie pour que justice soit rendue.

Extrait de Coma bleu

« Suzanne n’a pas retrouvé le corps de son fils. Son fils nouvellement recrue, logé dans le camp régiment blindé. Suzanne est une femme bantoue. Les bantous ont la tradition de cultes aux morts. Se recueillir devant la tombe d’un proche c’est ancré dans les us et coutumes du bantou. Suzanne a procédé à une fouille méthodique, ruelle par ruelle, au cas où les projectiles auraient propulsé si loin le corps de son fils. Retrouver ne fut-ce qu’un pied, une tête, une main, un orteil… Elle commence sa fouille à mille deux cents mètres de l’épicentre : rue Bouzala, rue Campement, rue Kintélé, rue Balloys, rue Konda, rue Bordeaux, rue Mpouya, rue Dolisie, rue Mossaka, rue Sainte-Anne bis, rue Sainte-Anne, rue Mouila, avenue des Trois Martyrs, rue Moundjombo, rue Ngabé, rue Mayama, rue Gamboma, rue Franceville, rue Dongou, rue Bangangoulou, Lycée de la Révolution, rue Champs de tirs, Collège Gampo Olilou, rue Mvouti, rue Mbokos, rue des Martyrs, dépôt, Sans fil, camp régiment blindé, l’épicentre des explosions. RIEN… Aucune trace de son fils sous les décombres… RIEN. Deuxième choc pour Suzanne. Résignée, elle a pris le sable noir dans le camp, en se disant que le feu a consumé son enfant sur ce sable, elle a mis le sable dans une bouteille qu’elle a placée dans sa chambre. Elle a érigé un autel, a placé la bouteille au centre, chaque matin, elle se recueillait devant l’autel. Six mois après, ses nerfs n’ont pas résisté, elle a grossit le nombre de fous dans les rues de la capitale. Troisième choc pour Suzanne. L’absence de sépulture. Le bantou n’a pas la culture d’incinérer les morts… »

Sylvie Dyclo-Pomos sera accueillie en résidence d’écriture à Limoges en mai et juin 2015. Nous aurons l’occasion de découvrir son travail et la vie au Congo Brazzaville lors d’une rencontre organisée par la Chaire d’excellence Gestion du conflit et de l’après-conflit.

Cliquez ici pour accéder au programme complet de la 10ème édition de Nouvelles Zébrures

Conférence : L’Union européenne et la paix sur le continent européen

Conférence organisée par la Chaire d’excellence Gestion du conflit et de l’après-conflit (Fondation de l’Université de Limoges) et l’OMIJ (Observatoire des Mutations Institutionnelles et Juridiques), en partenariat avec le Trinôme académique du Limousin.

Cliquez ici pour accéder au texte intégral de la première conférence en partenariat avec le Trinôme académique du Limousin, intitulée “Les chefs d’Etat sont-ils intouchables ?”, par Rémy Prouvèze, maître de conférences en droit public à l’Université de Franche-Comté et ayant eu lieu le 22 janvier 2015 à la Faculté de droit et des sciences économiques de Limoges.

L’auteur de la conférence, Emilie Chevalier, est maître de conférences en droit public à l’Université de Poitiers. Elle a soutenu une thèse intitulée “Bonne administration et Union européenne : contribution à l’étude de l’espace administratif européen”, sous la direction du professeur Olivier Dubos.

Cette manifestation se tiendra le jeudi 26 mars 2015 à 18h dans l’amphi 250 à la Faculté de droit et des sciences économiques de Limoges, 5 rue Félix Eboué, 87 031 Limoges.

Entrée libre et gratuite

Cliquez ici pour accéder à l’affiche de la conférence L’Union européenne et la paix sur le continent européen

Semaine de l’Arménie à Limoges

Dans le cadre des commémorations du centenaire du génocide des Arméniens, en plus du colloque international organisé par l’IiRCO le jeudi 12 mars 2015 à la Faculté de droit et des sciences économiques de Limoges (site Turgot), suivi de la projection du film Aghet : 1915, le génocide arménien, l’association Caucase Arménie Plus lance un cycle de manifestations qui débuteront jeudi et se termineront le dimanche 15 mars 2015.

