Archives par mot-clé : mémoire

Traces de l’internement – L’internement des nomades à Montreuil-Bellay (nov. 40-janv. 46)

camp-montreuil-bellayPrésentée au centre régional Résistance et Liberté de Thouars, du 9 janvier au 11 juin 2017, l’exposition Traces de l’internement- l’internement des nomades à Montreuil-Bellay (nov.1940-janv.1946) s’accompagne de rencontres, de visites guidées et d’un cycle cinéma, offrant des regards croisés et complémentaires sur cette histoire longtemps oubliée.

Pour plus d’info

Rencontre au Goethe Institut, Paris

En coopération avec les éditions de L’Iconoclaste et l’Institut historique allemand, une rencontre se tiendra au Goethe Institut, Paris, 27 octobre, à 19 h. Elle illustre  la mise en valeur d’un ensemble d’archives intimes et de photographies appartenant à des Allemands vivant dans la France occupée.

COMME UN ALLEMAND EN FRANCE LETTRES ET CARNETS INÉDITS 1940-1944

D’Aurélie Luneau, Jeanne Guérout et Stefan Martens
En présence de Jeanne Guérout et Stefan Martens
Ce livre présente pour la première fois des extraits de lettres et de journaux intimes ainsi que des photographies et des dessins des Allemands qui vivaient en France durant l’Occupation. Ils sont simples soldats, officiers ou civils. En 1940, tous sont fiers d’appar- tenir à une nation victorieuse. Pourtant, au fil des mois et des an- nées, l’incertitude, le doute et la lassitude semblent gagner.

A signaler aussi au Goethe Institut de Paris, ans le cadre des Samedis du cinéma allemand, la projection le 22 octobre à 11h. du film de Barbara Albert, Les Vivants, dans lequel la réalisatrice aborde avec beaucoup de finesse la question de la culpabilité hérité après la découverte d’une photo d’un grand-père en uniforme SS. Cinéma l’Arlequin.

 

Pour plus d’informations

Web-observatoire JPIT du 1er juin 2016

Web-observatoire JPIT du 1er juin 2016

Le web-observatoire JPIT de l’Institut international de recherche sur la conflictualité (IiRCO) est au cœur du travail de recherche et d’expertise qui y est effectué. Il permet une veille documentaire régulière prioritairement sur le web en accès libre et gratuit mais pas seulement. Cette veille n’est pas exhaustive, elle permet de revenir sur les actualités de la justice pénale internationale, de la justice transitionnelle et des débats post-conflictuels en cours, ce qui constitue les axes de recherche de l’Institut. Ce portail est destiné à s’enrichir en fonction des signalements de sites que voudront bien faire chacun des correspondants de l’IiRCO.

Justice pénale internationale

En ce milieu de mois de mai 2016, les audiences dans l’affaire jointe de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé reprennent à la Cour pénale internationale. De nouveaux témoins de l’Accusation sont entendus. Cette réouverture de procès n’a pas échappé à plusieurs quotidiens et revues, en particulier, l’hebdomadaire Jeune Afrique, spécialiste du continent africain. Ainsi, sur son site, on retrouve une rubrique entière consacrée au procès des deux accusés, constituée d’une série d’articles sur cette épineuse affaire, qui ne fait pas l’unanimité sur le continent africain. Les critiques de la Cour pénale internationale, formulées dans plusieurs États africains, sont bien mises en exergue dans le dernier numéro du Monde Diplomatique (avril 2016) sous l’intitulé : « Soupçons sur la Cour pénale internationale » (article en ligne payant). On relira également avec profit sur le site de la Cour pénale internationale les documents se rapportant à cette affaire et mis en ligne antérieurement.

De justice pénale internationale en Afrique il est encore question sur le site de Human Rights Watch à propos de l’affaire Hissène Habré dont le verdict est attendu le 30 mai 2016. On peut approfondir les tenants et les aboutissants de cette affaire en se rendant sur le site des Chambres africaines extraordinaires, qui en une synthèse dense permet de mieux cerner un procès complexe, ainsi que de comprendre la décision à venir de la Cour pénale internationale.

