Chronique de quinzaine – I – Du témoignage

Chronique  de quinzaine :
I – Du témoignage

Pascal Plas, Directeur de l’IiRCO

Du témoignage pour le futur

Les guerres ont toujours été la matrice de récits, fictions, reportages documentaires ; la figure du témoin y est omniprésente mais ces œuvres sont, le plus souvent post-conflictuelles.  Les conflits en cours présentent une nouvelle forme de témoignages,  les récits recueillis à chaud souvent aux risques de ceux qui font ce travail ou qui livrent des informations. Le développement de la justice pénale internationale depuis plusieurs décennies n’est pas étranger à cette situation ; l’espoir de voir un jour les bourreaux en action finir devant la Cour pénale internationale conduit à tenter d’étayer les futurs dossiers en amont, à constituer autant d’éléments de preuves à venir. La guerre qui se déroule en Syrie – entrecroisée, complexe, violente — n’échappe pas à la règle. Certains des  témoignages recueillis acquièrent une originalité qui les ancre durablement dans le paysage éditorial comme l’ont été, en leur temps les livres de Jean Hatzfed  sur le Rwanda. Il en est ainsi de l’ouvrage Les portes du néant  que vient de publier Samar Yazbek chez Stock. Réfugiée à Paris après avoir été arrêtée et détenue à la suite de son engagement  dans  les manifestations anti Assad du printemps 2011, elle est à la fois témoin et « cueilleuse de témoignages ». Elle revient régulièrement en clandestine  dans la région d’Idlib et se rend dans les villages syriens ; elle décrit les horreurs de la guerre mais surtout écoute et rapporte les récits des victimes : les exactions des troupes gouvernementales, la lutte des civils pour la survie, les tensions religieuses, les réfugiés, la misère et la détresse… Ces textes sont précieux dans la mesure où, dans ce conflit l’information émane des belligérants, où le pays est difficile d’accès aux reporters de guerre et parce que les médias ne s’y intéressent que par à coup. On rappellera qu’elle a publié en 2012 chez Buchet Chastel Feux croisés. Journal de la révolution syrienne, qui est un « récit précis, personnel et engagé des cinq premiers mois du soulèvement populaire de la mi-mars 2011 »  et en 2013, chez le même éditeur Un parfum de cannelle, critique  remarquable de finesse de la bonne société de Damas. Rania Samara en a assuré les traductions ; celle-ci qui présente  son travail sur les textes des auteurs syriens comme « un combat littéraire pour la cause syrienne » nous rappelle l’importance de la traduction comme nous l’avions souligné lors de l’important colloque que l’IiRCO avait organisé sur ses questions en 2016 et dont les actes sont sous presse.

De la Syrie et de témoignages, il est aussi question dans le Rapport d’Amnesty International paru début février 2017 sur ces exécutions extrajudiciaires de masse dans la prison de Saidnaya  à Damas. Amnesty International  y signale l’existence d’un « abattoir humain », dans laquelle pendant quatre ans, si ce n’est plus, au moins de 2011 à 2015, entre 5000 et 13 000 personnes ont été torturées dans de terribles conditions et tuées lors d’horribles pendaisons. Le Rapport s’appuie sur des témoignages recueillis auprès de 84 personnes,   des détenus ayant survécu (31), des médecins (3), des juges (3) et même d’anciens responsables de la prison et des gardiens. Ces témoignages sont autant de pièces à convictions pour de futurs et éventuels procès pénaux internationaux, comme le seront les  28 000 photos de prisonniers morts dans les geôles du  gouvernement syrien collectées et exfiltrées par ce médecin légiste, transfuge de l’armée syrienne, connu sous le nom de code de « César » et dont la vérification avait conduit à recueillir les témoignages de parents et amis des victimes ainsi que celui de quatre transfuges ayant travaillé dans des centres de détention ou les hôpitaux militaires gérés par le gouvernement syrien. Ce dossier est à compléter par un article de Cécile Andrzejwski et Leïla Minano  sur le site de Médiapart  consacré plus particulièrement à des viols d’enfants en Syrie ; il est le résultat d’une enquête publiée dans le cadre de l’opération Zero Impunity à l’issue de laquelle on découvre une réalité peu évoquée : les exactions commises à l’encontre de jeunes gens et d’enfants arrêtés ou contrôlés et enlevés aux check point.