Cliquez ici pour accéder au programme détaillé des manifestations

Rencontres de l’IiRCO – Mémoires des crimes de masse – Le génocide des Arméniens

La Chaire d’excellence Gestion du conflit et de l’après-conflit (Fondation de l’Université de Limoges) et l’OMIJ (Observatoire des Mutations Institutionnelles et Juridiques) organisent les premières Rencontres de l’IiRCO (Institut International de Recherche sur la Conflictualité) – Mémoires des crimes de masse – Le génocide des Arméniens, en partenariat avec l’association Caucase Arménie Plus.

Ces Rencontres, organisées dans le cadre des manifestations du Centenaire du génocide des Arméniens, auront lieu le jeudi 12 mars 2015 de 9h à 18h30 à la Faculté de droit et des sciences économiques, Site Turgot, Hôtel de la Bastide, 32 rue Turgot, Limoges, Amphi Sirey.

La journée d’étude sera clôturée par une projection du film Aghet : 1915, le génocide arménien réalisé par Eric Friedler, documentaire qui traite du massacre dont la reconnaissance est toujours l’objet de controverses aujourd’hui (projection de 17h à 18h30, organisée par l’association Caucase Arménie Plus).

Une exposition d’ouvrages relatifs au génocide des Arméniens se tient à la Bibliothèque Universitaire de droit, Faculté de droit et des sciences économiques, Site du Forum, 5 rue Félix Eboué, 87 031 Limoges.

Cliquez ici pour accéder au programme détaillé des premières Rencontres de l’IiRCO – Mémoires des crimes de masse

Concours de plaidoirie de droit pénal international

7ème Concours de plaidoirie de droit pénal international Claude Lombois 2015

La Faculté de droit et des sciences économiques de Limoges accueille du 28 janvier au 31 janvier 2015 le 7ème Concours de plaidoirie de droit pénal international Claude Lombois, organisé par les Universités de Limoges, Poitiers et La Rochelle dans le cadre du P.R.E.S. (Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur).

Cette année, les équipes viennent des Universités de Caen, La Rochelle, Lille 2, Limoges, Lyon 3, Paris 1, Paris Ouest Nanterre, Pau, Poitiers et Strasbourg. Elles s’affronteront sur un cas fictif de droit pénal international qui leur est fourni quinze jours avant les épreuves orales. Le même cas est plaidé pendant les trois jours de concours. Les rôles de “partie publique” (selon les cas, accusation devant une juridiction pénale nationale ou internationale, parquet général à la Cour de cassation ou Gouvernement devant la Cour européenne des droits de l’Homme) et de “partie privée” (selon les cas, personne poursuivie devant une juridiction nationale ou internationale, victime partie civile devant une juridiction nationale ou requérant devant la Cour européenne des droits de l’Homme) sont tirés au sort au début de chaque épreuve.

Le premier jour est consacré aux confrontations éliminatoires, le second aux demi-finales, le dernier à la finale. Chaque équipe dispose de trente minutes ; puis le jury dispose de vingt minutes pour poser des questions.

Les épreuves sont ouvertes au public.

Faculté de Droit et des Sciences économiques – Site du Forum, 5 rue Félix Eboué – 87000 Limoges
 

Cliquez ici pour accéder au programme détaillé du Concours Lombois

Conférence : Les chefs d’Etat sont-ils intouchables ?

Conférence : Les chefs d’Etat sont-ils intouchables ?

Conférence organisée par la Chaire d’excellence Gestion du conflit et de l’après conflit (Fondation de l’Université de Limoges) et l’OMIJ (Observatoire des Mutations Institutionnelles et Juridiques), en partenariat avec le Trinôme académique du Limousin dans le cadre du programme de recherche sur l’immunité.

L’auteur de la conférence, Rémy Prouvèze, est maître de conférences en droit public à l’Université de Franche-Comté. Il a soutenu une thèse sur L’immunité de juridiction pénale des autorités étatiques en droit international sous la direction du professeur Ahmed Mahiou.

Cette manifestation se tiendra le jeudi 22 janvier 2015 à 18h dans l’amphi 250 à la Faculté de droit et des sciences économiques de Limoges, 5 rue Félix Eboué, 87 031 Limoges.

Entrée libre et gratuite

Cliquez ici pour accéder à l’affiche de la conférence Les chefs d’Etat sont-ils intouchables ?

