Archives par mot-clé : Seconde guerre mondiale

Traces de l’internement – L’internement des nomades à Montreuil-Bellay (nov. 40-janv. 46)

camp-montreuil-bellayPrésentée au centre régional Résistance et Liberté de Thouars, du 9 janvier au 11 juin 2017, l’exposition Traces de l’internement- l’internement des nomades à Montreuil-Bellay (nov.1940-janv.1946) s’accompagne de rencontres, de visites guidées et d’un cycle cinéma, offrant des regards croisés et complémentaires sur cette histoire longtemps oubliée.

Pour plus d’info

Rencontre au Goethe Institut, Paris

En coopération avec les éditions de L’Iconoclaste et l’Institut historique allemand, une rencontre se tiendra au Goethe Institut, Paris, 27 octobre, à 19 h. Elle illustre  la mise en valeur d’un ensemble d’archives intimes et de photographies appartenant à des Allemands vivant dans la France occupée.

COMME UN ALLEMAND EN FRANCE LETTRES ET CARNETS INÉDITS 1940-1944

D’Aurélie Luneau, Jeanne Guérout et Stefan Martens
En présence de Jeanne Guérout et Stefan Martens
Ce livre présente pour la première fois des extraits de lettres et de journaux intimes ainsi que des photographies et des dessins des Allemands qui vivaient en France durant l’Occupation. Ils sont simples soldats, officiers ou civils. En 1940, tous sont fiers d’appar- tenir à une nation victorieuse. Pourtant, au fil des mois et des an- nées, l’incertitude, le doute et la lassitude semblent gagner.

A signaler aussi au Goethe Institut de Paris, ans le cadre des Samedis du cinéma allemand, la projection le 22 octobre à 11h. du film de Barbara Albert, Les Vivants, dans lequel la réalisatrice aborde avec beaucoup de finesse la question de la culpabilité hérité après la découverte d’une photo d’un grand-père en uniforme SS. Cinéma l’Arlequin.

 

Pour plus d’informations

70 ans après Nuremberg – Juger le crime contre l’humanité – 30 septembre 2016

Colloque à la Cour de Cassation :

70 ans après Nuremberg – Juger le crime contre l’humanité
30 septembre 2016

Soixante-dix ans après Nuremberg, la notion de crime contre l’humanité conserve une forte actualité. Organisé par la Cour de cassation le jour anniversaire du jugement prononcé par le tribunal, ce colloque a un double objet : d’une part, rappeler l’histoire et souligner les caractéristiques de ce concept dont les frontières avec certains actes de terrorisme tendraient à s’effacer, d’autre part, confronter le droit français au droit international et analyser les modèles procéduraux existants pour réfléchir au niveau de compétence adéquat, à l’efficacité de la procédure mise en oeuvre et au mode de désignation des juges au regard des qualités attendues et des obligations déontologiques forgeant une identité commune au-delà des frontières nationales.

Programme détaillé

Conférence « Un lieu de mémoire unique : les ruines d’Oradour-sur-Glane, 1945-2015 », 17 mars 2016

La Fondation partenariale de l’Université de Limoges organise une conférence grand public intitulée : « Un lieu de mémoire unique : les ruines d’Oradour-sur-Glane, 1945-2015 », le jeudi 17 mars 2016 à 19h à la Bibliothèque Francophone Multimédia, 2 place Aimé Césaire à Limoges.

Elle sera animée par Pascal Plas, Directeur de l’Institut international de recherche sur la conflictualité de l’Université de Limoges, et Raymond Frugier, Maire honoraire d’Oradour-sur-Glane, membre de l’Union mondiale des villes-martyres.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles (pas de réservation).