Après la condamnation à 25 ans de prison du rwandais Pascal Simbikangwa (dont l’appel doit être examiné à l’automne), la justice française se penche pour la seconde fois sur le génocide rwandais. Plusieurs sites dont celui de la FIDH annoncent l’ouverture à la Cour d’assises de Paris du procès de deux ressortissants rwandais, Octavien Ngenzi et Tito Barahira, accusés de génocide et de crime contre l’humanité dans leur pays en 1994. Sur le contexte de cette affaire, il convient de réécouter la chronique de Laure de Vulpian, à podcaster sur France Culture. Pour le suivi du procès, voir les chroniques journalières sur le site du Collectif des Parties Civiles pour le Rwanda (CPCR). On regrettera que la section des crimes contre l’humanité du Tribunal de grande instance de Paris ne dispose pas d’un site internet propre à donner une synthèse informative sur le sujet, d’autant que l’une des magistrates qui lui est affectée a invoqué la clause de conscience pour se désister. L’IiRCO a mis en ligne il y a peu un article du professeur Damien Roets sur les liens complexes entre la France et le Rwanda.

Les exactions commises dans le passé ne sont pas les seules à faire l’actualité et la justice pénale internationale est invoquée à propos de conflits en cours. Ainsi, sur le site de l’ONU, le Secrétaire général, Ban Ki-Moon, indigné par l’attaque du 5 mai 2016 sur un camp de fortune pour personnes déplacées à la frontière turque, demande à nouveau au Conseil de sécurité de déférer la situation en Syrie à la Cour pénale internationale.

À noter également que la Cour pénale internationale étudie la possibilité d’ouvrir une enquête sur la situation des violences qui gangrènent le Burundi depuis avril 2015. En effet, après un examen préliminaire de l’affaire, elle décidera de l’ouverture ou non de l’enquête, comme l’annonce son site.

On pourra approfondir les circonstances de ces actes de violence sur le site de la Croix Rouge qui permet de comprendre une situation confuse et d’appréhender la position de la Cour sur ce point. Ouvrira-t-elle une enquête ? Affaire à suivre…

Justice transitionnelle

Le travail de la Commission vérité et réconciliation au Burundi semble s’enliser comme le déplore le site de l’hebdomadaire Le Point, dans sa rubrique « Afrique ». Dans ce même article, un état des lieux est dressé sur les situations tendues au Mali et en Côte d’Ivoire soit par l’ouverture soit par la fermeture d’une Commission vérité et réconciliation.

De transition il est également question en Tunisie, ce qu’a bien évoqué la série d’émissions de France Culture (« La fabrique de l’Histoire », par Emmanuel Laurentin) consacrée à cet État, précurseur du Printemps arabe.

Mémoire

Avec l’appui de l’audition d’experts, d’historiens, universitaires et diplomates, le président-directeur du Louvre Jean-Luc Martinez a remis son rapport « Cinquante propositions françaises pour protéger le patrimoine de l’humanité » au Président de la République en décembre dernier.

Ce rapport a pour objectif de rendre compte des conséquences désastreuses des récents conflits sur le patrimoine culturel. Il fait écho à de nombreuses difficultés liées à la destruction de biens, telles que celles des mausolées à Tombouctou par des djihadistes en 2012 (affaire devant la Cour pénale internationale) ou encore des nouvelles destructions à Palmyre (statue du Lion d’Athéna, bustes funéraires, etc.). De Palmyre, mais pas seulement, il a beaucoup été question aux Rendez-vous organisé par l’Institut international de recherche sur la conflictualité (IiRCO) consacrés aux « Conflits, dévastations et ruines : réparer, reconstruire, conserver » (programme en ligne sur le Carnet de recherche de l’IiRCO). La volonté scientifique de restaurer ces ruines a conduit Yves Ubelmann à mettre en place une vaste entreprise de reconstruction par numérisation en 3D des principaux monuments de la cité. Par le biais de sa start-up Iconem, il a développé une technique inédite précisée dans une interview et que l’on trouve, entre autres, sur le site Le Figaro. De nombreux sites évoquent ce sujet notamment celui de l’UNESCO mais aussi celui du quotidien Le Monde qui fournit un dossier complet, avec notamment des vidéos montrant l’évolution des dommages sur ces monuments.

