Guernica sur les murs de Crocq

Un nouveau lieu de mémoire à Crocq (Creuse)

Hommage à Francisco Largo Caballero

Un chef de gouvernement espagnol républicain en exil

Guernica sur les murs de Crocq

LC 1

La Mairie de Crocq a inauguré le 26 avril 2016 l’installation dans l’espace public d’une reproduction de Guernica, l’œuvre de Pablo Picasso, dont elle a acheté les droits pour dix ans à la Fondation Picasso. Elle a obtenu un accord, après plusieurs mois de discussions avec la Fondation Picasso et le musée Reina Sofia qui abrite l’œuvre originale, l’autorisant à reproduire la célèbre peinture. Pour aider à financer ce projet, la commune a lancé une souscription publique qui a permis d’obtenir de nombreux dons « y compris de personnes ne venant pas du département » précise Jacques Longchambon, maire de Crocq dans la presse. La Fondation a donc envoyé une photographie en haute résolution qui a été reproduite par l’entreprise locale Katz Industrie et installée sur un mur de pierres à quelques pas de l’église.

La reproduction de cette œuvre de Pablo Picasso n’est pas installée ici par hasard. Le commanditaire de Guernica est le gouvernement de Francisco Largo Caballero. Cet ancien chef du gouvernement républicain espagnol a fui le franquisme et a vécu en exil à Crocq de février à novembre 1941 et c’est pour lui rendre hommage ainsi qu’aux combattants des Brigades internationales originaires de la commune qu’il a été décidé de cette initiative singulière.

LC 2

Francisco Largo Caballero, UGT et PSOE

LC 3Francisco Largo Caballero est né à Madrid le 15 octobre 1869. Il commence à travailler très tôt, dès l’âge de neuf ans, en tant que plâtrier spécialisé dans le stucage. Au début des années 1890, il rejoint l’UGT et le PSOE. En 1899, il est trésorier adjoint de l’UGT et au début du XXème siècle il devient conseiller municipal puis chef du groupe socialiste de la municipalité de Madrid. En 1908, il est vice-président de l’UGT et président de la Maison du peuple de Madrid. En 1910, il est élu député. Arrêté plusieurs fois en tant que syndicaliste ou/et socialiste, il est à nouveau élu député aux élections législatives de 1918, devenant alors secrétaire général de l’UGT. Il exerce des responsabilités dans les organisations internationales, à la Fédération syndicale mondiale à partir de 1919 et à l’Organisation international du travail où il collabore avec le secrétaire général français Albert Thomas.

Francisco Largo Caballero, ministre

Lorsque se met en place le premier gouvernement républicain à partir de 1931, il devient ministre du Travail et de la Prévoyance sociale en tant que secrétaire général de l’UGT et membre du Comité révolutionnaire formé en août 1930. Il met alors en œuvre une série de textes en lien avec ses nouvelles responsabilités ; en premier lieu la loi du 21 novembre 1931 règlementant les conditions de travail et les conventions collectives puis la loi 27 novembre 1931 instituant les Conseils de prud’hommes et le Conseil supérieur du travail (instance d’appel), en second lieu plusieurs décrets permettent d’élargir le champ de la sécurité sociale (retraite, maternité…) et ce tout en établissant le droit de grève et un congé payé de sept jours par an.

À l’issue des législatives de novembre 1933 remportées par la droite il bascule dans une opposition radicale, participant au mouvement insurrectionnel qui balaye le nord de l’Espagne du 5 au 19 octobre 1934. Il est arrêté et emprisonné puis jugé en novembre 1935 mais acquitté.

Francisco Largo Caballero, chef du gouvernement de la République espagnole

LC 4Après la constitution du Front populaire et le début de la guerre civile, alors que les troupes franquistes menacent Madrid, Francisco Largo Caballero prend la tête du gouvernement ainsi que le ministère de la Guerre. Pendant près de neuf mois, il arrive à maintenir l’autorité de l’État, la discipline de l’armée et à contenir les pressions extérieures. La situation toutefois ne cesse de se dégrader : Malaga tombe le 8 février aux mains des franquistes, le 26 avril la petite ville de Guernica est détruite, en mai se déroule l’importante bataille entre communistes et anarchistes à Barcelone. Francisco Largo Caballero démissionne le 17 mai et est remplacé par Juan Negrin. À la fin de 1938, il gagne Barcelone et quelques jours avant la chute de la ville le 26 juillet 1939, il part pour la France.

