Archives par mot-clé : conflit

Exposition Dessine-moi la guerre – 1914-2014, 26 mai-30 juin 2015

La Chaire d’excellence Gestion du conflit et de l’après-conflit (Fondation partenariale de l’Université de Limoges) et l’Université de Limoges dans le cadre de sa politique culturelle accueillent au Centre international de la caricature, du dessin de presse et d’humour de Saint-Just-le-Martel l’exposition « Dessine-moi la guerre – 1914-2014 : regards des dessinateurs de presse sur les guerres » du 26 mai au 30 juin 2015.

Chaque année, la Chaire organise une grande exposition en liaison avec ses thèmes de recherche et en étroite collaboration avec ses partenaires. Après l’exposition du plasticien Bruce Clarke en 2014 « Les Hommes debout », en hommage aux victimes du Rwanda, la Chaire accueille cette année en partenariat avec le Centre international de la caricature, du dessin de presse et d’humour de Saint-Just-le-Martel l’exposition « Dessine-moi la guerre – 1914-2014 : regards des dessinateurs de presse sur les guerres », présentée en avant-première en province après son inauguration à Paris en mars 2015.

Cette exposition est composée de 10 kakémonos déroulants, installés dans le hall du Centre international de la caricature, du dessin de presse et d’humour de Saint-Just-le-Martel.

La Grande Guerre marque une évolution du dessin de presse

Comment pensait-on avec son crayon en 1914 ? Et en 1918 ? « La Grande Guerre a indéniablement marqué une évolution du style des dessinateurs de presse », explique Bertrand Tillier, historien de l’art, « qui passent progressivement d’une composition lyrique, influencée par la formation à la peinture des dessinateurs du début du XXème siècle, à un style plus graphique.

Les dessins à caractère patriotique voir nationaliste laissent la place à un dessin caricatural, avec un traitement plus critique de la guerre. Une mutation accélérée par la création de journaux satiriques tel le Canard enchainé ou le Crapouillot, tous deux nés en 1915.

Un changement porté aussi par l’humour, élément immuable du dessin de presse, qui prend de nouvelles teintes. D’une tonalité naïve et gentillette dans les journaux destinés à la propagande et diffusés sur le front, il devient cynique et tragique dans les dessins des journaux réalisés par les soldats dans les tranchées. Un humour grinçant, qualifié de « noir », qui sera largement utilisé au cours du XXème siècle par des dessinateurs « fantassins » qui tentent, inlassablement, de repousser les frontières de l’intolérance et de la censure.

Des crayons toujours vigilants

Après la Première Guerre mondiale, le rôle des dessinateurs évolue, mais ils restent efficacement de fins observateurs des relations internationales et des porteurs d’alerte. Lors des conflits suivants, le dessin « change tant dans sa forme que sur le fond, la composition lyrique fait place au croquis et à une apparence plus graphique », indique Bertrand Tillier, qui ajoute « les auteurs sont plus facilement antimilitaristes et pacifistes et leurs centres d’intérêt varient… La technique guerrière capte de moins en moins l’attention, au profit des populations civiles », de plus en plus touchées par les conflits de la fin du XXème siècle.

Permanence de la guerre et du dessin de presse sur la guerre

En l’espace d’un siècle, jalonné de conflits qui se sont inexorablement succédés sur la planète, des dessinateurs de presse, de toutes nationalités, ont croqué la guerre au cours de leur carrière. L’exposition permet une mise en parallèle de leur travail et l’instauration d’un dialogue à travers les époques, ce qui permet d’engager, de façon ludique, une réflexion sur la Grande Guerre, mais aussi sur les guerres.

Un siècle sépare certains dessins de presse et pourtant de nombreux points communs les relient, les thématiques répertoriées sont en effet dramatiquement présentes dans chaque conflit : les femmes et les enfants dans la guerre, les armes chimiques, les exactions…

Ce phénomène de récurrence sert de fil conducteur à l’exposition et démontre que comprendre la guerre de 1914, c’est aussi comprendre les nombreux conflits qui ont éclaté en l’espace d’un siècle.

Les partenaires

  • Une exposition organisée par la Fondation partenariale de l’Université de Limoges (Chaire d’excellence Gestion du conflit et de l’après-conflit) et l’Université de Limoges.
  • Une exposition présentée au Centre international de la caricature, du dessin de presse et d’humour de Saint-Just-le-Martel, centre le plus important en Europe consacré à la caricature, au dessin satirique, au dessin d’humour. Il accueille un salon annuel, des expositions pour tous publics, des colloques, des rencontres, des animations. http://www.st-just-humour.fr
  • Une exposition proposée par l’association Cartooning for Peace, réseau international de dessinateurs de presse créé en 2006 à l’initiative de deux personnalités, Kofi Annan et Plantu. Les dessinateurs se sont engagés par le biais de la création de l’association à promouvoir une meilleure compréhension et un respect mutuel entre les populations de différentes cultures ou croyances, et l’association utilise le dessin de presse comme moyen d’expression d’un langage universel. Elle favorise les échanges sur la liberté d’expression ainsi que la reconnaissance du travail journalistique des dessinateurs de presse. http://www.cartooningforpeace.org
  • Une exposition qui s’inscrit dans le cadre des commémorations de la Première Guerre mondiale, labellisée par la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale, groupement d’intérêt public créé en 2012 et chargé de mettre en œuvre le programme commémoratif du centenaire de la Première Guerre mondiale. A ce titre, il mène une action pédagogique et culturelle spécifique visant à valoriser les initiatives publiques et privées. http://centenaire.org/fr
  • Une exposition soutenue par la Fondation Varenne, partenaire de la Chaire d’excellence Gestion du conflit et de l’après-conflit. La Fondation Varenne, reconnue d’utilité publique depuis 1988, œuvre à la promotion et au soutien de la presse et de la communication auprès des professionnels du journalisme, des milieux scolaires, des chercheurs, dans la continuité d’Alexandre Varenne, avocat, journaliste et homme politique majeur de l’histoire du XXème siècle. http://www.fondationvarenne.com

Centre international de la caricature, du dessin de presse et d’humour de Saint-Just-le-Martel, 7, route du Château-d’Eau, 87 590, Saint-Just-le-Martel. Ouverture du centre du lundi au vendredi : 9h-12h / 14h-17h30.

