Archives par mot-clé : Journée internationale de la Francophonie

Semaine de la langue française et de la Francophonie

Corrélativement à la Journée internationale de la Francophonie et à la Semaine de la langue française et de la Francophonie, Les Francophonies en Limousin organisent les Rencontres Littéraires « Nouvelles Zébrures » du mercredi 18 mars au vendredi 27 mars 2015.

On retiendra dans le programme très riche de cette dixième édition la pièce de Sylvie Dyclo-Pomos Coma bleu présentée à Brive le lundi 23 mars à 20h30 à la Cité scolaire d’Arsonval. L’auteur conduit avant la lecture de Coma bleu des ateliers d’écriture avec l’association Solidar’elles, qui feront l’objet d’une mise en espace par le Bottom Théâtre.

Comédienne, dramaturge, metteuse en scène, Sylvie Dyclo-Pomos est née à Brazzaville, en République du Congo où elle réside toujours. Elle s’intéresse au théâtre et à l’écriture dès son jeune âge car, bien avant le lycée, elle assiste à une multitude de spectacles de théâtre en compagnie de sa mère qui est comédienne au Théâtre National Congolais. Nourrie par des études de Lettres Modernes à l’Université Marien Ngouabi de Brazzaville, ses prédispositions d’auteure, de comédienne et de metteuse en scène se confirment peu à peu. En 2004, avec son collègue Ludovic Louppé, elle crée la compagnie LUDO-SYLVIE au sein de laquelle elle assure la direction artistique, signe des adaptations et des mises en scène. Ses textes sont aussi montés par d’autres metteurs en scène. Elle obtient une bourse d’encouragement à l’écriture du ministère de la Culture et de la Communication (France) en 2006 pour La Folie de Janus, publié par CulturesFrance, et présenté en lecture à Avignon en 2007. Ce texte est ensuite monté par la compagnie Mabel Octobre et présenté au Théâtre Confluences à Paris en 2009. En 2010, la réalisatrice Annette Kouamba lui consacre un documentaire autour de deux de ses textes La Folie de Janus et Les Griots du boss.

En 2013, lors d’une première résidence d’écriture à la Maison des auteurs du festival des Francophonies, elle écrit Coma bleu, qui sera mis en lecture à Avignon dans la foulée et enregistré par France Culture dans son programme Voix d’Afrique. Cette pièce sera créée au festival Mantsina à Brazzaville.

Coma bleu

Le 4 mars 2012, une série d’explosions retentit à Brazzaville. Un dépôt d’armes entre autres saute dans le quartier Mpila dans le sixième arrondissement Talangaï, rasant littéralement l’ensemble du bâti urbain dans un rayon de plus de 500 mètres. L’explosion fut d’une telle violence qu’elle fut ressentie jusqu’à Kinshasa en RDC voisine. En plus des dégâts matériels, on dénombre près de 300 victimes, des milliers de mutilés et 15 à 20 000 sans-abris.

Quoique ces explosions n’aient rien à voir avec une guerre civile ni même un attentat, elles traduisent d’importants dysfonctionnements organisationnels d’un pays extrêmement militarisé, disposant de casernes et de dépôts de munitions au coeur du milieu urbain.

Une enquête a été ouverte, plus de 20 militaires ont été arrêtés et jugés au cours d’un procès qui s’est terminé le 9 septembre 2013, procès à l’issue duquel il y eut des peines de travaux forcés, de réclusion, mais aussi de nombreux acquittements. Le « passage de la justice » ne se fit pas sans mal et pose toujours problème. Aujourd’hui, le quartier est en voie de reconstruction, mais la douleur demeure chez les proches des victimes.

Coma bleu est un monologue qui porte au théâtre l’histoire réelle de cette explosion tragique qui a effacé de la carte tout un quartier. Ce texte donne la parole à une femme de 60 ans qui, après l’explosion, décide au nom de toutes les victimes, de porter plainte contre l’État pour assassinat. Un matin elle reçoit une convocation : « Plainte irrecevable. Trahison et offense à la République. L’État vous traduira en justice ». Coma bleu nous plonge dans le quotidien de cette femme qui risquera sa vie pour que justice soit rendue.

Extrait de Coma bleu

« Suzanne n’a pas retrouvé le corps de son fils. Son fils nouvellement recrue, logé dans le camp régiment blindé. Suzanne est une femme bantoue. Les bantous ont la tradition de cultes aux morts. Se recueillir devant la tombe d’un proche c’est ancré dans les us et coutumes du bantou. Suzanne a procédé à une fouille méthodique, ruelle par ruelle, au cas où les projectiles auraient propulsé si loin le corps de son fils. Retrouver ne fut-ce qu’un pied, une tête, une main, un orteil… Elle commence sa fouille à mille deux cents mètres de l’épicentre : rue Bouzala, rue Campement, rue Kintélé, rue Balloys, rue Konda, rue Bordeaux, rue Mpouya, rue Dolisie, rue Mossaka, rue Sainte-Anne bis, rue Sainte-Anne, rue Mouila, avenue des Trois Martyrs, rue Moundjombo, rue Ngabé, rue Mayama, rue Gamboma, rue Franceville, rue Dongou, rue Bangangoulou, Lycée de la Révolution, rue Champs de tirs, Collège Gampo Olilou, rue Mvouti, rue Mbokos, rue des Martyrs, dépôt, Sans fil, camp régiment blindé, l’épicentre des explosions. RIEN… Aucune trace de son fils sous les décombres… RIEN. Deuxième choc pour Suzanne. Résignée, elle a pris le sable noir dans le camp, en se disant que le feu a consumé son enfant sur ce sable, elle a mis le sable dans une bouteille qu’elle a placée dans sa chambre. Elle a érigé un autel, a placé la bouteille au centre, chaque matin, elle se recueillait devant l’autel. Six mois après, ses nerfs n’ont pas résisté, elle a grossit le nombre de fous dans les rues de la capitale. Troisième choc pour Suzanne. L’absence de sépulture. Le bantou n’a pas la culture d’incinérer les morts… »

Sylvie Dyclo-Pomos sera accueillie en résidence d’écriture à Limoges en mai et juin 2015. Nous aurons l’occasion de découvrir son travail et la vie au Congo Brazzaville lors d’une rencontre organisée par la Chaire d’excellence Gestion du conflit et de l’après-conflit.

Cliquez ici pour accéder au programme complet de la 10ème édition de Nouvelles Zébrures