Chronique de quinzaine – III – L’éternel retour de la Seconde Guerre mondiale.

Chronique de quinzaine – III – L’éternel retour de la Seconde Guerre mondiale.

Pascal Plas, Directeur de l’IiRCO, Université de Limoges

La Seconde Guerre mondiale n’en finit pas de réémerger dans le temps présent partout en Europe sous une forme ou une autre et ce qui en dit long sur la chronologie réelle du temps post-conflictuel.

Ainsi, des recherches récentes menées sur les détenus du camp de concentration de Mauthausen en Autriche viennent de révéler de nouveaux éléments sur une catégorie de déportés spécifiques présents dans le camp, un groupe originaire de l’espace colonial français, des pays du Maghreb et d’Afrique de l’Ouest. À la demande d’associations représentant « les causes noires dans le monde germanophone », Barbara Fuchslehner a isolé, à la suite d’une enquête menée à partir des archives du camp — en l’occurrence un registre d’internement comprenant les noms de 9226 prisonniers de nationalité française —  « 157 individus dont 3 femmes venant principalement d’Algérie française, mais aussi d’Europe [et] des Caraïbes ». Ces victimes ont-elles été déportées pour des raisons politiques, raciales ou encore religieuses ? Il est difficile de se prononcer pour l’instant, mais on y lit que 4 détenus au moins ont été enregistrés sous la désignation « arabe » et un autre Tiémoko Kouyaté, né au Soudan français (actuel Mali), a bien été interné parce qu’il était, dans les années 30 un responsable de la lutte anticolonialiste en Afrique-Occidentale française. Simon Inou, éditeur du magazine Fresh souhaiteraient que l’Union africaine s’empare de ce sujet, l’enjeu étant la position d’une plaque commémorative à Mauthausen.

Des suites de la guerre il est encore question à Berlin ; en particulier du fameux article 175 du Code pénal introduit en 1872 qui permettait de sévir contre « les actes sexuels contre nature », article durci dans l’Allemagne nazie par une loi de 1935 prévoyant jusqu’à 10 ans de travaux forcés à l’encontre des homosexuels. Environ 50 000 d’entre eux avaient été condamnés par la justice dans les années 30 après l’accession de Hitler au pouvoir et plus de 10 000 envoyés en camp de concentration. En 2002, l’Allemagne avait réhabilité ces victimes. Mais, au lendemain de la guerre, c’est presque autant de personnes qui furent poursuivies sur la base d’une sorte de survivance légale de la loi remaniée sous le IIIe Reich ; et ce jusqu’en 1994 date à laquelle l’article 175 du Code pénal remanié fut finalement abrogé. Il s’agit aujourd’hui pour le gouvernement allemand d’enclencher un processus de réparation d’une situation post-conflictuelle qui empruntait largement à la guerre.

  La Seconde Guerre mondiale revient en force dans le domaine du cinéma et des séries télévisées. Dans le premier cas, sous la forme de réémergence d’images à caractère documentaire et de films d’archives, dans le second sous la forme de série fictionnelle. Netflix, lancé en France il y’a peu, vient de mettre en ligne des films de 5 réalisateurs qui servirent dans les forces armées américaines pendant la Seconde Guerre : Frank Capra, John Ford, John Huston, Georges Stevens et William Wyler. Les films que les cinq hommes ont tournés pendant et juste après le conflit, Memphis Belle, la bataille de Midway, Pourquoi nous combattons ? (5 courts métrages de propagande)… sont disponibles en ligne ; ils sont à lier avec un documentaire de Laurent Bouzeraud Five Came Back, en trois épisodes réalisés aux États-Unis en 2017 qui reviennent sur le parcours de guerre particulier de ces réalisateurs. D’archives filmiques il est aussi question dans l’expérience menée par la collection documentaire de Jérôme Lambert et Philippe Picard, Instantané d’histoire qui permet de revenir sur deux ensembles photographiques étonnants, le premier celui de Bill Manbo, Américain d’origine japonaise interné avec sa femme et son fils dans le Wyoming et qui a mis sur pellicule leur quotidien d’internés (Bill Manbo, un américain dans les camps pour les Japonais). Le second est constitué d’une série de photographies prises par Andrée Kuentzmann qui a réalisé un ensemble de clichés d’un bourg occupé en Franche-Comté (Andrée Kuentzmann, en attendant la Libération). Ces images de deux « photographes amateurs » très différents permettent d’entrer dans un quotidien souvent peu visible de la Seconde Guerre mondiale. Pour ce qui est des séries, on attirera l’attention sur Berlin 56 — série de 6 épisodes créée par Annette Hess, avec Claudia Michelsen, Sonja Gerhardt, Maria Ehrich, Emilia Schüle et Heino Ferch — qui retrace la complexité d’une société post-conflictuelle en Allemagne — une société traumatisée — à travers la vie d’une mère et de ses trois filles. On y voit des veuves de nazis, la réouverture de commerces autrefois propriétés de familles juives spoliées, des déportés aux bras tatoués qui tentent de reconstruire leurs vies, le tout sous fond de guerre froide.  

 Les derniers grands acteurs de la Seconde Guerre disparaissent un à un, il en est ainsi d’Armand Gatti mort le 6 avril à Saint-Mandé à 94 ans. Cette figure majeure du théâtre militant était aussi un ancien résistant des maquis limousins, région dans laquelle avaient éclos, au contact de la nature te dans un climat de peur et de courage, ses talents de poésie et de dramaturge. Il vouait une grande admiration à Georges Guingouin auquel il avait consacré il y a peu tout un ouvrage, un gigantesque poème-fleuve qui célébrait la geste héroïque de ce grand résistant et qui était aussi une ode aux paysages de la montagne limousine qui avait abrité cette rébellion. La Croix, 23 mars 2017, Le Monde, 6 avril 2017, Le Monde 7 avril 2017, Le Monde 8 avril 2017, plateforme Netflix (documentaires à la demande), Télérama, mars 2017, A. Gatti, Les cinq noms de résistance de Georges Guingouin, 2006,