Contacts : Centre international de la caricature, du dessin de presse et d’humour de Saint-Just-le-Martel : 05 55 09 26 70 ; salon.humour@wanadoo.fr et Chaire d’excellence Gestion du conflit et de l’après-conflit : 05 55 14 92 34 ; chaire-gcac@unilim.fr

Murs rebelles, Iconographie nationaliste contestataire : Corse, Pays Basque, Irlande du Nord

Murs rebelles

Murs rebelles, Iconographie nationaliste contestataire : Corse, Pays Basque, Irlande du Nord

Xavier Crettiez et Pierre Piazza

Compte-rendu d’ouvrage, Pascal Plas et Hélène Castagné

Il existe plusieurs façons de s’interroger sur les périodes post-conflictuelles. Cet ouvrage en donne un exemple éclatant. Le conflit terminé, quelles qu’aient été ses formes, il laisse des traces qui peuvent à tout moment réémerger, quelques fois de manière originale. Il en est ainsi dans les espaces à fortes revendications autonomistes et/ou régionalistes, ce que montre bien l’ouvrage Murs rebelles, Iconographie nationaliste contestataire : Corse, Pays Basque, Irlande du Nord, sous la direction de Xavier Crettiez et Pierre Piazza, Paris, Ed. Karthala, 2014, 179 p..

Ce beau livre très riche d’illustrations photographiques particulièrement bien mises en valeur résulte d’une exposition photographique initiale et de travaux d’auteurs spécialisés en sciences politiques. Les traces graphiques très diverses (graffitis, dessins, pochoirs, inscriptions, tags, etc.) photographiées à partir de différents supports (murs, maisons, haies, panneaux, rues, etc.) et présentées ici, quoique se rapportant à des conflits spécifiques (tensions séparatistes et communautaires), conduisent à réaffirmer la nécessité de relever et archiver ce patrimoine singulier. Constitué de slogans et de graphes bariolés, de sigles mystérieux, de représentations quelques fois très sophistiquées, il est loin d’être négligeable et a beaucoup à nous apprendre. Une fois scientificisé (typologisation, thématisation et analyse), on peut opérer une véritable approche par les sciences sociales de ce qui a longtemps été considéré comme un « objet frivole ou mineur », approche propre à produire de multiples études tant ces iconographies murales nous parlent des mémoires des conflits et de leurs réactivations permanentes.

La Creuse pendant la Seconde guerre mondiale, Figures et moments

La Creuse

La Creuse pendant la Seconde guerre mondiale, Figures et moments

René Castille, Guy Avizou, Christophe Moreigne et Pascal Plas

Compte-rendu d’ouvrage, Hélène Castagné

René Castille, Guy Avizou, Christophe Moreigne et Pascal Plas sont les auteurs d’un ouvrage consacré au destin de la Creuse de l’été 1939 à la victoire de 1945 et notamment à celui de ses habitants (La Creuse pendant la Seconde guerre mondiale, Figures et moments, Limoges, Editions Le Puy Fraud, 2012, 304 pages, librairies, 20€). Cet ouvrage n’a pas vocation à être exhaustif, mais à présenter des « figures et moments » de la Creuse pendant les années noires, dont l’étude permet d’aborder des thèmes variés comme la politique et la société, les mentalités et l’économie, la culture et la vie quotidienne, ou encore la résistance et les persécutions.

Cette série de textes est pour partie tirée d’un manuscrit de René Castille, alors qu’il était président de l’Association pour la Recherche et la Sauvegarde de la Vérité Historique sur la Résistance en Creuse (ARSVHRC) ; chercheur émérite, il a laissé une œuvre fruit de dizaines d’années de recherches, travail qu’il n’a pu mener à terme et qui ne pouvait pas être publié en l’état. Guy Avizou, Christophe Moreigne et Pascal Plas ont choisi de lui rendre hommage en reprenant son manuscrit et en le complétant. L’ouvrage est donc composé d’études et d’archives de René mais également de travaux originaux proposés par le groupe d’historiens qui cherchent à ordonner le tout sans pour autant vouloir en combler les lacunes.

Cet ouvrage original, en raison de son parti pris, met l’accent sur la vie quotidienne de la Creuse entre 1940 et 1944, en particulier sur les conséquences de la guerre comme les hausses des prix ou les pénuries. Les auteurs proposent également une très riche collection de biographies des figures de la Résistance dans la Creuse, comme celle d’Alfred Bourdet, instituteur, spécialiste des postes radio ou encore celle du professeur Bernard Desplas, chirurgien et dirigeant d’un important réseau de renseignement. Des témoignages inédits comme celui de Jacques-Henry, préfet du département apportent un regard neuf sur les campagnes d’un département de la zone non occupée.

L’ouvrage dispose en outre d’un cahier photographique riche et de qualité mettant à la disposition des lecteurs des photos peu vues jusque là, issues de collections privées (collections Marchadier et Ladant), en particulier ce cliché des officiers de la Kriegsmarine capturés par les FFI à Bourganeuf le 26 juin 1944.

Un livre à la charnière de l’exigence scientifique et d’un récit pour le grand public, exercice réussi d’une synthèse pas toujours évidente.