Archives de catégorie : Billets

WEB-OBSERVATOIRE JPIT N°7, Janvier 2017

  • Ouvrages

 

Mots clés : Génocide, Rwanda

  • AUDOIN-ROUZEAU Stéphane, Une initiation. Rwanda (1994-2016), Le Seuil, Paris, 19 janvier 2017, 176 p.

Lien : https://www.amazon.fr/Une-initiation-St%C3%A9phane-Audoin-Rouzeau/dp/2021308510/ref=sr_1_11?ie=UTF8&qid=1485938141&sr=8-11&keywords=Genocide

 MAISON Rafaëlle, Pouvoir et génocide, Dans l’oeuvre du Tribunal pénal international pour le Rwanda, Dalloz, Paris, janvier 2017, 164 p.

Lien : http://www.lgdj.fr/themes/droit-15/droit-penal-procedure-penale-1516/droit-penal-international-151680/pouvoir-et-genocide-9782247159635.html

 

Mots clés : Processus judiciaire, Cour pénale internationale

 COUVEINHES MATSUMOTO Florian, NOLLEZ-GOLDBACH Raphaëlle, Les motifs non-juridiques des jugements internationaux, Actes de la 1ère journée de droit international de l’ENS, Pedone, Paris, 15 décembre 2016, 199 p.

Lien : http://pedone.info/livre/les-motifs-non-juridiques-des-jugements-internationaux/

 

Mots clés : Compétence, droit international pénal

 FERNANDEZ Stéphanie, Essai sur la distribution des compétences en droit pénal international, Institut Universitaire Varenne, Paris, décembre 2016, 504 p.

Lien : http://www.lgdj.fr/themes/droit-15/droit-penal-procedure-penale-1516/droit-penal-international-151680/essai-sur-la-distribution-des-competences-en-droit-penal-international-9782370320919.html

 

Mots clés : Justice pénale internationale, légitimité

 HAYASHI Nobuo, BAILLIET Cecilia (dir.), The Legitimacy of International Criminal Tribunals, Cambridge University Press, Cambridge, 19 janvier 2017, 524 p.

Lien : http://www.cambridge.org/fr/academic/subjects/law/public-international-law/legitimacy-international-criminal-tribunals?format=HB&isbn=9781107146174

 

Mots clés : Droit de la guerre, Droits de l’homme, sécurité internationale

  • Institut des Hautes Études Internationales, Grandes pages du droit international. La guerre et la paix, Pedone, Paris, 15 janvier 2017, 292 p.

Lien : http://pedone.info/livre/grandes-pages-du-droit-international-2/

 

Mots clés : Complémentarité, CPI, Afrique

  • IMOEDEMHE Ovo Catherine, The Complementarity Regime of the International Criminal Court. National Implementation in Africa, Springer, Berlin, janvier 2017, 229 p.

Lien : http://www.springer.com/fr/book/9783319467795

 

Mots clés : Relations internationales, Droit international pénal, Droit humanitaire

  • KLAMBERG Mark, Power and Law in International Society: International Relations as the Sociology of International Law, Routledge, Oxford, 13 janvier 2017, 16 p.

Lien : https://www.routledge.com/Power-and-Law-in-International-Society-International-Relations-as-the/Klamberg/p/book/9781138701953

 

Mots clés : Conflits armés, droit de la guerre

 CLODFELTER Michael, Warfare and Armed Conflicts: A Statistical Encyclopedia of Casualty and Other Figures, 1492-2015, McFarland & Co Inc, McFarland, 30 janvier 2017, 277 p.

Lien : http://www.mcfarlandbooks.com/book-2.php?id=978-0-7864-7470-7

 COULIBALY Tandjama Adama, La sécurité de l’action humanitaire en période de conflit armé: Essai de compréhension, Éditions universitaire européennes, 9 janvier 2017, 148 p.

Lien : https://www.editions-ue.com/catalog/details//store/fr/book/978-3-639-65087-7/la-s%C3%A9curit%C3%A9-de-l-action-humanitaire-en-p%C3%A9riode-de-conflit-arm%C3%A9

  • DUFRAISSE Marc, Histoire Du Droit de Guerre Et de Paix de 1789 à 1815, Forgotten Books, Londres, 17 janvier 2017, 568 p.

Lien : https://www.amazon.fr/Histoire-Droit-Guerre-Classic-Reprint/dp/0243052650/ref=sr_1_27?ie=UTF8&qid=1485943507&sr=8-27&keywords=Droit+de+la+guerre

  • MARTINEAU Jean-Luc, Introduction à la prévention des conflits internationaux, L’Harmattan, Paris, 1er janvier 2017, 216 p.

Lien : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&isbn=978-2-343-10612-0

  • ONOS ONOH Anthony Joseph, The Islamic Legal Standing on Suicide Missions in an Armed Conflict: Among Muslims and Non-Muslims and in an Armed Conflict among Muslims: an Appraisal, LAP LAMBERT Academic Publishing, 3 janvier 2017, 60 p.

Lien : https://www.amazon.fr/Islamic-Standing-Suicide-Missions-Conflict/dp/3330027576/ref=sr_1_27?ie=UTF8&qid=1485942968&sr=8-27&keywords=Armed+conflict

 RUBENSTEIN Richard E., Resolving Structural Conflicts: How Violent Systems can be Transformed, Routledge, Oxford, 17 janvier 2017, 160 p.

Lien  https://www.amazon.fr/Resolving-Structural-Conflicts-Violent-Transformed/dp/1138956333/ref=sr_1_2?ie=UTF8&qid=1485942817&sr=8-2&keywords=Armed+conflict

 

Mots clés : Coopération pénale internationale et européenne.

  • ROUSSEL Gildas, ROUX-DEMARE François-Xavier (dir.), L’européanisation de la justice pénale, Actes du colloque organisé le 16 octobre 2015 par le Centre de recherche en droit privé de l’Université de Bretagne occidentale, Cujas, Paris, janvier 2017, 180 p.

Lien : http://www.lgdj.fr/themes/droit-15/droit-penal-procedure-penale-1516/droit-penal-international-151680/l-europeanisation-de-la-justice-penale-9782254174041.html

Mot clé : Justice transitionnelle

  • ABDULLAHI Abdurahman, Recovering the Somali State: The Role of Islam, Islamism and Transitional Justice, Adonis & Abbey Publishers, Londres, 3 janvier 2017, 278 p.

Lien : https://www.amazon.fr/Recovering-Somali-State-Islamism-Transitional/dp/1909112623/ref=sr_1_32?ie=UTF8&qid=1485939054&sr=8-32&keywords=Transitional+justice

  • CORRADETTI Claudio, EISIKOVITS, Theorizing Transitional Justice, Routledge, Oxford, 11 janvier 2017, 276 p.

Lien : https://www.amazon.fr/Theorizing-Transitional-Justice-Claudio-Corradetti/dp/1138637610/ref=sr_1_33?ie=UTF8&qid=1485939054&sr=8-33&keywords=Transitional+justice

  • DAMSA Liviu, The Transformation of Property Regimes and Transitional Justice in Central Eastern Europe: In Search of a Theory,  Springer, Berlin, 9 janvier 2017, 311 p.

Lien : http://www.springer.com/us/book/9783319485287

  • EVANS Jessica, Restorative and Transitional Justice: Perspectives, Progress and Considerations for the Future, Nova Science Publishers, New York, 1er janvier 2017, 242 p.

Lien : https://www.novapublishers.com/catalog/product_info.php?products_id=60547&osCsid=

  • JEFFERY Renee, Transitional Justice in Practice: Conflict, Justice, and Reconciliation in the Solomon Islands, Palgrave Macmillan, Londres, 7 janvier 2017, 274 p.

Lien : http://www.palgrave.com/us/book/9781137596949

  • POUT Christian-Edmond, Comprendre la justice transitionnelle, Éditions du Cygne, Paris, 2 janvier 2017, 176 p.

Lien : http://www.editionsducygne.com/editions-du-cygne-coprendre-justice-transitionnelle.html

  • SRIRAM Chandra Lekha (dir.), Transitional Justice in the Middle East and North Africa, C Hurst & Co Publishers, Londres, 5 janvier 2017, 320 p.

Lien : http://www.hurstpublishers.com/book/transitional-justice-in-the-middle-east-and-north-africa/

 

Mot clé : Procès équitable

  • VRIEND Koen, Avoiding a Full Criminal Trial : Fair Trial Rights, Diversions and Shortcuts in Dutch and International Criminal Proceedings, Springer, Berlin, 17 janvier 2017, 287 p.

Lien : http://www.springer.com/la/book/9789462651524

 

Mots clés : Histoire, Crimes de guerre, procès de Tokyo

  • WILSON Sandra, CRIBB Robert, TREFALT Beatrice, ASZKIELOWICZ, Japanese War Criminals: The Politics of Justice After the Second World War, Colombia University Press, New York, 31 janvier 2017, 440 p.

Lien : https://cup.columbia.edu/book/japanese-war-criminals/9780231179225

 

  • Articles

 

Mots clés : Enfants soldats

 – Blog Droit international, « La réinsertion des enfants soldats au Moyen-Orient », Droit international. Le Blog d’information sur le droit international, [En ligne], 29 janvier 2017.

Lien : http://droitinternational.ek.la/

 

Mot clé : Génocide

 

  • Blog Droit international, « Génocide arménien : la Turquie se retire du programme Europe créative de l’UE », Droit international. Le Blog d’information sur le droit international, [En ligne], 17 janvier 2017.

Lien : http://droitinternational.ek.la/

 

  • Blog Droit international, « Génocide des Tutsis : l’église présente ses excuses  », Droit international. Le Blog d’information sur le droit international, [En ligne], 15 janvier 2017.

Lien : http://droitinternational.ek.la/

 

  • Blog Droit international, « Les Herreros accusent l’Allemagne de génocide », Droit international. Le Blog d’information sur le droit international, [En ligne], 13 janvier 2017.

Lien : http://droitinternational.ek.la/

 

Mots clés : Crimes de guerre, TPIY

 Blog Droit international, « L’ancien Premier ministre kosovar Ramush Haradinaj arrêté en France », Droit international. Le Blog d’information sur le droit international, [En ligne], 5 janvier 2017.

Lien : http://droitinternational.ek.la/recent/2

 

Mots clés : Tribunaux internationaux, impact du droit international

 CARRUBBA Clifford J., GABEL Matthew, « International Courts : A Theorical Assessment », Annual Review of Political Science, 20, 11 janvier 2017.

Lien : http://www.annualreviews.org/doi/abs/10.1146/annurev-polisci-051215-022917

 

Mots clés : Crimes internationaux, Définition, Crime d’agression

 BEDDA Joël, « Le crime d’agression : Une nouvelle pierre apportée à un édifice encore en construction », Chroniques internationales collaboratives, 26 janvier 2017.

Lien : https://chroniquesinternationalescolla.wordpress.com/

 

  • CHRISTENSEN Mikkel Jarle, « Crafting and Promoting International Crimes: A Controversy among Professionals of Core-Crimes and Anti-Corruption », SSRN, 9 janvier 2017.

Lien : https://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=2896188

 

Mots clés : Cour pénale internationale

  • COTTE Bruno, « La Cour pénale internationale. L’expérience d’un magistrat français », La Revue des droits de l’homme [En ligne], 11 | 2017.

Lien : https://revdh.revues.org/2776

 

  • KOUNDY Maman Aminou A., « L’abandon des charges dans l’affaire relative à la situation au Kenya : affaiblissement ou opportunité pour la Cour Pénale Internationale », La Revue des droits de l’homme[En ligne], 11 | 2017.

Lien : https://revdh.revues.org/2783

 

Mots clés : Tribunal spécial pour la Sierra Leone, Exécution des peines, droit à la vie familiale

  • DMAMULIRA MUJUZI Jamil, « War Criminals Transferred to Serve their Sentences in Foreign Countries and their Right to Family Life: A Comment on the Residual Special Court for Sierra Leone’s Decision in Charles Ghankay Taylor’s Motion for Termination of Enforcement of Sentence in the United Kingdom and for Transfer to Rwanda », The Law & Pratice of International Courts and Tribunals, Vol. 15, n° 3, pp. 419-444.

Lien : http://booksandjournals.brillonline.com/content/journals/10.1163/15718034-12341332

 

Mots clés : Droits de l’homme, Comité des droits de l’homme

  • GROSBON Sophie, « Entretien avec Olivier de Frouville, Professeur de droit international public à l’Université Panthéon-Assas, Membre du Comité des droits de l’Homme des Nations Unies », La Revue des droits de l’homme[En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 16 janvier 2017.

Lien : https://revdh.revues.org/2949

 

Mots clés : Statut de Rome, Ratification, Retrait

  • HUIKURI Salla, « Empty promises: Indonesia’s non-ratification of the Rome Statute of the International Criminal Court », The Pacific Review, Vol. 30, n° 1, 2017, pp. 74-92.

Lien : http://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/09512748.2016.1145725

  • – KOENDERS Bert, « CPI, pendant ce temps… », Droit international. Le Blog d’information sur le droit international, [En ligne], 19 janvier 2017.

Lien : http://droitinternational.ek.la/

 

Mots clés : Cour pénale internationale, Paix

 KRZAN Bartlomiej, « International Criminal Court Facing the Peace vs. Justice Dilemma », ScienceDirect, 9 janvier 2017.

Lien : http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2351667416300336

 

Mots clés : Terrorisme, Crime international

  • [de la] RASILLA del MORAL Ignacio, « An International Terrorism Court in nucein the Age of International Adjudication », SSRN, 27 janvier 2017.

Lien : https://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=2906550

 

Mots clés : Droit international humanitaire

  • IBAÑEZ RIVAS Juana María, « Le droit international humanitaire au sein de la jurisprudence de la Cour interaméricaine des droits de l’Homme  », La Revue des droits de l’homme[En ligne], 11 | 2017.

Lien : https://revdh.revues.org/2799

  • SEATZU Francesco, « Revitalizing the international legal protection of humanitarian aid workers in armed conflict», Revue des droits de l’homme, n° 11, 2017.

Lien : http://revdh.revues.org/2759

 

Mots clés : Tribunal spécial pour le Liban, Responsabilité des personnes morales

  • VENTURA Manuel J., « The Prosecution of Corporations Before a Hybrid International Criminal Tribunal: The New TV and Akhbar Beirut Contempt Jurisdiction Decisions of the Special Tribunal for Lebanon », SSRN, 24 janvier 2017.

Lien : https://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=2904984

 

Mots clés : Responsabilité du supérieur hiérarchique, droits de l’homme

 WALSH Patrick, BERRY Joshua F., « Expanding Command Responsibility Beyond War: The Application of the Doctrine of Command Responsibility to Human Rights Law », SSRN, 18 janvier 2017.

Lien : https://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=2901512$

 

Mots clés : Coopération, justice pénale internationale

 WECKEL Philippe, « L’insuffisante coopération des États à la justice pénale internationale », Sentinelle droit international [En ligne], 8 janvier 2017.

Lien : http://www.sentinelle-droit-international.fr/?q=content/linsuffisante-coop%C3%A9ration-des-etats-%C3%A0-la-justice-p%C3%A9nale-internationale

 

  • Notes de cours, syllabus, proposition d’ouvrages

 

Mots clés : Droit international pénal

 JON HELLER Kevin, « A Genealogy of International Criminal Law », janvier 2017, 12 p.

Lien : chrome-extension://gbkeegbaiigmenfmjfclcdgdpimamgkj/views/app.html

 

 

  • Thèse

 

Mots clés : Légitimité, Justice pénale internationale, Procès équitable

 BURKE Martin J., «  The Legitimacy of Global Governance : Institutional Power and Human Rights Bias in International Criminal Justice », Thèse CUNY Academic Works, 2 janvier 2017.

Lien : http://academicworks.cuny.edu/gc_etds/1777/?utm_source=academicworks.cuny.edu%2Fgc_etds%2F1777&utm_medium=PDF&utm_campaign=PDFCoverPages

 

Mots clés : Peine, Cour pénale internationale

 FLYNN Colin J., « Sentencing at the International Criminal Court : A Practice in Search of a Rationale », Thèse, Université de Leicester, 3 janvier 2017.

Lien : https://lra.le.ac.uk/handle/2381/39136

 

 

 

Commentaire sur le jugement du 14 juin 2016 du Tribunal de grande instance de Paris

Alain Soral condamné pour apologie de crimes de guerre et contre l’humanité, commentaire sur le jugement du 14 juin 2016 du Tribunal de grande instance de Paris

 

Daniel Kuri,  Maître de Conférences en Droit Privé, O.M.I.J., Université de Limoges,              EA 3177

 

On notera sans réelle  surprise qu’Alain Soral a été condamné le 14 juin 2016 par le Tribunal de grande instance de Paris à six mois de prison avec sursis  « pour apologie de crimes de guerre et contre l’humanité » pour des affirmations visant les époux Klarsfeld[1].

Soral avait en effet posté, en mai 2015, sur sa page Facebook un extrait d’article de presse  sur l’ordre allemand du Mérite dont avaient été décorés les chasseurs de criminels nazis Serge et Beate Klarsfeld.  Au-dessus de l’extrait de cet article, un commentaire attribué à A. Soral énonçait « Voilà ce qui arrive quand on ne finit pas le boulot ! ». Ces  propos avaient suscité immédiatement un grand émoi dans l’opinion publique. Le message avait ensuite été supprimé mais, à la suite de la plainte des époux Klarsfeld, une procédure judiciaire  avait été engagée à l’encontre d’A. Soral.

Ainsi, en condamnant A. Soral,  le Tribunal de Paris considère qu’il y indiscutablement dans ces assertions –  très révélatrices d’une approbation de la politique d’extermination des juifs menée par le Troisième Reich – une apologie de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité.

Nous voudrions faire plusieurs observations sur cette décision.

– On peut tout d’abord remarquer que le jugement du TGI de Paris n’est pas vraiment surprenant. Il s’inscrit dans la continuité d’un autre jugement rendu par le même TGI de Paris le 12 mai 2015[2].

Soral avait, en effet, déjà été condamné par le TGI de Paris le 12 mai 2015 pour injures publiques à caractère racial pour une photo le montrant en train de faire le geste de la « quenelle »[3] devant le Mémorial de l’Holocauste à Berlin.

Certes, la condamnation avait été prononcée pour injures publiques à caractère racial.

Mais, comme nous l’avions relevé[4], on pouvait se demander, au vu des motifs[5] du jugement, si le TGI de Paris, sous couvert d’une condamnation pour « injure à caractère  racial », n’avait pas de fait sanctionné A. Soral pour une apologie implicite  du Troisième Reich et de ses crimes symbolisés ici par le geste de « la quenelle » qui ressemble étrangement à un salut nazi inversé.

Ainsi, après avoir « flirté » avec ce  délit, A. Soral se trouve condamné de ce chef.

Avec cette condamnation, A. Soral rejoint le triste tableau du déshonneur des personnes condamnées pour cette infraction dont on ne souligne pas assez l’insigne, l’extrême gravité.

Il y figure au côté du Norvégien K. Vikernes[6] et de Dieudonné[7]qui furent  également poursuivis et condamnés en application  de cette incrimination.

–  Outre ce premier constat, on  observera également qu’en condamnant A. Soral à six mois de prison avec sursis le tribunal est allé au-delà des réquisitions du parquet[8].

Il s’agit néanmoins  d’une sanction « platonique ».  La condamnation assortie d’un sursis est en effet limitée dans ses conséquences juridiques puisqu’il s’agit d’une peine surtout virtuelle[9].

Nous avouons une nouvelle fois notre insatisfaction devant le prononcé d’une peine aussi modeste  eu égard à l’importance des valeurs sociales transgressées.

Pour éviter ceci, il est nécessaire que les juges  renforcent la répression de l’apologie  de crimes  contre l’humanité par le prononcé de peines de prison ferme.

Comme pouvait, de plus,  le souligner récemment un haut magistrat « Un juge n’est pas là   pour faire la morale, pas plus à un homme politique qu’à un autre justiciable. En revanche, dans son, appréciation de la sanction, le juge peut prendre en compte l’exemplarité de la peine »[10].

Le Tribunal aurait, de ce point de vue, pu également se montrer plus sévère à l’encontre d’A. Soral.

Au-delà du cas d’A. Soral, on notera que la fréquentation des prétoires ne réussit guère à ceux qui ont été condamnés pour des faits et actes consistant à créer la polémique autour de l’Holocauste.

Ainsi, la Cour d’appel de Paris a débouté, le 19 janvier 2017, J.-M. Le Pen qui poursuivait en diffamation A. Montebourg pour avoir affirmé que le président d’honneur du FN avait « fait l’éloge de la Gestapo »[11]. La Cour a  ainsi confirmé le jugement de première instance[12], qui avait estimé, chose rarissime, que ceci  était vrai. Autrement dit, la Cour a admis l’application de l’exception de vérité[13].

