Archives par mot-clé : Brazzaville

Coma bleu au Bauturm Theater, festival Africologne, Cologne – 18 juin 2015

Syvie Dyclo-PomosSyvie Dyclo-Pomos va présenter Coma bleu à Cologne au Bauturm Theater le 18 juin 2015 lors du festival Africologne, festival du théâtre africain, en Allemagne.

La Chaire d’excellence Gestion du conflit et de l’après-conflit revient sur son travail par une interview réalisée par Hélène Castagné le 4 mai 2015.

Sylvie Dyclo-Pomos

Comédienne, dramaturge, metteuse en scène, Sylvie Dyclo-Pomos est née à Brazzaville, en République du Congo où elle réside toujours. Elle s’intéresse au théâtre et à l’écriture dès son jeune âge car, bien avant le lycée, elle assiste à une multitude de spectacles de théâtre en compagnie de sa mère qui est comédienne au Théâtre National Congolais. Nourrie par des études de Lettres Modernes à l’Université Marien Ngouabi de Brazzaville, ses prédispositions d’auteure, de comédienne et de metteuse en scène se confirment peu à peu. En 2004, avec son collègue Ludovic Louppé, elle crée la compagnie LUDO-SYLVIE au sein de laquelle elle assure la direction artistique, signe des adaptations et des mises en scène. Ses textes sont aussi montés par d’autres metteurs en scène. Elle obtient une bourse d’encouragement à l’écriture du ministère de la Culture et de la Communication (France) en 2006 pour La Folie de Janus, publié par CulturesFrance, et présenté en lecture à Avignon en 2007. Ce texte est ensuite monté par la compagnie Mabel Octobre et joué au Théâtre Confluences à Paris en 2009. En 2010, la réalisatrice Annette Kouamba lui consacre un documentaire autour de deux de ses textes La Folie de Janus et Les Griots du boss.

En 2013, lors d’une première résidence d’écriture à la Maison des auteurs du festival des Francophonies en Limousin, elle écrit Coma bleu, qui est mis en lecture à Avignon dans la foulée et est enregistré par France Culture dans son programme Voix d’Afrique. Cette pièce jouée pour la première fois au festival Mantsina à Brazzaville.

Sylvie Dyclo-Pomos vient en France depuis 2003, pour jouer des spectacles ou en résidence d’écriture. Pour elle, il est fondamental de parler et surtout de se souvenir, « il faut inonder le monde de l’art ». Très croyante, elle écrit toujours contre l’injustice. En plus de ses propres pièces, elle met aussi en scène des pièces de Sony Labou Tansi.

Son nom ne « sonne » pas congolais, il ne s’agit pas d’un pseudonyme mais bien d’un nom de famille, dont elle ignore l’origine. Son père, qui est décédé quand elle était au lycée, lui avait dit : « si je t’ai donné ce nom, c’est pour que tu ne restes pas dans l’anonymat ».

Chaire GCAC : Qu’avez-vous voulu dire à travers La Folie de Janus (2005), traitant de l’affaire des disparus du Beach ?

 « La Folie de Janus a été publiée par CulturesFrance dans un ouvrage collectif en 2007.

L’action de l’œuvre se déroule durant la guerre civile de 1998 du Congo, qui oppose l’armée régulière et les partisans d’une milice d’un opposant au pouvoir. L’armée régulière pourchasse cette milice, qui s’enfuie en forêt. Le personnage principal, Zatou, quitte Brazzaville, se réfugie dans la forêt du Pool, puis dans un camp du Haut Commissariat pour les Réfugiés en République Démocratique du Congo. Suite à l’appel de son gouvernement quelques mois plus tard, il accoste en mai 1999 avec ses congénères au Beach de Brazzaville. Il se remémore ses années en forêt et les exactions dont a été victime sa famille. Mais les rapatriés sont « triés » : les hommes sont mis de côté et tués, ils sont brûlés, mis dans des sacs ou des containers jetés dans le fleuve. C’est un massacre de masse où 353 personnes disparaissent ou perdent la vie.

