Chronique de quinzaine – IV – Retour au Timor oriental

Chronique de quinzaine – IV – Retour au Timor oriental

Pascal Plas, Directeur de l’IiRCO, Université de Limoges


   Le lundi 20 Février 2017 s’est tenue au Timor oriental l’élection du président.
Francisco Guterres, 63ans, candidat lié au mouvement indépendantiste et président du FRETILIN, le parti historique de la lutte pour l’indépendance depuis 2001 était opposé à Antonio da Conceiçao, ancien ministre de l’éducation et représentant du Parti démocratique.  Francisco Guterres a été élu au premier tour  avec 57% des voix.

   Le président du Timor oriental, bien que ne bénéficiant pas d’un pouvoir exécutif fort  a de nombreux défis à relever — poursuite du développement (le  pays figure parmi les Etats les plus pauvres d’Asie), diversification d’une   économie trop tournée vers les ressources pétrolières et réductions des   inégalités – mais il joue surtout un rôle très important dans l’unité du pays et celui-ci en a besoin.

    Le nouvel élu est très représentatif de la génération de la résistance armée à l’Indonésie ; c’est un ancien guérillero surnommé « Lu-Olo » qui fut une véritable figure de l’opposition à l’occupation et ce bien avant le référendum du 30 août 1999 qui s’est déroulé dans un climat d’extrêmes violences et dont la mémoire encore fortement présente dans tous les esprits.

  En effet, l’histoire du Timor oriental des 20 dernières années est singulièrement  tourmentée. Il fut envahi par les forces armées indonésiennes le 7 décembre 1975. L’occupation qui dura un quart de siècle se déroula dans un climat de violences qui conduisit à la mort des dizaines de milliers de timorais (les estimations sont variables, entre 200 000 et 300 000 victimes ce qui conduit certains auteurs à qualifier l’occupation indonésienne et les massacres comme un génocide[1]).

  L’accession à l’indépendance issue de l’acceptation en janvier  1999 du Président indonésien Habibie de laisser se dérouler un référendum de   séparation d’avec l’Indonésie ne se fit pas sans heurts même s’il se déroula avec l’aide et la supervision des Nations unies à travers la mission UNAMET (United Nations Mission in East Timor) adoptée à la suite de la résolution 1246 du Conseil de sécurité pour la période du 11 au 31 août 1999.

  Pendant l’élaboration et le déroulement du processus référendaire, un réseau de treize milices  pro indonésiennes fut créé  dans plusieurs districts du Timor. Ces milices avaient pour objectif d’intimider les timorais et de les forcer à choisir l’intégration plutôt que la séparation. Elles étaient soutenues ouvertement par l’armée indonésienne. Tout au long de l’année 1999, les membres de ces milices commirent des violences isolées mais  aussi des massacres de civils dans des villages et de réfugiés dans des lieux clos (églises et maisons) ; dans le district de Liquica par exemple, 45 réfugiés furent abattus dans une église avant  que les indépendantistes ne soient poursuivis dans leurs  résidences.

   Violences et terreur ne cessèrent de croitre ; en juillet 1999, un convoi organisé par des ONG et apportant de l’aide d’urgence a des  déplacées  fut même attaqué et, à la fin de l’été c’est plus de  40 000 personnes qui avaient fui les violences.

   Toutefois, le 30 août malgré l’intimidation et le climat de terreur perpétrés par les milices c’est  98,2 %  des électeurs qui se présentèrent dans les bureaux de vote mis à leur disposition pour le référendum. L’annonce des résultats le samedi 4 septembre  entraina une véritable explosion de violences, la majorité des électeurs avait voté pour l’indépendance. Les milices lancèrent des attaques planifiées et coordonnées aux quatre coins du territoire, visant tous les timorais  considérés comme indépendantistes ainsi que des journalistes indonésiens et des correspondants de presse étrangers. En plus de cette répression, il y eut des déportations et des transferts forcés de populations conséquents.

    Les opérations avaient pourtant l’approbation de l’ONU.  Celle-ci ne cessa dès lors de mener des actions en faveur de la justice propre à faciliter la réconciliation  entre les antagonistes. Plusieurs résolutions du Conseil de sécurité  — 1319/2000 – 1338/2001 – 1410/2002 – 1543/2004 – 1599/2005 —  demandèrent à ce que les responsables des violences commises au Timor oriental en 1999 soient traduits en justice. Le gouvernement indonésien  s’engagea  lui aussi  à traduire les coupables en justice, estimant que les procès à venir seraient un facteur essentiel de retour à la paix. Dans l’année 2000, l’ATNUTO (Administration transitoire des Nations unies au Timor oriental)  prit des mesures concrètes en créant, par voie de règlement des « Chambres spéciales pour les crimes graves » et mit sur pied un « Groupe d’enquêtes sur les crimes graves », groupe susceptible de conduire les auteurs des crimes devant la justice.