Par ailleurs, Dieudonné   a été à  nouveau condamné par le Tribunal correctionnel de Paris, le 10 mai 2016, à deux mois de prison avec sursis et 10.000 euros d’amende, pour des paroles antisémites tenus  dans son « spectacle » La Bête immonde. Le Tribunal l’a déclaré coupable d’injure raciale et provocation à la haine. Dans ce pseudo-spectacle, l’ancien humoriste, déguisé en détenu de Guantanamo,  discourait sur le rôle qu’il attribue aux juifs dans la traite négrière  et ironisait sur la Shoah[14]. Par ailleurs, le même Dieudonné vient d’être condamné par la Cour d’appel de Liège (Belgique), le  20 janvier 2017, à deux mois de prison ferme et 9.000 euros d’amende  pour incitation à la haine, tenue de propos antisémites et discriminatoires, diffusion d’idées à caractère raciste, « négationniste » et « révisionniste »[15]. Cette condamnation – qui confirme la décision de première instance des juges belges – intervient  à la suite d’un « spectacle » organisé par Dieudonné, en mars 2012, dans la région de Liège.

Enfin, le  TGI de paris, le 25 janvier 2017, vient de condamner le sinistre Henry de Lesquen à 16.000 euros d’amende pour « provocation à la haine et contestation de crime contre l’humanité »[16].  Ce dernier,  candidat d’extrême droite à l’élection présidentielle et  par ailleurs président controversé de Radio Courtoisie, avait en effet écrit dans deux tweets, fin avril 2016, « Je suis émerveillé de la longévité des‘‘ rescapés de la Shoah’’, morts à plus de 90 ans. Ont- ils vécu les horreurs qu’ils ont racontées ? » et  avait raillé la « plantureuse Simone Veil qui va bien à 88 ans »[17]. Lors de l’audience de plaidoirie du 9 décembre 2016 le patron de Radio Courtoisie avait estimé   qu’il s’était simplement « interrogé sur certains témoignages » et qu’il ne remettait pas en cause l’existence des camps de concentration.  À la présidente du Tribunal  qui lui avait ensuite demandé « Pourquoi alors avoir utilisé des guillemets pour parler des ‘‘rescapés de la Shoah’’ ? N’est-ce pas une manière de mettre en doute ces événements ? »,  H. de Lesquen avait répondu « Si j’avais eu plus de 140 signes à ma disposition, je serais rentré dans les détails […] »[18]. On ne peut qu’approuver les juges parisiens d’avoir vu dans  ces  affirmations  plus qu’ambigües sur la réalité de l’Holocauste – et des explications  aussi confuses – une contestation de crime contre l’humanité, d’autant plus que ces propos  émanaient  d’une personne défendant le négationnisme[19].

 

Nous aurons donc certainement l’occasion de revenir sur ces questions qui, malgré l’écoulement du temps, restent d’une étonnante actualité ; certains profitant manifestement du temps qui passe pour réécrire l’Histoire[20].

[1] Dépêche AFP, 15 juin 2016.

[2] Voir à ce propos notre commentaire, « Quand la répression pour injures à caractère racial vient compléter la répression de l’apologie  de crimes contre l’humanité – Le cas Soral », site http://jupit.hypotheses.org/ (Gestion juridique-Publications), article mis en ligne en juin 2015.

[3] Le geste de la « quenelle » a été  popularisé par Dieudonné comme un signe anti système semblable à un bras d’honneur. Le geste lui-même (bras gauche tendu vers le bas et main droite posée sur l’épaule gauche), ressemble à un salut nazi inversé. On rappellera à propos de ce salut  très controversé que le TGI de Paris, le 12 février 2014, avait déjà ordonné à Dieudonné de retirer deux passages de la vidéo « 2014 sera l’année de la quenelle » diffusée sur le site You Tube. Le Tribunal  avait alors estimé que le premier passage constituait  une contestation de crime contre l’humanité et le second une provocation à la haine raciale.

Par ailleurs, le TGI de Paris, le 13 mai 2016, a débouté Dieudonné de son action en diffamation contre A. Jacubowicz, président de la Licra, qui avait qualifié le geste de la quenelle de  « salut nazi inversé signifiant la sodomisation des victimes de la Shoah », dépêche AFP, 13 mai 2016. Dieudonné vient de se désister de l’appel qu’il avait formé contre ce jugement, dépêche AFP, 19 janvier 2017. Le désistement de Dieudonné rend ainsi définitif le jugement rendu en première instance.

[4] Art. cit., (n. 2).

[5] Ainsi, selon le Tribunal, la photographie en cause « ne peut être perçue que comme une injure visant la communauté juive dans un de ses lieux les plus symboliques et les plus sacrés ».

[6] TGI de Paris, 8 juillet 2014, dépêche AFP, 8 juillet 2014, Le Populaire du Centre, 9 juillet 2014, p. 4.  Selon le Tribunal, les écrits de K. Vikernes traduisent « l’expression d’une idéologie radicalement contraire aux valeurs universelles des droits de l’Homme et de la civilisation ». K. Vikernes a été également condamné par la même juridiction à verser un euro de dommages et intérêts à deux associations antiracistes, la LICRA  et SOS Racisme, ainsi que 1500 euros à chacune des associations au titre des frais irrépétibles. Pour la présentation et la genèse de cette affaire, voir notre article, « L’apologie de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité, un délit à la mode ? », site http://jupit.hypotheses.org/ (Gestion juridique-Publications).

[7] Contrairement à ses dires habituels négationnistes (voir sur ces affaires, « Les séquelles de la Deuxième Guerre mondiale dans les balances de la Justice », I, A, site http://fondation.unilim.fr/chaire-gcac/ ), Dieudonné  a paradoxalement reconnu l’existence des chambres à gaz à l’occasion de ses propos contre le journaliste P. Cohen. Dieudonné avait en effet déclaré lors de son pseudo-spectacle « Le Mur », en novembre 2013 : « Quand je l’entends parler, Patrick Cohen, je me dis, tu vois, les chambres à gaz…Dommage ». Le TGI de Paris, le 19 mars 2015, avait condamné avec une grande fermeté ces propos inqualifiables pour « incitation et provocation à la haine raciale » mais comme nous l’avons déjà souligné, sous ce motif, le Tribunal avait de fait sanctionné Dieudonné pour une apologie implicite de crimes contre l’humanité. Ces mêmes paroles avaient d’ailleurs déclenché le processus d’interdiction du spectacle « Le Mur ». Voir sur ces questions notre article « La question de l’apologie  de crimes contre l’humanité  (suite de la suite…) – Le cas Dieudonné », site http://fondation.unilim.fr/chaire-gcac/. S’agissant des modalités pratiques de l’interdiction du spectacle « Le Mur », le CE a validé la circulaire du ministre de l’intérieur du 6 janvier 2014 portant sur « la lutte contre le racisme et l’antisémitisme – manifestations et réunions publiques – spectacles  de M. M’Bala M’Bala » : CE, 9 novembre  2015, note X. Bioy, « Affaire Dieudonné : l’unisson franco-européen », AJDA, 2015, n° 44, p. 2512.

Malgré tout, signe de l’extrême confusion intellectuelle de Dieudonné sur le Troisième Reich, sa politique d’extermination des Juifs d’Europe et plus spécialement la question des chambres à gaz, celui-ci a été récemment condamné pour  apologie  et contestation de crimes contre l’humanité ! Ainsi, le TGI de Paris le 4 mars 2015 a interdit l’exploitation commerciale du DVD du spectacle le « Mur » pour, notamment, ces motifs, cf. notre article précité.

[8] Dépêche AFP, 15 juin 2016.

[9] En effet, le sursis ne peut être révoqué, dans le délai d’épreuve de 5 ans (article 132-35 du Code pénal),   que par une peine de prison ferme (article 132-35 précité). Or, les peines sans sursis sont rarement prononcées en la matière. A contrario, si une nouvelle condamnation comporte le bénéfice du sursis, elle n’entraîne  pas la révocation  du sursis (voire des sursis). Il peut alors se produire ce que l’on appelle « l’empilement des sursis ». La menace pénale perd alors beaucoup de sa force dissuasive.

[10] X. Ronsin, président de la Cour d’appel de Rennes, propos recueillis par  J.-B. Jacquin, Le Monde, 4 août 2016, p. 10.

[11] Dépêche AFP, 19 janvier 2017.

[12] TGI de Paris, 12 avril 2016, dépêche AFP, 12 avril 2016.

[13] E. Dreyer (Panorama, « Droit de la presse, janvier 2015 – décembre 2015 », D. 2016, n° 5, p. 283) a récemment souligné que « ce fait justificatif reste d’application exceptionnelle. […], et que la jurisprudence se montre exigeante ». A cet égard, il signale un arrêt récent de la  chambre criminelle (Cass. crim., 3 mars 2015, n° 13-88.063) rappelant, au visa de l’article 35 de la loi du 29 juillet 1881 que pour produire un effet absolutoire « la preuve de la vérité diffamatoires doit être parfaite, complète et corrélative aux imputations diffamatoires dans toute leur matérialité et leur portée ». En l’espèce, la cour casse  d’ailleurs un arrêt de la CA de Lyon (9 octobre 2013) en estimant que ces conditions rigoureuses de l’exceptio veritatis n’étaient pas remplies. Ainsi, en l’état actuel de la jurisprudence, la question de l’admission de l’exception de vérité demeure controversée.

Cependant, compte tenu de l’état actuel de la jurisprudence de la Cour de cassation, J.-M. Le Pen fera sans doute un pourvoi en cassation contre  cet  arrêt. Nous aurons donc l’occasion de revenir sur cette affaire.

[14] Dépêche AFP, 10 mai 2016 repris par Le Monde, 12 mai 2016, p. 10.

[15] Dépêche AFP, 20 janvier 2017.

[16] Dépêche AFP, 25 janvier 2017  Le MRAP avait d’ailleurs porté plainte contre H. de Lesquen.

[17] Ibid.

[18]http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/12/07/01016-20161207ARTFIG00016-le-patron-de-radio-courtoisie-juge-pour-injure-raciale-et-contestation-de-crime-contre-l-humanite.php

[19]Pour une présentation d’H. de Lesquen, voir O. Faye et A. Piquard,  Le Monde, 3 juillet 2016, p. 8.  Le « programme » de ce candidat est ouvertement raciste  et révisionniste : défense d’un « racisme républicain », lutte contre la « musique nègre », ou contre la « religion de la Choah » [sic], etc. L’homme s’est aussi affiché au banquet du journal antisémite Rivarol, le 9 mai 2016, durant lequel il a chaudement applaudi le négationniste R. Faurisson parlant d’Auschwitz comme d’un « camp des familles ».

[20] Mes remerciements à A. Kuri pour son attentive relecture.

Un ancien gardien du camp d’Auschwitz condamné en Allemagne pour complicité de crimes contre l’humanité, commentaire sur le jugement du Tribunal de Detmold du 17 juin 2016

Daniel Kuri, Maître de conférences en droit privé et sciences criminelles,
OMIJ, EA 3177, Université de Limoges

Nous avons abordé récemment, dans ces colonnes, la question de l’Allemagne face au nazisme[1].
À cette occasion,  nous avions évoqué le cas de Reinhold Hanning, ancien officier SS et gardien du camp d’Auschwitz, poursuivi par le parquet de Dortmund pour « complicité » dans l’extermination d’au moins 170.000 personnes entre janvier 1943 et juin 1944[2]. Son « travail », rappelons-le,  consistait à surveiller l’arrivée des convois et la sélection des déportés « aptes au travail » Comme le soulignait C. Lanzmann dans Shoah, cela signifiait que les déportés qui n’étaient pas « aptes au travail » étaient immédiatement gazés[3].

Le parquet, comme dans les affaires Demjanjuk[4] et Gröning[5], ne reprochait à Reinhold Hanning aucun geste criminel précis mais l’accusait d’avoir été un des « rouages » de l’extermination. Mais, à la différence de ces précédents procès, l’accusation ne se limitait pas aux meurtres dans les chambres à gaz mais englobait les exécutions sommaires et « l’extermination par les conditions de vie »[6].

Reinhold Hanning, âgé de 94 ans, a été condamné par le Tribunal de Detmold,  le 17 juin 2016, à cinq ans de prison pour complicité dans l’assassinat d’au moins 170.000 personnes[7]. Ce dernier a, en effet, été reconnu coupable d’avoir facilité les massacres commis dans le plus grand camp d’extermination du Troisième Reich[8].

Ainsi, le Tribunal confirme les solutions déjà dégagées par les juges dans les affaires Demjanjuk[9] et Gröning[10].

Cette évolution récente de la jurisprudence allemande, concernant les  personnes ayant travaillé dans les camps d’extermination, admettant qu’il ne soit plus nécessaire de prouver une  participation active aux  faits reprochés, permet bien évidemment une répression accrue de tous ceux qui ont eu des fonctions dans les camps de la mort[11].

Reinhold Hanning  – qui s’est peu exprimé pendant le procès  – n’a pris la parole qu’à la fin du mois d’avril, pour demander pardon aux victimes. Il a alors  dit qu’il regrettait d’avoir fait partie d’une « organisation criminelle » qui avait tué tant de personnes et causé tant de souffrances[12].

Outre la condamnation de  Reinhold Hanning, on peut également ajouter que, depuis notre article, un autre ancien gardien d’Auschwitz, âgé de 93 ans, vient de mourir avant son procès qui devait commencer le 13 avril 2016 devant le Tribunal d’Hanau[13] (Hesse). Ernst Tremmel, qui avait 19 ans à l’époque des faits qui lui sont reprochés, devait être jugé par un  tribunal des mineurs[14] pour avoir, entre le 1er novembre 1942 et le 25 juin 1943, pris part, en tant que membre de l’unité SS « Totenkopf » (Tête de mort), à la surveillance de trois transports de déportés en provenance de Berlin, de Drancy et de Westerbork (Pays-Bas).

Enfin, on rappellera que plusieurs procès concernant des personnes soupçonnées d’avoir participé aux crimes du Troisième Reich ont été programmés en 2016.

Ainsi, Hubert Zafke, ancien infirmier du camp d’Auschwitz, âgé de 95 ans, a été considéré par la justice allemande, le 1er décembre 2015, comme capable de comparaître devant un tribunal, bien que ces facultés physiques et cognitives soient très amoindries[15]. Le procès de ce dernier devait se tenir à partir du 29 février 2016, devant le Tribunal de Neubrandebourg (Mecklembourg-Poméranie-Occidentale), mais il est pour le moment reporté en raison de l’état de santé de l’accusé[16]. Hubert Zafke, en poste lorsqu’est arrivé le convoi d’Anne Frank, devra répondre de « complicité » dans l’extermination d’au moins 3.681 hommes, femmes et enfants juifs gazés dès leur arrivée à Auschwitz entre le 15 août et le 14 septembre 1944[17].

Enfin, le 21 septembre 2015, une ancienne télégraphiste du même camp d’Auschwitz, âgée de  91 ans, vient d’être renvoyée par l’Office central  allemand chargé d’enquêter sur les crimes nazis devant la justice des mineurs[18] allemande pour « complicité » dans l’extermination d’au moins 260.000 juifs en 1944[19].

Nous reviendrons, le moment venu, sur chacune de ces affaires.

On observera, pour conclure, que toutes les affaires que nous avons évoquées concernent ce camp emblématique du génocide  des juifs d’Europe[20] qu’est Auschwitz. À ce sujet, on peut rappeler que sur les 6500 SS de ce  camp qui ont survécu à la guerre, moins de 50 ont été condamnés[21]. Comme pouvait le déclarer Chistoph Heubner – vice-président  du Comité International Auschwitz – lors du procès de  Reinhold Hanning, avec ces ultimes procès, il s’agit de rattraper « les manquements de la justice allemande »[22].

La justice allemande a donc le double défi de rattraper ses fautes  mais également d’apprécier la responsabilité de personnes très jeunes au moment des faits qui leur sont reprochés et très âgées aujourd’hui, à l’heure de leur jugement.

De ce point de vue, il est regrettable – comme on l’a souvent souligné – que ces procès n’aient pas eu lieu plus tôt. Cependant, il faut également reconnaitre que ces procès marquent de façon presque symbolique, la dernière possibilité pour la justice humaine de juger des personnes suspectées d’avoir participé à la destruction des juifs d’Europe. La justice allemande a donc la lourde responsabilité de  juger les personnes soupçonnées  d’avoir commis ou d’avoir été complices  des crimes les plus graves avant que les faits, dans leur brutalité, n’appartiennent définitivement à l’Histoire.

Est-ce encore possible ? N’est-ce pas trop tard ?

En tout cas, le travail des juges, en la matière, sera un art délicat.

[1] D. Kuri, « L’Allemagne finit de juger  le nazisme », site http://fondation.unilim.fr/chaire-gcac/

[2] Dépêche AFP, 11 février 2016. Une quarantaine de parties civiles sont présentes au procès, venues de Hongrie des Etats-Unis, du Canada, de Grande-Bretagne ou d’Allemagne.

[3] C. Lanzmann ajoutait que ces déportés gazés « […] n’avaient jamais connu Auschwitz ».

[4] Dans l’affaire Demjanjuk, le parquet avait soutenu l’analyse selon laquelle ceux qui surveillaient les camps d’extermination sont coupables au même titre que ceux qui faisaient fonctionner les chambres à gaz. Confirmant cette thèse,  le Tribunal de Munich (Bavière), le 12 mai 2011, avait condamné John Demjanjuk, ancien gardien du camp de Sobibor (Pologne), à 5 ans de prison pour participation au meurtre de 27.900 juifs. Ce jugement est considéré  comme  la décision marquant l’évolution sensible de la jurisprudence allemande vers une plus grande sévérité à l’égard des criminels par abstention.

[5] Dans l’affaire Gröning, le parquet avait une position identique à celle du parquet de Munich dans l’affaire Demjanjuk.  À l’instar du Tribunal de Munich le 12 mai 2011 – s’agissant de John  Demjanjuk – le Tribunal de Lünebourg (Basse-Saxe), confirmant l’analyse du parquet, avait condamné, le 15 juillet 2015, Oskar Gröning, surnommé « le comptable d’Auschwitz », à 4 ans de prison  pour avoir,  de 1942 à 1944, participé aux massacres de 300.000 juifs à Auschwitz (Pologne), en travaillant sur « la rampe de sélection ». Ainsi, à l’occasion de cette affaire, un tribunal allemand avait  une nouvelle fois approuvé  la thèse répressive du parquet.

[6] Dépêche AFP, 11 février 2016.

[7] Ce procès, commencé le 11 février 2016, a duré quatre mois parce que les audiences étaient limitées à deux heures par jour, en raison de l’âge de l’accusé.

[8] Site http://www.lemonde.fr/international/article/2016/06/17/un-ancien-garde-du-camp-d-auschwitz-condamne-a-5-ans-de-prison_4952858_3210.html, Le Monde, 19-20 juin 2016, p. 4.

[9] Tribunal de Munich (Bavière), le 12 mai 2011, cf. supra, note n° 4.

[10] Tribunal de Lünebourg (Basse-Saxe), le 15 juillet 2015, cf. supra, note n° 5.

[11] On se souvient, en effet, que lors du procès de Francfort, connu aussi sous le nom de second procès d’Auschwitz, constitué d’une série de jugements rendus par la justice ouest-allemande entre le 20 décembre 1963 et le 19 août 1965, Willi Schatz, dentiste à Auschwitz, avait été acquitté et relaxé. Dans ce procès,  furent jugés des personnes impliquées dans le fonctionnement du camp de concentration d’Auschwitz (les principaux responsables de ce camp avaient été condamnés lors du premier  procès d’Auschwitz en 1947).

Cette évolution jurisprudentielle spécifique, concernant les  personnes ayant travaillé dans les camps d’extermination, ne doit cependant pas faire oublier que le droit allemand est singulièrement exigeant en matière probatoire puisque la Cour constitutionnelle de Karlsruhe exige, en principe, « une preuve quasi absolue » pour établir la culpabilité d’une personne. On regardera également dans le même sens, au stade de l’instruction, le Tribunal régional de Cologne, le 9 décembre 2014, dans l’affaire de l’ancien mitrailleur d’Oradour-sur-Glane, qui a refusé, au bénéfice du doute en faveur du mis en examen, d’ouvrir un procès contre l’ancien SS, voir notre article, « L’Allemagne finit de juger  le nazisme », III, site http://fondation.unilim.fr/chaire-gcac/

[12] On peut à cet égard rappeler  que, lors de son procès, Oskar Gröning avait reconnu,  une « faute morale » et avait présenté à plusieurs reprises ses excuses aux familles des victimes, Le Monde, 17 juillet 2015, p. 5.

[13] Dépêche AFP, 8 avril 2016.

[14] Ce renvoi  devant la justice des mineurs s’explique par le fait que la minorité allait jusqu’à 23 ans en droit allemand au moment de la commission des faits. En l’espèce la personne suspectée avait 19 ans en 1942.

[15] La décision a été prise, « en appel », par une juridiction équivalente à une chambre de l’instruction, dépêche AFP, 2 décembre 2015.

[16] Dépêche AFP, 14 mars 2016. Le procès avait été ajourné une première fois le 29 février, en raison de l’état de santé d’Hubert Zafke. Il est reporté une deuxième fois le 14 mars 2016. Un médecin a examiné l’accusé peu avant l’audience et l’a de nouveau déclaré incapable de comparaître devant le Tribunal de Neubrandebourg.

[17] Dépêche AFP, 19 janvier 2016.

[18] En l’espèce la personne suspectée avait 19 ans en 1944.  À propos de la compétence de la justice des mineurs, cf. supra, note n° 14.