Renseignements :
Geneviève Feuillade
Directrice du Département Culture, Sciences et Société de la Fondation Partenariale de l’Université de Limoges
Fondation partenariale de l’Université de Limoges
Ester Technopole
Tél : 05 55 35 88 60
Mél : scienticulture@unilim.fr

« Le Silence et la Douleur » de Patrick Séraudie, avant-premières avant sortie nationale en février 2016

Film « Le Silence et la Douleur » de Patrick Séraudie, calendrier des avant-premières avant sortie nationale en février 2016

  • Jeudi 5 novembre 2015, 20h30, cinéma Le Jean Gabin, Eymoutiers
  • Jeudi 12 novembre 2015, 21h, cinéma Le Rex, Brive
  • Vendredi 13 novembre 2015, 14h, cinéma Le Colisée, Châteauneuf-la-Forêt
  • Lundi 16 novembre 2015, 14h30 (séance scolaire) et 20h30, cinéma L’Eden, La Souterraine
  • Mardi 17 novembre 2015, 20h45, cinéma Le Soubise, Meymac
  • Mercredi 18 novembre 2015, 20h30, cinéma Arévi, Saint-Yrieix-la-Perche
  • Jeudi 19 novembre 2015, 20h30, Ciné-Bourse, Saint-Junien
  • Vendredi 20 novembre 2015, 20h30, cinéma Le Rex, Saint-Léonard-de-Noblat
  • Dimanche 22 novembre 2015, 17h, cinéma Alpha, Evaux-les-Bains
  • Lundi 23 novembre 2015, 20h, cinéma Le Lido, Limoges
  • Jeudi 26 novembre 2015, 20h30, cinéma du Dorat
  • Vendredi 4 décembre 2015, 20h30, cinéma Le Colisée, Châteauneuf-la-Forêt

 Synopsis

À Tulle le 9 Juin 1944, 99 hommes sont pendus aux balcons de la ville et 149 sont déportés.
Ce crime est perpétré par des éléments de la deuxième division blindée SS Das Reich. Le lendemain, des éléments de cette même division massacre les habitants du village d’Oradour-sur-Glane.
Si Oradour est ancré dans la mémoire collective, la situation est toute autre à Tulle où une « chape de plomb » s’est abattue sur la ville ; elle était au cœur même des évènements, fruit de la volonté des SS, et n’a cessé de se développer.
Pour tenter d’en comprendre les raisons, il faut aujourd’hui aller à la rencontre des familles de suppliciés et de déportés ainsi que des rares témoins du drame afin de recueillir une parole si longtemps enfouie.
Le silence et la douleur comme un poison inoculé, un effet durable par-delà les blessures.

Un film de Patrick Séraudie

Production déléguée Pyramide Production
Avec la participation de La Région Limousin en partenariat avec le Centre National du Cinéma et de L’Image Animée, le Département de la Corrèze, la Ville de Tulle & l’association Vivre et Entreprendre en Pays de Tulle, TulleAgglo – Communauté d’agglomération, le Ministère de la Défense, secrétariat général pour l’administration, direction de la mémoire, du patrimoine et des archives, l’ONAC, Peuple et Culture Corrèze, la Fondation du Patrimoine, l’Université de Limoges (IiRCO – Institut international de recherche sur la conflictualité) & Grimaj (groupe de recherche en analyse juridique de l’image), les Films du Paradoxe, les Sœurs Grées & la SNCF – Région Limousin

Année de production : 2014 – Durée : 110 min

DISTRIBUTION FRANCE Direction Humaine des Ressources Philippe Elusse / philippe@d-h-r.org / 06 28 65 09 90

Mémoires juives en Limousin, Rencontres à Chavanac, du 4 au 6 septembre 2015

Du 4 au 6 septembre 2015 se tiendront à Chavanac, sur le Plateau de Millevache à proximité de Bugeat, les deuxièmes rencontres de l’association Mémoires juives en Limousin.

Seront présents des témoins, des universitaires autour de tables rondes et de débats se rapportant essentiellement à la présence juive en Limousin pendant la Seconde Guerre mondiale. Plusieurs concerts seront donnés dans les villes et villages du pourtour du Plateau, dont « Un enfant de la Corrèze » par Ben Zimet et le Yiddish Quartet. Ce dernier spectacle musical est aussi inscrit dans la programmation du Mémorial de la Shoah pour le dimanche 13 septembre 2015 à Paris.

70ème anniversaire de la libération des camps

La revue de la Direction de la Mémoire, du Patrimoine et des Archives (DMPA – Ministère de la Défense) consacre dans son numéro 248 (février-mars 2015) un dossier spécial sur 1945 : l’horreur révélée.