Du témoignage  libéré

Des témoins on en trouve aussi dans différents films documentaires sortis en 2016 et diffusés par différentes chaînes de télévision en 2017 à propos d’Hissene Habré. Dans Hissène Habré, procès d’un allié embarrassant de Magali Serre – France, 2016, 65 mn – et plus encore dans Hissène Habré, une tragédie tchadienne de Mahamat-Saleh Haroun – France, 2016, 80 mn —  on peut entendre des « paroles courageuses, poignantes des victimes de l’ex-dictateur tchadien » jugé et condamné à la prison à perpétuité en mai dernier pour crimes contre l’humanité. Les deux documentaires se complètent. Le premier constitue une excellente remise en contexte de l’exécution au Tchad de plus de 40 000 personnes en revenant sur l’histoire du pays depuis les années soixante-dix, histoire mouvementée dans laquelle sont impliquées plusieurs grandes puissances ayant fait de ce pays et de son dirigeant un point nodal de lutte contre la Lybie du colonel Khadafi. Le second est plus centré sur les victimes et met en avant de belles figures de survivants et de militants pour la reconnaissance de la mémoire et des droits des victimes ; le président de l’Association des victimes des crimes du régime de Hissène Habré, Clément Abaïfouta, étudiant en littérature arrêté et détenu en 1985 livre un témoignage précieux sur les inhumations des  prisonniers morts dans les tourments des centres de détention  alors qu’il est « utilisé » par ses geôliers pour enterrer des centaines  de corps  en un lieu aujourd’hui anodin désigné sous le nom de « plaine des morts ». De nombreux survivants font le récit de leur calvaire : la faim, la soif, les tortures innombrables, les humiliations. Par des paroles sobres, ils confient ce qu’ils ont dû endurer mais montre aussi leur existence actuelle difficile avec des séquelles impressionnantes, des biens confisqués ou pillés, des familles disloquées. Deux documentaires qui apportent un regard assez complet et surtout éclairant sur la terreur qu’a fait régner Hissène Habré au Tchad à travers le bras armé de sa police politique, la DDS (Direction de la documentation et de la sécurité) et par des actions militaires contre des groupes spécifiques comme les Kodos dans le sud du Tchad qui conduisent à l’extermination de plus de 700 personnes. A noter aussi les propos de l’avocate des victimes, Jacqueline Moudeina, ceux de Mahamat Hassan Abakar qui a conduit les travaux de la Commission nationale d’enquête sur les exactions commises par Hissène Habré et ceux de Reed Brody, avocat américain, conseiller juridique et porte-parole de Human Right Watch, particulièrement intéressant lorsqu’ils se raportent à la découverte de millier de  papiers abandonnés dans un bâtiment utilisé par la DDS et qui ne sont rien d’autre que les fichiers de la police politique, archives susceptibles de constituer un ensemble de documents de preuves remarquables ! Assez curieusement, le procès est plutôt passé sous silence, les deux documentaires se terminent le jour de l’ouverture des débats, symbole de la victoire des victimes qui toutes espéraient tant dans le « passage de la justice ». Il est important de souligner toutefois combien la perspective du procès et sa tenue ont permis de libérer la parole des témoins et permis ce genre de documentaires.

Témoin de la guerre et de la trace

C’est bien ce qu’a été le photographe Gérard Rondeau mort le 13 septembre 2016. Lors de la parution de son dernier livre J’avais posé le monde sur la table édité en 2015 par Les Editions de l’Equateur  celles-ci avait signalé  combien il était attaché à une phrase de Roger Gilbert Lecomte « regarder à se crever les yeux, à éclater le crane, avec les yeux de derrière les yeux, de derrière la tête, comme un aveugle, avec un grand cri lumineux »,  remarque qui  renvoie à une autre forme de témoignage, celui du photographe à la recherche des marques et des traces de la guerre. Gérard Rondeau, était l’un des plus grands photographes contemporains multipliant les expositions à Paris, Jakarta, Buenos Aires, Lausanne, Berlin. Nous avions eu des échanges avec lui après ses travaux sur le Chemin des Dames et le siège de Sarajevo et inclus plusieurs de ses photographies dans une exposition consacrée à « La photographie de guerre ».  Ami  de Paul Rebeyrolle, il venait régulièrement dans la petite cité d’Eymoutiers. C’est à l’espace qui est consacré au peintre que se tiendra du 21 mars au 21 mai une grande exposition « Gérard Rondeau dans l’intitulé du monde », première grande manifestation se rapportant à son travail depuis sa disparition. On y trouvera un choix de photos propres à rappeler l’immense travail de cet artiste sur « le silence des paysages meurtris, la mort, la mémoire et l’absence ». Une exposition  toute en contrepoint mais très complémentaire de l’œuvre du peintre Rebeyrolle dont  les toiles – à découvrir aussi à l’Espace — sont marquée par la « violence, la rage, la révolte face à l’oppression ».