Pascal Plas, Directeur de l’IiRCO

Les outrages à la mémoire : révisionnisme et négationnisme en France au XXIème siècle, 26 mai 2016

L’Institut international de recherche sur la conflictualité (IiRCO), en partenariat avec l’UTA Culture et loisirs, organise la septième conférence du Séminaire de l’IiRCO “Conflits, droit, mémoires” :

Les outrages à la mémoire : révisionnisme et négationnisme en France au XXIème siècle

par Daniel Kuri, Maître de conférences en droit privé et sciences criminelles, OMIJ, Université de Limoges

Cette conférence se tiendra le jeudi 26 mai 2016 à 17h15, Faculté de droit et des sciences économiques de Limoges, Amphi 250.

Entrée libre et gratuite

Mémoires juives en Limousin, Rencontres à Chavanac, du 4 au 6 septembre 2015

Du 4 au 6 septembre 2015 se tiendront à Chavanac, sur le Plateau de Millevache à proximité de Bugeat, les deuxièmes rencontres de l’association Mémoires juives en Limousin.

Seront présents des témoins, des universitaires autour de tables rondes et de débats se rapportant essentiellement à la présence juive en Limousin pendant la Seconde Guerre mondiale. Plusieurs concerts seront donnés dans les villes et villages du pourtour du Plateau, dont « Un enfant de la Corrèze » par Ben Zimet et le Yiddish Quartet. Ce dernier spectacle musical est aussi inscrit dans la programmation du Mémorial de la Shoah pour le dimanche 13 septembre 2015 à Paris.

Université d’été Aix-Marseille 6 – 12 juillet 2015

À Aix-en-Provence du 6 au 12 juillet 2015 se tiendra l’Université d’été « Justice transitionnelle et mémoire » organisée par l’Association francophone de justice transitionnelle et la Faculté de droit et des sciences politiques d’Aix-Marseille. Pendant six jours, les étudiants francophones sélectionnés pourront participer à des ateliers de travail introduits par une conférence préparatoire.

Se croiseront à Aix au cours de cette semaine Xavier Philippe, professeur à Aix-Marseille, président de l’AFJT, Jean-Pierre Massias, professeur à l’Université de Pau – Pays de l’Adour et directeur de l’Institut universitaire Varenne, Pascal Plas, directeur de la Chaire d’excellence Gestion du conflit et de l’après-conflit de l’Université de Limoges, Kora Andrieu, officier des droits de l’Homme au Haut commissariat des Nations Unies (Tunisie), Anne-Marie La Rosa, enseignante à l’Université de Fribourg, conseillère juridique auprès du Comité international de la Croix rouge, Benoît Guillou, rédacteur en chef du magasine d’Amnesty international en France et Michel Terestchenko, maître de conférences à l’Université de Reims et à l’IEP d’Aix, pour présenter des thèmes aussi divers que : La vérité et la mémoire, La mémoire comme forme de réparation due aux victimes, La mémoire comme instrument de réconciliation

Films et débats rythmeront les soirées ainsi qu’une visite au Camp des Milles animée par Alain Chouraqui, directeur de recherche au CNRS.

Goethe Institut Paris – mai-juin 2015

À signaler dans la programmation du Goethe Institut pour l’été 2015 :

Une rencontre en coopération avec la Fondation pour la mémoire de la Shoah le mardi 19 mai 2015 à 19h sur La littérature allemande et la Shoah, 1945-2014, en présence de Marie-Claire Hook Demarle et Guillaume Dreyfus, rencontre animée par Georges Bensoussan.

Le jeudi 28 mai 2015 à l’occasion de la parution d’un recueil de textes de Germaine Tillion, lecture à 19h en présence de Mechthild Gilzmer, traductrice et éditrice de l’ouvrage Die gestohlene Unschuld. Ein Leben zwischen Résistance und Ethnologie et de Tzvetan Todorov qui en a réalisé la préface.