[19] Dépêche AFP, 22 septembre 2015.

[20] Voir en ce sens R. Hilberg,  The destruction of the European Jews, Yale University Press, 1961, ouvrage révisé en 1985 par l’auteur, New York, Holmes and Meier, 1985, éd. française, Gallimard, 1985 ; nouvelle éd. augmentée et définitive, Gallimard, 2006.

[21] Dépêche AFP, 11 février 2016.

[22] Ibid.

Web-observatoire JPIT du 6 juillet 2016

Web-observatoire JPIT du 6 juillet 2016

 

Justice pénale internationale

 Après avoir été condamnée à 20 ans d’emprisonnement pour atteinte à l’autorité et à la sûreté de l’État, Simone Gbagbo se retrouve à présent seule devant la justice, comme l’annonce le quotidien Le Monde. Cette fois, elle est poursuivie pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre. Ce second procès divise les opinions, sa crédibilité étant remise en cause, notamment par des ONG, parties civiles, qui se retirent du procès. Le refus du gouvernement ivoirien de transférer l’affaire à la CPI en fait un procès jugé politique. C’est d’ailleurs sur ces fondements que Simone Gbagbo entend axer sa défense en constituant une plainte pour diffamation à l’encontre de la partie civile. Elle n’a pas hésité à se prononcer dès le début des audiences pour nier les faits et plaider non coupable, comme le rapporte le journal Jeune Afrique.

Après de nombreux mois de jugement, l’ancien président du Tchad, Hissène Habré a été condamné à la perpétuité le 30 mai 2016 à Dakar par les Chambres africaines extraordinaires. Ce procès est historique puisqu’il concrétise pour la première fois la volonté de lutter contre l’impunité des crimes les plus graves sur le territoire africain.

Cependant, ce procès a donné lieu à de nombreuses frustrations comme le note RFI. Les victimes et les populations civiles déplorent le traitement de l’affaire. En effet, il s’agit, selon eux, du procès d’un homme et non du  « système Habré » ce qui provoque une certaine déception. La fin de ce procès engendre la clôture de ces chambres, ce qui partage l’opinion.

À la CPI, les juges internationaux sont appelés par l’ONG Human Rights Watch à étudier le cas palestinien en attente depuis le 25 juin 2015. Précisions et analyses à retrouver sur le site de France Info. Par ailleurs, le 8 juin 2016, le site du quotidien La Croix annonce que l’ONU est en passe de saisir la CPI concernant un dossier de violations graves des droits humains en Erythrée.

L’ONU est au cœur d’une autre affaire, qui a débuté en avril 2015 lorsque le Guardian livre des informations sur des violences sexuelles commises par des soldats français mais également des Casques bleus. La source de cette révélation émane d’Andreas Kompass, directeur des opérations de terrain du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme à la suite de la découverte d’un « rapport officiel top secret ». Ce dernier a démissionné le 8 juin 2016 « face à l’inaction de l’ONU et des États pour juger les responsables », comme l’annonce le site de RFI. L’affaire est très médiatisée et le site du journal Le Monde propose quantité d’articles sur ces « scandales à répétition ».

Pour revenir à la CPI, cette dernière a annoncé les dates d’ouverture des procès de deux cas africains particulièrement médiatisés. Le premier concerne l’affaire Al Mahdi et la destruction des biens historiques et religieux de la ville de Tombouctou, une première pour la Cour. Le second se rapporte au cas de l’ougandais Dominic Ongwen, accusé de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, dont le contexte est rappelé par un article datant de 2015 disponible sur le site du journal Le Monde.

Pour connaître les dates mais également pour faire le point sur la procédure de ces affaires, le site de la CPI est consultable en ligne.

Sur ce site, est aussi annoncée la « fin » (sauf en cas d’appel) de l’affaire Bemba, puisque la peine a été prononcée le 21 juin 2016. Enfin, la liste des membres s’agrandit avec l’intégration d’un nouvel État partie au Statut de Rome, El Salvador, toujours d’après le site de la Cour.

Le procès des rwandais accusés de crimes contre l’humanité et de génocide devant la Cour d’assises de Paris connaît un fort retentissement médiatique suite aux témoignages des rescapés du massacre de l’église de Kabarondo, à retrouver sur le site de Libération. Pour faire le point sur cette affaire et en suivre l’actualité, on consultera le site du Collectif des parties civiles du Rwanda.

Justice transitionnelle

Le président ivoirien Alassane Ouattara a nommé un comité d’experts chargé de proposer un projet de Constitution comme titre le site de Jeune Afrique. Dans ce comité, on retrouve le professeur et doyen de la faculté d’Abidjan Francisco Meledje, qui est également un correspondant de l’IiRCO en Afrique.

Mémoire

La question de la reconnaissance du génocide des Arméniens est revenue au cœur du débat international avec la résolution prise le 2 juin 2016 par le Bundestag allemand. Celui-ci décide de reconnaître l’existence de ce passage sombre de l’Histoire et il évoque également « le rôle déplorable du Reich allemand » comme le cite le quotidien Libération.

Cette décision a ravivé les tensions diplomatiques entre les États ayant reconnu le génocide et la Turquie.

En Arménie, la burundaise Marguerite Barankiste, présente dans la capitale arménienne pour l’occasion, a reçu des mains de Georges Clooney le prix Aurora. Il s’agit de la première édition d’une récompense fondée par trois descendants de rescapés du génocide des Arméniens.

De la représentation et de la mémoire, il en est encore question mais cette fois-ci concernant le cas du Tchad et du procès d’Hissène Habré. En effet, de nombreux artistes tchadiens, dont certains réfugiés en France, proposent des œuvres axées sur le sujet. Mahamat-Saleh Haroun, cinéaste tchadien, a réalisé le documentaire Une tragédie tchadienne et le chanteur Kaar Kaas Sonn une chanson, La Piscine.

Enfin, on évoquera la visite du Président américain Barack Obama à Hiroshima aux côtés du Premier ministre japonais Shinzo Abe pour rendre hommage aux victimes de la bombe nucléaire qui a frappé la ville en 1945. Il s’agit d’une démarche historique du Président américain, comme le note un article de l’Huffington Post sur son site.

Pascal Plas, Directeur de l’IiRCO

Guernica sur les murs de Crocq

Un nouveau lieu de mémoire à Crocq (Creuse)

Hommage à Francisco Largo Caballero

Un chef de gouvernement espagnol républicain en exil

Guernica sur les murs de Crocq

LC 1

La Mairie de Crocq a inauguré le 26 avril 2016 l’installation dans l’espace public d’une reproduction de Guernica, l’œuvre de Pablo Picasso, dont elle a acheté les droits pour dix ans à la Fondation Picasso. Elle a obtenu un accord, après plusieurs mois de discussions avec la Fondation Picasso et le musée Reina Sofia qui abrite l’œuvre originale, l’autorisant à reproduire la célèbre peinture. Pour aider à financer ce projet, la commune a lancé une souscription publique qui a permis d’obtenir de nombreux dons « y compris de personnes ne venant pas du département » précise Jacques Longchambon, maire de Crocq dans la presse. La Fondation a donc envoyé une photographie en haute résolution qui a été reproduite par l’entreprise locale Katz Industrie et installée sur un mur de pierres à quelques pas de l’église.

La reproduction de cette œuvre de Pablo Picasso n’est pas installée ici par hasard. Le commanditaire de Guernica est le gouvernement de Francisco Largo Caballero. Cet ancien chef du gouvernement républicain espagnol a fui le franquisme et a vécu en exil à Crocq de février à novembre 1941 et c’est pour lui rendre hommage ainsi qu’aux combattants des Brigades internationales originaires de la commune qu’il a été décidé de cette initiative singulière.

LC 2

Francisco Largo Caballero, UGT et PSOE

LC 3Francisco Largo Caballero est né à Madrid le 15 octobre 1869. Il commence à travailler très tôt, dès l’âge de neuf ans, en tant que plâtrier spécialisé dans le stucage. Au début des années 1890, il rejoint l’UGT et le PSOE. En 1899, il est trésorier adjoint de l’UGT et au début du XXème siècle il devient conseiller municipal puis chef du groupe socialiste de la municipalité de Madrid. En 1908, il est vice-président de l’UGT et président de la Maison du peuple de Madrid. En 1910, il est élu député. Arrêté plusieurs fois en tant que syndicaliste ou/et socialiste, il est à nouveau élu député aux élections législatives de 1918, devenant alors secrétaire général de l’UGT. Il exerce des responsabilités dans les organisations internationales, à la Fédération syndicale mondiale à partir de 1919 et à l’Organisation international du travail où il collabore avec le secrétaire général français Albert Thomas.

Francisco Largo Caballero, ministre

Lorsque se met en place le premier gouvernement républicain à partir de 1931, il devient ministre du Travail et de la Prévoyance sociale en tant que secrétaire général de l’UGT et membre du Comité révolutionnaire formé en août 1930. Il met alors en œuvre une série de textes en lien avec ses nouvelles responsabilités ; en premier lieu la loi du 21 novembre 1931 règlementant les conditions de travail et les conventions collectives puis la loi 27 novembre 1931 instituant les Conseils de prud’hommes et le Conseil supérieur du travail (instance d’appel), en second lieu plusieurs décrets permettent d’élargir le champ de la sécurité sociale (retraite, maternité…) et ce tout en établissant le droit de grève et un congé payé de sept jours par an.

À l’issue des législatives de novembre 1933 remportées par la droite il bascule dans une opposition radicale, participant au mouvement insurrectionnel qui balaye le nord de l’Espagne du 5 au 19 octobre 1934. Il est arrêté et emprisonné puis jugé en novembre 1935 mais acquitté.

Francisco Largo Caballero, chef du gouvernement de la République espagnole

LC 4Après la constitution du Front populaire et le début de la guerre civile, alors que les troupes franquistes menacent Madrid, Francisco Largo Caballero prend la tête du gouvernement ainsi que le ministère de la Guerre. Pendant près de neuf mois, il arrive à maintenir l’autorité de l’État, la discipline de l’armée et à contenir les pressions extérieures. La situation toutefois ne cesse de se dégrader : Malaga tombe le 8 février aux mains des franquistes, le 26 avril la petite ville de Guernica est détruite, en mai se déroule l’importante bataille entre communistes et anarchistes à Barcelone. Francisco Largo Caballero démissionne le 17 mai et est remplacé par Juan Negrin. À la fin de 1938, il gagne Barcelone et quelques jours avant la chute de la ville le 26 juillet 1939, il part pour la France.

L’exil

Comme nombre de ses compatriotes dans le cadre de la Retirada – exil massif à la suite de la chute de Barcelone et la défaite républicaine en 1939 – Francisco Largo Caballero rallie la frontière française dans des conditions épouvantables. Mais son passeport diplomatique et son statut lui facilitent le passage et, en tant que réfugié politique il s’installe à Paris avec l’aide de la Fédération syndicale internationale.

Il repousse l’idée de s’exiler au Mexique alors que ses fils sont encore en Espagne, prisonnier de Franco. L’évolution de la guerre va toutefois le pousser à quitter la capitale ; l’entrée des Allemands à Paris et les menaces d’extradition qui pèsent sur lui le conduisent à se replier à Albi à l’été 1940. Il y est cependant arrêté par la police française et assigné en résidence dans différentes petites villes du Tarn. Les autorités de Vichy craignant qu’il n’organise le grand nombre de réfugiés espagnols qui sont dans ce département décide finalement de l’isoler en Creuse, à Crocq, petite ville tranquille et disposant d’une brigade de gendarmerie. Il y arrive le 19 janvier 1941 avec une de ses filles, ils sont logés au Central Hôtel et placés sous surveillance.

Procès en France et déportation

Sa sécurité n’est pas assurée pour autant. À la suite d’un procès général instruit par le Procureur de la Cour suprême de Justice de Madrid, une demande d’extradition est lancée contre lui par le gouvernement franquiste. Au mois d’octobre 1941, Largo Caballero est présenté au procureur du tribunal d’Aubusson avant d’être transféré à Limoges, siège de Cour d’appel et incarcéré à la Maison d’arrêt. Mais l’extradition est refusée et l’ancien chef de gouvernement est à nouveau assigné à résidence en Ardèche puis dans la Drome à Nyons. C’est là qu’il est arrêté par la Gestapo le 20 février 1943, conduit à Lyon où il fut probablement interrogé par Klaus Barbie puis à Paris et enfin à Berlin où, le 31 juillet 1943 il est interné au camp d’Orianenburg-Sachsenhausen. Il y restera jusqu’au 24 avril 1945, date à laquelle il est libéré par l’Armée Rouge. Il regagne alors Paris en septembre 1945. Son implication dans les débats agités sur l’avenir de l’Espagne au lendemain de la guerre est de courte durée car il meurt le 23 mars 1946. Son corps est exposé pendant trois jours au siège parisien de la SFIO et il est enterré au cimetière du Père Lachaise au pied du Mur des Fédérés en présence de près de vingt mille personnes. Son corps est rapatrié à Madrid en 1978. 

LC 5

Exposition

Ce « retour de mémoire » en Limousin d’une personnalité clef des Républicains espagnols est à mettre en lien avec une exposition qui se tient au même moment aux Archives départementales de la Haute-Vienne jusqu’au 27 mai 2016 ; elle est consacrée à « L’Œuvre réformatrice de la Seconde République espagnole, 1931/1939 », exposition présentée par l’Ateneo Republicano du Limousin et réalisée par David Garcia. Un ensemble très complet de plus d’une vingtaine de panneaux donne une leçon d’histoire particulièrement dense sur les enjeux et le contexte de la période. On lira aussi (sous réserve de quelques corrections) une petite brochure Francisco Largo Caballero : un chef de gouvernement espagnol à Crocq (2015, 42 p.), rédigée par Richard Bucaille, Christophe Moreigne, Monique Trevisan-Bucaille, Jeanne Virieux, et éditée par la Mairie de Crocq en partenariat avec l’Association pour la Sauvegarde du Vieux Crocq et de son Environnement.

L’interprétation stricte par la chambre criminelle de la Cour de cassation de l’apologie de crimes contre l’humanité, commentaire sur l’arrêt de la chambre criminelle du 15 décembre 2015

Daniel Kuri, Maître de conférences en droit privé et sciences criminelles, OMIJ, EA 3177, Université de Limoges

Telle est la conséquence de l’arrêt de la chambre criminelle de la Cour de cassation du 15 décembre 2015[1]. Dans cet arrêt curieusement passé inaperçu – alors que les faits de cette affaire avaient connu une certaine résonnance médiatique en leur temps – la Haute juridiction casse, sans renvoyer à une autre juridiction[2], l’arrêt rendu par la Cour d’appel d’Angers le 12 août 2014[3]. La chambre criminelle, sur le visa des articles 23 et 24 de la loi du 29 juillet 1881, considère en effet « qu’il résulte de ces textes que le délit d’apologie de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité n’est constitué que si les propos incriminés ont été ‘proférés’ au sens de l’article 23 de la loi sur la presse, c’est-à-dire tenus à haute voix dans des circonstances traduisant une volonté de les rendre publics ».

Rappelons que la Cour d’appel d’Angers, le 12 août 2014, avait condamné le député de Maine-et-Loire et maire de Cholet G. Bourdouleix à une amende de 3000 euros pour « apologie de crime contre l’humanité »[4]. Celui-ci, en effet, le 21 juillet 2013, lors d’une altercation avec des gens du voyage rassemblés sur un terrain agricole n’avait pas hésité à dire : « Comme quoi Hitler n’en a peut-être pas tué assez, hein ? »[5]. La Cour, pour déclarer cet élu coupable d’une apologie de crime contre l’humanité, avait retenu qu’il avait prononcé les propos incriminés « en s’exprimant publiquement et à voix suffisamment audible pour être enregistrée par une personne à laquelle […] sa phrase ne pouvait pas être précisément destinée […] ».

Nous nous étions alors félicités[6] de cette condamnation par la Cour d’appel d’Angers de propos aussi impensables de la part d’un parlementaire[7]. D’autant que la Cour d’appel avait un peu alourdi la peine indolore qui avait été prononcée par le TGI d’Angers le 23 janvier 2014[8]. En effet, le Tribunal correctionnel d’Angers, malgré des réquisitions sévères du parquet contre le prévenu[9], avait seulement infligé 3000 euros d’amende avec sursis à G. Bourdouleix pour de telles affirmations[10].

La condamnation à une amende sans sursis était sans doute déjà symbolique mais cette seule peine nous semblait et nous paraît toujours insuffisante au regard de la gravité des faits, sachant que l’intéressé a toujours continué à affirmer publiquement ne rien regretter. Comme nous l’avions déjà relevé à propos d’autres affaires similaires[11], la faiblesse des condamnations pénales prononcées à l’encontre des personnes coupables de ces infractions majeures était donc persistante.

Nous continuons à penser[12] que les peines prononcées au sujet de l’apologie de crimes contre l’humanité sont insuffisantes au regard de l’importance des valeurs fondamentales auxquelles il est porté atteinte. Ces valeurs ont d’ailleurs été remarquablement rappelées par le TGI de Paris dans son jugement du 8 juillet 2014 à l’occasion de l’affaire Vikernes[13] : il s’agit tout simplement des valeurs universelles des droits de l’Homme et de la civilisation[14].

En outre, il nous semblait que, compte tenu de l’exemplarité prétendue de la peine en droit pénal, la légèreté des sanctions dans ces affaires, y compris dans celle jugée par la Cour d’appel d’Angers, n’était pas de nature à sérieusement empêcher les propos ou écrits apologétiques.

Malgré la faiblesse de cette condamnation, G. Bourdouleix avait immédiatement fait un pourvoi en cassation contre l’arrêt de la Cour d’appel d’Angers[15]. Nous espérions alors que « la Cour de cassation, juge du droit, [saurait] rappeler à cette occasion les principes les plus fondamentaux de notre droit et la permanence des valeurs universelles des droits de l’Homme et de la civilisation à ceux qui veulent les détruire »[16].

Force est de constater que nos arguments n’ont pas été entendus car la Cour, non seulement n’a pas rejeté le pourvoi et confirmé de façon plus éclatante la décision de la Cour d’appel d’Angers, mais elle casse l’arrêt sans même renvoyer l’affaire devant une autre Cour d’appel.

Il est vrai que le pourvoi de G. Bourdouleix reprenait une jurisprudence très classique – dont on mesure néanmoins les limites – selon laquelle « l’apologie des crimes contre l’humanité ou des crimes de guerre ne constitue un délit que si elle a été commise dans le cadre d’un discours proféré, c’est-à-dire tenu à haute voix dans des circonstances traduisant une volonté de le rendre public ». En conséquence, les auteurs du pourvoi estimaient « qu’en se bornant, pour déclarer M. X… coupable d’une telle apologie, à retenir qu’il avait prononcé les propos incriminés ‘publiquement et à voix suffisamment audible pour être enregistrée par une personne à laquelle sa phrase ne pouvait pas être précisément destinée’ », la Cour d’appel s’était prononcée par « un motif impropre à caractériser, dans le chef de M. X…, une intention de rendre ces propos publics ». Ainsi, selon les demandeurs au pourvoi, la Cour avait violé notamment les articles 23 et 24 de la loi du 29 juillet 1881.

La Cour va casser très sèchement l’arrêt de Cour d’appel d’Angers pour violation des articles 23 et 24 de la loi du 29 juillet 1881. Dans une solution qui se veut très juridique la Cour considère en effet « qu’il résulte de ces textes que le délit d’apologie de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité n’est constitué que si les propos incriminés ont été ‘proférés’ au sens de l’article 23 de la loi sur la presse, c’est-à-dire tenus à haute voix dans des circonstances traduisant une volonté de les rendre publics ». La Cour va ainsi estimer « qu’en statuant par des motifs dont il se déduit que les propos ont été tenus par leur auteur dans des circonstances exclusives de toute volonté de les rendre publics, la Cour d’appel a méconnu les textes susvisés et le principe ci-dessus énoncé »[17]. La Cour d’appel est ici sanctionnée pour sa trop grande précision – et osons le dire pour son honnêteté rigoureuse dans la description des faits[18] – qui, selon les juges angevins, montrait que « le prévenu avait bien fait une telle apologie ».

En définitive, si les magistrats de la Cour d’appel d’Angers se sont peut-être montrés bienveillants pour admettre l’apologie, vu l’auteur des propos, en revanche, les magistrats de la chambre criminelle vont se révéler très exigeants, dans le cas d’espèce, et considérer que le délit d’apologie de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité n’est pas caractérisé. Mieux, la Cour va considérer que cette cassation « n’impliquant pas qu’il soit à nouveau statué sur le fond, elle aura lieu sans renvoi […] ».

Ainsi, la Cour a choisi en l’espèce la « cassation sans renvoi ». Nous voudrions juste à ce sujet souligner que la cassation sans renvoi peut être éclatante et brillante – nous en avons le souvenir dans l’affaire Hébras[19]– ou plutôt peu glorieuse pour mettre fin à une affaire, à la solution en définitive incertaine…

En effet, une Cour d’appel de renvoi, appliquant « les textes susvisés [articles 23 et 24 de la loi du 29 juillet 1981] et le principe ci-dessus énoncé [Le délit d’apologie n’est constitué que si les propos ont été « proférés » au sens de l’article 23.] », aurait pu aboutir à une solution différente de celle de la chambre criminelle, compte tenu des faits controversés de l’espèce.