L’exil

Comme nombre de ses compatriotes dans le cadre de la Retirada – exil massif à la suite de la chute de Barcelone et la défaite républicaine en 1939 – Francisco Largo Caballero rallie la frontière française dans des conditions épouvantables. Mais son passeport diplomatique et son statut lui facilitent le passage et, en tant que réfugié politique il s’installe à Paris avec l’aide de la Fédération syndicale internationale.

Il repousse l’idée de s’exiler au Mexique alors que ses fils sont encore en Espagne, prisonnier de Franco. L’évolution de la guerre va toutefois le pousser à quitter la capitale ; l’entrée des Allemands à Paris et les menaces d’extradition qui pèsent sur lui le conduisent à se replier à Albi à l’été 1940. Il y est cependant arrêté par la police française et assigné en résidence dans différentes petites villes du Tarn. Les autorités de Vichy craignant qu’il n’organise le grand nombre de réfugiés espagnols qui sont dans ce département décide finalement de l’isoler en Creuse, à Crocq, petite ville tranquille et disposant d’une brigade de gendarmerie. Il y arrive le 19 janvier 1941 avec une de ses filles, ils sont logés au Central Hôtel et placés sous surveillance.

Procès en France et déportation

Sa sécurité n’est pas assurée pour autant. À la suite d’un procès général instruit par le Procureur de la Cour suprême de Justice de Madrid, une demande d’extradition est lancée contre lui par le gouvernement franquiste. Au mois d’octobre 1941, Largo Caballero est présenté au procureur du tribunal d’Aubusson avant d’être transféré à Limoges, siège de Cour d’appel et incarcéré à la Maison d’arrêt. Mais l’extradition est refusée et l’ancien chef de gouvernement est à nouveau assigné à résidence en Ardèche puis dans la Drome à Nyons. C’est là qu’il est arrêté par la Gestapo le 20 février 1943, conduit à Lyon où il fut probablement interrogé par Klaus Barbie puis à Paris et enfin à Berlin où, le 31 juillet 1943 il est interné au camp d’Orianenburg-Sachsenhausen. Il y restera jusqu’au 24 avril 1945, date à laquelle il est libéré par l’Armée Rouge. Il regagne alors Paris en septembre 1945. Son implication dans les débats agités sur l’avenir de l’Espagne au lendemain de la guerre est de courte durée car il meurt le 23 mars 1946. Son corps est exposé pendant trois jours au siège parisien de la SFIO et il est enterré au cimetière du Père Lachaise au pied du Mur des Fédérés en présence de près de vingt mille personnes. Son corps est rapatrié à Madrid en 1978. 

LC 5

Exposition

Ce « retour de mémoire » en Limousin d’une personnalité clef des Républicains espagnols est à mettre en lien avec une exposition qui se tient au même moment aux Archives départementales de la Haute-Vienne jusqu’au 27 mai 2016 ; elle est consacrée à « L’Œuvre réformatrice de la Seconde République espagnole, 1931/1939 », exposition présentée par l’Ateneo Republicano du Limousin et réalisée par David Garcia. Un ensemble très complet de plus d’une vingtaine de panneaux donne une leçon d’histoire particulièrement dense sur les enjeux et le contexte de la période. On lira aussi (sous réserve de quelques corrections) une petite brochure Francisco Largo Caballero : un chef de gouvernement espagnol à Crocq (2015, 42 p.), rédigée par Richard Bucaille, Christophe Moreigne, Monique Trevisan-Bucaille, Jeanne Virieux, et éditée par la Mairie de Crocq en partenariat avec l’Association pour la Sauvegarde du Vieux Crocq et de son Environnement.