Conférence – Prison et philanthropie (XVIII-XXIème siècle)

Dans l’histoire des prisons, la philanthropie est ce mouvement qui a saisi des réformateurs, à diverses périodes, de la forte volonté d’améliorer, voire de transformer le régime de punition et de détention. Il est indissociable de l’avènement des prisons en tant que peine, qui s’impose en Occident de la fin du XVIIIe siècle au milieu du XIXe siècle. Dès lors que la privation de liberté remplace les châtiments qui avaient cours dans les anciens systèmes pénaux, la fonction même de la peine est repensée. La priorité d’expiation, d’intimidation ou de neutralisation qui prévalait depuis des siècles est mise en retrait, bousculée par l’espoir de régénérer le délinquant. L’enfermement, pense-t-on alors, offre l’opportunité de transformer le détenu en lui inculquant des valeurs morales et sociales, et de le restituer à la société. En France, cette idée est mise en avant sous la Révolution, lors de l’élaboration du premier code pénal de 1791. Les innovations proposées sont nombreuses : pas de peine perpétuelle qui ôterait tout espoir aux condamnés, rôle essentiel du travail conçu non comme un tourment, mais comme un moyen de donner aux détenus le goût du labeur et la régularité des habitudes, respect de la loi qui assure l’égalité de tous, exclusion des châtiments corporels. L’architecture, l’organisation des lieux de détention étaient également intégrés à la réflexion, comme un moyen d’aménager la peine et de parvenir au but poursuivi.

En France, aux XIXe et XXe siècles, on peut relever deux autres moments forts marqués par cette volonté d’œuvrer en faveur des détenus et des établissements de détention : La Seconde Restauration, avec la création en 1819 de la société royale pour l’amélioration des prisons composée d’hommes fortunés et influents, très actifs pour cette cause. Plus d’un siècle après, à l’issue de la seconde guerre mondiale, Paul Amor et Pierre Cannat, à l’origine de la réforme pénitentiaire, sont également animés de la volonté de faire prévaloir la réinsertion. A l’échelle internationale, la succession ininterrompue de congrès pénaux et pénitentiaires internationaux, dès le milieu du XIXe siècle, témoigne de l’intérêt de la communauté internationale pour la question pénitentiaire. La consultation des discours d’ouverture, des thèmes abordés et des débats permet de les inscrire dans la mouvance des idées philanthropes, à quelques exceptions près comme le congrès de Berlin 1930. Elle a également mû des initiatives à l’égard des jeunes délinquants, telle la volonté de favoriser leur réhabilitation par le travail et l’éducation religieuse qui a guidé Frédéric-Auguste Demetz lorsqu’il a créé la colonie agricole et pénitentiaire de Mettray en 1839.

A travers le temps, la philanthropie a donné matière à une multitude d’initiatives tant au niveau de l’architecture pénitentiaire, que de la mise en place d’institutions, de règlements ou de directives. L’amélioration du sort des détenus, leur prise en charge après la peine, aux XIXe et XXe siècles, est entre les mains de bonnes âmes. Certes, on ne peut nier, aujourd’hui encore, l’existence d’organisations privées dévouées à leur cause, mais force est de constater, depuis la seconde moitié du XXe siècle, une reprise en main hégémonique par les organisations étatiques et supra nationales, qui ont investi tous les champs d’action.

Dans le même temps, le droit, la jurisprudence, les codes ont pris le pas sur les actions privées et demeurent, semble-t-il, les instruments les plus efficaces pour garantir ou améliorer les conditions de détention. Les droits de l’homme et les lois pénitentiaires (du 24 novembre 2009 ou du 15 août 2014 par exemple) ont-ils remplacé utilement, avec efficacité la philanthropie ? Il est évident que les deux ne se situent pas sur le même plan, mais ils sont mus par un état d’esprit convergent.

Le thème de la philanthropie, de son passé et de son actualité mérite d’être questionné et débattu en privilégiant une approche pluridisciplinaire. L’organisation d’un cycle de conférences est projetée à l’Ecole nationale d’administration pénitentiaire du mois de septembre 2023 jusqu’au mois de mars 2024.

Programme du 11 avril :

17h30 : Réinventer la justice : vers une nouvelle approche de la sanction pénale (Les conditions de la philanthropie en matière pénale)
Tony Ferry, Docteur en philosophie, Chercheur au laboratoire Gerphau, Chargé d’enseignements à l’UCL, Conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation

19h00 : Fin

Pour en savoir plus, cliquez ici

 



Citer ce billet
Pascal Plas (2024, 29 mars). Conférence – Prison et philanthropie (XVIII-XXIème siècle). JUPIT-er # JUstice Patrimoine Institutions Territoire - études et recherches. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w4ky