Nous pensons également que la solution aurait été autre – et à juste titre d’ailleurs – si ces propos avaient concerné d’autres communautés.

Au-delà des stricts aspects juridiques de la question de l’apologie de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité, la chambre criminelle a également envoyé un bien mauvais signe à l’opinion publique en légitimant des propos aussi sidérants de la part d’un parlementaire.

La décision de la Cour permettra, enfin, aux esprits chagrins de brocarder les « juristes » en reprenant à leur propos cet adage traditionnel : « Ils filtrent le moucheron et laissent passer le chameau ».

L’affaire n’est cependant peut-être pas terminée et on se plaît à espérer qu’un recours puisse être possible devant la Cour européenne des droits de l’Homme[20].


[1] Cass. crim., 15 décembre 2015, n° 14-86. 132 (n° 5606 FS-P+B), Actualités, D. 2016, n° 2, p. 75. Panorama, E. Dreyer, « Droit de la presse, janvier 2015 – décembre 2015 », D. 2016, n° 5, p. 282.

[2] L’arrêt de cassation sans renvoi est, par ailleurs, coté P+B par la chambre criminelle. Ce qui signifie que la chambre entend donner une large diffusion à son arrêt par la publication de celui-ci à son bulletin mensuel ainsi qu’au bulletin d’information de la Cour de cassation.

[3] Voir notre commentaire de cet arrêt in « L’apologie de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité, un délit à la mode ? Suite…», site http://jupit.hypotheses.org/.

[4] Le Monde, 14 août 2014, p. 8.

[5] Ces paroles avaient provoqué une émotion considérable et la radiation de l’intéressé de l’UDI.

[6] Voir notre article précité.

[7] La Ligue des droits de l’Homme, dans un communiqué le 13 août 2014, « M. Bourdouleix condamné pour apologie de crime contre l’humanité », tout en se réjouissant de la condamnation de ce dernier pour cette infraction, rappelait d’ailleurs que, avant cette affaire, « elle avait par le passé déposé deux plaintes à l’encontre de celui-ci pour incitation à la discrimination et à la haine raciale concernant des propos visant des gens du voyage ». La LDH ajoutait que « ces plaintes avaient été classées sans suite [et que] ce sentiment d’impunité avait permis au maire de Cholet de se croire autorisé à poursuivre ces interpellations haineuses », infocom-ldh@ldh-france.org.

[8] F. Potet, « Une sanction symbolique contre le maire de Cholet », Le Monde, 25 janvier 2014, p. 11. Voir également notre article, « L’apologie de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité, un délit à la mode ? », site http://jupit.hypotheses.org/.

[9] Ibid. Le parquet avait requis six mois de prison avec sursis et 5000 euros d’amende ; le procureur déclarant qu’« il [était] inimaginable qu’un parlementaire puisse tenir des propos pareils ». Il qualifiait également la phrase litigieuse de « ferment de haine portant atteinte à la cohésion sociale » en considérant que « [la phrase] est clairement apologétique […]. Elle exalte le génocide du IIIe Reich et exprime le regret qu’on a pas tué assez de Tziganes ».

[10] L. Dusseau, avocat spécialisé en droit de la presse, Le Figaro, 17 juillet 2014, p. 8, expliquait la faiblesse de la sanction car « […] on avait une phrase tenue dans un certain contexte, qui n’était pas directement destinée au public […] ». Sans pouvoir entrer dans trop de détails, nous ne partageons pas cette analyse des faits s’agissant de G. Bourdouleix qui n’en était d’ailleurs pas à son premier « dérapage » en la matière (cf. supra note 8). Sur le fond, enfin, on ne peut oublier l’importance des valeurs essentielles transgressées par cet élu de la République.

[11] Cf. notre article « L’apologie de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité, un délit à la mode ? » et les décisions citées, site http://jupit.hypotheses.org/.

[12] Voir à ce propos nos interrogations in notre article précité.

[13] Le Norvégien K. Vikernes poursuivi, notamment, pour apologie de crimes contre l’humanité en raison d’écrits publiés sur son blog a été condamné par le TGI de Paris le 8 juillet 2014 à six mois de prison avec sursis et 8000 euros d’amende pour apologie de crimes contre l’humanité.

[14] Selon le Tribunal, les écrits de K. Vikernes traduisent « l’expression d’une idéologie radicalement contraire aux valeurs universelles des droits de l’Homme et de la civilisation ».

[15] Il s’était dit prêt à aller jusque devant la Cour européenne des droits de l’Homme…

[16] In « L’apologie de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité, un délit à la mode ? Suite…», site http://jupit.hypotheses.org/. Nous avions alors préconisé que la chambre criminelle, pour rejeter le pourvoi de ce requérant, pourrait reprendre la belle formule qu’elle avait utilisée dans son arrêt du 14 janvier 1971, Bull. crim., n° 14, 1er arrêt (pourvoi n° 70-90558), lorsqu’elle avait condamné J.-M. Le Pen pour apologie de crimes de guerre. La Cour avait en effet considéré, à propos de la pochette d’un disque présentant le Troisième Reich « en l’absence de tout rappel des crimes qui ont jalonné l’ascension de Hitler et du climat de terreur dans lequel elle s’est accomplie […] », que « […] l’ensemble de cette publication était de nature à inciter tout lecteur à porter un jugement de valeur morale favorable aux dirigeants du Parti national-socialiste allemand condamnés comme criminels de guerre et constituait un essai de justification au moins partielle de leurs crimes ».

[17] Un commentateur particulièrement autorisé en la matière, E. Dreyer, art. cit., p. 282, après avoir rappelé la particularité de l’élément moral de cette infraction et la nécessité que l’auteur des propos ait lui-même voulu les rendre publics, approuve l’arrêt pour son raisonnement juridique. L’approbation est néanmoins accompagnée du curieux commentaire : « Ce qui semble assez bien raisonné ». Nous avouons cependant ne pas être convaincus par la conclusion du raisonnement de cet auteur, compte tenu d’autres propos plus anciens de G. Bourdouleix sur les gens du voyage (cf. supra note 8), lorsqu’il suppose que ce dernier « n’entendait sans doute pas être compris par d’autres que ses proches ». Sur la base de cette opinion, fondamentale à propos de l’élément moral de l’apologie, E. Dreyer estime, bien évidemment, que la croyance de G. Bourdouleix « ne pouvait suffire à caractériser une intention de publier ».

[18] Un magistrat de nos amis avait pour habitude de dire « plus on est précis, plus on risque la contradiction et donc la cassation ».

[19] Dans cette affaire qui avait opposé Robert Hébras – un survivant du massacre d’Oradour-sur-Glane – aux « Malgré-Nous » alsaciens représentés par les Associations des Evadés et Incorporés de force des Bas et Haut Rhin (ADEIF 67 et 68) à propos du témoignage de Robert Hébras, la 1ère chambre civile, le 16 octobre 2013, n’avait pas hésité à casser sans renvoyer l’arrêt de la Cour d’appel de Colmar du 14 septembre 2012 sur le seul visa de l’article 10 de la Convention de sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés fondamentales (liberté d’expression). Signe de son importance, cet arrêt a fait l’objet de plusieurs commentaires : E. Raschel, « Liberté d’expression : le cas d’un doute émis à propos d’une question historique objet de polémique », JCP 2013, édition générale, p. 2382, n° 1372 ; E. Dreyer, Panorama, « Droit de la presse », D. 2014, p. 508 ; C. Capitaine et I. Darret-Courgeon, « Chronique Cour de Cassation Première chambre civile », D. 2014, p. 568 ; G. Viney, « La sanction des abus de la liberté d’expression », D. 2014, p. 787 et spécialement p. 791 ; D. Kuri, « La liberté d’expression de Robert Hébras sauvegardée par la France », site http://jupit.hypotheses.org/.

[20] Merci à A. Kuri pour son attentive relecture.

La contestation de l’existence de crimes contre l’humanité, un délit toujours d’actualité – Le cas Vincent Reynouard

Daniel Kuri, Maître de conférences en droit privé, O.M.I.J., Université de Limoges, EA 3177

Alors que l’apologie de crimes contre l’humanité est malheureusement « un délit à la mode »[1], l’arrêt de la Cour d’appel de Caen du 17 juin 2015[2], condamnant V. Reynouard pour « contestation de crimes contre l’humanité », montre que ce délit est toujours d’actualité et confirme, par là même, la persistance en France, d’une mouvance niant l’existence des camps d’extermination et remettant en cause la volonté des nazis d’avoir voulu anéantir les Juifs d’Europe.

Rappelons que cette mouvance trouve son origine historique dans les écrits de Rassinier[3].

Après une première génération de personnes ayant nié les camps d’extermination et la destruction des Juifs d’Europe – dont notamment Rassinier –, puis une deuxième génération qualifiée opportunément de « négationnistes »[4], symbolisée par R. Faurisson[5], et dont la véhémence amena le législateur à adopter la loi dite « Gayssot »[6], une troisième génération, représentée par l’ « humoriste » Dieudonné[7], qu’on pourrait qualifier de « néo-négationniste », s’est révélée ces dernières années. Son propos aboutit à nier de facto le caractère unique de l’Holocauste soit en banalisant celui-ci, soit en le ridiculisant sous couvert du « droit à l’humour ».

De ce point de vue, V. Reynouard semble davantage se situer dans la lignée de R. Faurisson et des « négationnistes traditionnels ».

Nous n’insisterons pas, à ce propos, sur l’absence totale de méthodologie historique de ces personnes que R. Badinter avait d’ailleurs qualifié de « faussaires […] de la science historique »[8].

Sur le plan juridique, comme chacun le sait, depuis la loi dite « Gayssot », le « négationnisme » – sous ses formes diverses – est sanctionné à partir d’une incrimination spécifique. Ainsi, l’article 24 bis de la loi du 29 juillet 1881 a pour objet de permettre la répression de ceux qui auront « contesté […] l’existence d’un ou plusieurs crimes contre l’humanité tels qu’ils sont définis par l’article 6 du statut du Tribunal militaire international annexé à l’accord de Londres du 8 août 1945 […] »[9].

C’est en application de cette incrimination hautement symbolique que furent poursuivis et condamnés R. Faurisson[10], P. Marais[11], R. Garaudy[12], Dieudonné[13]et déjà V. Reynouard[14]. Lorsqu’elle fut saisie, la Cour européenne des droits de l’Homme confirma ces condamnations[15].

Ainsi, c’est sous couvert de ce très grave motif – « contestation de crimes contre l’humanité » – que V. Reynouard était à nouveau poursuivi en justice[16]. Celui-ci avait, en effet, diffusé une vidéo sur internet[17], au début de l’année 2014, à quelques mois des commémorations du soixante-dixième anniversaire du débarquement du 6 juin 1944, dans laquelle il contestait le devoir de mémoire transmis aux jeunes générations. Après avoir critiqué la célébration de l’anniversaire du débarquement, il mettait en cause la question de la visite des camps de concentration par des collégiens et lycéens en l’assimilant à un « embrigadement au nom du devoir de mémoire ». Enfin, évoquant les camps de concentration, il remettait en question l’existence de l’extermination des Juifs d’Europe en niant la présence des chambres à gaz. En définitive, V. Reynouard prétendait dans ce film « démonter les mécanismes, les ressorts et les mensonges de la propagande imposée aux jeunes au nom du devoir de mémoire ».

Insensibles à cette « rhétorique » négationniste, les conseillers de la Cour d’appel de Caen, le 17 juin 2015, ont donc condamné V. Reynouard à un an de prison ferme pour « contestation de crimes contre l’humanité ». En outre, la Cour condamne ce dernier à verser des dommages et intérêts au profit des plusieurs associations qui s’étaient constituées parties civiles[18].

La Cour d’appel de Caen, si elle confirme la culpabilité de V. Reynouard établie en première instance par le TGI de Coutances dans son jugement du 11 février 2015[19], a néanmoins sensiblement réduit les peines prononcées par cette juridiction. Ce Tribunal avait en effet condamné V. Reynouard à deux années de prison et 35 000 euros d’amende pour « propos négationnistes » ainsi qu’à verser des dommages et intérêts à diverses associations qui s’étaient portées partie civile. Par ailleurs, son matériel informatique avait été confisqué et il devait payer la publication du jugement dans cinq quotidiens nationaux et régionaux. Ce jugement était donc exemplaire dans sa sévérité à l’égard des propos négationnistes. Cependant, la peine privative de liberté prononcée par le Tribunal étant supérieure aux prévisions de l’article 23 al. 6 de la loi du 29 juillet 1881, le Parquet avait fait appel de la décision du Tribunal[20]. La Cour réduit donc sur ce point la peine infligée par le Tribunal et applique la prévision légale, soit un an de prison. Plus curieusement, cependant, la Cour annule l’amende prononcée par les juges coutançais à l’encontre de V. Reynouard. La Cour confirme, par ailleurs, en les réduisant, les condamnations à des dommages et intérêts prononcées au bénéfice des parties civiles. Enfin, la Cour ne dit plus rien s’agissant du matériel informatique et n’ordonne aucune publication de son arrêt dans la presse.

Si l’on ne peut que s’incliner devant la rigueur juridique des magistrats caennais pour leur rappel de la nécessaire interprétation stricte de la loi pénale[21], nous avouons ne pas comprendre la position de la Cour s’agissant de l’annulation de l’amende. Les juges ont certes, dans la limite de la loi, la liberté du choix de leurs sanctions – et ils peuvent choisir la sanction qui leur semble la plus adéquate pour réprimer l’infraction – mais il aurait été plus opportun, au vu de la virulence des affirmations négationnistes de V. Reynouard, de maintenir l’amende quitte à en modérer le montant. Et ce d’autant plus que V. Reynouard avait toujours dit, à propos de cette amende, « qu’il refuserait de verser le moindre centime »[22]. Par ailleurs, l’opinion publique, ignorante de la distinction juridique entre amende et dommages et intérêts, peut être également surprise de voir, en l’espèce, l’amende totalement annulée et les dommages et intérêts confirmés. Ainsi, en toutes hypothèses, la décision des magistrats caennais sur la question de l’amende nous semble peu convaincante. On regrettera, enfin, que la Cour n’ait pas ordonné la publication de l’arrêt dans la presse nationale et régionale. Il nous semble, en effet, qu’une telle mesure aurait été particulièrement souhaitable pour donner à cette décision une large publicité.

Cela étant, malgré les critiques que l’on peut adresser à la Cour d’appel de Caen, la peine de prison ferme prononcée par cette dernière – exemplaire en elle-même – confirme la « bonne place » de V. Reynouard dans le triste tableau du déshonneur des personnes condamnées pour des faits et actes consistant à créer la polémique autour de l’Holocauste.

Au-delà du cas de V. Reynouard, nous aurons, très certainement, l’occasion de revenir prochainement sur la question de la contestation de l’existence de crimes contre l’humanité pour plusieurs raisons.

D’abord puisque le TGI de Paris devrait se prononcer en septembre 2015 sur de « nouvelles » assertions négationnistes de R. Faurisson. Ce dernier a en effet récemment déclaré qu’il « n’a existé aucun camp d’extermination »[23].

Ensuite, J.-M. Le Pen est de nouveau cité à comparaître en justice « pour contestation de crimes contre l’humanité » pour avoir réaffirmé que les chambres à gaz étaient un « détail » de la Deuxième Guerre mondiale[24].

Paradoxe étonnant, au moment où certains contestent encore ces crimes ou en minimisent la portée, Oskar Gröning, surnommé « le comptable d’Auschwitz », condamné par le Tribunal de Lünebourg (Basse-Saxe) le 15 juillet 2015, pour avoir, de 1942 à 1944, participé aux massacres de 300 0000 juifs à Auschwitz, en travaillant sur « la rampe de sélection », avait reconnu une « faute morale » et avait présenté à plusieurs reprises ses excuses aux familles des victimes[25].

[1] À propos de la multiplication ces dernières années des condamnations pour apologie de crimes contre l’humanité, cf. nos articles : « L’apologie de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité, un délit à la mode ? », site http://jupit.hypotheses.org/, mise en ligne 30/07/2014 ; « L’apologie de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité, un délit à la mode ? Suite…», site http://jupit.hypotheses.org/ ; « La question de l’apologie de crimes contre l’humanité (suite de la suite…) – Le cas Dieudonné », site http://jupit.hypotheses.org/ ; « Quand la répression pour injures à caractère racial vient compléter la répression de l’apologie de crimes contre l’humanité – Le cas Soral », site http://jupit.hypotheses.org/.

[2] Arrêt rapporté sur le site http://france3-région.francetvinfo.fr/caen.vincentReynouard et à Limoges par Le Populaire du Centre, 18 juin 2015, p. 41.

[3] P. Rassinier, Le mensonge d’Ulysse, Editions bressanes, 1950.

[4] On rappellera une nouvelle fois que le « négationnisme » est un néologisme créé par H. Rousso en 1987 pour dénoncer l’amalgame fait par certains individus entre la révision qui fonde la libre recherche en histoire et l’idéologie consistant à nier ou minimiser de façon caricaturale l’Holocauste. Ces personnes s’intitulaient en effet elles-mêmes « historiens révisionnistes » et n’avaient pas hésité à appeler une de leur principale revue : « La révision ».

[5] R. Faurisson, « Les chambres à gaz, ça n’existe pas », Le Matin de Paris, 16 novembre 1978, p. 17 ; « ‘‘Le problème des chambres à gaz’’ ou ‘‘la rumeur d’Auschwitz’’ », Lettre tribune, le Monde, 29 décembre 1978, p. 8. À la suite de ces articles, plusieurs associations intentèrent des poursuites judiciaires contre R. Faurisson sur le fondement de la responsabilité civile. Le TGI de Paris, le 8 juillet 1981, condamna R. Faurisson à payer un franc symbolique de dommages-intérêts au titre du préjudice moral subi par ces associations pour avoir déclaré que : « ‘‘Le génocide des Juifs’’ tout comme l’existence des chambres à gaz ne forment qu’un seul et même mensonge historique ayant permis une gigantesque escroquerie politico-financière », D. 1982 p. 59, note B. Edelman. Ce jugement fut confirmé par la CA de Paris, le 26 avril 1983, qui ajouta que « [ces] assertions d’ordre général ne présentaient plus aucun caractère scientifique et relevaient de la pure polémique ; que [R. Faurisson] était délibérément sorti de la recherche historique […] », cité in RTDH 2001 p. 393.

Par ailleurs, R. Faurisson, à la suite d’une déclaration faite sur Europe 1, le 17 décembre 1980, selon laquelle « Les prétendues chambres à gaz hitlériennes et le prétendu génocide des Juifs forment un seul et même mensonge historique, […] », fut condamné à 3 mois de prison avec sursis et 5000 francs d’amende pour diffamation raciale et incitation à la haine raciale. Le jugement fut confirmé par la CA de Paris, le 23 juin 1982, mais uniquement pour le délit de diffamation raciale. La chambre criminelle, le 28 juin 1983, Bull. crim., n° 202, rejeta le pourvoi de R. Faurisson mais également celui de la LICRA qui réclamait sa condamnation pour incitation à la haine raciale.

Ainsi, R. Faurisson fut condamné, avant même la loi du 13 juillet 1990, pour ses écrits négationnistes sur la base du droit commun.

[6] Loi n° 90-615 du 13 juillet 1990 qui complète la loi sur la presse du 29 juillet 1881 en créant le délit de contestation de crime contre l’humanité (art. 24 bis). La loi trouve son origine immédiate dans la profanation du cimetière juif de Carpentras mais également une origine plus lointaine dans la montée du négationnisme. Cette loi n’empêcha d’ailleurs pas le même R. Faurisson de réitérer ses assertions et d’être cette fois condamné pour « contestation de crime contre l’humanité », voir en ce sens, notamment, TGI de Paris 18 avril 1991 confirmé par CA de Paris 9 décembre 1992, Légipresse 1993, n° 103, III, p. 90, note C. Korman ; égal. TGI de Paris 27 avril 1998, Le Monde, 29 avril 1998, p. 10. Sur les paradoxes de la loi dite « Gayssot », voir également nos observations critiques avec J.-P. Marguénaud, « Le droit à la liberté d’expression des universitaires », D. 2010, p. 2921 ; cf. aussi nos propres observations et les critiques des juristes sur les lois mémorielles en général in « Les séquelles de la Deuxième Guerre mondiale dans les balances de la Justice », note n° 56, site http://fondation.unilim.fr/chaire-gcac.

[7] Voir à ce sujet M. Dreyfus, « L’antisémitisme de Dieudonné ou le négationnisme à l’ère de masse », Le Monde, 11 janvier 2014, p. 15.

[8] R. Badinter, alors avocat de la LICRA dans le procès que celle-ci avait intenté contre R. Faurisson à propos de ses articles niant l’existence des chambres à gaz, avait évoqué en ces termes ce dernier. Le TGI de Paris, dans son jugement du 8 juillet 1981 (cf. supra, note n°5), s’il condamna R. Faurisson, considéra cependant qu’il n’avait pas « à rechercher si le discours [de R. Faurisson] constituait ou non une ‘‘ falsification de l’Histoire’’ ». Le Tribunal a ainsi estimé qu’il n’avait pas à dire ou à écrire l’Histoire. Par ailleurs, selon le TGI de Paris, 21 mai 2007, les mêmes propos tenus par R. Badinter, lors d’une émission sur Arte en 2007, ne furent pas considérés comme diffamatoires car la condamnation de R. Faurisson, le 8 juillet 1981, reposait « non sur des considérations morales » mais sur « la responsabilité professionnelle » de l’universitaire, Le Monde, 23 mai 2007, p. 12.