À lire l’article de Frédérique Neau-Dufour, directrice du Centre européen du résistant déporté sur Le camp de concentration de Natzweiler-Struthof, une communication de Thomas Fontaine, chercheur associé au Centre d’histoire sociale du XXème siècle (Université de Paris 1) sur la découverte de l’horreur des camps nazis en 1945 ainsi qu’un entretien avec Georges Loinger, un des cadres de l’OSE (Oeuvre de Secours aux Enfants) pendant la Seconde Guerre mondiale et une page sur Une terre de Justes, le village du Chambon-sur-Lignon.

Nombreuses correspondances dans les articles avec des sites internet complémentaires.

Voir http://www.cheminsdememoire.gouv.fr

Goethe Institut Paris – mai-juin 2015

À signaler dans la programmation du Goethe Institut pour l’été 2015 :

Une rencontre en coopération avec la Fondation pour la mémoire de la Shoah le mardi 19 mai 2015 à 19h sur La littérature allemande et la Shoah, 1945-2014, en présence de Marie-Claire Hook Demarle et Guillaume Dreyfus, rencontre animée par Georges Bensoussan.

Le jeudi 28 mai 2015 à l’occasion de la parution d’un recueil de textes de Germaine Tillion, lecture à 19h en présence de Mechthild Gilzmer, traductrice et éditrice de l’ouvrage Die gestohlene Unschuld. Ein Leben zwischen Résistance und Ethnologie et de Tzvetan Todorov qui en a réalisé la préface.

Le lundi 8 juin 2015 à 19h, projection du film de Tania Rakhmanova, Quand la France occupait l’Allemagne. Documentaire intéressant pour  un aspect du post-conflit rarement évoqué, la présence de la France dans une petite zone d’occupation en 1945, confrontée au processus de dénazification, à la démocratisation et à l’insertion de ce qui va devenir l’Allemagne de l’ouest dans un ensemble européen à construire.

À signaler cette semaine : conférences et projection (Limoges – Tulle)

Notre partenaire, l’IHEDN organise en liaison avec la ligue des droits de l’Homme une conférence donnée par Michel C. Kiener, agrégé d’histoire, le mercredi 22 avril 2015 à 19h30 à l’Espace Cité-Musée de la Résistance, Limoges. Elle a pour thème « Centenaire des 4 fusillés de Flirey, Officiers et soldats face aux ordres en 1915« .

L’affaire des trois soldats et du caporal du 63e RI « fusillés pour l’exemple » le 20 avril 1915, et réhabilités en 1934 grâce à l’engagement obstiné de la Ligue des droits de l’Homme et de leurs officiers, est désormais bien connue.

Ce qui ne l’est pas, c’est son contexte, c’est le mois d’attaques suicidaires ordonnées au printemps 1915 par le haut commandement en Woëvre (Lorraine). Suicidaires au point d’amener des officiers de plusieurs régiments, des capitaines aux colonels, à affronter leurs supérieurs, se refusant en conscience à envoyer leurs hommes à une mort programmée. Les 4 de Flirey sont donc bien, pour cela, une affaire hors norme.

Plongeant dans les archives des régiments, brigades, division et corps d’armée concernés, et à l’aide d’un important corpus de documents privés inédits ou oubliés, Michel Kiener replace l’aberrante affaire de Flirey dans un moment de l’histoire de la Grande Guerre marqué par le doute et, souvent, l’improvisation. Une guerre que l’institution militaire elle-même n’avait pas imaginée, qui prend en étau les hommes et ceux qui les commandent.


Peuples et Culture Corrèze accueille le cinéaste Patrick Séraudie pour l’animation d’un débat à l’issue de la présentation de son film Au bout de la nuit, le mercredi 22 avril 2015 à 20h30 au cinéma le Palace – Tulle, tarif unique : 5€.

