Archives par mot-clé : Première Guerre mondiale

Les femmes en 14-18, le point de vue du romancier. Recontre avec Jean-Guy Soumy, vendredi 26 juin 2015

Avec le soutien de la mairie de Saint-Gence, Mémoire de Nieul et Alentours propose une conférence intitulée Les femmes en 14-18, le point de vue du romancierRecontre avec Jean-Guy Soumy. La conférence aura lieu le vendredi 26 juin 2015 à 20h à la salle des fêtes de Saint-Gence. L’entrée est libre et gratuite.

Voir : http://www.nieuletalentoursenlimousin.fr

À signaler cette semaine : conférences et projection (Limoges – Tulle)

Notre partenaire, l’IHEDN organise en liaison avec la ligue des droits de l’Homme une conférence donnée par Michel C. Kiener, agrégé d’histoire, le mercredi 22 avril 2015 à 19h30 à l’Espace Cité-Musée de la Résistance, Limoges. Elle a pour thème « Centenaire des 4 fusillés de Flirey, Officiers et soldats face aux ordres en 1915« .

L’affaire des trois soldats et du caporal du 63e RI « fusillés pour l’exemple » le 20 avril 1915, et réhabilités en 1934 grâce à l’engagement obstiné de la Ligue des droits de l’Homme et de leurs officiers, est désormais bien connue.

Ce qui ne l’est pas, c’est son contexte, c’est le mois d’attaques suicidaires ordonnées au printemps 1915 par le haut commandement en Woëvre (Lorraine). Suicidaires au point d’amener des officiers de plusieurs régiments, des capitaines aux colonels, à affronter leurs supérieurs, se refusant en conscience à envoyer leurs hommes à une mort programmée. Les 4 de Flirey sont donc bien, pour cela, une affaire hors norme.

Plongeant dans les archives des régiments, brigades, division et corps d’armée concernés, et à l’aide d’un important corpus de documents privés inédits ou oubliés, Michel Kiener replace l’aberrante affaire de Flirey dans un moment de l’histoire de la Grande Guerre marqué par le doute et, souvent, l’improvisation. Une guerre que l’institution militaire elle-même n’avait pas imaginée, qui prend en étau les hommes et ceux qui les commandent.


Peuples et Culture Corrèze accueille le cinéaste Patrick Séraudie pour l’animation d’un débat à l’issue de la présentation de son film Au bout de la nuit, le mercredi 22 avril 2015 à 20h30 au cinéma le Palace – Tulle, tarif unique : 5€.

Mauthausen, un nom qui reste gravé dans la mémoire des hommes… Roger Gouffault n’a que 17 ans lorsqu’il s’engage, en septembre 1941, dans la résistance. Arrêté à la veille de Noël 1942, il est condamné à mort par la Gestapo, puis déporté au camp de Mauthausen et classé « Nuit et brouillard ». Un témoignage bouleversant et une extraordinaire leçon de vie.
« Ce qui étonne lorsqu’on rencontre Roger pour la première fois, c’est son optimisme sans faille. Il appartient à ces rares hommes qui irradient par leur humanité et leur générosité, à cette poignée d’individus capables aussi de transcender la souffrance la plus absolue. Depuis son retour, Roger raconte son expérience de la douleur comme une prévention à la folie humaine. Depuis 1945, il n’a jamais dérogé à cette règle. Il est aujourd’hui un des derniers résistants-déportés à pouvoir décrire avec précision son parcours. » Patrick Séraudie, réalisateur.
« Quand je suis sorti du camp, j’ai eu envie de transmettre la mémoire en replaçant la fraternité au cœur des relations entre les hommes, de dire aux gens : ne restez pas individualistes. Finalement, la religion, l’économie, tout cela reste très secondaire. Quand je vais dans les écoles pour raconter mon histoire, c’est le message que je tente de faire passer aux jeunes générations. La fraternité ! Ce film doit être une espérance, il doit donner envie de vivre. Malgré les horreurs que nous avons vécues, l’homme venait en aide à l’homme. » Roger Gouffault


La Section de la Haute-Vienne de la Société des membres de la Légion d’honneur et l’association des auditeurs de la région Limousin de l’Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale organisent une conférence, donnée le vendredi 24 avril 2015 à 18h30 à la Chambre de Commerce et d’Industrie, salle Vandermacq, 16 place Jourdan, Limoges, par M. Antoine Joseph Assaf, écrivain et philosophe, docteur d’Etat à la Sorbonne, auditeur de la 55ème session nationale de l’IHEDN, intitulée « Orient et Occident, la guerre de la coalition contre la république islamique de Daech« .

Conférence 1914-1918, le Limousin dans la guerre : la vie à l’arrière – 18 avril 2015

Les premières années qui suivent la fin de la Première Guerre mondiale sont le temps des bilans. Au sein des administrations, dans les établissements scolaires, quelques fois même sous la plume de chroniqueurs improvisés, émergent des récits sur les conséquences du temps révolu du conflit. Le Limousin n’échappe pas à la règle et nous disposons d’un certain nombre de textes qui prennent acte à la fois des continuités mais surtout des césures dans un monde essentiellement rural et secondairement urbain, celui du Limousin, fortement impacté par le conflit (10 941 morts pour le seul département de la Creuse).

Le Limousin a été par excellence une région de « l’arrière ». Aussi ce que l’on lit dans ces rapports et mémoires est à la fois une chronique de vies d’hommes et de femmes ayant dû s’adapter à des circonstances exceptionnelles dans une région, certes située loin du front mais qui n’en a pas moins subi les conséquences de ce qui fut un engagement total pour la victoire.

On y découvre le temps de la mobilisation, celui de l’accueil des réfugiés, nombreux, des transferts d’entreprises, celui des hôpitaux et des centres de secours improvisés jusque dans des bourgs éloignés. On y parle des femmes et d’une vie quotidienne qui les conduit à suppléer les hommes aussi bien dans les campagnes que dans les usines, mais aussi dans la famille, cellule dominée par la peur de la mort du père, du frère ou du fils au front, d’autant que les correspondances échangées, fortement contrôlées par la censure, ne sont guère à même de donner une image juste de la situation des soldats.

L’installation de la guerre, c’est aussi le rationnement et les restrictions alimentaires, les pénuries et le système D, de fortes perturbations dans le monde scolaire et celui de la culture, la nécessaire évolution des modes de travail en particulier dans les fermes pour faire face à l’absence des bras et conserver un semblant de normalité.

Ces récits traduisent aussi l’envers de la joie de l’armistice, le retour des Poilus et leur difficile réadaptation, la situation tragique des veuves et des orphelins, les pertes immenses dans chacune des communes et les innombrables blessés et gazés dont les tristes figures, comme les paysages portent les traces indélébiles de l’horreur de la guerre.

Conférence de Pascal Plas, Directeur de la Chaire d’excellence Gestion du conflit et de l’après-conflit, organisée par l’association Mémoire de Nieul et Alentours, samedi 18 avril 2015 à 18h, salle d’honneur du Château de Nieul, 87 510 Nieul.

Entrée libre

Pour tout renseignement, consultez le site de l’association Mémoire de Nieul et alentours : http://www.nieuletalentoursenlimousin.fr