Le lundi 8 juin 2015 à 19h, projection du film de Tania Rakhmanova, Quand la France occupait l’Allemagne. Documentaire intéressant pour  un aspect du post-conflit rarement évoqué, la présence de la France dans une petite zone d’occupation en 1945, confrontée au processus de dénazification, à la démocratisation et à l’insertion de ce qui va devenir l’Allemagne de l’ouest dans un ensemble européen à construire.

À signaler cette semaine : conférences et projection (Limoges – Tulle)

Notre partenaire, l’IHEDN organise en liaison avec la ligue des droits de l’Homme une conférence donnée par Michel C. Kiener, agrégé d’histoire, le mercredi 22 avril 2015 à 19h30 à l’Espace Cité-Musée de la Résistance, Limoges. Elle a pour thème « Centenaire des 4 fusillés de Flirey, Officiers et soldats face aux ordres en 1915« .

L’affaire des trois soldats et du caporal du 63e RI « fusillés pour l’exemple » le 20 avril 1915, et réhabilités en 1934 grâce à l’engagement obstiné de la Ligue des droits de l’Homme et de leurs officiers, est désormais bien connue.

Ce qui ne l’est pas, c’est son contexte, c’est le mois d’attaques suicidaires ordonnées au printemps 1915 par le haut commandement en Woëvre (Lorraine). Suicidaires au point d’amener des officiers de plusieurs régiments, des capitaines aux colonels, à affronter leurs supérieurs, se refusant en conscience à envoyer leurs hommes à une mort programmée. Les 4 de Flirey sont donc bien, pour cela, une affaire hors norme.

Plongeant dans les archives des régiments, brigades, division et corps d’armée concernés, et à l’aide d’un important corpus de documents privés inédits ou oubliés, Michel Kiener replace l’aberrante affaire de Flirey dans un moment de l’histoire de la Grande Guerre marqué par le doute et, souvent, l’improvisation. Une guerre que l’institution militaire elle-même n’avait pas imaginée, qui prend en étau les hommes et ceux qui les commandent.


Peuples et Culture Corrèze accueille le cinéaste Patrick Séraudie pour l’animation d’un débat à l’issue de la présentation de son film Au bout de la nuit, le mercredi 22 avril 2015 à 20h30 au cinéma le Palace – Tulle, tarif unique : 5€.

Mauthausen, un nom qui reste gravé dans la mémoire des hommes… Roger Gouffault n’a que 17 ans lorsqu’il s’engage, en septembre 1941, dans la résistance. Arrêté à la veille de Noël 1942, il est condamné à mort par la Gestapo, puis déporté au camp de Mauthausen et classé « Nuit et brouillard ». Un témoignage bouleversant et une extraordinaire leçon de vie.
« Ce qui étonne lorsqu’on rencontre Roger pour la première fois, c’est son optimisme sans faille. Il appartient à ces rares hommes qui irradient par leur humanité et leur générosité, à cette poignée d’individus capables aussi de transcender la souffrance la plus absolue. Depuis son retour, Roger raconte son expérience de la douleur comme une prévention à la folie humaine. Depuis 1945, il n’a jamais dérogé à cette règle. Il est aujourd’hui un des derniers résistants-déportés à pouvoir décrire avec précision son parcours. » Patrick Séraudie, réalisateur.
« Quand je suis sorti du camp, j’ai eu envie de transmettre la mémoire en replaçant la fraternité au cœur des relations entre les hommes, de dire aux gens : ne restez pas individualistes. Finalement, la religion, l’économie, tout cela reste très secondaire. Quand je vais dans les écoles pour raconter mon histoire, c’est le message que je tente de faire passer aux jeunes générations. La fraternité ! Ce film doit être une espérance, il doit donner envie de vivre. Malgré les horreurs que nous avons vécues, l’homme venait en aide à l’homme. » Roger Gouffault


La Section de la Haute-Vienne de la Société des membres de la Légion d’honneur et l’association des auditeurs de la région Limousin de l’Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale organisent une conférence, donnée le vendredi 24 avril 2015 à 18h30 à la Chambre de Commerce et d’Industrie, salle Vandermacq, 16 place Jourdan, Limoges, par M. Antoine Joseph Assaf, écrivain et philosophe, docteur d’Etat à la Sorbonne, auditeur de la 55ème session nationale de l’IHEDN, intitulée « Orient et Occident, la guerre de la coalition contre la république islamique de Daech« .

