Archives par mot-clé : Tulle

« Le Silence et la Douleur » de Patrick Séraudie, avant-premières avant sortie nationale en février 2016

Film « Le Silence et la Douleur » de Patrick Séraudie, calendrier des avant-premières avant sortie nationale en février 2016

  • Jeudi 5 novembre 2015, 20h30, cinéma Le Jean Gabin, Eymoutiers
  • Jeudi 12 novembre 2015, 21h, cinéma Le Rex, Brive
  • Vendredi 13 novembre 2015, 14h, cinéma Le Colisée, Châteauneuf-la-Forêt
  • Lundi 16 novembre 2015, 14h30 (séance scolaire) et 20h30, cinéma L’Eden, La Souterraine
  • Mardi 17 novembre 2015, 20h45, cinéma Le Soubise, Meymac
  • Mercredi 18 novembre 2015, 20h30, cinéma Arévi, Saint-Yrieix-la-Perche
  • Jeudi 19 novembre 2015, 20h30, Ciné-Bourse, Saint-Junien
  • Vendredi 20 novembre 2015, 20h30, cinéma Le Rex, Saint-Léonard-de-Noblat
  • Dimanche 22 novembre 2015, 17h, cinéma Alpha, Evaux-les-Bains
  • Lundi 23 novembre 2015, 20h, cinéma Le Lido, Limoges
  • Jeudi 26 novembre 2015, 20h30, cinéma du Dorat
  • Vendredi 4 décembre 2015, 20h30, cinéma Le Colisée, Châteauneuf-la-Forêt

 Synopsis

À Tulle le 9 Juin 1944, 99 hommes sont pendus aux balcons de la ville et 149 sont déportés.
Ce crime est perpétré par des éléments de la deuxième division blindée SS Das Reich. Le lendemain, des éléments de cette même division massacre les habitants du village d’Oradour-sur-Glane.
Si Oradour est ancré dans la mémoire collective, la situation est toute autre à Tulle où une « chape de plomb » s’est abattue sur la ville ; elle était au cœur même des évènements, fruit de la volonté des SS, et n’a cessé de se développer.
Pour tenter d’en comprendre les raisons, il faut aujourd’hui aller à la rencontre des familles de suppliciés et de déportés ainsi que des rares témoins du drame afin de recueillir une parole si longtemps enfouie.
Le silence et la douleur comme un poison inoculé, un effet durable par-delà les blessures.

Un film de Patrick Séraudie

Production déléguée Pyramide Production
Avec la participation de La Région Limousin en partenariat avec le Centre National du Cinéma et de L’Image Animée, le Département de la Corrèze, la Ville de Tulle & l’association Vivre et Entreprendre en Pays de Tulle, TulleAgglo – Communauté d’agglomération, le Ministère de la Défense, secrétariat général pour l’administration, direction de la mémoire, du patrimoine et des archives, l’ONAC, Peuple et Culture Corrèze, la Fondation du Patrimoine, l’Université de Limoges (IiRCO – Institut international de recherche sur la conflictualité) & Grimaj (groupe de recherche en analyse juridique de l’image), les Films du Paradoxe, les Sœurs Grées & la SNCF – Région Limousin

Année de production : 2014 – Durée : 110 min

DISTRIBUTION FRANCE Direction Humaine des Ressources Philippe Elusse / philippe@d-h-r.org / 06 28 65 09 90

Juin 1944 en Limousin : Oradour, la folie meurtrière, Tulle, 99 martyrs

Juin 1944

Juin 1944 en Limousin : Oradour, la folie meurtrière, Tulle, 99 martyrs

Compte-rendu d’ouvrage, Hélène Castagné

Le groupe de presse La Montagne-Le Populaire du Centre édite une brochure consacrée aux pendaisons de Tulle et au massacre d’Oradour à l’été 44 (hors-série de 97 pages, librairies et maisons de la presse, 5,90€). Cet ouvrage paru dans le cadre des commémorations de l’année 1944 ouvre des perspectives nouvelles sur deux drames ayant touché le Limousin en juin, quelques jours après le débarquement ayant fait respectivement 99 et 642 victimes directes (à Tulle des hommes meurent aussi en déportation), hommes femmes et enfants et laissé une douleur si vive qu’elle perdure encore aujourd’hui.

Cette brochure présente la particularité de regrouper des articles fruit d’enquêtes approfondies de journalistes et chroniqueurs de presse et une introduction générale scientifique due à Pascal Plas, directeur de la Chaire d’excellence « Gestion du conflit et de l’après-conflit ». Il remet en perspective le contexte et les conditions historiques de ce qui reste encore aujourd’hui une tragédie non totalement documentée.