[9] Article 24 bis de la loi du 29 juillet 1881.

[10] Cf. supra, note n° 6.

[11] Cass. crim., 7 novembre 1995, 93-85.800. Inédit. P. Marais, ingénieur chimiste à la retraite, avait ignominieusement suppléé l’absence de publications sur le camp de concentration de Struthof en tentant de démontrer l’invraisemblance de l’asphyxie rapide simultanée de 30 personnes du fait de l’énorme quantité d’eau qui aurait été nécessaire pour réaliser une telle opération. Cet argument est fréquemment utilisé par les « négationnistes » à propos des chambres à gaz.

[12] Cass. crim., 12 septembre 2000, Garaudy, 98-88204. Inédit ; Dr. Pénal 2001, 2ème arrêt, Commentaires n° 4, obs. M. Véron, où les Hauts magistrats n’ont pas hésité à affirmer que « si l’article 10 de la Convention […] reconnaît en son premier paragraphe à toute personne le droit à la liberté d’expression, ce texte prévoit en son second paragraphe que l’exercice de cette liberté comportant des devoirs et responsabilités peut être soumis à certaines formalités, conditions, restrictions ou sanctions prévues par la loi, qui constituent, dans une société démocratique, des mesures nécessaires notamment à la protection de la morale et des droits d’autrui ; que tel est l’objet de l’article 24 bis (délit de contestation de l’existence de crime contre l’humanité ) de la loi du 29 juillet 1881 modifiée par la loi du 13 juillet 1990 ». La position des juges sur cette question s’inscrit d’ailleurs dans le prolongement direct de la jurisprudence classique de la chambre criminelle : voir, notamment, Cass. crim., 23 février 1993, Bull. crim., n° 86 ; 20 décembre 1994, ibid, n° 424 ; D. 1995, IR p. 64.

Dans l’arrêt Garaudy du 12 septembre 2000, ibid, la Cour précise même que « […] la contestation de l’existence des crimes contre l’humanité entre dans les prévisions de l’article 24 bis de la loi du 29 juillet 1881, même si elle est présentée sous forme déguisée ou dubitative ou encore par voie d’insinuation ; qu’elle est également caractérisée lorsque sous couvert de recherche d’une supposée vérité historique, elle tend à nier les crimes contre l’humanité commis par les nazis à l’encontre de la communauté juive ; que tel est le cas en l’espèce ».

[13] TGI de Paris, 12 février 2014, qui avait ordonné à Dieudonné de retirer deux passages de la vidéo « 2014 sera l’année de la quenelle » diffusée sur le site YouTube. Le Tribunal avait estimé que le premier passage constituait une contestation de crime contre l’humanité (Dieudonné s’adressait à A. Klarsfeld en lui déclarant « Moi les chambres à gaz j’y connais rien, si tu veux vraiment je peux t’organiser un rencart avec Robert ») et le second une provocation à la haine raciale. Selon le président de l’Union des étudiants juifs de France (UEJF), cette décision serait la première à condamner Dieudonné pour contestation de crimes contre l’humanité, site http://tempsreel.nouvelobs.com/justice/20140212. On peut cependant rappeler que les propos « néo-négationnistes » de Dieudonné ont déjà été sanctionnés, sous couvert d’autres motifs, par les juges ; en ce sens Cass. crim., 16 octobre 2012, Bull. crim., n° 217 (« injures à caractère raciste » pour un « spectacle » fait en présence de R. Faurisson ridiculisant les déportés juifs) ; égal. CA de Paris 26 juin 2008, décision inédite, n° 07/08889 (« injures raciales » pour avoir qualifié de « pornographie mémorielle » la mémoire de la Shoah), où les poursuites avaient été initialement faites pour contestation de crimes contre l’humanité. Voir sur ces affaires notre étude précitée, « Les séquelles de la Deuxième Guerre mondiale dans les balances de la Justice », I, A.

Toutefois, on peut également noter que, contrairement à ses dires habituels, Dieudonné a paradoxalement reconnu l’existence des chambres à gaz à l’occasion de ses propos contre le journaliste P. Cohen. Dieudonné avait en effet déclaré lors de son pseudo-spectacle « Le Mur », en novembre 2013 : « Quand je l’entends parler, Patrick Cohen, je me dis, tu vois, les chambres à gaz… Dommage ». Le TGI de Paris, le 19 mars 2015, avait condamné avec une grande fermeté ces propos inqualifiables pour « incitation et provocation à la haine raciale » mais comme nous l’avons déjà souligné, sous ce motif, le Tribunal avait de fait sanctionné Dieudonné pour une apologie implicite de crimes contre l’humanité. Ces mêmes paroles avaient d’ailleurs déclenché le processus d’interdiction du spectacle « Le Mur ». Voir sur ces questions notre article « La question de l’apologie de crimes contre l’humanité (suite de la suite…) – Le cas Dieudonné ».

Malgré tout, signe de l’extrême confusion intellectuelle de Dieudonné sur le Troisième Reich, sa politique d’extermination des Juifs d’Europe et plus spécialement la question des chambres à gaz, celui-ci a été récemment condamné pour apologie et contestation de crimes contre l’humanité ! Ainsi, le TGI de Paris le 4 mars 2015 a interdit l’exploitation commerciale du DVD du spectacle le « Mur » pour, notamment, ces motifs, cf. notre article précité.

[14] On regardera, entre autres décisions, TGI de Saverne 8 novembre 2007, confirmé par CA de Colmar 25 juin 2008 (un an de prison et 20 000 euros d’amende pour la publication du fascicule « Holocauste ? Ce que l’on vous cache »), site http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20080626. Étant réfugié en Belgique, la France lança un mandat d’arrêt européen pour obliger V. Reynouard à exécuter sa peine. Il fut emprisonné en Belgique avant son extradition, site http://sergeuleskiactualite.blog.lemonde.fr/2015/02/13. Voir déjà CA de Caen 9 octobre 1992, arrêt inédit, n° 679 ; également Cass. crim., 26 mai 1994, 92-85.638. Inédit ; Cass. crim., 26 mai 1994, 92-85.639. Inédit.

[15] Déjà, par une décision du 24 juin 1996, dans l’affaire Marais c/ France, Req. 31159/96, la Commission européenne des droits de l’Homme, aujourd’hui supprimée, avait déclarée irrecevable la requête de ce sinistre requérant qui ne revendiquait aucune compétence scientifique particulière. La Commission estima que les écrits de P. Marais allaient à l’encontre des valeurs fondamentales telles que l’exprime le préambule de la Convention – à savoir la justice et la paix – et qu’il avait tenté de détourner l’art. 10 en utilisant son droit à la liberté d’expression à des fins contraires à l’esprit de la Convention. En conséquence, la Commission avait estimé que sa condamnation au titre de la loi « Gayssot » (cf. supra, Cass. crim., 7 novembre 1995, note n° 11) avait constitué une ingérence nécessaire dans une société démocratique au sens de l’art. 10 § 2. Les prémisses de ce raisonnement auraient tout aussi bien pu conduire la Commission à déclarer la requête irrecevable sur le fondement de l’art. 17 de la Convention portant interdiction de l’abus de droit et empêchant ceux qui travaillent à détruire les droits et libertés garantis par la Convention de les invoquer. Aujourd’hui, pour la Cour européenne, la négation de l’Holocauste implique l’application directe de l’art. 17 de la Convention de sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés fondamentales. Ainsi, à propos de l’écrivain négationniste Garaudy, déc. 24 juin 2003, Garaudy c/ France, Req. 65381/01, D. 2004, p. 240, note D. Roets, la Cour exploitant un « obiter dictum » de l’arrêt Lehideux et Isorni c/ France du 23 sept. 1998, Req. 24662/94, § 47, a utilisé l’art. 17 à fin d’interdire à un auteur, condamné en application de la loi « Gayssot » en raison de la publication d’un ouvrage contestant l’extermination systématique et massive des Juifs pendant la Seconde guerre mondiale (cf. supra, Cass. crim., 12 septembre 2000, note n° 12), d’invoquer l’art.10 de la Convention.

Fidèle à ce principe, la Cour a récemment rappelé dans sa déc. Gollnisch c/ France, 7 juin 2011, Req. 48135/08, p. 11, rendue à propos d’une sanction disciplinaire infligée à B. Gollnisch pour des propos ambigus sur les chambres à gaz, « qu’il ne fait aucun doute que tout propos dirigé contre les valeurs qui sous-tendent la Convention se verrait soustrait par l’art. 17 à la protection de l’art. 10 » ; en l’espèce, toutefois, « la Cour n’estime pas nécessaire de se prononcer sur ce point dès lors que le grief tiré de la violation de l’art. 10 est lui-même irrecevable ». Cela étant, dans la décision Gollnisch c/ France précitée, p. 11, la Cour, alors même qu’elle constate « que le grief tiré de la violation de l’art. 10 de la Convention est lui-même irrecevable », justifie l’irrecevabilité en relevant que « la sanction disciplinaire infligée au requérant constitue une ingérence [légitime] des autorités publiques dans l’exercice de la liberté d’expression reconnue par l’art. 10 de la Convention » ; la Cour fait ensuite siens les motifs du CE, 19 mars 2008, 296984, qui avait considéré comme « ambigus » les propos de l’intéressé sur les chambres à gaz et l’avait « interdit d’exercer toute fonction d’enseignement et de recherche pendant 5 ans, avec privation de la moitié de son traitement ».

[16] Site http://france3-région.francetvinfo.fr/caen.vincentReynouard ; site http://normandie-actu.fr/143672/.

[17] V. Reynouard, « Jeunesse embrigadée : que faire ? », vidéo publiée sur le site YouTube.

[18] Site http://france3-région.francetvinfo.fr/caen.vincentReynouard. Pour la défense du prévenu, son avocat avait fait le procès de la loi « Gayssot » qui pénalise le négationnisme. Selon V. Reynouard « [la] pseudo loi Gayssot » n’aurait d’autre fonction que « de faire condamner des adversaires politiques » ; également site http://normandie-actu.fr/143672/.

[19]Site http://lemonde.fr/lenegationniste-vincentReynouard ; site http://libertebonhomme.fr/2015/02/12/videos-negationnistes.

[20] Le Procureur de la République de Coutances estimait que « cette peine [était] illégale et qu’elle ne [correspondait] pas à ce qui est prévu dans le Code pénal », site http://lefigaro.fr/actualite-France/2015/02/12. Selon une source judiciaire, « la peine a été prononcée par le TGI de Coutances, qui est une petite juridiction, peu habituée à ce type de dossiers. Le Tribunal a du considérer que [V. Reynouard] était en récidive en le condamnant ainsi […] », ibid.

[21] Nous regrettons cependant la faiblesse de la sanction prévue à l’article 23 al. 6 de la loi du 29 juillet 1881 eu égard à la gravité des faits envisagés.

[22] Site http://france3-région.francetvinfo.fr/caen.vincentReynouard. À cet égard, l’annulation de l’amende par la CA de Caen équivaut certainement à une victoire symbolique et morale de V. Reynouard.

[23] Le Populaire du Centre, 18 juin 2015, p. 41. À l’audience de plaidoirie, le prévenu a d’ailleurs revendiqué ces propos devant le Tribunal, réaffirmant qu’il « n’a existé aucun camp d’extermination ». Le parquet a requis six mois de prison avec sursis et 10 000 euros d’amende. Ces réquisitions nous semblent bien faibles compte tenu de l’extrême gravité de ces affirmations, leur réitération, y compris à la barre du Tribunal !

[24] Le Monde, 26 juillet 2015, p. 11. Cette déclaration avait été faite le 2 avril 2015 sur BFMTV-RMC. À la suite de ces assertions, le Parquet de Paris avait ouvert une enquête préliminaire pour contestation de crimes contre l’humanité, cf. Le Populaire du Centre, 4 avril 2015, p. 39 ; voir également, Le Monde, 7 avril 2015, p. 8. Rappelons à ce sujet que J.-M. Le Pen est un multirécidiviste en la matière, et que les mêmes propos lui ont valu cinq condamnations depuis 1987.

[25] Le Tribunal a condamné le prévenu à quatre ans de prison ferme ; la peine prononcée étant légèrement supérieure aux réquisitions du Procureur. La Défense avait, elle, plaidé l’acquittement. Les parties civiles et le Congrès juif européen se sont déclarés satisfaits du jugement, Le Monde, 17 juillet 2015, p. 5. Selon plusieurs observateurs, il s’agissait sans doute du dernier procès nazi en Allemagne.


Contact : daniel.kuri@unilim.fr

Compte-rendu du colloque : Droit de la sécurité et de la défense en 2015

Compte-rendu du colloque : Droit de la sécurité et de la défense en 2015

par Charlotte Touzot, Doctorante en droit public spécialisée en droit de l’environnement

Les jeudi 24 et vendredi 25 septembre 2015 s’est tenu à Brest, à l’initiative de l’Association française de droit de la sécurité et de la défense (AFDSD) et du Centre de recherche administrative de la Faculté de droit de Brest un important colloque consacré à la sécurité et à la défense, abordées sous différents aspects et pour différents corps (forces armées, gendarmerie, police municipale, etc.).

Programme disponible en ligne

L’Association Française de Droit de la Sécurité et de la Défense, créée en 2012, regroupe les spécialistes des droits de la sécurité et de la défense et organise depuis cette date, une fois par an, une journée d’étude ainsi qu’un colloque[1]. La troisième édition du colloque annuel de l’AFDSD s’est tenue cette année à la Faculté de droit, économie, gestion et AES de Brest.

Quatre ateliers[2], autant de rapports de synthèse et une conférence ont rythmé cet évènement sur trois demi-journées.

Les différents ateliers ont permis non seulement de constater mais aussi d’illustrer un des principaux phénomènes que connaissent les sphères juridiques de la défense et de la sécurité : le glissement vers le régime juridique de droit commun. En effet, bien que « par nature » dérogatoires au droit commun – en raison de leur objet, de leur finalité et au regard des moyens mis en œuvre – les droits de la défense et de la sécurité connaissent une certaine « banalisation ». Le terme « civilisation » a d’ailleurs été évoqué au cours du premier atelier relatif à l’organisation générale et aux institutions de défense et de sécurité pour qualifier cette tendance qu’a le régime juridique militaire, et plus largement de la défense, de s’ouvrir vers la sphère juridique civile.

Ce glissement vers le droit commun peut s’opérer de deux façons : soit le civil s’empare de l’objet intéressant la défense ou la sécurité (c’est par exemple le cas avec le développement de la sécurité privée[3]) ; soit le sujet militaire tend vers le civil. Cette dernière hypothèse a été notamment observée s’agissant du statut général des militaires[4] mais aussi s’agissant de leurs activités électorales[5] et associatives[6]. Cette volonté d’alignement de l’encadrement juridique du sujet militaire sur le sujet civil est principalement motivée par la reconnaissance du militaire comme un individu à part entière, bénéficiant de certains droits indépendamment de sa fonction.

Ce phénomène de glissement du militaire vers le civil fait écho à un autre phénomène, celui d’une intégration civilo-militaire qui se manifeste sur le terrain par une coordination voire une coopération entre les autorités civiles et les autorités militaires. Une telle coopération s’explique non seulement par la dualité de l’objet « défense-sécurité » mais aussi par l’interdépendance évidente des finalités poursuivies par les deux types d’autorités.

On assiste alors, en d’autres termes, à une réduction de la spécificité militaire, tant sur le plan substantiel que sur le plan procédural.

Les ateliers de ce colloque ont par ailleurs mis l’accent sur la notion de vulnérabilité et sur les enjeux juridiques et extra-juridiques qui en découlent. La notion de vulnérabilité fait intrinsèquement écho à la notion de risque et porte ici à la fois sur les aspects matériels et territoriaux de la mise en œuvre de la sécurité intérieure et de la sécurité publique. Pour faire face aux risques, le droit doit nécessairement « agir » en amont, à travers des mécanismes et au moyen d’instruments juridiques préventifs. L’atelier 4, portant sur les moyens de la sécurité et de la défense, a illustré cette démarche en évoquant, entre autres, les enjeux du terrorisme et la notion d’ennemi intérieur[7] ainsi que les enjeux du renseignement[8].

La pérennité du caractère dérogatoire de l’encadrement juridique de la défense et de la sécurité

Une pérennité constatée

Malgré tout, l’encadrement juridique de la défense et de la sécurité reste globalement dérogatoire au droit commun et les manifestations du phénomène de glissement vers ce dernier trouvent rapidement leurs limites. Par exemple, le champ d’action de la sécurité privée apparaît finalement plus étroit que son champ d’observation, notamment en matière aérienne.

Par ailleurs, la « normalisation » de la fonction militaire évoquée par Florent BAUDE au cours de son intervention[9] est certes reconnue par la jurisprudence[10], mais elle ne connaîtra sans doute jamais une effectivité absolue dans la mesure où les militaires ne seront jamais véritablement des citoyens comme les autres…

Une pérennité souhaitée

Telle est la conclusion des propos tenus par Nicolas LE SAUX[11], pour qui il est préférable – comme c’est le cas en France – d’avoir des forces militaires aux pouvoirs limités, plutôt que d’avoir des forces de police militarisées – comme c’est le cas aux États-Unis, dont la militarisation accrue des forces de police permet de nombreux débordements.

Ce colloque a été l’occasion de constater que le droit de la sécurité et de la défense prend en compte les enjeux sociétaux et les intègre lorsque cela ne remet pas en cause l’effectivité de ses propres enjeux : la sécurité, la sûreté et la prévisibilité.


À titre d’information, les actes de ce 3ème colloque annuel de l’AFDSD feront l’objet d’une publication au cours de l’année 2016.


[1] Site internet de l’Association : http://www.afdsd.fr/

[2] Les ateliers s’étant tenus en binôme et de façon parallèle, le présent retour d’expérience ne sera pas exhaustif et n’évoquera pas l’ensemble des interventions.

[3] Intervention de Christophe AUBERTIN, Maître de conférences de droit privé à l’Université de Paris-Descartes, Paris V, « L’expansion de la sécurité privée dans l’espace ».

[4] Intervention de Béatrice THOMAS-TUAL, Maître de conférences de droit public à l’Université de Bretagne-Occidentale, « Bilan de dix ans d’application de la loi du 24 mars 2005 codifiée portant statut général des militaires ».

[5] Intervention d’Anne-Sophie TRAVERSAC, Maître de conférences de droit public à l’Université Panthéon-Assas, Paris II, « L’incompatibilité des fonctions de militaire en activité avec un mandat électif local ».

[6] Intervention d’Olivier GOHIN, Professeur de droit public à l’Université Panthéon-Assas, Paris II, « L’association professionnelle dans les forces armées ».

[7] Intervention de Bertrand PAUVERT, Maître de conférences de droit public à l’Université de Mulhouse, « La notion d’ennemi intérieur ».

[8] Interventions d’Alexis DEPRAU, Doctorant en droit public à l’Université Panthéon-Assas, Paris II, « La réorganisation des renseignements généraux » et de Bertrand WARUSFEL, Professeur de droit public à l’Université de Lille II, « Le cadre juridique rénové du renseignement ».

[9] Intervention de Florent BAUDE, Maître de conférences de droit public à l’Université de Lille II, « Le principe constitutionnel de libre disposition de la force armée ».

[10] Par exemple à travers le recours à la QPC (2014-450 et 2014-432) mais aussi par les deux arrêts rendus par la Cour EDH du 2 octobre 2014, affaire Matelly c. France (requête n o 10609/10).

[11] Intervention partagée avec Marie-Charlotte DIZES, Doctorante en droit public à l’Université de Bretagne-Occidentale-CRA, « Plan Vigipirate – Opération Sentinelle : réalités comparées et sécurité publique ».

Quand la répression pour injures à caractère racial vient compléter la répression de l’apologie de crimes contre l’humanité – Le cas Soral

Daniel Kuri, Maître de conférences en droit privé, O.M.I.J., Université de Limoges, EA 3177

Tel est peut-être un des intérêts que l’on peut retirer du récent jugement du Tribunal de grande instance de Paris du 12 mai 2015[1].

Le TGI de Paris a en effet condamné l’« essayiste » d’extrême droite Alain Soral pour injures publiques à caractère racial. Voulant manifestement envoyer un signal fort aux négationnistes[2], apologues du Troisième Reich et autres « falsificateurs de l’histoire »[3], la juridiction parisienne n’a pas hésité à infliger 100 jours-amendes d’un montant unitaire de 100 euros, soit 10 000 euros d’amende à A. Soral pour une photo le montrant en train de faire le geste de la « quenelle »[4] devant le Mémorial de l’Holocauste à Berlin. En outre, le Tribunal a condamné A. Soral à verser 14 001 euros de dommages et intérêts au profit des sept associations qui s’étaient constituées parties civiles.