Rendez-vous de l’IiRCO – Autour du corps : Corps, droit et mémoire

La Chaire d’excellence Gestion du conflit et de l’après-conflit (Fondation de l’Université de Limoges) et l’OMIJ (Observatoire des Mutations Institutionnelles et Juridiques) organisent les premiers Rendez-vous de l’IiRCO (Institut International de Recherche sur la Conflictualité) :

« Autour du corps : Corps, droit et mémoire ».

Ces Rendez-vous regroupent des juristes, des historiens, des psychanalystes, des sociologues et des artistes pour parler du corps mort, du corps vivant, du corps inclus dans les processus mémoriels et du corps porteur de mémoire.

Ils auront lieu le mardi 21 avril 2015 de 9h à 17h à la Faculté de droit et des sciences économiques, site Turgot, Hôtel de la Bastide, 32 rue Turgot, Limoges, Amphi Treilhard.

L’entrée est libre et gratuite.

Conférence 1914-1918, le Limousin dans la guerre : la vie à l’arrière – 18 avril 2015

Les premières années qui suivent la fin de la Première Guerre mondiale sont le temps des bilans. Au sein des administrations, dans les établissements scolaires, quelques fois même sous la plume de chroniqueurs improvisés, émergent des récits sur les conséquences du temps révolu du conflit. Le Limousin n’échappe pas à la règle et nous disposons d’un certain nombre de textes qui prennent acte à la fois des continuités mais surtout des césures dans un monde essentiellement rural et secondairement urbain, celui du Limousin, fortement impacté par le conflit (10 941 morts pour le seul département de la Creuse).

Le Limousin a été par excellence une région de « l’arrière ». Aussi ce que l’on lit dans ces rapports et mémoires est à la fois une chronique de vies d’hommes et de femmes ayant dû s’adapter à des circonstances exceptionnelles dans une région, certes située loin du front mais qui n’en a pas moins subi les conséquences de ce qui fut un engagement total pour la victoire.

On y découvre le temps de la mobilisation, celui de l’accueil des réfugiés, nombreux, des transferts d’entreprises, celui des hôpitaux et des centres de secours improvisés jusque dans des bourgs éloignés. On y parle des femmes et d’une vie quotidienne qui les conduit à suppléer les hommes aussi bien dans les campagnes que dans les usines, mais aussi dans la famille, cellule dominée par la peur de la mort du père, du frère ou du fils au front, d’autant que les correspondances échangées, fortement contrôlées par la censure, ne sont guère à même de donner une image juste de la situation des soldats.

L’installation de la guerre, c’est aussi le rationnement et les restrictions alimentaires, les pénuries et le système D, de fortes perturbations dans le monde scolaire et celui de la culture, la nécessaire évolution des modes de travail en particulier dans les fermes pour faire face à l’absence des bras et conserver un semblant de normalité.

Ces récits traduisent aussi l’envers de la joie de l’armistice, le retour des Poilus et leur difficile réadaptation, la situation tragique des veuves et des orphelins, les pertes immenses dans chacune des communes et les innombrables blessés et gazés dont les tristes figures, comme les paysages portent les traces indélébiles de l’horreur de la guerre.

Conférence de Pascal Plas, Directeur de la Chaire d’excellence Gestion du conflit et de l’après-conflit, organisée par l’association Mémoire de Nieul et Alentours, samedi 18 avril 2015 à 18h, salle d’honneur du Château de Nieul, 87 510 Nieul.

Entrée libre

Pour tout renseignement, consultez le site de l’association Mémoire de Nieul et alentours : http://www.nieuletalentoursenlimousin.fr

Cycle de conférences Violence politique & Justice transitionnelle

Bayonne – Pau , 8-14 avril 2015

Nos partenaires, l’Institut Universitaire Varenne et l’Association Francophone de Justice Transitionnelle, organisent à l’Université de Pau-Pays de l’Adour un cycle de conférences consacré à Violence politique & Justice transitionnelle, et un colloque Torture, Génocide & Procès pénal : Juger le mal ?.