Cliquez ici pour accéder au texte intégral de la conférence sur le site de la Chaire

Colloque international : Rwanda, 1994-2014

Colloque international : Rwanda, 1994-2014

La Chaire d’excellence “Gestion du conflit et de l’après-conflit” attire votre attention sur un congrès scientifique international, qui se déroulera les 13, 14, 15 novembre 2014, en différents lieux (théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines, Université Paris-Diderot, ENS-Ulm), et qui est complété par une programmation filmique (en partenariat avec le cinéma Les 3 Luxembourg et la BNF) et accompagné d’une représentation théâtrale (à l’Espace 1789, le vendredi 14 novembre) de La Cantate de Bisesero, extrait du grand spectacle du Groupov Rwanda 1994 : une tentative de réparation symbolique envers les morts, à l’usage des vivants. Ces diverses projections et représentations seront suivies de discussions avec l’assistance, en présence des artistes. 

Cliquez ici pour accéder au programme du colloque Rwanda, 1994-2014

Colloque international : La fermeture d’un tribunal pénal international, le Tribunal Pénal International pour l’ex-Yougoslavie

Colloque international : La fermeture d’un tribunal pénal international, le Tribunal Pénal International pour l’ex-Yougoslavie

Colloque organisé par la Chaire d’excellence “Gestion du conflit et de l’après-conflit” (Fondation de l’Université de Limoges) et l’OMIJ (Observatoire des Mutations Institutionnelles et Juridiques) – Faculté de droit et des sciences économiques de Limoges – destiné à analyser le legs de la première grande juridiction pénale internationale depuis Nuremberg et Tokyo et à comprendre les modalités de fermeture d’un tribunal international ad hoc rendue nécessaire par la création de la Cour Pénale Internationale mais dont l’activité judiciaire n’est pas encore totalement achevée.

Ce colloque se tiendra les 23 et 24 octobre 2014 à la Faculté de droit et des sciences économiques de Limoges, 5 rue Félix Eboué, 87 031 Limoges.

Cliquez ici pour accéder au programme du colloque sur la fermeture du TPIY 

Cliquez ici pour télécharger le bulletin d’inscription au colloque sur la fermeture du TPIY

Colloque international : Terre promise et terre de refus. Art et littérature des réfugiés en France face à l’Occupation

colloque till

Colloque international : Terre promise et terre de refus. Art et littérature des réfugiés en France face à l’Occupation

du 9 au 11 octobre 2014

Pendant l’entre-deux-guerres et la Seconde guerre mondiale, d’innombrables artistes, écrivains et intellectuels de tous les pays furent attirés par la France et sa culture. Nombre d’entre eux furent contraints de quitter leur patrie et finirent par partager le sort de leur terre d’accueil. Ce colloque permet de revenir sur leurs parcours et d’analyser les ouvres créées durant la période de l’Occupation (littérature, philosophie, musique et arts visuels).

Ce colloque, organisé en partenariat entre l’Equipe EHIC, E.A. 1087 (Faculté des Lettres et des Sciences Humaines), la Chaire d’excellence « Gestion du conflit et de l’après-conflit », le Musée départemental d’art contemporain de Rochechouart et le Musée de la Résistance de Limoges,  se tiendra à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Salle des Actes (jeudi 09/10, 9h30-12h30 et samedi 11/10, 9h30-12h30), au Musée départemental d’art contemporain de Rochechouart (jeudi 09/10, 15h-18h), à la Faculté de Droit et des Sciences Économiques, Site du Forum (vendredi 10/10, 9h30-13h), au Musée de la Résistance de Limoges (vendredi 10/10, 14h30-18h). 

 Cliquez ici pour accéder au programme du colloque

Exposition : Les désastres de la guerre 1800-2014

Laurence Bertrand Dorléac Somogy éditions d’art, juin 2014
Laurence Bertrand Dorléac
Somogy éditions d’art, juin 2014

Exposition « Les désastres de la guerre », le Louvre-Lens, Lens, 99 rue Paul-Bert, 62 300, du 28 mai au 6 octobre 2014

Laurence Bertrand Dorléac, historienne de l’art et professeur à Science Po est à l’origine de cette exposition internationale dépeignant non pas l’héroïsme des soldats mais les horreurs de la guerre, et ce à travers plus de 450 œuvres. Les guerres napoléoniennes, les conquêtes coloniales ou encore la guerre d’Espagne, la guerre de Sécession, font partie, aux côtés des deux guerres mondiales, de conflits dont les conséquences dramatiques ont été représentées par les artistes. Différents supports sont utilisés : la peinture, la sculpture, la photographie, le cinéma, le dessin de presse, la gravure, l’affiche…

L’exposition est divisée en 12 séquences. Une vingtaine de conflits est illustrée et recouvre une vaste période historique artistique allant de Géricault et David au début du XIXème siècle à Claude Lévèque en 2014, en passant par Pablo Picasso ou encore Otto Dix. L’art est utilisé à la manière d’un exutoire mais permet aussi de dénoncer les ravages produits par les conflits armés sur les humains, les animaux, la nature, les villes et les choses.

