Hibakusha, dessins des survivants de Hiroshima et de Nagasaki

Les 6 et 9 août 1945, deux bombes atomiques sont lâchées sur Hiroshima et Nagasaki, faisant des dizaines de milliers de morts. Les témoignages photographiques de ces évènements sont extrêmement rares. Comment exprimer les souffrances, les destructions et l’étonnement face aux effets de cette arme nouvelle ? En 1974 l’envie de témoigner pousse un homme à utiliser le dessin pour raconter ce qu’il a vécu à Hiroshima trente ans auparavant. Il l’envoie à la chaine japonaise NHK, qui lance un appel à témoin : elle reçoit plus de 3600 dessins qui libèrent enfin les souvenirs et la parole.

Précieux et fragiles, les dessins originaux conservés au Mémorial de la Paix de Hiroshima et au Musée de la Bombe atomique de Nagasaki ne peuvent pas quitter le Japon. Le public européen les  découvre en 2017 au Centre Joë Bousquet et son Temps puis aux Archives nationales. Le Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère – Maison des Droits de l’Homme présente à son tour les fac-similés des dessins des Hibakusha, ces survivants devenus symboles de paix.

L’exposition a été réalisée conjointement par le Centre Joë Bousquet et son Temps et les Archives nationales, avec le soutien exceptionnel du Musée Mémorial de la Paix de Hiroshima et le Musée de la Bombe Atomique à Nagasaki.