Le cycle de conférences qui se tient sur le site de Bayonne comprend la projection du film de Margarethe Von Trotta Hannah Arendt (mercredi 8 avril à 17h30) suivi d’un débat, un séminaire (jeudi et vendredi 9 et 10 avril) consacré à La construction et à La déconstruction de l’impunité et un forum (samedi 11 avril) constitué de deux conférences, la première se rapportant à Espagne : ONG, mémoire et vérité, la seconde à Torture : les victimes face à l’impunité.

Le colloque se tient lui à Pau les lundi 13 et mardi 14 avril et prend la forme de tables rondes, la première sur Le procès des violations graves des droits de l’Homme, la seconde sur Les auteurs des violations graves des droits de l’Homme, la troisième sur Les victimes des violations graves des droits de l’Homme.

Un programme particulièrement riche dans lequel on signalera la présence de Buscarita Roa, une représentante de l’Association des Mères de la Place de Mai, au même moment où la Chaire d’excellence Gestion du conflit et de l’après-conflit accueille elle aussi pour une grande conférence publique Nora Cortinas, membre de la même association.

Cliquez ici pour accéder à l’intégralité du programme

Cliquez ici pour accéder à l’affiche des Rencontres avec Nora Cortinas à Limoges

1913, Genèse d’une loi sur les monuments historiques

1913

1913, Genèse d’une loi sur les monuments historiques

Ouvrage coordonné par Jean-Pierre Bady, Marie Cornu, Jérôme Fromageau, Jean-Michel Leniaud, Vincent Négri

Compte-rendu d’ouvrage, Hélène Castagné

Le Centre d’études sur la coopération juridique internationale (CECOJI-CNRS) et l’École nationale des Chartes, en collaboration avec le ministère de la Culture et de la Communication, son comité d’histoire, la direction générale des Patrimoines ainsi que la médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine ont contribué à réaliser un excellent ouvrage à l’occasion du centenaire de la loi de 1913 sur les monuments historiques (1913, Genèse d’une loi sur les monuments historiques, coordonné par Jean-Pierre Bady, Marie Cornu, Jérôme Fromageau, Jean-Michel Leniaud, Vincent Négri, La Documentation Française, Paris, 2013, 602 pages, librairies, 39€).

Constitué d’une multitude d’articles très bien coordonnés, ce beau livre permet d’appréhender de façon accessible l’histoire de la grande loi sur les monuments historiques (loi du 31 décembre 1913, JO 4 janvier 1914, p. 132), placée dans son contexte et décortiquée minutieusement.

L’ouvrage commence par une introduction et un texte d’avant-propos constituant un très bon résumé de l’histoire des tendances législatives du XIXème siècle se rapportant au thème des monuments historiques ainsi que les polémiques soulevées par ces questions, en particulier les débats sur la propriété collective et ceux liés à la restauration des monuments historiques.

Il s’agit ensuite pour les auteurs – nombreux à s’être impliqués dans le projet – de décrire les origines de la protection légale accordée aux monuments historiques. Ils cherchent à cerner la filiation des textes antérieurs dans laquelle la loi de 1913 s’est inscrite. Une attention particulière est portée à la première loi concernant les monuments historiques de 1887, texte qui n’avait pas rencontré un grand succès et, à l’inverse connu de nombreuses difficultés d’application, de par la réticence de ses auteurs à intervenir en matière de propriété privée. C’est aussi en cela que la loi de 1913 a marqué une « révolution juridique » vis-à-vis de la propriété privée, en créant une servitude de conservation.

Aucun aspect de la naissance de la loi de 1913 n’est négligé : les rapports de ce texte avec la loi de 1905, l’influence des législations étrangères, la préparation administrative de la loi, la doctrine de l’époque et ce que pensaient les commentateurs à la fois pour la loi de 1887 mais aussi pour le projet de loi et la loi de 1913. La jurisprudence concernant les monuments historiques est également traitée, ce qui constitue là aussi un champ d’études qui n’avait jusque là pas été envisagé. 