   L’ATNUTO demanda par ailleurs à ce que toute la lumière soit faite sur les violations des droits de l’Homme commises entre 1974 et 1999 et elle initia pour ce faire en 2001 une Commission d’accueil de vérité et réconciliation (CAVR). L’ONU  commanda par la suite plusieurs rapports sur la question des violences passées, rapports qui  apportèrent la preuve  de l’implication de l’armée indonésienne dans les évènements de 1999.

  Le 18 Février 2005, une « Commission d’experts »  rédigea un bilan sur l’état des poursuites engagées contre les auteurs des violences commises en 1999 au Timor oriental, au  moment ou l’Indonésie et le Timor oriental négociaient la mise en place d’une « Commission de la vérité et de l’amitié » susceptible d’améliorer le traitement de cette question sensible.

   En effet, en 2005, si les instances judiciaires chargées des crimes graves avaient avancé dans un certain nombre d’affaires, elles n’étaient pas parvenues à faire traduire en justice tous ceux qui portaient la plus grande part de responsabilités dans les  crimes au Timor oriental en 1999. Le Groupe d’enquête sur les crimes graves qui cessa ses travaux en mai 2005 disposait de 1339 dossiers d’assassinat commis en 1999 ; 391 personnes avaient été mises en examen pour 684 assassinats, 285 mandat d’arrêts étaient en cours d’exécution. Mais les Chambres spéciales pour les crimes graves n’avaient conduit que 55 procès dans lesquels 87 accusés étaient mis en cause dont 85 furent déclarés coupables.

A partir de 2005, le gouvernement timorais continua à engager des poursuites et un certain nombre de suspects, en particulier d’anciens membres des milices  furent arrêtés. La justice timoraise ayant l’intention de suivre le modèle des chambres spéciales : présence de deux juges internationaux et d’une juge timoraise. D’anciens miliciens revenus d’exil  furent mis en détention provisoire et le 24 avril 2006, l’un d’eux  fut jugé au Tribunal de district de Dili. Il s’agissait du premier procès « national » pour crime contre l’humanité qui se tenait depuis la dissolution du dispositif mis en place pour les crimes graves.
Mais ce procès  fut reporté sine die et depuis, à l’exception de demandes de renseignements émanant d’Interpol sur des individus mis en accusation dans les évènements de 1999, il ne semble pas qu’il y’ait eu beaucoup d’autres  jugements à l’exception du procès de Lavio Valentim en 2011.

  De l’avis même des spécialistes de l’ONU, le processus judiciaire mis en place au Timor oriental est considéré comme peu satisfaisant au regard des normes internationales et n’est que peu à même de rendre justice aux victimes des violations graves des droits de l’Homme. Mais cette remarque est encore plus évidente pour le Tribunal ad hoc qui a été créé à Jakarta où 18 individus devant lequel 18 individus été mis en accusation, déclarés coupables et condamnés mais où tous sauf un ont été acquittés en appel…

   Les travaux des « commissions vérité »  ne semblent guère plus probants. On peut s’interroger sur le fait qu’en Indonésie, un système de réconciliation efficace puisse  être mis en œuvre efficacement  d’autant que les exactions de la période de l’occupation sont l’objet d’un silence retentissant.

  Les processus  de « passage de la justice » mis en place ont été et restent complexes et  tendus pour le Timor oriental ; il nous a semblé important, dans un premier temps et en l’état des sources existantes de clarifier ce dossier et de fournir un recensement des affaires qui ont été traitées par le Tribunal ad hoc indonésien de Jakarta (Cour centrale d’Etat) et les Chambres spéciales pour crimes graves (au sein du tribunal de district de Dili). C’est l’objet du dossier que l’on vient de mettre en ligne sur le site de l’IiRCO et dans lequel le lecteur trouvera une fiche synthétique pour chacun des accusés et  des annexes documentaires permettant d’accéder à des textes et documents essentiels à la bonne compréhension des juridictions, du rôle de la communauté internationale et des limites du processus.

 Plusieurs affaires qui seront l’objet d’une analyse détaillée par la suite présentent un grand intérêt. Outre le fait que l’on retrouve dans les exactions commises des modes opératoires déjà mis en évidence au Rwanda ou au Burundi, de nombreuses déclarations d’accusés ou de victimes permettent une approche anthropologique de la violence en particulier les références à la vengeance et à la sorcellerie. De nombreux travaux en perspective.

[1] Voir par exemple Barbedo de Magalhaes Antonio, Timor oriental : occupation indonésienne, occupation et génocide, Porto, Editions de l’Université de Porto, 1992, 80 p.