Ces massacres ne sont pas en effet le fait d’une violence ponctuelle et incontrôlée ; ils obéissent à une logique organisationnelle spécifique. Pascal Plas montre bien que la nature même de la guerre conduite par les forces d’occupation a changé à l’ouest ; on passe d’une occupation à une guerre de combat et des troupes de combat aguerries comme la division SS Das Reich sont engagées dans la lutte contre la Résistance en pouvant s’appuyer sur de nouveaux ordres impitoyables qui permettent une répression sans merci pour les civils, comme cela avait été le cas jusqu’alors sur le front de l’Est. Les exactions se multiplient, sans distinction, touchant désormais femmes ou enfants. Le but est de « figer » les populations, de les couper de la Résistance à l’issue d’actes hors-norme et propres à répandre de véritables ondes de terreur sur un vaste territoire. A Oradour, on retrouve un processus de massacre reproduisant les méthodes pratiquées par les armées allemandes lors de l’invasion de l’URSS ; il est très structuré : les SS encerclent le bourg, rassemblent la population dans un espace central, séparent les hommes des femmes et des enfants, exécutent les premiers dans des lieux clos précédemment repérés, massacrent les femmes et les enfants dans un bâtiment de grande dimension, l’église, pillent, incendient et font disparaître les traces du crime rendant ainsi le deuil impossible et éternel. A Tulle, après la reprise de la ville par les SS au lendemain d’une opération de libération de la Résistance, l’arrestation, le regroupement des hommes, la désignation d’un groupe d’otages et le choix de la pendaison publique aux balcons, l’outrage aux cadavres (jetés dans une décharge) ne laissent rien au hasard et empruntent aussi à une culture de guerre acquise par les bourreaux sur le front de l’Est.

La partie chronique permet de mettre en évidence des moments et des parcours particuliers. Ainsi à Tulle, le moment crucial du tri des futures victimes des pendaisons constitue une sinistre procédure qui conduit à éliminer peu à peu tous les hommes considérés comme « inutiles » à la vie de la cité, laissant ainsi entendre, au grand désespoir des familles, que ceux qui seront tués ne sont pas indispensables et sont des « terroristes » selon la terminologie de l’occupant. Autre moment terrible que celui à Oradour de la découverte du drame par les mères éplorées et, par la suite, par les premières équipes de secours qui décrivent une « vision d’apocalypse », des corps carbonisés, des victimes laissées pour mortes en périphérie du bourg, un amoncellement de cendres dans l’église.

On retrouve tout au long de ces chroniques, et c’est là aussi leur richesse, de nombreux témoignages comme celui de Jacques Vigne, lycéen en classe de terminale et habitant près de Tulle au printemps 1944 et dont le journal intime constitue un récit très complet des évènements. Témoignages importants aussi que ceux de Robert Hébras ou Marie-Louise Linder, une de ces mosellanes originaires de Charly dont plusieurs habitants réfugiés furent aussi au nombre des victimes. Plusieurs incises sur des faits parallèles à ces drames comme la mystérieuse disparition du Major Helmut Kämpfe, une des figures de la Division Das Reich, ou le curieux destin d’Emile Foussat, « traqué en Haute-Vienne et assassiné à Tulle », complètent utilement ce dossier, n’hésitant pas à s’interroger sur les lacunes de l’histoire.

Les drames d’Oradour et de Tulle restent inscrits dans la mémoire collective de façon poignante encore aujourd’hui. Ainsi comme l’explique Pascal Plas, les procès post conflictuels de Tulle et d’Oradour devant la justice militaire n’ont laissé que de l’amertume. Les amnisties des quelques condamnés prononcées dans les années qui suivirent, en particulier celle des Malgrés-Nous Alsaciens en 1953 ont ouvert des plaies béantes et généré un débat franco-français toujours à vif aujourd’hui, malgré des tentatives pugnaces et répétées de rapprochement entre Limousin et Alsace.

« L’équipement mémoriel » des deux lieux diffère ; à Oradour, près de vingt hectares de ruines classées très tôt monument historique et un centre d’interprétation, le Centre de la Mémoire, accueillent tous les ans près de 300 000 personnes ce qui en fait la première destination en Limousin en matière de tourisme de mémoire.

A Tulle, les traces sont beaucoup moins importantes et c’est une émouvante cérémonie d’hommage aux victimes qui a lieu tous les ans, lors de laquelle des tresses de fleurs sont accrochées aux endroits où les pendaisons ont eu lieu et qui rend le mieux hommage à la mémoire des victimes. Monuments, plaques et signalétique urbaine complètent le dispositif mais n’ont pas la puissance évocatrice du village en ruine d’Oradour.
Ces lieux de mémoire sont profondément inscrits dans le présent. Plusieurs articles bien documentés rappellent que des procédures à l’encontre d’anciens soldats membres de la Division Das Reich sont ouvertes en Allemagne et que le rapprochement franco-allemand n’est pas un vain mot à Oradour : le 4 septembre 2013, les deux présidents français et allemand étaient présents dans ce « haut lieu » et ont plaidé pour l’amitié entre les peuples ainsi que pour la responsabilité face à l’histoire.

On soulignera la richesse iconographique de la brochure et les ouvertures thématiques originales telles que « L’art pour conjurer la mort » – de nombreux artistes comme Pablo Picasso, Fernand Léger ou encore Louis Aragon ayant rendu hommage au drame d’Oradour – ou ce témoignage précieux d’Alexandre Varenne en fin de volume.

Riche et bien illustrée, cette brochure constitue un véritable livre d’histoire qui permet au grand public d’entrer dans des dossiers complexes et de revenir sur des évènements qui imprègnent encore aujourd’hui la mémoire Limousine, et ce sans rien céder à la facilité.