Afin d’écrire ce texte, j’ai recueilli les témoignages de nombreuses personnes, par exemple, le témoignage d’un colonel ayant vu son fils se faire tuer, actuellement en exil en France, et qui préside l’Association des disparus du Beach.

Cette affaire a connu un simulacre de procès, à l’issue duquel tous les accusés ont été acquittés. »

Chaire GCAC : Comment avez-vous conçu Coma bleu (2014), œuvre qui vient d’être représentée en Limousin ?

« Le 4 mars 2012, une série d’explosions retentit à Brazzaville. Un dépôt d’armes, entre autres, saute dans le quartier Mpila dans le sixième arrondissement Talangaï, rasant littéralement l’ensemble du bâti urbain dans un rayon de plus de 500 mètres. L’explosion fut d’une telle violence qu’elle fut ressentie jusqu’à Kinshasa en RDC voisine. En plus des dégâts matériels, on dénombre près de 300 victimes, des milliers de mutilés et 15 à 20 000 sans-abris.

Ce jour-là, j’ai probablement échappé à la mort, car je devais traverser le quartier pour aller faire baptiser mon fils, mais il a retardé le taxi. En le changeant, j’ai entendu trois fortes explosions, un son incroyable. Mon fils s’est mis à trembler de terreur. Encore aujourd’hui, il a très peur des détonations, des feux d’artifice. Un décret au Congo a interdit la commercialisation des pistolets et pétards pour les enfants. Toutefois, ils arrivent parfois à s’en procurer, et l’explosion d’un simple pétard terrorise un village entier, marqué à vie par ces souvenirs traumatiques.

Une enquête a été ouverte, plus de 20 militaires ont été arrêtés et jugés au cours d’un simulacre de procès qui s’est terminé le 9 septembre 2013, procès à l’issue duquel il y eut des peines de travaux forcés, de réclusion, mais aussi de nombreux acquittements. Le « passage de la justice » ne s’est pas fait sans mal et pose toujours problème. Aujourd’hui, le quartier est en voie de reconstruction, mais la douleur demeure chez les proches des victimes.

À l’heure actuelle, aucune certitude n’existe sur ce qui s’est réellement passé : en effet, la piste d’un attentat n’est pas à négliger dans la mesure où ce matin-là, le Président devait passer dans ce camp.

Le lendemain des explosions, je me suis rendue sur place et j’ai pris des photos, alors que s’élevait une épaisse fumée et que tous les foyers n’étaient pas encore éteints.

Coma bleu est un monologue qui porte au théâtre l’histoire réelle de cette explosion tragique qui a effacé de la carte tout un quartier. Je donne la parole à une femme de 60 ans, personnage inspiré de ma propre mère, qui, après l’explosion, commence par chercher la dépouille de son fils pour lui rendre une sépulture décente. En effet, dans la culture bantoue, il est très important de pouvoir se recueillir devant la tombe des disparus, et il n’est pas concevable qu’un être humain puisse mourir sans sépulture. Même lorsque l’un d’entre eux meurt à l’étranger, on rapatrie le corps. Ainsi, lorsque leurs proches qui cherchent à traverser la méditerranée disparaissent en mer, le désarroi des parents et des familles est immense. Il est donc fondamental pour l’héroïne de Coma bleu de retrouver au moins une partie du corps de son fils, ne serait-ce pour commencer un travail de deuil. Cette femme décide ensuite au nom de toutes les victimes de porter plainte contre l’État pour assassinat. Un matin elle reçoit une convocation : « Plainte irrecevable. Trahison et offense à la République. L’État vous traduira en justice ». Coma bleu nous plonge dans le quotidien de cette femme qui risquera sa vie pour que justice soit rendue.