Rappelons que la photo d’A. Soral faisant ce salut très controversé avait commencé à circuler sur plusieurs sites internet fin 2013. Plusieurs associations, l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) et l’association J’accuse, avaient alors saisi le Tribunal correctionnel sur citation directe (c’est-à-dire sans l’intervention du ministère public) afin que ce dernier comparaisse en justice pour injures publiques à caractère racial.

À l’audience de plaidoirie, le 12 mars 2015, A. Soral s’était présenté comme victime d’une méprise, mais également d’une manipulation. Il avait tout d’abord contesté le sens et la portée donnés à son geste, affirmant n’avoir jamais cherché à porter atteinte à la mémoire des déportés[5]. Il avait ensuite affirmé que le cliché litigieux avait été récupéré par des pirates informatiques alors qu’il n’était destiné, initialement, qu’à son cercle d’amis.

Le Tribunal, dans des motifs précis, pour rejeter les allégations du prévenu, a considéré que « La personnalité même d’Alain Bonnet [son vrai nom] dit Soral, telles que perceptibles dans ses écrits ou prises de position publiques antérieurs, fragilise, pour ne pas dire prive de toute portée, ses dénégations réitérées quant aux accusations d’antisémitisme dont il ferait l’objet ». Dès lors, selon le Tribunal, la photographie en cause « ne peut être perçue que comme une injure visant la communauté juive dans un de ses lieux les plus symboliques et les plus sacrés ».

Les motifs du jugement, on le constate, sont d’une particulière fermeté et le raisonnement des juges est imparable quand on connaît les « idées » d’A. Soral.

Qui plus est, les juges confirment dans ce jugement leur volonté de réprimer plus sévèrement ce type d’infractions par le recours à la condamnation à une peine de jours-amendes à la place de simples amendes[6]. On sait en effet que, en cas de non-paiement, les jours-amendes deviennent des jours de détention et le condamné effectue alors tout ou partie de sa peine en prison.

Ainsi, la répression pour injures à caractère racial vient utilement compléter la répression de l’apologie de crimes contre l’humanité. On peut même se demander, au vu de l’ensemble de ces éléments, si le TGI de Paris, sous couvert d’une condamnation pour « injure à caractère racial », n’a pas de fait sanctionné le même A. Soral pour une apologie implicite du Troisième Reich et de ses crimes symbolisés ici par le geste de « la quenelle » qui ressemble étrangement à un salut nazi inversé.

A. Soral rejoint donc Dieudonné dans le triste tableau du déshonneur des personnes condamnées pour des faits et actes consistant à créer la polémique autour de l’Holocauste. On se souvient que Dieudonné a, en effet, encore été condamné très récemment par le TGI de Paris, le 4 mars 2015, pour apologie de crimes contre l’humanité[7]. Par ailleurs, dans un autre jugement, rendu le 19 mars 2015, le TGI de Paris, sous le motif d’une condamnation pour « incitation et provocation à la haine raciale », a de fait sanctionné le même Dieudonné pour une apologie implicite de ces crimes odieux[8].

De plus, selon les propres avocats de Dieudonné, de nouvelles poursuites judiciaires seraient engagées contre ce dernier pour « provocation à la haine raciale » et « injure publique à caractère racial » après des propos tenus lors de son pseudo-spectacle « La bête immonde »[9]. Dieudonné y avait notamment discouru sur le rôle qu’il attribue aux Juifs dans la traite des noirs et ironisé sur le génocide commis par les nazis. Il avait également évoqué à propos des Juifs d’« éternelles victimes en pyjamas à qui on a piqué un Picasso »[10].

Enfin, au moment où nous écrivons ces lignes, le nouveau « spectacle », « Dieudonné en tournée », prévu le 13 juin 2015 à Limoges, et qui venait de faire l’objet d’un arrêté d’interdiction (en date du 26 mai 2015) de la part du maire de Limoges pour, dixit, « éviter les troubles à l’ordre public »[11], a été suspendu par le Tribunal administratif de Limoges le 1er juin 2015[12]. Le juge des référés a justifié sa décision de suspension par « l’absence de risques de troubles à l’ordre public »[13]. Prenant acte de cette ordonnance, le maire de Limoges a néanmoins déclaré qu’il sera attentif au moindre dérapage et n’hésitera pas à engager des procédures judiciaires à l’encontre de Dieudonné[14].

Après le « cas » Soral, nous aurons donc certainement l’occasion de revenir sur le « cas » Dieudonné. À suivre…


[1] Jugement rapporté par la presse nationale, et à Limoges par Le Populaire du Centre, 13 mai 2015, p. 13.

[2] Rappelons que le « négationnisme » est un néologisme créé par l’historien H. Rousso en 1987 pour dénoncer l’amalgame fait par certains individus entre la révision qui fonde la libre recherche en histoire et l’idéologie consistant à nier ou minimiser de façon caricaturale l’Holocauste. Ces personnes s’intitulaient en effet elles-mêmes « historiens révisionnistes » et n’avaient pas hésité à appeler une de leurs principales revues : « La révision ».

[3] Pour reprendre cette belle formule de Robert Badinter.

[4] Le geste de la « quenelle » a été popularisé par Dieudonné comme un signe antisystème semblable à un bras d’honneur. Le geste lui-même (bras gauche tendu vers le bas et main droite posée sur l’épaule gauche), ressemble à un salut nazi inversé. On rappellera à propos de ce salut très controversé que le TGI de Paris, le 12 février 2014, avait déjà ordonné à Dieudonné de retirer deux passages de la vidéo « 2014 sera l’année de la quenelle » diffusée sur le site You Tube. Le Tribunal avait alors estimé que le premier passage constituait une contestation de crime contre l’humanité et le second une provocation à la haine raciale.

[5] Plusieurs d’entre eux étaient venus témoigner à l’audience et dire leur indignation.

[6] Selon N. Salomon, conseil du Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA), l’une des associations parties civiles, « La jurisprudence évolue, on n’est plus sur une condamnation à une simple amende », site http://20minutes.fr:société/1606667-20150112 ; V. déjà en ce sens, TGI de Paris 19 mars 2015, à propos de Dieudonné condamné à 22 500 euros de jours-amendes pour des paroles inqualifiables contre le journaliste P. Cohen, in notre article « La question de l’apologie de crimes contre l’humanité (suite de la suite…) – Le cas Dieudonné », site http://jupit.hypotheses.org/.

[7] Dans ce jugement, « l’humoriste » se voit interdire par le Tribunal l’exploitation commerciale du DVD de son spectacle « Le mur » qui avait défrayé la chronique en 2014, cf. notre article précité ; V. également pour des décisions plus anciennes à propos de Dieudonné notre étude « Les séquelles de la Deuxième Guerre mondiale dans les balances de la Justice », I, A, site http://fondation.unilim.fr/chaire-gcac/2014/04/09/daniel-kuri-les-sequelles-de-la-deuxieme-guerre-mondiale-dans-les-balances-de-la-justice/.

[8] Dans ce jugement, le Tribunal avait condamné avec une grande fermeté les propos de Dieudonné concernant le journaliste Patrick Cohen. Dieudonné avait en effet déclaré lors de son spectacle « Le Mur », en novembre 2013 : « Quand je l’entends parler, Patrick Cohen, je me dis, tu vois, les chambres à gaz… Dommage ». Ces paroles sidérantes avaient d’ailleurs déclenché le processus d’interdiction du spectacle « Le Mur ». V. sur ces questions notre article « La question de l’apologie de crimes contre l’humanité (suite de la suite…) – Le cas Dieudonné ».

[9] Le Populaire du Centre, 23 mai 2015, p. 48.

[10] Ibid. L’évocation des « victimes en pyjamas », pour singer la sinistre tenue des déportés, fait partie de la « rhétorique » traditionnelle de Dieudonné et a valu déjà à celui-ci une condamnation de la chambre criminelle de la Cour de cassation (Cass. crim., 16 octobre 2012, Bull. crim., n° 217), cf. notre article précité note n° 8.

[11] F. Lagier, « Le spectacle interdit pour éviter les ‘‘troubles à l’ordre public’’ », Le Populaire du Centre, 28 mai 2015, p. 7.

[12] « Dieudonné autorisé à Limoges », Le Populaire du Centre, 2 juin 2015, p. 1 et 5.

[13] Ibid.

[14] Ibid., p. 5.


Contact : daniel.kuri@unilim.fr

Coma bleu au Bauturm Theater, festival Africologne, Cologne – 18 juin 2015

Syvie Dyclo-PomosSyvie Dyclo-Pomos va présenter Coma bleu à Cologne au Bauturm Theater le 18 juin 2015 lors du festival Africologne, festival du théâtre africain, en Allemagne.

La Chaire d’excellence Gestion du conflit et de l’après-conflit revient sur son travail par une interview réalisée par Hélène Castagné le 4 mai 2015.

Sylvie Dyclo-Pomos

Comédienne, dramaturge, metteuse en scène, Sylvie Dyclo-Pomos est née à Brazzaville, en République du Congo où elle réside toujours. Elle s’intéresse au théâtre et à l’écriture dès son jeune âge car, bien avant le lycée, elle assiste à une multitude de spectacles de théâtre en compagnie de sa mère qui est comédienne au Théâtre National Congolais. Nourrie par des études de Lettres Modernes à l’Université Marien Ngouabi de Brazzaville, ses prédispositions d’auteure, de comédienne et de metteuse en scène se confirment peu à peu. En 2004, avec son collègue Ludovic Louppé, elle crée la compagnie LUDO-SYLVIE au sein de laquelle elle assure la direction artistique, signe des adaptations et des mises en scène. Ses textes sont aussi montés par d’autres metteurs en scène. Elle obtient une bourse d’encouragement à l’écriture du ministère de la Culture et de la Communication (France) en 2006 pour La Folie de Janus, publié par CulturesFrance, et présenté en lecture à Avignon en 2007. Ce texte est ensuite monté par la compagnie Mabel Octobre et joué au Théâtre Confluences à Paris en 2009. En 2010, la réalisatrice Annette Kouamba lui consacre un documentaire autour de deux de ses textes La Folie de Janus et Les Griots du boss.

En 2013, lors d’une première résidence d’écriture à la Maison des auteurs du festival des Francophonies en Limousin, elle écrit Coma bleu, qui est mis en lecture à Avignon dans la foulée et est enregistré par France Culture dans son programme Voix d’Afrique. Cette pièce jouée pour la première fois au festival Mantsina à Brazzaville.

Sylvie Dyclo-Pomos vient en France depuis 2003, pour jouer des spectacles ou en résidence d’écriture. Pour elle, il est fondamental de parler et surtout de se souvenir, « il faut inonder le monde de l’art ». Très croyante, elle écrit toujours contre l’injustice. En plus de ses propres pièces, elle met aussi en scène des pièces de Sony Labou Tansi.

Son nom ne « sonne » pas congolais, il ne s’agit pas d’un pseudonyme mais bien d’un nom de famille, dont elle ignore l’origine. Son père, qui est décédé quand elle était au lycée, lui avait dit : « si je t’ai donné ce nom, c’est pour que tu ne restes pas dans l’anonymat ».

Chaire GCAC : Qu’avez-vous voulu dire à travers La Folie de Janus (2005), traitant de l’affaire des disparus du Beach ?

 « La Folie de Janus a été publiée par CulturesFrance dans un ouvrage collectif en 2007.

L’action de l’œuvre se déroule durant la guerre civile de 1998 du Congo, qui oppose l’armée régulière et les partisans d’une milice d’un opposant au pouvoir. L’armée régulière pourchasse cette milice, qui s’enfuie en forêt. Le personnage principal, Zatou, quitte Brazzaville, se réfugie dans la forêt du Pool, puis dans un camp du Haut Commissariat pour les Réfugiés en République Démocratique du Congo. Suite à l’appel de son gouvernement quelques mois plus tard, il accoste en mai 1999 avec ses congénères au Beach de Brazzaville. Il se remémore ses années en forêt et les exactions dont a été victime sa famille. Mais les rapatriés sont « triés » : les hommes sont mis de côté et tués, ils sont brûlés, mis dans des sacs ou des containers jetés dans le fleuve. C’est un massacre de masse où 353 personnes disparaissent ou perdent la vie.

Afin d’écrire ce texte, j’ai recueilli les témoignages de nombreuses personnes, par exemple, le témoignage d’un colonel ayant vu son fils se faire tuer, actuellement en exil en France, et qui préside l’Association des disparus du Beach.

Cette affaire a connu un simulacre de procès, à l’issue duquel tous les accusés ont été acquittés. »

Chaire GCAC : Comment avez-vous conçu Coma bleu (2014), œuvre qui vient d’être représentée en Limousin ?

« Le 4 mars 2012, une série d’explosions retentit à Brazzaville. Un dépôt d’armes, entre autres, saute dans le quartier Mpila dans le sixième arrondissement Talangaï, rasant littéralement l’ensemble du bâti urbain dans un rayon de plus de 500 mètres. L’explosion fut d’une telle violence qu’elle fut ressentie jusqu’à Kinshasa en RDC voisine. En plus des dégâts matériels, on dénombre près de 300 victimes, des milliers de mutilés et 15 à 20 000 sans-abris.

Ce jour-là, j’ai probablement échappé à la mort, car je devais traverser le quartier pour aller faire baptiser mon fils, mais il a retardé le taxi. En le changeant, j’ai entendu trois fortes explosions, un son incroyable. Mon fils s’est mis à trembler de terreur. Encore aujourd’hui, il a très peur des détonations, des feux d’artifice. Un décret au Congo a interdit la commercialisation des pistolets et pétards pour les enfants. Toutefois, ils arrivent parfois à s’en procurer, et l’explosion d’un simple pétard terrorise un village entier, marqué à vie par ces souvenirs traumatiques.

Une enquête a été ouverte, plus de 20 militaires ont été arrêtés et jugés au cours d’un simulacre de procès qui s’est terminé le 9 septembre 2013, procès à l’issue duquel il y eut des peines de travaux forcés, de réclusion, mais aussi de nombreux acquittements. Le « passage de la justice » ne s’est pas fait sans mal et pose toujours problème. Aujourd’hui, le quartier est en voie de reconstruction, mais la douleur demeure chez les proches des victimes.

À l’heure actuelle, aucune certitude n’existe sur ce qui s’est réellement passé : en effet, la piste d’un attentat n’est pas à négliger dans la mesure où ce matin-là, le Président devait passer dans ce camp.

Le lendemain des explosions, je me suis rendue sur place et j’ai pris des photos, alors que s’élevait une épaisse fumée et que tous les foyers n’étaient pas encore éteints.

Coma bleu est un monologue qui porte au théâtre l’histoire réelle de cette explosion tragique qui a effacé de la carte tout un quartier. Je donne la parole à une femme de 60 ans, personnage inspiré de ma propre mère, qui, après l’explosion, commence par chercher la dépouille de son fils pour lui rendre une sépulture décente. En effet, dans la culture bantoue, il est très important de pouvoir se recueillir devant la tombe des disparus, et il n’est pas concevable qu’un être humain puisse mourir sans sépulture. Même lorsque l’un d’entre eux meurt à l’étranger, on rapatrie le corps. Ainsi, lorsque leurs proches qui cherchent à traverser la méditerranée disparaissent en mer, le désarroi des parents et des familles est immense. Il est donc fondamental pour l’héroïne de Coma bleu de retrouver au moins une partie du corps de son fils, ne serait-ce pour commencer un travail de deuil. Cette femme décide ensuite au nom de toutes les victimes de porter plainte contre l’État pour assassinat. Un matin elle reçoit une convocation : « Plainte irrecevable. Trahison et offense à la République. L’État vous traduira en justice ». Coma bleu nous plonge dans le quotidien de cette femme qui risquera sa vie pour que justice soit rendue.

J’ai écrit cette œuvre lors d’une résidence d’écriture en 2013 à la Maison des auteurs des Francophonies en Limousin ; elle a été lue au festival d’Avignon avant d’être montée au Congo. »

Chaire GCAC : Quels sont vos projets à venir ?

« Actuellement, je suis à nouveau, en résidence d’écriture à la Maison des auteurs des Francophonies en Limousin jusqu’en juin 2015, et je compose une nouvelle pièce, intitulée Le Verso Recto. L’action se déroule dans un cimetière, où deux personnes mortes, un homme et une femme, sortent de leur tombe pour parler. Ainsi, toutes les générations de morts se connaissent. Ils se mettent à comploter contre les vivants, ils veulent agir, notamment contre ceux qui les ont envoyés au cimetière…

La 12ème édition du festival congolais Mantsina sur scène, présidé par Dieudonné Niangouna, artiste associé au festival d’Avignon en 2013, se tiendra du 10 au 30 décembre 2015 à Brazzaville et sera dédiée à l’écrivain Sony Labou Tansi pour marquer le vingtième anniversaire de sa disparition. Ce festival ne bénéficie d’aucune subvention du ministère de la Culture congolais, ni de la mairie. Les fonds pour le mettre en place viennent de l’étranger, de partenariats avec les Instituts français (IF Congo, IF de Paris). Il est également financé par certaines entreprises. »


Crédit photo : Abdon Koumbha

La question de l’apologie de crimes contre l’humanité – Le cas Dieudonné

Daniel Kuri, Maître de conférences en droit privé, OMIJ, Université de Limoges, EA 3177

Dieudonné a été condamné pour apologie de crime contre l’humanité par le tribunal de grande instance de Paris dans son jugement du 4 mars 2015. Par ailleurs, dans un autre jugement rendu le 19 mars 2015, le tribunal de grande instance de Paris, sous couvert d’une condamnation pour « incitation et provocation à la haine raciale », a de fait sanctionné le même Dieudonné pour une apologie implicite de ces crimes odieux. Ces nouvelles condamnations s’ajoutent au triste tableau du déshonneur pour Dieudonné, déjà condamné de multiples fois pour cette infraction dont la symbolique gravité n’échappera à personne[1].

Dans le premier jugement du 4 mars 2015, « l’humoriste » se voit interdire par le tribunal l’exploitation commerciale du DVD de son spectacle « Le mur » qui avait défrayé la chronique en 2014[2]. Les motifs du jugement sont particulièrement intéressants car le tribunal a jugé que certains passages du DVD étaient « constitutifs de provocation à la haine et la violence, d’apologie et de contestation de crimes contre l’humanité, d’apologie des délits de crimes de collaboration avec l’ennemi »[3]. Si les premiers motifs de condamnation sont malheureusement fréquents concernant Dieudonné[4], il nous semble, sous réserve de plus amples vérifications, que le dernier motif, relatif à « […] l’apologie des délits de crimes de collaboration avec l’ennemi » n’a que rarement été utilisé depuis les procès de l’après-guerre[5].

On ne peut que se réjouir de cette condamnation extrêmement ferme[6]. Celle-ci a d’ailleurs été suivie, le 18 mars 2015, d’une nouvelle condamnation de Dieudonné par le tribunal de grande instance de Paris à deux mois de prison avec sursis, cette fois, pour « apologie d’actes de terrorisme »[7]. On rappellera, à ce sujet, que Dieudonné, à la suite de la marche citoyenne en hommage aux victimes des attentats, avait posté un message le 11 janvier au soir dans lequel il avait écrit « Je me sens Charlie Coulibaly ».[8] Il avait alors, dans le cadre d’un climat passionnel, été poursuivi pour « apologie d’actes de terrorisme »[9] et condamné de ce chef à cette sanction néanmoins indolore. La légèreté de la sanction prononcée nous interroge toutefois, eu égard à l’importance des valeurs transgressées ; mais peut-être traduit-elle, au fond, le doute des juges sur le caractère apologétique des propos de Dieudonné[10].

Pour revenir à la question de l’apologie de crimes contre l’humanité, le second jugement, intéressant l’apologie de ce crime, a été rendu par le tribunal de grande instance de Paris le 19 mars 2015. Le tribunal avait à se prononcer sur les propos de Dieudonné concernant le journaliste Patrick Cohen. Dieudonné avait en effet déclaré lors de son spectacle « Le Mur », en novembre 2013 : « Quand je l’entends parler, Patrick Cohen, je me dis, tu vois, les chambres à gaz… Dommage. » À la suite de ces paroles, faisant implicitement l’apologie de l’extermination des Juifs d’Europe, Dieudonné fit l’objet d’une enquête préliminaire (ouverte par le Parquet de Paris le 30 novembre 2013) « pour incitation à la haine raciale » et « insulte »[11]. Des poursuites judiciaires furent ensuite engagées contre ce dernier pour incitation et provocation à la haine raciale.

Nous aurions préféré que ces poursuites soient faites sur la base de l’apologie de crime contre l’humanité car Dieudonné, à l’occasion de cette agression verbale contre le journaliste Patrick Cohen, avait indiscutablement tenu des propos apologétiques à propos de l’extermination des Juifs d’Europe.

Il n’empêche que le tribunal de grande instance de Paris, en condamnant le 19 mars 2015 Dieudonné pour « incitation et provocation à la haine raciale », a de fait sanctionné le même Dieudonné pour une apologie implicite de crimes contre l’humanité.

Le tribunal de grande instance a donc condamné Dieudonné à 22 500 euros de jours-amende[12] pour ces paroles inqualifiables, qui avaient d’ailleurs déclenché le processus d’interdiction du spectacle « Le Mur ».[13]

Décidément, à propos de la solution finale, et notamment des chambres à gaz, nous n’avons pas le même sens de l’humour que Dieudonné.