L’ouvrage ne fait pas que s’intéresser à la genèse de la loi et à sa filiation, les communications procèdent à une analyse minutieuse des principes et concepts fondateurs de la loi, notamment la question des objets classés au titre des monuments historiques, la place de l’archéologie dans la loi de 1913 ou encore l’intervention du droit pénal au titre des monuments historiques. Les auteurs s’interrogent également sur la place qu’occupe cette loi dans le corpus de normes concernant les monuments historiques, par exemple avec son règlement d’administration publique (décret d’application) ou encore avec la loi du 10 juillet 1914 portant création de la Caisse nationale des monuments historiques et préhistoriques. Les auteurs ne laissent pas non plus de côté l’étude de la force de diffusion de la loi de 1913 à l’international, par exemple dans un contexte colonial.

Ce livre dispose d’un cahier photographique de très grande qualité ; on y trouve des clichés conservés à la médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine, ceux de monuments grandioses, rares, ou inattendus comme la cathédrale de Constantine en Algérie, immortalisée en 1893 par le photographe Médéric Mieusement. A cette époque, l’Algérie était considérée comme française, la législation nationale s’y appliquait donc comme en France ; la loi de 1887 comportait des « Dispositions spéciales à l’Algérie et aux pays de protectorat ». La loi de 1913 quant à elle n’y fut appliquée qu’une dizaine d’années plus tard, mais elle ne donna lieu à quasiment aucun classement.

Le dossier iconographique comporte également des reproductions de documents manuscrits illustrant l’histoire de la loi de 1913. On y trouve des notes et correspondances relatives au projet de loi, les motifs, les amendements, la première version officielle de la loi, son règlement d’administration, etc. Ces documents ne sont toutefois pas livrés de façon abrupte dans la mesure où nombre d’entre eux font l’objet d’un commentaire et s’inscrivent parfaitement dans la compréhension globale de l’ouvrage.

L’ouvrage est également enrichi d’une collection très fournie de notices biographiques inédites concernant les acteurs parfois méconnus de l’histoire de la loi de décembre 1913. Il s’agit de députés, de sénateurs, de ministres, de membres de l’administration des monuments historiques, d’urbanistes et d’architectes, d’historiens et d’érudits, majoritairement des juristes. Ces biographies sont illustrées de photographies tirées des archives du Sénat et de l’Assemblée nationale, ainsi que des archives de la médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine et de la Bibliothèque nationale de France.

Les annexes de l’ouvrage sont également une source d’informations très précieuse, à ne pas négliger. Concernant la rédaction de la loi, elles comportent notamment des rapports de la commission chargée d’examiner le projet de loi, ce qui permet une étude très précise, presque au jour le jour, de l’histoire de la loi de 1913.

Cet ouvrage fait preuve d’une grande exigence scientifique dans la mesure où il se termine par une bibliographie conséquente d’une vingtaine de pages, exhaustive et très accessible par sa structure et son plan thématique. Elle constitue un outil indispensable pour qui s’intéresserait à l’histoire du droit des monuments historiques et plus encore, l’histoire du droit du patrimoine culturel.

Ouvrage passionnant et indispensable analysant sur tous les plans la naissance et l’évolution d’un « monument législatif », il est d’une grande rigueur scientifique tout en étant magnifiquement illustré.

Murs rebelles, Iconographie nationaliste contestataire : Corse, Pays Basque, Irlande du Nord

Murs rebelles

Murs rebelles, Iconographie nationaliste contestataire : Corse, Pays Basque, Irlande du Nord

Xavier Crettiez et Pierre Piazza

Compte-rendu d’ouvrage, Pascal Plas et Hélène Castagné

Il existe plusieurs façons de s’interroger sur les périodes post-conflictuelles. Cet ouvrage en donne un exemple éclatant. Le conflit terminé, quelles qu’aient été ses formes, il laisse des traces qui peuvent à tout moment réémerger, quelques fois de manière originale. Il en est ainsi dans les espaces à fortes revendications autonomistes et/ou régionalistes, ce que montre bien l’ouvrage Murs rebelles, Iconographie nationaliste contestataire : Corse, Pays Basque, Irlande du Nord, sous la direction de Xavier Crettiez et Pierre Piazza, Paris, Ed. Karthala, 2014, 179 p..