J’ai écrit cette œuvre lors d’une résidence d’écriture en 2013 à la Maison des auteurs des Francophonies en Limousin ; elle a été lue au festival d’Avignon avant d’être montée au Congo. »

Chaire GCAC : Quels sont vos projets à venir ?

« Actuellement, je suis à nouveau, en résidence d’écriture à la Maison des auteurs des Francophonies en Limousin jusqu’en juin 2015, et je compose une nouvelle pièce, intitulée Le Verso Recto. L’action se déroule dans un cimetière, où deux personnes mortes, un homme et une femme, sortent de leur tombe pour parler. Ainsi, toutes les générations de morts se connaissent. Ils se mettent à comploter contre les vivants, ils veulent agir, notamment contre ceux qui les ont envoyés au cimetière…

La 12ème édition du festival congolais Mantsina sur scène, présidé par Dieudonné Niangouna, artiste associé au festival d’Avignon en 2013, se tiendra du 10 au 30 décembre 2015 à Brazzaville et sera dédiée à l’écrivain Sony Labou Tansi pour marquer le vingtième anniversaire de sa disparition. Ce festival ne bénéficie d’aucune subvention du ministère de la Culture congolais, ni de la mairie. Les fonds pour le mettre en place viennent de l’étranger, de partenariats avec les Instituts français (IF Congo, IF de Paris). Il est également financé par certaines entreprises. »


Crédit photo : Abdon Koumbha

Semaine de la langue française et de la Francophonie

Corrélativement à la Journée internationale de la Francophonie et à la Semaine de la langue française et de la Francophonie, Les Francophonies en Limousin organisent les Rencontres Littéraires « Nouvelles Zébrures » du mercredi 18 mars au vendredi 27 mars 2015.

On retiendra dans le programme très riche de cette dixième édition la pièce de Sylvie Dyclo-Pomos Coma bleu présentée à Brive le lundi 23 mars à 20h30 à la Cité scolaire d’Arsonval. L’auteur conduit avant la lecture de Coma bleu des ateliers d’écriture avec l’association Solidar’elles, qui feront l’objet d’une mise en espace par le Bottom Théâtre.

Comédienne, dramaturge, metteuse en scène, Sylvie Dyclo-Pomos est née à Brazzaville, en République du Congo où elle réside toujours. Elle s’intéresse au théâtre et à l’écriture dès son jeune âge car, bien avant le lycée, elle assiste à une multitude de spectacles de théâtre en compagnie de sa mère qui est comédienne au Théâtre National Congolais. Nourrie par des études de Lettres Modernes à l’Université Marien Ngouabi de Brazzaville, ses prédispositions d’auteure, de comédienne et de metteuse en scène se confirment peu à peu. En 2004, avec son collègue Ludovic Louppé, elle crée la compagnie LUDO-SYLVIE au sein de laquelle elle assure la direction artistique, signe des adaptations et des mises en scène. Ses textes sont aussi montés par d’autres metteurs en scène. Elle obtient une bourse d’encouragement à l’écriture du ministère de la Culture et de la Communication (France) en 2006 pour La Folie de Janus, publié par CulturesFrance, et présenté en lecture à Avignon en 2007. Ce texte est ensuite monté par la compagnie Mabel Octobre et présenté au Théâtre Confluences à Paris en 2009. En 2010, la réalisatrice Annette Kouamba lui consacre un documentaire autour de deux de ses textes La Folie de Janus et Les Griots du boss.

En 2013, lors d’une première résidence d’écriture à la Maison des auteurs du festival des Francophonies, elle écrit Coma bleu, qui sera mis en lecture à Avignon dans la foulée et enregistré par France Culture dans son programme Voix d’Afrique. Cette pièce sera créée au festival Mantsina à Brazzaville.