La liberté d’expression, liberté précieuse s’il en est[14], n’autorise pas tout[15], notamment ici de glorifier la solution finale mais dans d’autres cas de la nier avec des « falsificateurs de l’histoire »[16] comme le négationniste Faurisson. On peut, à cet égard, rappeler que Dieudonné fut condamné par la Cour de cassation, le 16 octobre 2012[17], pour ce type d’affirmations faites en présence de Faurisson[18].

En l’occurrence, Dieudonné n’avait rien trouvé de mieux, « pour faire rire », que d’inviter à son « spectacle » le 26 décembre 2008 le négationniste Faurisson pour lui remettre « le prix de l’infréquentabilité ». Sur fond de vulgarité absolue, une personne vêtue d’un pyjama à carreaux (« son habit de lumière » selon Dieudonné), avec une étoile juive, remettait à M. Faurisson un objet avec trois pommes (le public criant alors « Faurisson a raison », « Il a gagné »). Dieudonné tenta certes, pour justifier ce « spectacle », d’avancer l’aspect « médiatique » de M. Faurisson[19] mais, après sa condamnation par le tribunal de grande instance de Paris le 27 octobre 2009 à 10 000 euros d’amende pour « injures » à caractère raciste, il « jeta le masque » par des propos terribles tenus lors d’un nouveau « spectacle » : « Tout ça pour une histoire de chambre à gaz ! »[20], ainsi que par des paroles sidérantes sur Bernard-Henri Lévy : « Quand tu entends BHL, tu te dis que si, lui est philosophe, peut-être que les chambres à gaz n’ont pas existé ». La cour d’appel de Paris, le 17 mars 2011[21], confirma en tout point la décision des premiers juges en relevant avec force dans ses motifs que « si M. M’bala M’bala [Dieudonné] revendique sa liberté d’expression et, en quelque sorte, l’immunité [de l’humoriste], ces droits, essentiels dans une société démocratique, ne sont pas sans limites ». La cour considéra avec pertinence qu’il en est ainsi « lorsqu’est en cause le respect de la dignité humaine, […], et lorsque les actes de scène […] ne présentent plus le caractère d’un spectacle ». La Cour de cassation, le 16 octobre 2012[22], en rejetant le pourvoi en cassation de Dieudonné, rendit définitive la condamnation prononcée par les juges du fond dans cette affaire. Le rejet est d’autant plus ferme que la Haute juridiction, reprenant longuement les motifs de la cour de Paris, les trouva « exempts d’insuffisance comme de contradiction ». Par ailleurs, la chambre criminelle considéra que la décision des magistrats parisiens était justifiée « au regard des dispositions de l’article 23 de la loi du 29 juillet 1881 et des dispositions conventionnelles ». Cette invocation du droit européen par la chambre criminelle, à égalité avec le droit français, est bien évidemment particulièrement intéressante.

Ainsi, à l’occasion de cette affaire, les juges ont donc refusé de la façon la plus ferme toute révision directe ou indirecte de l’Holocauste[23].

Toutefois, signe des temps, à côté du négationnisme[24], apparaît de plus en plus l’apologie de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité. On pourrait même ajouter que l’apologie de ces crimes odieux s’est multipliée ces dernières années. Pour conjurer le danger de ces propos, les juges ne doivent pas hésiter à réprimer avec la plus grande fermeté de telles assertions.

Il semblerait d’ailleurs que les juges fassent preuve de davantage de sévérité, notamment dans les jugements du 4 mars et du 19 mars 2015, par rapport à des décisions antérieures[25].

Enfin, au-delà du droit, de ses règles et de ses sanctions, en ce qui concerne les propos inqualifiables de Dieudonné, qu’ils soient négationnistes ou apologétiques, on se plaît toujours à espérer que ce dernier retrouve un peu d’humanité et le sens de l’humour qu’il avait au début de sa carrière[26].


[1] À propos de la multiplication ces dernières années des condamnations pour apologie de crimes contre l’humanité, cf. notre article : « L’apologie de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité, un délit à la mode ? », blog http://jupit.hypotheses.org/ ; voir également pour des décisions plus anciennes à propos de Dieudonné notre étude « Les séquelles de la Deuxième Guerre mondiale dans les balances de la Justice », I, A, site http://fondation.unilim.fr/chaire-gcac.

[2] Cf. infra, le jugement du 19 mars 2015 et note 13 pour la présentation de l’affaire du spectacle « Le Mur ».

[3] Le Monde, 6 mars 2015, p. 10 ; Le Populaire du Centre, 5 mars 2015, p. 32.

[4] Dans une affaire similaire, le tribunal de grande instance de Paris, le 12 février 2014, avait déjà ordonné à Dieudonné de retirer deux passages de la vidéo « 2014 sera l’année de la quenelle » diffusée sur le site YouTube. Le tribunal avait alors estimé que le premier passage constituait une contestation de crime contre l’humanité et le second une provocation à la haine raciale.

[5] Le Conseil d’État, dans un arrêt du 30 décembre 2014, AJDA 2015, p. 430, a cependant récemment confirmé la dissolution d’une association (L’œuvre française) « [car] ayant pour but d’exalter la collaboration avec l’ennemi, […] ».

[6] Dieudonné a fait appel de ce jugement le 13 mars 2015.

[7] Le Monde, 20 mars 2015, p. 12.

[8] Ibid. p. 12.

[9] Ces poursuites ont elles-mêmes provoqué un débat sur le point de savoir si Dieudonné pouvait être légitimement sanctionné ou s’il était abusivement empêché de s’exprimer. Voir à ce sujet, « Faut-il censurer la parole de Dieudonné ? », Le Monde, 5 février 2015, p. 16.

[10] Le tribunal n’a, en tout cas, pas suivi les réquisitions de la procureure qui avait demandé, lors de l’audience du 4 février 2015, une peine de 30 000 euros de jours-amende contre le prévenu en demandant au tribunal de « considérer à la fois le propos lui-même, le contexte dans lequel il a été tenu et la personnalité de son auteur condamné à plusieurs reprises pour des déclarations antisémites ». Pour sa défense, Dieudonné avait dit condamner « sans aucune retenue et ambiguïté les attentats » et avait expliqué s’être senti « exclu de la marche du 11 janvier 2015 », en ayant le sentiment d’être traité comme un « terroriste ». Rappelons qu’une peine de jours-amende implique que le condamné voit cette peine transformée en emprisonnement s’il ne s’acquitte pas de la totalité de l’amende. Voir la présentation de cette audience in Le Populaire du Centre, 5 février 2015, p. 39.

[11] Le Monde, 1-2 janvier 2014, p. 6 ; voir la présentation de cette affaire in Le Monde, 29-30 décembre 2013, p. 8.

[12] Une peine de jours-amende implique que le condamné voit cette sanction transformée en emprisonnement s’il ne s’acquitte pas du paiement de la totalité de l’amende. Dans ses réquisitions, lors de l’audience du 28 janvier 2015, la procureure avait notamment estimé que les propos poursuivis avaient « porté atteinte à des valeurs fondamentales qui fondent notre société » et relevé une « antienne » d’attaques contre les Juifs à travers le spectacle incriminé. Elle avait requis 300 jours-amende à 100 euros, soit au total 30 000 euros d’amende contre Dieudonné, ce qui équivalait à 300 jours de prison en cas de non-paiement de cette somme. Le défenseur de Dieudonné avait demandé la relaxe du prévenu en estimant qu’il ne s’agissait « pas de haine des Juifs » mais qu’« il y a une loi qui protège une mémoire, la mémoire juive et que [Dieudonné] joue sur l’inégalité de traitement avec, par exemple, l’histoire de la traite négrière, de la mémoire arménienne, de la mémoire algérienne ». Il concluait en affirmant que « l’extension de la loi Gayssot est le meilleur moyen de faire taire Dieudonné ». Pour une présentation très complète de l’audience du 28 janvier 2015, voir Le Populaire du Centre, 29 janvier 2015, p. 38.

[13] À la suite de l’indignation causée par ces paroles (où Dieudonné reconnaissait l’existence des chambres à gaz contrairement à ses dires habituels), le ministre de l’Intérieur avait transmis une circulaire, le 6 janvier 2014, à l’ensemble des préfets pour rappeler les outils juridiques permettant d’interdire les représentations du spectacle litigieux (Le Monde, 8 janvier 2014, p. 8). Différents maires ou préfets prirent donc des arrêtés interdisant les représentations de Dieudonné. Celui-ci contesta la légalité de ces arrêtés. Dans une décision très attendue, le Conseil d’État, le 9 janvier 2014, annula l’ordonnance du juge des référés du tribunal administratif de Nantes qui avait suspendu l’arrêté d’interdiction pris par le préfet de la Loire-Atlantique, ce qui, par voie de conséquence, validait l’arrêté d’interdiction. L’ordonnance du Conseil d’État est généralement considérée comme un revirement par rapport à une jurisprudence traditionnellement libérale et hostile aux mesures d’interdiction (Le Monde, 11 janvier 2014, p. 6 ; égal. 12-13 janvier p. 1). Dans le même sens, C.E. 10 et 11 janvier 2014.

Cependant, dans une ordonnance du 6 février 2015, le Conseil d’État semble revenir à cette jurisprudence libérale ; voir en ce sens B. Quiriny, « Ordonnances ‘‘Dieudonné’’, suite et reflux », D. 2015, p. 544. En l’espèce, le Conseil d’État, à propos de faits comparables à ceux de 2014, mais s’agissant d’un autre spectacle de Dieudonné, a choisi de ne pas annuler l’ordonnance du juges des référés du tribunal administratif de Clermont-Ferrand qui avait suspendu l’arrêté d’interdiction pris par le maire de Clermont-Ferrand. Néanmoins, selon C. Jamin, « Affaire Dieudonné : suite et fin ? », D. 2015, Editorial no 11, « les deux ordonnances pourraient n’avoir rien de contradictoire pour cette raison simple que les faits n’étaient pas identiques : en 2015, il ne s’agit plus du même spectacle […] ».

[14] Article 10 § 1er de la Convention de sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés fondamentales, plus communément désignée par l’appellation Convention européenne des droits de l’Homme ou par le sigle CEDH.

[15] Article 10 § 2 et article 17 de la Convention précitée.

[16] Pour reprendre l’expression de Robert Badinter.

[17] Cass. crim., 16 octobre 2012, Bull. crim., no 217.

[18] Pour d’autres affaires concernant Dieudonné et le néo-négationnisme, cf. notre article précité, « Les séquelles de la Deuxième Guerre mondiale dans les balances de la Justice », I, A.

[19] Libération.fr/0181309030.

[20] Lexpress.fr dieudonné-mahmoud.

[21] Décision inédite, no 09/11980.

[22] Cass. crim., 16 octobre 2012, précitée.

[23] La position des juges sur cette question s’inscrit d’ailleurs dans le prolongement direct de la jurisprudence classique de la chambre criminelle : voir, notamment, Cass. crim., 23 février 1993, Bull. crim., no 86 ; 20 décembre 1994, ibid, no 424 ; D. 1995, IR p. 64 ; 12 septembre 2000, Garaudy, inédit ; Dr. Pénal 2001, 2ème arrêt, Commentaires no 4, obs. M. Véron où les Hauts magistrats n’ont pas hésité à affirmer que « si l’article 10 de la Convention […] reconnaît en son premier paragraphe à toute personne le droit à la liberté d’expression, ce texte prévoit en son second paragraphe que l’exercice de cette liberté comportant des devoirs et responsabilités peut être soumis à certaines formalités, conditions, restrictions ou sanctions prévues par la loi, qui constituent, dans une société démocratique, des mesures nécessaires notamment à la protection de la morale et des droits d’autrui ; que tel est l’objet de l’article 24 bis (délit de contestation de l’existence de crime contre l’humanité) de la loi du 29 juillet 1881 modifiée par la loi du 13 juillet 1990 ».

Dans l’arrêt Garaudy du 12 septembre 2000, ibid., la Cour précise même que « […] la contestation de l’existence des crimes contre l’humanité entre dans les prévisions de l’article 24 bis de la loi du 29 juillet 1881, même si elle est présentée sous forme déguisée ou dubitative ou encore par voie d’insinuation ; qu’elle est également caractérisée lorsque sous couvert de recherche d’une supposée vérité historique, elle tend à nier les crimes contre l’humanité commis par les nazis à l’encontre de la communauté juive ; que tel est le cas en l’espèce ».

[24] Rappelons que le « négationnisme » est un néologisme créé par l’historien H. Rousso pour dénoncer l’amalgame fait par certains individus entre la révision, qui fonde la libre recherche en histoire, et l’idéologie, consistant à nier ou minimiser de façon caricaturale la Shoah. Ces personnes s’intitulaient en effet elles-mêmes « historiens  révisionnistes » et n’avaient pas hésité à appeler une de leurs principales revues : « La révision ».

[25] Ainsi, G. Bourdouleix, député de Maine-et-Loire et maire de Cholet qui, le 21 juillet 2013, n’hésita pas à dire, en parlant d’un rassemblement de gens du voyage sur un terrain agricole : « Comme quoi Hitler n’en a pas tué assez, hein ? » fut condamné par le tribunal de grande instance d’Angers, le 23 janvier 2014, à seulement 3 000 euros d’amende avec sursis pour ses propos (cf. notre article précité « L’apologie de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité, un délit à la mode ? »). Sur appel du Parquet, la condamnation fut portée par la cour d’appel d’Angers, le 12 août 2014, à 3 000 euros d’amende sans sursis (cf. « L’apologie de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité, un délit à la mode ? Suite…», site http://jupit.hypotheses.org/). De même, le Norvégien K. Vikernes, poursuivi notamment pour apologie de crimes contre l’humanité en raison d’écrits publiés sur son blog fut condamné par le tribunal de grande instance de Paris le 8 juillet 2014 à six mois de prison avec sursis et 8 000 euros d’amende pour apologie de crimes contre l’humanité (cf. notre article précité « L’apologie de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité, un délit à la mode ? »).

[26] Au moment où nous écrivons ces lignes, J.-M. Le Pen, multirécidiviste en la matière, vient une nouvelle fois de qualifier, le 2 avril 2015, les chambres à gaz de « détail » de la Deuxième Guerre mondiale. À la suite de ces propos, le Parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour contestation de crimes contre l’humanité, cf. Le Populaire du Centre, 4 avril 2015, p. 39.


Contact : daniel.kuri@unilim.fr

Droit à ne pas être jugé deux fois pour les mêmes faits, crimes de guerre et amnistie : de l’art de manquer une occasion de préciser le champ d’application de l’article 4 du Protocole n° 7 (CEDH, GC, 27 mai 2014, n° 4455/10, Marguš c. Croatie)

Damien Roets, Professeur de droit privé et sciences criminelles, Directeur du Master de droit pénal international et européen, OMIJ, Université de Limoges, EA 3177

La Cour européenne des droits de l’Homme, par son interprétation dynamique et évolutive de la Convention et de ses protocoles additionnels, suscite régulièrement l’admiration des uns et l’irritation (parfois la stupéfaction) des autres. En marge de ces coups d’éclats, le présent arrêt apporte une pierre remarquable à l’édifice strasbourgeois en ce qu’il révèle une figure pour le moins originale de l’interprétation de la Convention et de ses protocoles additionnels : l’interprétation non interprétative ! En effet, la Cour y réalise un tour de force : déclarer non applicable l’article 4 du Protocole additionnel n° 7 en ignorant superbement la lettre de cette disposition conventionnelle (ainsi que le relèvent, dans leur opinion concordante commune, les juges Šikuta, Wojtyczek et Vehabović, « dans la présente affaire, la majorité n’a pas essayé d’analyser le sens du texte de […] de l’article 4 du Protocole n° 7 ni de délimiter son champ d’application[1] »). Elle aurait pourtant pu aboutir au même résultat (l’absence de violation de l’article 4 du Protocole n° 7) en raisonnant sur le terrain des deux premiers paragraphes de l’article 4 du Protocole n° 7, et cela sans pour autant évacuer la question de l’amnistiabilité des crimes internationaux[2] (génocide, crimes contre l’humanité, crimes de guerre et, aussi, crime d’agression) dont l’incontestable importance semble l’avoir obnubilée au point de lui faire perdre de vue l’exigence, élémentaire, de rigueur.

En l’espèce, à l’occasion d’une première procédure, le requérant a été poursuivi entre 1993 et 1997, sur le fondement des qualifications de meurtre et de coups et blessures, pour avoir, pendant la guerre d’indépendance, et alors qu’il servait dans l’armée croate, le 20 novembre 1991, tué deux personnes et blessé gravement un enfant, et, le 10 décembre 1991, tué deux personnes, toutes ses victimes étant des civils serbes. Le 24 juin 1997, le tribunal du comté d’Osijek décida de le faire bénéficier de la loi d’amnistie générale du 24 septembre 1996 (laquelle, selon la Cour suprême de Croatie, saisie d’un pourvoi dans l’intérêt de la loi, aurait cependant été mal appliquée). Le 26 avril 2006, pour les mêmes faits, le parquet près le tribunal d’Osijejk inculpa le requérant de plusieurs chefs de crimes de guerre contre la population civile. Le 21 mars 2007, cette juridiction déclara Fred Marguš coupables des faits qui lui étaient reprochés et le condamna à quatorze ans d’emprisonnement. Ayant vainement exercé les voies de recours internes, il saisit la Cour européenne des droits de l’Homme le 31 décembre 2009, estimant notamment avoir été victime d’une violation du principe non bis in idem consacré par  l’article 4 du Protocole n° 7[3].

Après avoir écarté l’exception d’irrecevabilité pour défaut de compétence ratione temporis (considérant que le fait que la deuxième procédure diligentée à l’encontre du requérant l’a été, en 2006, après que la Convention et le Protocole n° 7 furent entrés en vigueur respectivement les 5 novembre 1997 et 1er février 1998 emportait sa compétence), la Cour de Strasbourg devait, donc, se prononcer sur l’applicabilité in casu de l’article 4 du Protocole n° 7, et cela sous la pression d’un groupe d’experts universitaires rattaché à l’université londonienne du Middlesex, tiers intervenant fermement décidé à engager le débat juridique sur le seul terrain de la question de l’amnistiabilité des crimes internationaux[4]. Dans un premier temps, la Cour semble certes vouloir faire preuve de résistance, invoquant l’arrêt de Grande Chambre Zolotoukhine c/ Russie du 10 février 2009[5] selon lequel « l’article 4 du Protocole n° 7 doit être compris comme interdisant de poursuivre ou de juger une personne pour une seconde « infraction » pour autant que celle-ci a pour origine des faits identiques ou des faits qui sont en substance les mêmes[6] ». À ce stade de l’arrêt, le lecteur peut légitimement s’attendre à ce que la Cour saisisse l’occasion qui lui est offerte de donner un sens à l’expression « acquitté ou condamné par un jugement définitif » figurant au premier paragraphe de l’article 4 du Protocole n° 7 et, partant, de préciser si une amnistie peut ou non être assimilée à un jugement définitif d’acquittement ou de condamnation au sens dudit article. Cette attente est d’ailleurs confortée par l’affirmation de la Cour selon laquelle il lui incombe de rechercher « si l’article 4 du Protocole n° 7 trouve à s’appliquer aux circonstances particulières de l’espèce, eu égard au fait que le requérant s’est vu accorder une amnistie inconditionnelle pour des actes qui s’analysent en des violations graves des droits fondamentaux de l’homme[7] ». Mais dans les paragraphes-clé de l’arrêt, la Cour écarte les dispositions de l’article 4 du Protocole n° 7 pour analyser l’abandon de la première procédure en application de la loi d’amnistie générale, d’une part « au regard de la Convention[8] », d’autre part « au regard du droit international[9] », n’intégrant incongrûment la seconde procédure que dans sa « Conclusion générale[10] ».

Dans un premier temps, la Cour met en exergue les obligations de protéger le droit à la vie et d’assurer la protection des personnes contre les mauvais traitements qu’imposent les articles 2 et 3 de la Convention, considérant que les garanties consacrées par ceux-ci et par l’article 4 du Protocole n° 7 « doivent être considérées comme des parties d’un tout[11] ». Pour emporter la conviction, cette affirmation contestable[12] aurait dû être accompagnée de précisions relatives à l’impact des articles 2 et 3 de la Convention sur le jeu du principe non bis in idem. Or, elliptique, sans se caler sur les dispositions de l’article 4 du Protocole n° 7, et après avoir évoqué la décision Ould Dah c/ France du 17 mars 2009[13] (relative à une prétendue violation de l’article… 7 de la Convention), elle se contente d’affirmer que « l’octroi du bénéfice de l’amnistie aux auteurs de meurtre ou de mauvais traitements de civils serait contraire aux obligations découlant pour les États des articles 2 et 3 de la Convention ». Cette formulation manifeste peut-être la volonté (trop) implicite de la Cour de neutraliser le jeu de l’article 4 du Protocole n° 7, selon un raisonnement et des modalités à préciser, lorsque des faits relevant des qualifications internationales de génocide, crime contre l’humanité ou crime de guerre ont fait l’objet d’une amnistie. Quoi qu’il en soit, elle ne saurait assurément pas signifier que, d’une manière générale, le principe non bis in idem ne trouve pas à s’appliquer lorsque les faits objet des poursuites sont susceptibles de revêtir une qualification pénale relevant de l’article 2 ou de l’article 3 de la Convention – en d’autres termes, les articles 2 et 3 de la Convention n’emportent pas, pour les États parties, l’obligation positive de ne pas respecter le principe non bis in idem tel que consacré par l’article 4 du Protocole n° 7 -.