Une exposition remarquable par sa richesse, sa diversité, les conflits embrassés dont on ne sort pas indemne.

Site internet de l’exposition : http://www.louvrelens.fr/desastres, catalogue disponible Louvre-Lens/Somogy, 400 p.

Partenariat avec le festival Ciné-Droit

Programme_CineDroit_2014Festival Ciné-droit, colloque, projections, débats : La guerre, sous la présidence et en présence du réalisateur Bertrand Tavernier

 

La Chaire d’excellence Gestion du conflit et de l’après-conflit est associée à la sixième édition du festival Ciné-Droit organisé par la faculté Jean-Monnet de l’Université Paris-Sud et la ville de Sceaux. La manifestation s’articule autour de projections, de débats et d’un colloque « Les lois de la guerre », thème autour duquel de nombreux spécialistes interviennent à compter du jeudi 3 avril 2014 lors de cinq grandes séquences : Penser la guerre, Faire la guerre-Les anciens et les nouveaux visages de la guerre, Le droit dans la guerre, Montrer la guerre, Régler la guerre.

Pour en savoir plus ….

Bruce Clarke, Les Hommes Debout

 

Trous-de-mémoire

Trous de mémoire, 2012. Aquqrelle/collage, 50 x 70 

Au Rwanda, en 1994, entre avril et juillet, plus d’un million de personnes ont été exterminées. Le 7 avril marque la date du début du génocide au Rwanda, et l’ONU a fait de cette date une « Journée internationale de réflexion sur les génocides ».

À l’occasion des 20ème cérémonies de commémoration de ce génocide des Tutsis au Rwanda, la Chaire d’excellence Gestion du conflit et de l’après-conflit a organisé l’exposition Les Hommes debout de l’artiste Bruce Clarke du 27 mars au 18 avril à la Faculté de Droit et de Sciences Économiques de l’Université de Limoges.

Ce projet artistique et mémoriel s’inscrit dans le cadre d’une longue réflexion du plasticien Bruce Clarke, britannique d’origine sud- africaine. L’artiste peint des hommes, des femmes et des enfants, debout et dignes, de façon monumentale telles des silhouettes esquissées mais affirmées. Constituées d’œuvres originales et de bâches grand format installées à l’entrée de la Faculté et dans la Bibliothèque de Droit et de Sciences Économiques, l’exposition Les Hommes debout rappelle la mémoire des victimes du génocide dans un espace dynamique, une bibliothèque universitaire fréquentée par des centaines d’étudiants.

Exposés également dans des lieux publics et symboliques comme la Place des Nations à Genève, les personnages des Hommes debout rappellent à chacun qu’un génocide est un crime contre l’Humanité. L’exposition à Limoges s’est déroulée dans un ensemble de manifestations artistiques internationales de l’artiste qui expose successive- ment en plusieurs lieux, dont Bruxelles, Lièges, et Kigali.

Le premier atelier des Hommes debout a vu le jour au Bénin en novembre 2012, quand 7 jeunes artistes ont collaboré avec Bruce Clarke pour faire naître la première “Femme debout”. Cette œuvre a reçu le label de la “Route de l’esclave” de l’UNESCO.

Pour plus d’informations sur le Collectif les Hommes debout : www.uprightmen.org

Pour plus d’informations sur l’artiste : www.bruce-clarke.com 

Conférence : Qu’est-ce qu’un génocide ?

La Chaire d’excellence « Gestion du conflit et de l’après conflit », en partenariat avec la Ligue des Droits de l’homme, vous invite à la conférence de Mathieu Jacquelin, Maître de conférences en Droit privé et sciences criminelles, Université Paris I Panthéon-Sorbonne.

 Qu’est-ce qu’un génocide ?

17 mars 2014

18h30
Amphithéâtre 250
Faculté de Droit et des Sciences Économiques
Bâtiment Forum
5 rue Félix Eboué
87 031 Limoges Cedex 1