Mauthausen, un nom qui reste gravé dans la mémoire des hommes… Roger Gouffault n’a que 17 ans lorsqu’il s’engage, en septembre 1941, dans la résistance. Arrêté à la veille de Noël 1942, il est condamné à mort par la Gestapo, puis déporté au camp de Mauthausen et classé « Nuit et brouillard ». Un témoignage bouleversant et une extraordinaire leçon de vie.
« Ce qui étonne lorsqu’on rencontre Roger pour la première fois, c’est son optimisme sans faille. Il appartient à ces rares hommes qui irradient par leur humanité et leur générosité, à cette poignée d’individus capables aussi de transcender la souffrance la plus absolue. Depuis son retour, Roger raconte son expérience de la douleur comme une prévention à la folie humaine. Depuis 1945, il n’a jamais dérogé à cette règle. Il est aujourd’hui un des derniers résistants-déportés à pouvoir décrire avec précision son parcours. » Patrick Séraudie, réalisateur.
« Quand je suis sorti du camp, j’ai eu envie de transmettre la mémoire en replaçant la fraternité au cœur des relations entre les hommes, de dire aux gens : ne restez pas individualistes. Finalement, la religion, l’économie, tout cela reste très secondaire. Quand je vais dans les écoles pour raconter mon histoire, c’est le message que je tente de faire passer aux jeunes générations. La fraternité ! Ce film doit être une espérance, il doit donner envie de vivre. Malgré les horreurs que nous avons vécues, l’homme venait en aide à l’homme. » Roger Gouffault


La Section de la Haute-Vienne de la Société des membres de la Légion d’honneur et l’association des auditeurs de la région Limousin de l’Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale organisent une conférence, donnée le vendredi 24 avril 2015 à 18h30 à la Chambre de Commerce et d’Industrie, salle Vandermacq, 16 place Jourdan, Limoges, par M. Antoine Joseph Assaf, écrivain et philosophe, docteur d’Etat à la Sorbonne, auditeur de la 55ème session nationale de l’IHEDN, intitulée « Orient et Occident, la guerre de la coalition contre la république islamique de Daech« .

La Creuse pendant la Seconde guerre mondiale, Figures et moments

La Creuse

La Creuse pendant la Seconde guerre mondiale, Figures et moments

René Castille, Guy Avizou, Christophe Moreigne et Pascal Plas

Compte-rendu d’ouvrage, Hélène Castagné

René Castille, Guy Avizou, Christophe Moreigne et Pascal Plas sont les auteurs d’un ouvrage consacré au destin de la Creuse de l’été 1939 à la victoire de 1945 et notamment à celui de ses habitants (La Creuse pendant la Seconde guerre mondiale, Figures et moments, Limoges, Editions Le Puy Fraud, 2012, 304 pages, librairies, 20€). Cet ouvrage n’a pas vocation à être exhaustif, mais à présenter des « figures et moments » de la Creuse pendant les années noires, dont l’étude permet d’aborder des thèmes variés comme la politique et la société, les mentalités et l’économie, la culture et la vie quotidienne, ou encore la résistance et les persécutions.

Cette série de textes est pour partie tirée d’un manuscrit de René Castille, alors qu’il était président de l’Association pour la Recherche et la Sauvegarde de la Vérité Historique sur la Résistance en Creuse (ARSVHRC) ; chercheur émérite, il a laissé une œuvre fruit de dizaines d’années de recherches, travail qu’il n’a pu mener à terme et qui ne pouvait pas être publié en l’état. Guy Avizou, Christophe Moreigne et Pascal Plas ont choisi de lui rendre hommage en reprenant son manuscrit et en le complétant. L’ouvrage est donc composé d’études et d’archives de René mais également de travaux originaux proposés par le groupe d’historiens qui cherchent à ordonner le tout sans pour autant vouloir en combler les lacunes.

Cet ouvrage original, en raison de son parti pris, met l’accent sur la vie quotidienne de la Creuse entre 1940 et 1944, en particulier sur les conséquences de la guerre comme les hausses des prix ou les pénuries. Les auteurs proposent également une très riche collection de biographies des figures de la Résistance dans la Creuse, comme celle d’Alfred Bourdet, instituteur, spécialiste des postes radio ou encore celle du professeur Bernard Desplas, chirurgien et dirigeant d’un important réseau de renseignement. Des témoignages inédits comme celui de Jacques-Henry, préfet du département apportent un regard neuf sur les campagnes d’un département de la zone non occupée.

L’ouvrage dispose en outre d’un cahier photographique riche et de qualité mettant à la disposition des lecteurs des photos peu vues jusque là, issues de collections privées (collections Marchadier et Ladant), en particulier ce cliché des officiers de la Kriegsmarine capturés par les FFI à Bourganeuf le 26 juin 1944.

Un livre à la charnière de l’exigence scientifique et d’un récit pour le grand public, exercice réussi d’une synthèse pas toujours évidente.