Dans un second temps, la Cour examine l’abandon de la première procédure à la lumière du droit international. Renvoyant, à de multiples reprises, aux paragraphes consacrés aux « Instruments de droit international pertinents[14] », après avoir observé que, « à l’heure actuelle aucun traité international n’interdit expressément le recours à l’amnistie relativement aux violations graves des droits fondamentaux de l’homme[15] », pris « note de l’argument du tiers intervenant relatif à l’absence de consensus parmi les États au niveau international quant à une interdiction absolue du recours à l’amnistie pour des violations graves des droits fondamentaux de l’homme, notamment de ceux garantis par les articles 2 et 3 de la Convention[16] », et rappelé l’avis du tiers intervenant « qu’utilisée comme moyen de mettre fin à des conflits prolongés, l’amnistie peut aboutir à des résultats positifs[17] », dans sa conclusion, la Cour, s’appuyant essentiellement sur la jurisprudence de la Cour interaméricaine des droits de l’Homme, constate tout d’abord que « le droit international tend de plus en plus à considérer ces amnisties comme inacceptables car incompatibles avec l’obligation universellement reconnue pour les États de poursuivre et de punir les auteurs de violations graves des droits fondamentaux de l’homme[18] ». Elle ajoute ensuite que, « à supposer que les amnisties soient possibles lorsqu’elles s’accompagnent de circonstances particulières telles qu’un processus de réconciliation[19] et/ou une forme de réparation pour les victimes, l’amnistie octroyée au requérant en l’espèce n’en resterait pas moins inacceptable puisque rien n’indique la présence de telles circonstances en l’espèce[20] ». Elle en vient, enfin, à considérer que, « en dressant un nouvel acte d’accusation contre le requérant et en le condamnant pour crimes de guerre contre la population civile, les autorités croates ont agi dans le respect tant des obligations découlant des articles 2 et 3 de la Convention que des exigences et recommandations figurant dans les mécanismes et instruments internationaux susmentionnés[21] », et à affirmer ex abrupto que « l’article 4 du Protocole n° 7 à la Convention ne trouve donc pas à s’appliquer aux circonstances de l’espèce[22] ». Si l’on peut trouver un réel intérêt à cette contribution strasbourgeoise à la question de l’amnistiabilité des crimes internationaux (qu’elle met naturellement en relation avec la question de leur imprescriptibilité et celle, plus large, de leur impunité), le chemin intellectuel emprunté par la Cour pour conclure à la non-applicabilité de l’article 4 du Protocole n° 7 est loin d’être convaincant (dans leur opinion concordante commune, « en ce qui concerne le raisonnement », les juges Ziemele Berro-Lefèvre et Karakas trouvent « déconcertant que l’affaire se soit transformée en une « affaire articles 2 et 3 »[23] »). Pour satisfaire à l’exigence de « rigueur méthodologique sans faille », dont les juges Šikuta, Wojtyczek et Vehabović regrettent l’absence dans leur opinion concordante[24], la Cour aurait dû répondre à la question suivante : une amnistie peut-elle être assimilée à un jugement définitif au sens de l’article 4 du Protocole n° 7 ? Dans l’hypothèse d’une réponse négative, ce dernier étant inapplicable, aucune autre question n’aurait dû être posée. Dans l’hypothèse d’une réponse positive, l’article 4 du Protocole n° 7 étant nécessairement applicable, la question de savoir s’il avait violé aurait alors dû être posée.

S’agissant de la première question, une première réponse consiste à considérer, avec les juges Spielmann, Power-Forde et Nussberger[25], qu’une amnistie ne peut être assimilée ni à une décision de condamnation – en l’absence de toute décision d’une juridiction nationale déclarant telle personne coupable de telle infraction – ni à une décision d’acquittement – le bénéfice de l’amnistie ne présupposant aucune investigation sur les faits objet de l’accusation et ne se fondant sur aucune constatation factuelle pertinente révélant l’innocence de la personne suspectée -. Avec cette réponse, non seulement toute référence aux articles 2 et 3 de la Convention aurait été superfétatoire[26], mais également toute discussion relative à la question de l’amnistiabilité des crimes internationaux[27]. La Cour eût alors dû se limiter à constater la non-applicabilité, en l’espèce, de l’article 4 du Protocole n° 7 – et assumer la frustration intellectuelle de ne pouvoir s’engouffrer dans le débat sur les rapports entre crimes internationaux et amnistie -. Cette solution, simple et claire, est cependant contestable. Eu égard aux audaces interprétatives auxquelles elle nous a habitué[28], la Cour aurait ainsi pu apporter une réponse positive à la question posée, et considérer qu’une amnistie pouvait être assimilée à un jugement définitif d’acquittement. En effet, comme le soutiennent, dans leur opinion concordante commune, les juges Ziemele Berro-Lefèvre et Karaka, « on ne peut exclure la possibilité de donner une interprétation […] large à [l’]expression [« acquitté ou condamné par un jugement définitif » figurant à l’article 4 § 1 du Protocole n° 7][29] », « certaines décisions [pouvant] être considérées comme ayant le même effet juridique que des décisions définitives d’acquittement, même si elles ne présupposent pas une appréciation de la culpabilité ou de l’innocence de l’accusé[30] » (les mêmes juges relèvent par ailleurs qu’« une caractéristique commune à l’acquittement, au sens courant de ce terme, et à l’amnistie est que tous deux impliquent une exonération de la responsabilité pénale[31] »). De plus, cette assimilation de l’amnistie à un jugement définitif d’acquittement peut être confortée par l’argument tiré de l’objectif de réconciliation. Avec cette interprétation, la Cour aurait pu (dû) considérer l’article 4 du Protocole n° 7 comme étant applicable, et répondre, alors, à la question de savoir s’il avait été ou non violé.

Dès lors que l’amnistie aurait été considérée comme relevant du champ d’application de l’article 4 du Protocole n° 7, par application de la solution de principe adopté en 2009, après les tergiversations antérieures, par la Cour de Strasbourg dans son arrêt de Grande Chambre Zolotoukhine c/ Russie, le requérant aurait pu s’attendre à voir celle-ci constater une violation de cette disposition, puisque, comme la Cour le souligne maladroitement en visant les « infractions », le requérant a bien été poursuivi deux fois pour les mêmes faits. Cette impossibilité de nouvelles poursuites peut-elle faire l’objet d’une exception lorsque la ou les nouvelles qualifications retenues à l’occasion de la seconde procédure relèvent de la catégorie des crimes internationaux ? À la réflexion, une telle exception à la « solution Zolotoukhine » est envisageable. En pareil cas, en effet, il pourrait être soutenu que la qualification minimaliste de faits dans le cadre d’une première procédure constitue un « vice fondamental […] de nature à affecter le jugement [ou l’amnistie] intervenu[e] » au sens du deuxième paragraphe de l’article 4 du Protocole n° 7[32], une réouverture du procès étant alors, en application de ce même texte, possible sous la qualification de génocide, crime contre l’humanité ou crime de guerre (où l’on comprend que, en réalité, sous l’angle de l’article 4 du Protocole n° 7, la question qui était en l’occurrence posée à la Cour n’était pas celle de l’amnistiabilité des crimes internationaux mais, plus précisément, celle de l’amnistiabilité d’infractions non internationales alors que les faits objet des poursuites revêtent une qualification pénale internationale). Resterait alors à savoir si la réalité d’un processus de réconciliation associé à l’amnistie intervenue pourrait, dans certains cas, et dans des conditions à définir, faire obstacle à l’engagement de nouvelles poursuites. D’un point de vue pratique, une application à géométrie variable de l’exception de « vice fondamental » en cas d’ignorance d’une qualification pénale internationale à l’occasion d’une première procédure paraît peu conciliable avec l’objectif de sécurité juridique.


[1] § 6.

[2] Sur le concept de crime international, cf. D. Rebut, Droit pénal international, Dalloz, 2012, n°s 819 et 820.

[3] Sur la violation de l’article 6 §§ 1 et 3 de la Convention, alléguée par le requérant et non constatée par la Cour, cf. les §§ 69 à 91 de l’arrêt.

[4] Cf. les §§ 108 à 113 de l’arrêt.

[5] Cf. cette Revue 2009.675, obs. D. Roets ; D. 2009.1573, obs. J.-F. Renucci.

[6] § 114.

[7] § 123.

[8] §§ 124 à 128.

[9] §§ 129 à 138.

[10] §§ 139 à 141.

[11] § 128 in fine.

[12] Dans son opinion en partie dissidente, le juge Dedov rappelle que, alors que« les articles 2 et 3 établissent quels droits substantiels devraient être protégés en vertu de la Convention, l’article 4 du Protocole n° 7 contient des garanties procédurales (non bis in idem) contre l’arbitraire, […] et possède donc sa propre dimension, qui est indépendante des articles 2 et 3 » (§ 1).

[13] Cf. cette Revue 2009.659, obs. D. Roets.

[14] Cf. les §§ 35 à 68 de l’arrêt.

[15] § 131.

[16] § 137.

[17] Ibid.

[18] § 139.

[19] Sur ce point, cf. déjà CEDH, déc., 17 mars 2009, Ould Dah c/ France.

[20] Ibid.

[21] § 140.

[22] Ibid.

[23] Cf. aussi l’opinion concordante des juges Šikuta, Wojtyczek et Vehabović, qui déclarent sans ambages : « nous ne pouvons accepter le raisonnement adopté par la majorité pour justifier l’arrêt rendu » (§ 1).

[24] Cf. § 12 de l’opinion.

[25] Cf. leur opinion concordante commune jointe à l’arrêt.

[26] En ce sens, cf. le § 10 in fine de l’opinion concordante des juges Spielmann, Power-Forde et Nussberger.

[27] En ce sens, cf. le § 7 de l’opinion concordante des juges Šikuta, Wojtyczek et Vehabović.

[28] Cf. par exemple, parmi de nombreux exemples possibles, la « découverte » de la règle de la rétroactivité in mitius au sein du premier paragraphe de l’article 7 de la Convention (CEDH, GC, 17 sept. 2009, Scoppola c/ Italie n° 2, cette Revue 2010.234, obs. J.-P. Marguénaud ; RTDH 2010.853 ; obs. S. Van Drooghenbroeck).

[29] § 4.

[30] Ibid.

[31] Ibid.

[32] En ce sens, cf. l’opinion en partie dissidente du juge Dedov, § 2.


Contact : damien.roets@unilim.fr

1913, Genèse d’une loi sur les monuments historiques

1913

1913, Genèse d’une loi sur les monuments historiques

Ouvrage coordonné par Jean-Pierre Bady, Marie Cornu, Jérôme Fromageau, Jean-Michel Leniaud, Vincent Négri

Compte-rendu d’ouvrage, Hélène Castagné

Le Centre d’études sur la coopération juridique internationale (CECOJI-CNRS) et l’École nationale des Chartes, en collaboration avec le ministère de la Culture et de la Communication, son comité d’histoire, la direction générale des Patrimoines ainsi que la médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine ont contribué à réaliser un excellent ouvrage à l’occasion du centenaire de la loi de 1913 sur les monuments historiques (1913, Genèse d’une loi sur les monuments historiques, coordonné par Jean-Pierre Bady, Marie Cornu, Jérôme Fromageau, Jean-Michel Leniaud, Vincent Négri, La Documentation Française, Paris, 2013, 602 pages, librairies, 39€).

Constitué d’une multitude d’articles très bien coordonnés, ce beau livre permet d’appréhender de façon accessible l’histoire de la grande loi sur les monuments historiques (loi du 31 décembre 1913, JO 4 janvier 1914, p. 132), placée dans son contexte et décortiquée minutieusement.

L’ouvrage commence par une introduction et un texte d’avant-propos constituant un très bon résumé de l’histoire des tendances législatives du XIXème siècle se rapportant au thème des monuments historiques ainsi que les polémiques soulevées par ces questions, en particulier les débats sur la propriété collective et ceux liés à la restauration des monuments historiques.

Il s’agit ensuite pour les auteurs – nombreux à s’être impliqués dans le projet – de décrire les origines de la protection légale accordée aux monuments historiques. Ils cherchent à cerner la filiation des textes antérieurs dans laquelle la loi de 1913 s’est inscrite. Une attention particulière est portée à la première loi concernant les monuments historiques de 1887, texte qui n’avait pas rencontré un grand succès et, à l’inverse connu de nombreuses difficultés d’application, de par la réticence de ses auteurs à intervenir en matière de propriété privée. C’est aussi en cela que la loi de 1913 a marqué une « révolution juridique » vis-à-vis de la propriété privée, en créant une servitude de conservation.

Aucun aspect de la naissance de la loi de 1913 n’est négligé : les rapports de ce texte avec la loi de 1905, l’influence des législations étrangères, la préparation administrative de la loi, la doctrine de l’époque et ce que pensaient les commentateurs à la fois pour la loi de 1887 mais aussi pour le projet de loi et la loi de 1913. La jurisprudence concernant les monuments historiques est également traitée, ce qui constitue là aussi un champ d’études qui n’avait jusque là pas été envisagé. 

L’ouvrage ne fait pas que s’intéresser à la genèse de la loi et à sa filiation, les communications procèdent à une analyse minutieuse des principes et concepts fondateurs de la loi, notamment la question des objets classés au titre des monuments historiques, la place de l’archéologie dans la loi de 1913 ou encore l’intervention du droit pénal au titre des monuments historiques. Les auteurs s’interrogent également sur la place qu’occupe cette loi dans le corpus de normes concernant les monuments historiques, par exemple avec son règlement d’administration publique (décret d’application) ou encore avec la loi du 10 juillet 1914 portant création de la Caisse nationale des monuments historiques et préhistoriques. Les auteurs ne laissent pas non plus de côté l’étude de la force de diffusion de la loi de 1913 à l’international, par exemple dans un contexte colonial.

Ce livre dispose d’un cahier photographique de très grande qualité ; on y trouve des clichés conservés à la médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine, ceux de monuments grandioses, rares, ou inattendus comme la cathédrale de Constantine en Algérie, immortalisée en 1893 par le photographe Médéric Mieusement. A cette époque, l’Algérie était considérée comme française, la législation nationale s’y appliquait donc comme en France ; la loi de 1887 comportait des « Dispositions spéciales à l’Algérie et aux pays de protectorat ». La loi de 1913 quant à elle n’y fut appliquée qu’une dizaine d’années plus tard, mais elle ne donna lieu à quasiment aucun classement.

Le dossier iconographique comporte également des reproductions de documents manuscrits illustrant l’histoire de la loi de 1913. On y trouve des notes et correspondances relatives au projet de loi, les motifs, les amendements, la première version officielle de la loi, son règlement d’administration, etc. Ces documents ne sont toutefois pas livrés de façon abrupte dans la mesure où nombre d’entre eux font l’objet d’un commentaire et s’inscrivent parfaitement dans la compréhension globale de l’ouvrage.

L’ouvrage est également enrichi d’une collection très fournie de notices biographiques inédites concernant les acteurs parfois méconnus de l’histoire de la loi de décembre 1913. Il s’agit de députés, de sénateurs, de ministres, de membres de l’administration des monuments historiques, d’urbanistes et d’architectes, d’historiens et d’érudits, majoritairement des juristes. Ces biographies sont illustrées de photographies tirées des archives du Sénat et de l’Assemblée nationale, ainsi que des archives de la médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine et de la Bibliothèque nationale de France.

Les annexes de l’ouvrage sont également une source d’informations très précieuse, à ne pas négliger. Concernant la rédaction de la loi, elles comportent notamment des rapports de la commission chargée d’examiner le projet de loi, ce qui permet une étude très précise, presque au jour le jour, de l’histoire de la loi de 1913.

Cet ouvrage fait preuve d’une grande exigence scientifique dans la mesure où il se termine par une bibliographie conséquente d’une vingtaine de pages, exhaustive et très accessible par sa structure et son plan thématique. Elle constitue un outil indispensable pour qui s’intéresserait à l’histoire du droit des monuments historiques et plus encore, l’histoire du droit du patrimoine culturel.

Ouvrage passionnant et indispensable analysant sur tous les plans la naissance et l’évolution d’un « monument législatif », il est d’une grande rigueur scientifique tout en étant magnifiquement illustré.

Murs rebelles, Iconographie nationaliste contestataire : Corse, Pays Basque, Irlande du Nord

Murs rebelles

Murs rebelles, Iconographie nationaliste contestataire : Corse, Pays Basque, Irlande du Nord

Xavier Crettiez et Pierre Piazza

Compte-rendu d’ouvrage, Pascal Plas et Hélène Castagné

Il existe plusieurs façons de s’interroger sur les périodes post-conflictuelles. Cet ouvrage en donne un exemple éclatant. Le conflit terminé, quelles qu’aient été ses formes, il laisse des traces qui peuvent à tout moment réémerger, quelques fois de manière originale. Il en est ainsi dans les espaces à fortes revendications autonomistes et/ou régionalistes, ce que montre bien l’ouvrage Murs rebelles, Iconographie nationaliste contestataire : Corse, Pays Basque, Irlande du Nord, sous la direction de Xavier Crettiez et Pierre Piazza, Paris, Ed. Karthala, 2014, 179 p..

Ce beau livre très riche d’illustrations photographiques particulièrement bien mises en valeur résulte d’une exposition photographique initiale et de travaux d’auteurs spécialisés en sciences politiques. Les traces graphiques très diverses (graffitis, dessins, pochoirs, inscriptions, tags, etc.) photographiées à partir de différents supports (murs, maisons, haies, panneaux, rues, etc.) et présentées ici, quoique se rapportant à des conflits spécifiques (tensions séparatistes et communautaires), conduisent à réaffirmer la nécessité de relever et archiver ce patrimoine singulier. Constitué de slogans et de graphes bariolés, de sigles mystérieux, de représentations quelques fois très sophistiquées, il est loin d’être négligeable et a beaucoup à nous apprendre. Une fois scientificisé (typologisation, thématisation et analyse), on peut opérer une véritable approche par les sciences sociales de ce qui a longtemps été considéré comme un « objet frivole ou mineur », approche propre à produire de multiples études tant ces iconographies murales nous parlent des mémoires des conflits et de leurs réactivations permanentes.

La Creuse pendant la Seconde guerre mondiale, Figures et moments

La Creuse

La Creuse pendant la Seconde guerre mondiale, Figures et moments

René Castille, Guy Avizou, Christophe Moreigne et Pascal Plas

Compte-rendu d’ouvrage, Hélène Castagné

René Castille, Guy Avizou, Christophe Moreigne et Pascal Plas sont les auteurs d’un ouvrage consacré au destin de la Creuse de l’été 1939 à la victoire de 1945 et notamment à celui de ses habitants (La Creuse pendant la Seconde guerre mondiale, Figures et moments, Limoges, Editions Le Puy Fraud, 2012, 304 pages, librairies, 20€). Cet ouvrage n’a pas vocation à être exhaustif, mais à présenter des « figures et moments » de la Creuse pendant les années noires, dont l’étude permet d’aborder des thèmes variés comme la politique et la société, les mentalités et l’économie, la culture et la vie quotidienne, ou encore la résistance et les persécutions.

Cette série de textes est pour partie tirée d’un manuscrit de René Castille, alors qu’il était président de l’Association pour la Recherche et la Sauvegarde de la Vérité Historique sur la Résistance en Creuse (ARSVHRC) ; chercheur émérite, il a laissé une œuvre fruit de dizaines d’années de recherches, travail qu’il n’a pu mener à terme et qui ne pouvait pas être publié en l’état. Guy Avizou, Christophe Moreigne et Pascal Plas ont choisi de lui rendre hommage en reprenant son manuscrit et en le complétant. L’ouvrage est donc composé d’études et d’archives de René mais également de travaux originaux proposés par le groupe d’historiens qui cherchent à ordonner le tout sans pour autant vouloir en combler les lacunes.

Cet ouvrage original, en raison de son parti pris, met l’accent sur la vie quotidienne de la Creuse entre 1940 et 1944, en particulier sur les conséquences de la guerre comme les hausses des prix ou les pénuries. Les auteurs proposent également une très riche collection de biographies des figures de la Résistance dans la Creuse, comme celle d’Alfred Bourdet, instituteur, spécialiste des postes radio ou encore celle du professeur Bernard Desplas, chirurgien et dirigeant d’un important réseau de renseignement. Des témoignages inédits comme celui de Jacques-Henry, préfet du département apportent un regard neuf sur les campagnes d’un département de la zone non occupée.

L’ouvrage dispose en outre d’un cahier photographique riche et de qualité mettant à la disposition des lecteurs des photos peu vues jusque là, issues de collections privées (collections Marchadier et Ladant), en particulier ce cliché des officiers de la Kriegsmarine capturés par les FFI à Bourganeuf le 26 juin 1944.

Un livre à la charnière de l’exigence scientifique et d’un récit pour le grand public, exercice réussi d’une synthèse pas toujours évidente.