Coma bleu

Le 4 mars 2012, une série d’explosions retentit à Brazzaville. Un dépôt d’armes entre autres saute dans le quartier Mpila dans le sixième arrondissement Talangaï, rasant littéralement l’ensemble du bâti urbain dans un rayon de plus de 500 mètres. L’explosion fut d’une telle violence qu’elle fut ressentie jusqu’à Kinshasa en RDC voisine. En plus des dégâts matériels, on dénombre près de 300 victimes, des milliers de mutilés et 15 à 20 000 sans-abris.

Quoique ces explosions n’aient rien à voir avec une guerre civile ni même un attentat, elles traduisent d’importants dysfonctionnements organisationnels d’un pays extrêmement militarisé, disposant de casernes et de dépôts de munitions au coeur du milieu urbain.

Une enquête a été ouverte, plus de 20 militaires ont été arrêtés et jugés au cours d’un procès qui s’est terminé le 9 septembre 2013, procès à l’issue duquel il y eut des peines de travaux forcés, de réclusion, mais aussi de nombreux acquittements. Le « passage de la justice » ne se fit pas sans mal et pose toujours problème. Aujourd’hui, le quartier est en voie de reconstruction, mais la douleur demeure chez les proches des victimes.

Coma bleu est un monologue qui porte au théâtre l’histoire réelle de cette explosion tragique qui a effacé de la carte tout un quartier. Ce texte donne la parole à une femme de 60 ans qui, après l’explosion, décide au nom de toutes les victimes, de porter plainte contre l’État pour assassinat. Un matin elle reçoit une convocation : « Plainte irrecevable. Trahison et offense à la République. L’État vous traduira en justice ». Coma bleu nous plonge dans le quotidien de cette femme qui risquera sa vie pour que justice soit rendue.

Extrait de Coma bleu

« Suzanne n’a pas retrouvé le corps de son fils. Son fils nouvellement recrue, logé dans le camp régiment blindé. Suzanne est une femme bantoue. Les bantous ont la tradition de cultes aux morts. Se recueillir devant la tombe d’un proche c’est ancré dans les us et coutumes du bantou. Suzanne a procédé à une fouille méthodique, ruelle par ruelle, au cas où les projectiles auraient propulsé si loin le corps de son fils. Retrouver ne fut-ce qu’un pied, une tête, une main, un orteil… Elle commence sa fouille à mille deux cents mètres de l’épicentre : rue Bouzala, rue Campement, rue Kintélé, rue Balloys, rue Konda, rue Bordeaux, rue Mpouya, rue Dolisie, rue Mossaka, rue Sainte-Anne bis, rue Sainte-Anne, rue Mouila, avenue des Trois Martyrs, rue Moundjombo, rue Ngabé, rue Mayama, rue Gamboma, rue Franceville, rue Dongou, rue Bangangoulou, Lycée de la Révolution, rue Champs de tirs, Collège Gampo Olilou, rue Mvouti, rue Mbokos, rue des Martyrs, dépôt, Sans fil, camp régiment blindé, l’épicentre des explosions. RIEN… Aucune trace de son fils sous les décombres… RIEN. Deuxième choc pour Suzanne. Résignée, elle a pris le sable noir dans le camp, en se disant que le feu a consumé son enfant sur ce sable, elle a mis le sable dans une bouteille qu’elle a placée dans sa chambre. Elle a érigé un autel, a placé la bouteille au centre, chaque matin, elle se recueillait devant l’autel. Six mois après, ses nerfs n’ont pas résisté, elle a grossit le nombre de fous dans les rues de la capitale. Troisième choc pour Suzanne. L’absence de sépulture. Le bantou n’a pas la culture d’incinérer les morts… »

Sylvie Dyclo-Pomos sera accueillie en résidence d’écriture à Limoges en mai et juin 2015. Nous aurons l’occasion de découvrir son travail et la vie au Congo Brazzaville lors d’une rencontre organisée par la Chaire d’excellence Gestion du conflit et de l’après-conflit.

Cliquez ici pour accéder au programme complet de la 10ème édition de Nouvelles Zébrures