Ce beau livre très riche d’illustrations photographiques particulièrement bien mises en valeur résulte d’une exposition photographique initiale et de travaux d’auteurs spécialisés en sciences politiques. Les traces graphiques très diverses (graffitis, dessins, pochoirs, inscriptions, tags, etc.) photographiées à partir de différents supports (murs, maisons, haies, panneaux, rues, etc.) et présentées ici, quoique se rapportant à des conflits spécifiques (tensions séparatistes et communautaires), conduisent à réaffirmer la nécessité de relever et archiver ce patrimoine singulier. Constitué de slogans et de graphes bariolés, de sigles mystérieux, de représentations quelques fois très sophistiquées, il est loin d’être négligeable et a beaucoup à nous apprendre. Une fois scientificisé (typologisation, thématisation et analyse), on peut opérer une véritable approche par les sciences sociales de ce qui a longtemps été considéré comme un « objet frivole ou mineur », approche propre à produire de multiples études tant ces iconographies murales nous parlent des mémoires des conflits et de leurs réactivations permanentes.

La Creuse pendant la Seconde guerre mondiale, Figures et moments

La Creuse

La Creuse pendant la Seconde guerre mondiale, Figures et moments

René Castille, Guy Avizou, Christophe Moreigne et Pascal Plas

Compte-rendu d’ouvrage, Hélène Castagné

René Castille, Guy Avizou, Christophe Moreigne et Pascal Plas sont les auteurs d’un ouvrage consacré au destin de la Creuse de l’été 1939 à la victoire de 1945 et notamment à celui de ses habitants (La Creuse pendant la Seconde guerre mondiale, Figures et moments, Limoges, Editions Le Puy Fraud, 2012, 304 pages, librairies, 20€). Cet ouvrage n’a pas vocation à être exhaustif, mais à présenter des « figures et moments » de la Creuse pendant les années noires, dont l’étude permet d’aborder des thèmes variés comme la politique et la société, les mentalités et l’économie, la culture et la vie quotidienne, ou encore la résistance et les persécutions.

Cette série de textes est pour partie tirée d’un manuscrit de René Castille, alors qu’il était président de l’Association pour la Recherche et la Sauvegarde de la Vérité Historique sur la Résistance en Creuse (ARSVHRC) ; chercheur émérite, il a laissé une œuvre fruit de dizaines d’années de recherches, travail qu’il n’a pu mener à terme et qui ne pouvait pas être publié en l’état. Guy Avizou, Christophe Moreigne et Pascal Plas ont choisi de lui rendre hommage en reprenant son manuscrit et en le complétant. L’ouvrage est donc composé d’études et d’archives de René mais également de travaux originaux proposés par le groupe d’historiens qui cherchent à ordonner le tout sans pour autant vouloir en combler les lacunes.

Cet ouvrage original, en raison de son parti pris, met l’accent sur la vie quotidienne de la Creuse entre 1940 et 1944, en particulier sur les conséquences de la guerre comme les hausses des prix ou les pénuries. Les auteurs proposent également une très riche collection de biographies des figures de la Résistance dans la Creuse, comme celle d’Alfred Bourdet, instituteur, spécialiste des postes radio ou encore celle du professeur Bernard Desplas, chirurgien et dirigeant d’un important réseau de renseignement. Des témoignages inédits comme celui de Jacques-Henry, préfet du département apportent un regard neuf sur les campagnes d’un département de la zone non occupée.

L’ouvrage dispose en outre d’un cahier photographique riche et de qualité mettant à la disposition des lecteurs des photos peu vues jusque là, issues de collections privées (collections Marchadier et Ladant), en particulier ce cliché des officiers de la Kriegsmarine capturés par les FFI à Bourganeuf le 26 juin 1944.

Un livre à la charnière de l’exigence scientifique et d’un récit pour le grand public, exercice réussi d’une synthèse pas toujours évidente.